Navigation – Plan du site
Notes de lecture - Ouvrages reçus

Xavier Bisaro & Bénédicte Louvat-Molozay, éds, Les Sons du théâtre, Angleterre et France (xvie-xviiie siècle). Éléments d’une histoire de l’écoute

Rennes, PUR, 2013, ISBN 978-2-7535-2237-4
Francis Guinle
p. 313-314
Référence(s) :

Bisaro, Xavier & Louvat-Molozay, BÉnÉdicte, éds. — Les Sons du théâtre, Angleterre et France (xvie-xviiie siècle). Éléments d’une histoire de l’écoute. Rennes : PUR, 2013. 355 pp. ISBN 978-2-7535-2237-4.

Texte intégral

1Ce recueil imposant d’articles est le résultat de quatre années de recherches menées dans le cadre de l’IRCL (Institut de recherche sur la Renaissance, l’Âge classique et les Lumières) à l’Université de Montpellier 3 entre 2008 et 2011. Il rend compte d’un congrès international (xive congrès international de la Gesellschaft für Musik-forschung, Leipzig, 2008), de séminaires et de plusieurs journées d’études, et regroupe des spécialistes du théâtre anglais ainsi que du théâtre français de la période indiquée. Très peu d’ouvrages ont eu l’audace d’aborder le problème du son au théâtre pendant cette période. À ma connaissance, pour la Renaissance anglaise, seul le livre de Bruce R. Smith, The Acoustic World of Early Modern England (1999) aborde pleinement et clairement le sujet. Les éditeurs du présent recueil expliquent cela par la rareté des sources, par l’insistance plus souvent mise sur le voir, plutôt que l’entendre, par l’impression de vague et de flou qui se dégage des quelques descriptions des voix, par exemple. Le lecteur, un peu sceptique au départ, est très rapidement convaincu par les analyses fines des divers documents, dont les auteurs arrivent à tirer des conclusions parfaitement raisonnables et probantes. Les textes dramatiques sont, bien sûr, mis à contribution, mais également des traités, des essais, ou encore des documents d’ordre plus intimes, comme journaux ou correspondance. La variété des sources montre bien qu’il ne s’agit pas seulement de tenter d’analyser et de restituer les sons émis sur scène, mais de reconstituer leur perception. De même, sont pris en compte tous les sons induits par le spectacle : ceux qui s’avèrent nécessaires à la représentation, mais aussi ceux que la représentation engendre chez l’auditoire. La variété des aspects abordés est tout simplement saisissante : l’acoustique des salles, l’origine sociale des chanteuses, les rapports entre leur vie mondaine et musicale, la place des musiciens dans le spectacle (visibles/ invisibles), la fonction dramatique de la musique dans le spectacle représenté, les « chanteurs-acteurs » et le rapport voix parlée/voix chantée, les adaptations « musicales » de Shakespeare à la Restauration, la voix féminine, les problèmes liés à la déclamation et au débit, mais aussi à l’expression et l’émotion, l’opposition « voix de théâtre » et « voix d’opéra », et donc la question du genre, la « voix » du public, ou encore la spécificité de certaines voix et interprétations, comme celles du célèbre acteur Garrick ; comme on peut le voir, tous les champs sont couverts et il serait vain de tenter passer en revue tous les auteurs et de rendre compte de tous les articles. Après un Prologue par les deux éditeurs du recueil, quatre grands chapitres tentent de regrouper de façon thématique les différents articles : « Écrire/Décrire le son : quelques sources », « Voir-entendre : la perception du spectacle théâtral », « Les voix de l’acteur et du chanteur : pratiques anglaises et françaises », « Voix de théâtre, voix d’opéra : usages et réception ». Et contre toute attente, étant donnée la diversité des thèmes abordés par les auteurs, ce regroupement fonctionne à merveille. La difficulté de classement, liée à cette diversité, se trouve augmentée par la nécessité d’établir un équilibre entre le domaine anglais et le domaine français, les différences de pratique très marquées, et une évolution des genres dans des contextes esthétiques, culturels et historique très différents. Mais c’est là aussi tout l’intérêt de l’ouvrage, qui montre bien que, quels que soient le domaine ou la période concernés (on parle ici de deux siècles de théâtre), la restitution du son, de « l’entendre » demeure une tâche ardue, mais non impossible, à condition d’en examiner tous les aspects en opérant des recoupements à travers des documents d’origines différentes.

2Voilà donc un ouvrage qui comble un vide et qui devrait inspirer d’autres recherches et réflexions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francis Guinle, « Xavier Bisaro & Bénédicte Louvat-Molozay, éds, Les Sons du théâtre, Angleterre et France (xvie-xviiie siècle). Éléments d’une histoire de l’écoute », XVII-XVIII, 71 | 2014, 313-314.

Référence électronique

Francis Guinle, « Xavier Bisaro & Bénédicte Louvat-Molozay, éds, Les Sons du théâtre, Angleterre et France (xvie-xviiie siècle). Éléments d’une histoire de l’écoute », XVII-XVIII [En ligne], 71 | 2014, mis en ligne le 26 mai 2016, consulté le 16 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/1718/423

Haut de page

Auteur

Francis Guinle

Université de Jendouba (Tunisie)

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals