Navigation – Plan du site
Notes de lecture

maria o’malley and denys van renen, eds. Beyond 1776. Globalizing the Cultures of the American Revolution

Charlottesville and London: University of Virginia Press, 2018. 259 pp. ISBN 978-0-8139-4175-2
Marie-Jeanne Rossignol
Référence(s) :

O’MALLEY, MARIA and VAN RENEN, DENYS, eds. – Beyond 1776. Globalizing the Cultures of the American Revolution. Charlottesville and London: The University of Virginia Press, 2018. 259 pp. ISBN 978-0-8139-4175-2

Texte intégral

1Ce recueil d’essais comprend dix chapitres, organisés en deux parties « Transatlantic cliques » et « Secret Histories and Revolutionary Afterlives ». La plupart des contributrices et contributeurs sont nord-américains mais on relève un chercheur taiwanais (Jeng-Guo Chen), une Française (Carine Lounissi), une Allemande (Therese-Marie Meyer) et un Néerlandais (Wyger R.E. Velema). Ce choix cosmopolite donne une réelle dimension « globale » à un volume qui cherche à s’aligner sur les tendances actuelles des recherches sur la fin du xviiie siècle, et en particulier sur les travaux en histoire atlantique qui ont mis l’accent depuis trente ans sur les circulations et les migrations dans l’espace atlantique, voire au-delà. Édité par deux chercheurs en littérature, le volume est réellement ouvert à des problématiques interdisciplinaires, d’histoire politique en particulier bien évidemment (voir l’article de Wyger R. E. Velema sur les Pays-Bas ou de Carine Lounissi sur la France) ou d’histoire impériale (Matthew P. Dziennik) ; il n’en reste pas moins que les thématiques culturelles de l’histoire du livre et de l’écrit, de la circulation des idées et des intellectuels sont au cœur du projet et en constituent le fil directeur le plus efficace. En mettant l’accent en première partie sur des figures intellectuelles mineures, oubliées ou négligées, l’ouvrage renouvelle effectivement le champ de l’histoire culturelle et intellectuelle de la Révolution américaine, dans sa dimension nationale comme internationale. La seconde partie s’intéresse davantage à des lieux d’ordinaire jugés périphériques aux événements révolutionnaires (Irlande, Écosse, la petite île de Saint Eustache), ce qui paraît moins original tant l’histoire atlantique et impériale a creusé ce sillon ces dernières décennies.

2Dans le premier chapitre de la première partie, Leonard von Morzé invite le lecteur à découvrir un personnage peu connu : Christian Jacob Hütter, immigrant allemand, auteur (probablement) en 1800 d’un pamphlet de 30 pages en hommage à George Washington, puis en 1815 d’un roman, toujours inspiré par la vie du premier président des États-Unis, et également principal négociant de livres en langue allemande dans la jeune république. Dans le second chapitre, Wyger R.E Velema examine l’influence des idées politiques américaines sur la culture politique néerlandaise (par l’étude de traductions et de truchements) puisque de 1780 à 1798 eut lieu la « révolution batave » qui finit par mettre un terme à l’ancien régime aux Pays-Bas. Comme von Morzé, Carine Lounissi cherche à nous faire découvrir des figures moins connues que Raynal ou Brissot, qui s’emparèrent de la Révolution américaine pour nourrir leur réflexion politique en France dans les années 1780 (Cerisier, Mandrillon, d’Auberteuil…). La Révolution américaine leur permet de réfléchir à l’empire, aux questions agricoles et commerciales dans le cadre bouillonnant de la vie des idées à la veille de la Révolution française. C’est à un autre intellectuel « mineur » que s’intéresse Ed Simon : Herman Husband, qui fut proche de la révolte des « Régulateurs » en Caroline du nord en 1771. Simon nous rappelle l’influence des groupes religieux radicaux de la Guerre Civile anglaise, et y voit « des Lumières alternatives » issues de la théologie qui forgèrent la pensée de Husband, mais aussi du poète Blake, dont il examine America : A Prophecy. La première partie se clôt avec le texte de Miranda A. Green-Barteet, consacré à l’auteure dramatique Sarah Pogson qui publia en 1807 une pièce historique sur Charlotte Corday : ce personnage, ne sortant dans la pièce de son rôle prétendument féminin que pour mieux l’affirmer, offre une occasion de repenser la question des femmes et de la république à l’Âge des révolutions.

3Dans le premier chapitre de la seconde partie, Matthew P. Dziennik s’intéresse à l’Écosse et à l’Irlande, qui purent « renégocier leurs relations avec l’État impérial » à l’issue de la guerre d’indépendance américaine. Maria O’Malley nous encourage ensuite, à travers les écrits de Benjamin Franklin, à réfléchir à l’île néerlandaise de Saint-Eustache, « épicentre négligé » de la Révolution américaine, en tout cas entrepôt de produits de contrebande utiles lors de la Guerre d’indépendance et qui fut à ce titre victime d’un raid dévastateur de l’amiral Lord Rodney en 1781. Dans le chapitre suivant, Therese-Marie Meyer nous propose d’inscrire la fondation de la première colonie britannique permanente en Australie à Port Jackson (1788) dans le droit fil de la perte de l’Amérique, à travers les parcours d’officiers et marins. Jeng-Guo Chen passe ensuite en revue les liens entre la Chine, l’empire britannique et les colonies britanniques d’Amérique du nord, jusqu’à la fin du xixe siècle, lorsque Taiwan s’inspira de l’indépendance américaine pour fonder sa propre république face au pouvoir colonial japonais, une république qui fut alors de courte durée. Ce n’est que dans le dernier chapitre (qui aurait pu relever de la première partie) qu’apparaît un personnage très emblématique aujourd’hui de l’Âge des révolutions et de l’histoire atlantique, Olaudah Equiano, à la fois penseur mineur et figure politique majeure de la première campagne abolitionniste britannique.

4En conclusion, on peut dire que le pari est tenu, la Révolution américaine apparaît bien comme un événement « global » dont l’impact s’est fait sentir bien au-delà de l’empire britannique dans « les cultures » politiques. Mais on le savait déjà. Ce qui distingue ce recueil, c’est donc la galerie de personnages secondaires qu’elle révèle, véritables « Rousseau du ruisseau » selon l’expression de Robert Darnton. Les éditeurs ont su rassembler femmes, esclaves fugitifs, petits fermiers, immigrants récents, pamphlétaires européens en un aréopage rafraîchissant. Les chapitres d’histoire impériale n’offrent pas le même enchantement, de même que l’introduction légère qui peine à articuler la problématique de l’ouvrage aux questions historiographiques majeures posées par les révolutions atlantiques et la thématique de l’Atlantique en général.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Jeanne Rossignol, « maria o’malley and denys van renen, eds. Beyond 1776. Globalizing the Cultures of the American Revolution  », XVII-XVIII [En ligne], 76 | 2019, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 27 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/1718/4107

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals