Navigation – Plan du site
Notes de lecture

denis bonnecase, ed., Hobbes, Blair, Blake : Hommage à François Piquet

Paris : Michel Houdiard, 2018. 129 pp. ISBN 9782356921642
Hélène Ibata
Référence(s) :

BONNECASE, DENIS, ed. – Hobbes, Blair, Blake : Hommage à François Piquet, Paris : Michel Houdiard, 2018. 129 pp. ISBN 9782356921642

Texte intégral

1Dans le domaine de la critique blakienne, longtemps dominé par les chercheurs d’outre-Manche et d’outre-Atlantique, François Piquet sut faire entendre sa voix, érudite et rigoureuse, mais aussi empreinte de l’énergie propre à l’œuvre à laquelle il consacra une grande partie de ses écrits. L’hommage qui lui est rendu dans ce volume témoigne de la reconnaissance que lui voue la communauté des romanticistes français tout en démontrant l’importance de sa contribution à l’exégèse blakienne. Afin d’honorer sa mémoire, ont été réunis des textes de sa plume aussi bien que des écrits de chercheurs français l’ayant côtoyé ou partageant sa fascination pour le célèbre artiste et poète. Le résultat est un volume qui comprend six études sur William Blake, un texte consacré à Thomas Hobbes et un autre à Hugh Blair.

2Les trois textes de François Piquet donnent un aperçu de sa volonté de faire dialoguer les différents courants de pensée, souvent discordants, qui traversent l’œuvre de Blake, au prisme de la philosophie contemporaine (celle de Ricœur ou Girard par exemple), afin d’en démontrer la richesse et d’en souligner les enjeux. Une démarche qui lui permit d’aller au-delà des lectures strictement néoplatonisantes qu’avaient pu proposer des critiques comme George Mills Harper et Kathleen Raine, et de souligner l’importance du monde phénoménal dans le mythe blakien. Comme il le souligne dans « Blake et le corps » : « Il n’est pas jusqu’à la véhémence avec laquelle le mythe rejette le monde végété qui ne lui donne une sorte de réalité dramatique, à défaut d’être logique » (61).

3Sont abordés dans les trois textes sélectionnés : les tensions en jeu dans l’érotique blakienne et leur rôle dans le processus de création, tantôt comme source d’une « dynamique de la frustration », tantôt comme force prolifique, ouvrant vers « l’Éden blakien, lieu des énergies libérées » ; les différentes manifestations de la pensée millénariste, le désenchantement de ses partisans au moment de la révolution française, et le choix de Blake d’y répondre par la quête d’un salut par l’imagination ; la conception changeante du corps qui s’exprime à travers l’œuvre de Blake, de la glorification du désir exubérant et libérateur dans The Marriage of Heaven and Hell, à la conception douloureuse du corps déchu dans les livres de Lambeth puis les dernières prophéties, et la tension entre monisme et dualisme qui s’y joue.

4À travers ces écrits s’affirme une reconnaissance de l’importance du sensoriel, du corporel, et de la sexualité dans une production ailleurs souvent comprise comme mue par le refus du monde sensible et la quête de la transcendance. On apprécie tout particulièrement leur capacité à rendre compte avec clarté et nuance de la complexité de la pensée de Blake, et notamment des tensions qui s’y jouent : entre, d’une part, les forces d’expansion et de création, et d’autre part celles de la contraction et de la répression, entre l’énergie révolutionnaire et la finitude, ou encore le « piège du sacré » (55). On y retrouve surtout la fascination de Piquet pour les principes énergiques de la créativité qui animent l’œuvre de Blake, et ses éclairages novateurs sur ces questions, comme lorsque la dialectique du Prolifique et du Dévorant est mise en relation avec les recherches contemporaines dans le domaine du magnétisme.

5Les trois autres articles consacrés à Blake s’inscrivent dans la continuité de cette démarche qui fait de l’Énergie et du désir le moteur principal de la pensée blakienne. Partant du postulat qu’on peut lire le Marriage of Heaven and Hell comme un déploiement d’énergie pure, et comme un trajet créatif exubérant mû par cette seule énergie, plutôt que comme préfiguration des prophéties ultérieures, Denis Bonnecase propose une analyse linéaire approfondie du texte, au fur et à mesure de son dépliement. Cette lecture donne toute la mesure de la richesse et de la subtilité de la pensée de Blake, notamment de l’argumentation, véritablement « diabolique », avec laquelle il subvertit les valeurs répressives de son époque afin d’en libérer les énergies latentes.

6Camille Adnot, en examinant les processus de construction/ déconstruction à l’oeuvre dans les livres d’Urizen, propose des pistes d’interprétation perspicaces, notamment lorsqu’elle suggère qu’il s’y joue un basculement du lisible au visible. L’hypothèse aurait gagné à être reliée au contexte des expérimentations graphiques et plastiques de Blake dans les années 1794-95, avec notamment l’impression colorée et planographique, mais elle témoigne d’une conscience appréciable des enjeux artistiques de la série.

7Enfin, l’article de Caroline Dauphin apporte une démonstration supplémentaire des dialogues culturels complexes qui animent l’œuvre de Blake, à travers la figure du tigre, celle du poème « The Tyger » notamment. Tout en soulignant l’influence de l’Histoire naturelle de Buffon et celle de la Physiognomie de Lavater, Caroline Dauphin explicite les transformations sémantiques opérées par Blake lorsqu’il adapte leurs représentations préalables de cette figure à son propre univers poétique.

8Outre ces études consacrées à l’œuvre de Blake, l’ouvrage comporte un texte de Franck Lessay qui interroge certaines lectures « utopisantes » du Leviathan de Thomas Hobbes et explique en quoi le propos de Richard Tuck, selon qui Hobbes espérait que le contrôle des passions par la raison conduisît à terme à la paix universelle, est un contresens. Enfin, une étude de Pierre Morère sur les Lectures on Rhetoric and Belles Lettres de Hugh Blair démontre avec clarté le rôle pivot joué par le théoricien écossais dans le glissement de l’esthétique classique à l’esthétique romantique, en soulignant l’ouverture de sa pensée vers l’imagination, le sublime et l’originalité.

9L’ensemble des analyses proposées forme une contribution estimable dans le domaine déjà bien arpenté des études blakiennes, et donne un bel aperçu de la part que peut y jouer la recherche française. On peut juste regretter que les illustrations, pourtant indissociables des textes dans le processus de création blakien, et complément de signification incontournable, ne soient évoquées que brièvement (et uniquement de façon textuelle), dans un volume qui met si résolument l’accent sur l’importance du monde phénoménal et de la matérialité dans la pensée de Blake. Les articles n’en demeurent pas moins riches et stimulants, et la qualité très homogène de l’ensemble en fait un hommage tout à fait réussi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Ibata, « denis bonnecase, ed., Hobbes, Blair, Blake : Hommage à François Piquet », XVII-XVIII [En ligne], 76 | 2019, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 26 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/1718/4041

Haut de page

Auteur

Hélène Ibata

Université de Strasbourg, SEARCH EA 2325

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals