Navigation – Plan du site
Notes de lecture

helen berry, Orphans of Empire: The Fate of London’s Foundlings

Oxford: Oxford University Press, 2019. 364 pp. ISBN 978-0-19-875848-8
Jacques Carré
Référence(s) :

BERRY, HELEN. – Orphans of Empire: The Fate of London’s Foundlings. Oxford : Oxford University Press, 2019. 364p. ISBN 978-0-19-875848-8

Texte intégral

1Le Foundling Hospital, le célèbre hospice londonien pour les enfants abandonnés, a suscité depuis sa création une abondante littérature, d’abord produite par des philanthropes comme Jonas Hanway (1760) ou Thomas Bernard (1799). Au xixe siècle, un ancien pensionnaire devenu administrateur comme John Brownlow prit le relais (1847, 1865). Plus tard, au xxe siècle, les historiens ont scruté les nombreuses archives encore accessibles, avec l’ouvrage canonique de R.H. Nichols et F.A. Wray (1935) et des recherches originales comme celles de Ruth MacClure (1981) et de Alysa Levene (2007). Au seul vu des statistiques, on peut se demander pourquoi cette institution a encouragé autant de travaux. Après tout, si l’on s’en tient au xviiie siècle, ses murs n’ont vu passer que 18 539 enfants, dont les deux tiers, de l’aveu même de l’auteur (71) n’ont pas survécu à la petite enfance. C’est bien sûr l’empathie avec ces réprouvés de la société qui explique le désir d’en parler. Mais c’est aussi la défense toujours effective dans les pays anglo-saxons de l’action caritative privée, volontiers opposée à l’inertie ou, plus récemment, à la bureaucratie de l’assistance publique. Dès le xviiie siècle, l’image du fondateur de l’hospice, le débonnaire Thomas Coram, capitaine de la marine marchande en retraite, immortalisé par un portrait de William Hogarth, a paru symboliser le consensus de bienveillance active qu’il sut réaliser entre les intérêts de la City et des élites foncières.

2C’est sur la période écoulée entre l’ouverture de l’hospice en 1741 et la mort en 1857 de George King, ancien pensionnaire et auteur d’une rare autobiographie inédite, que porte l’ouvrage de Helen Berry. C’est sans doute la longue (et peu caractéristique) carrière comme matelot de ce personnage qui a suggéré le titre choisi : Orphans of Empire. Disons-le tout de suite, ce titre est trompeur, puisque, comme le montre l’auteur, une majorité des enfants survivants a vécu dans la région londonienne. L’auteur précise que seuls 115 garçons furent envoyés comme apprentis dans des ports anglais (173). Ce titre aurait mieux convenu à la Marine Society, dont l’objectif était précisément d’aider des enfants pauvres de Londres à entrer dans la marine. L’Empire n’est présent dans le livre que par les souvenirs de George King savamment distillés dans le cours du livre. Sentant le caractère paradoxal de son titre, l’auteur a d’ailleurs cru bon de préciser dans son « épilogue » que les îles britanniques formaient un « inner empire » (277).

3Nous sommes donc en présence, encore une fois, d’une étude générale sur le premier siècle d’existence du Foundling Hospital. Était-elle bien nécessaire ? On peut se le demander à la lecture de la première moitié du livre, où l’on retrouve les thèmes attendus, clairement répartis entre les différents chapitres : Londres comme emporium commercial, la personnalité de Coram, l’engouement caritatif autour du Foundling, l’intérêt d’artistes comme Hændel et Hogarth pour l’institution, l’accueil et le baptême des pensionnaires sous leur nouveau nom, le type d’éducation dispensée. Tous ces thèmes sont traités avec compétence, sur la base d’une solide bibliographie, mais sans apporter grand’chose de nouveau par rapport aux nombreuses études existantes.

4À partir du chapitre 5, toutefois, le recours à des documents rarement exploités de la London Metropolitan Archive, et, de loin en loin, à l’autobiographie de George King, commence à donner un peu de chair à la recherche. L’auteur a compulsé des milliers de documents donnant des renseignements ponctuels sur des épisodes de la vie des pensionnaires : rapports d’inspection sur les nourrices, registres et contrats d’apprentissage, plaintes ou certificats de bonne conduite, réactions des gouverneurs de l’hospice aux demandes des pensionnaires, etc. En revanche les éventuelles sources judiciaires (comme les minutes de l’Old Bailey) ne sont pas utilisées. Il ressort de l’étude une confirmation de la variété des métiers exercés par les survivants du Foundling, du contraste entre les attitudes bienveillantes de certains employeurs et l’exploitation cruelle d’enfants auxquels le stigmate du « bâtard » restait attaché. Moins connu est le rôle quasi-parental que les gouverneurs de l’hospice continuèrent à exercer lorsque, pendant et après leur apprentissage, d’anciens pensionnaires s’adressèrent à eux alors qu’ils étaient confrontés à des situations insupportables. L’auteur parle d’un « précieux filet de sécurité » (232). Il tranche effectivement avec les efforts des responsables de l’assistance publique pour limiter le nombre des indigents susceptibles de leur être à charge, en mettant en avant l’exigence légale de la domiciliation (settlement). L’ouvrage met ainsi en valeur l’existence de deux régimes d’assistance dans un pays où l’indigence était suspecte. Les enfants recueillis au Foundling, considérés comme des victimes, étaient écoutés par les gouverneurs, et leurs conflits et autres difficultés résolus avec autant d’équité qu’il était possible dans le cadre d’une organisation paternaliste. Au contraire, c’était en termes purement juridiques que la situation des indigents des workhouses étaient évaluée.

5Bien que souvent tentée, l’histoire des orphelins du Foundling semble condamnée, au vu de la rareté et de la fragmentation de l’information sur les pensionnaires, à rester quelque peu anecdotique. L’autobiographie de George King, souvent citée dans l’ouvrage, a un intérêt humain certain, mais, comme nous l’avons suggéré, reste peu caractéristique puisque ce matelot, enrôlé de force après avoir abandonné son apprentissage, réussit à dissimuler son statut de bâtard durant le reste de sa vie, et finit même comme glorieux pensionnaire du Greenwich Hospital (il avait assisté à la bataille de Trafalgar !). L'exemple de cette carrière montre au moins que pour quelques-uns des enfants abandonnés, une carrière imprévisible était possible.

6Malgré ses faiblesses, le livre d’Helen Berry sera utile aux dix-huitièmistes intéressés par l’histoire des pauvres et par le traitement social de la pauvreté. Il est agrémenté de quelques illustrations et pourvu d’une riche bibliographie et d’un index.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Carré, « helen berry, Orphans of Empire: The Fate of London’s Foundlings », XVII-XVIII [En ligne], 76 | 2019, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 27 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/1718/4089

Haut de page

Auteur

Jacques Carré

Sorbonne Université

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals