Navigation – Plan du site
Notes de lecture - Ouvrages reçus

Dick Wiemann et Gaby Mahlberg, eds, Perspectives on English Revolutionary Republicanism

Aldershot, Ashgate, 2014, ISBN 978-1-4094-5567-7
Louis Roux
p. 320-323
Référence(s) :

Wiemann, Dick et Gaby Mahlberg, eds. — Perspectives on English Revolutionary Republicanism. Aldershot : Ashgate, 2014. 228 pp. ISBN 978-1-4094-5567-7

Texte intégral

1Ce volume rassemble les actes d’un colloque tenu à Potsdam en juin-juillet 2011 dans le cadre d’un réseau européen de recherches sur les xviie et xviiie siècles. Il comprend une introduction signée des editors, onze articles classés en trois parties (« Republican Language, Republican Culture, Republican Religion »), suivies d’un post-scriptum rétrospectif dans la tradition historienne signé de Glenn Burgess. Les contributions sont essentiellement germano-anglaises, aux exceptions de Cesare Cuttica (Paris 8 Vincennes) et Luc Borot (Montpellier et Oxford). Les signataires sont historiens, historiens de la culture, des idées, de la littérature. La jaquette est saturée de multiples mots-clés attestant du foisonnement référentiel du contenu.

2La première partie s’inscrit dans une tradition théorique et métho-dologique, l’histoire du discours politique. Martin Dzelzainis concentre l’analyse sur la distinction entre « commonwealth » et « equal commonwealth » qui nourrit les débats sur la liberté, redéfinie par Quentin Skinner comme absence de pouvoir arbitraire, et soulève la question centrale d’un principe « oligarchique » de contrôle et de sélection (institution d’un « sénat »).

3Le contexte étant agonistique, polémique, Cesare Cuttica montre la pugnacité rhétorique de Sir Robert Filmer adaptée à ses opposants, jésuites ou tenants de la common law. Gunter Lottes montre comment, entre les deux moments du républicanisme et des Lumières, Algernon Sidney utilise quatre idiomes politiques différents : langage biblique, tradition de l’humanisme, droit naturel, historiographie constitutionnelle : la pensée se moule dans et par l’interaction entre langage et pratique. C’est le potentiel des langages politiques du temps qui définit le champ et la force des argumentations. L’interaction historique langue-pensée-action évoque différentes approches linguistiques contemporaines.

4L’analyse de la « culture » républicaine remonte aux origines d’une forme anglaise de républicanisme (voir les travaux de Patrick Collinson) fondée sur un principe de participation politique et d’autonomie, de rapports complexes entre problématiques centrales et situations locales. Les références sont nombreuses aux études historiques récentes, tant l’abondance des études « républicaines » semble avoir pris le pas sur la vague antérieure des recherches centrées sur les heurs et malheurs, les tenants et aboutissants du système monarchique Stuart. L’expression « republican value-system » souligne que les editors n’omettent ni n’éludent les recherches et débats consécutifs aux avancées des cultural studies, et relatifs au mot contesté et polysémique de « culture » (6-10). Les notions de public, de lectorat sont importantes. Ainsi, J. C. Davis soutient que la fiction narrative a une importance centrale pour notre compréhension de l’œuvre majeure de Harrington, Oceana, le but de l’auteur étant de réconcilier, apaiser. S. Pankratz soutient, contre une tradition, que le théâtre de la Restauration n’était pas monolithiquement au service des valeurs monarchiques : les textes sont plus complexes et utilisent aussi des idées républicaines en contrepoint. Au-delà de la Restauration, Gerold Sedlmayr, dans le cadre des transformations subies par le républicanisme révolutionnaire, étudie la « contagion fatale » (sic) du républicanisme français. Même chez Burke, qui tente de naturaliser le conservatisme en en faisant une composante organique du caractère national des Anglais, l’héritage du radicalisme du xviie siècle constitue un contrepoint, mais déplacé sur le corps politique étranger, français en l’occurrence. Harrington est la figure centrale de l’ouvrage. Edward Vallance, dans son chapitre sur les pétitions et la construction de l’opinion publique, longtemps avant les xviiie et xxie siècles, s’intéresse à la culture politique en tant qu’ensemble de valeurs et de coutumes partagées, à la participation et aux modalités d’expression, aux méthodes et stratégies d’encadrement, de canalisation, entre périphérie et centre, de la voix du peuple. Dans le même contexte, l’auteur établit une comparaison avec Henry Neville et John Wildman.

5La dernière partie de l’ouvrage se concentre sur l’orientation religieuse prise par les études littéraires et historiques. Dirk Vanderbeke souligne la primauté du religieux dans la pensée politique de Milton : les obligations des citoyens sont d’abord à l’égard de Dieu, une république libre étant une communauté d’individus socialement autonomes, chaque individu étant « a republic of one », et les prémisses d’une doctrine religieuse rigide conduisant à des conclusions qui cautionnent une interprétation de libéralisme politique et de pensée libre. Le contexte idéologique étant pénétré de judéo-christianisme, la recherche de Luc Borot approfondit et réévalue la référence hébraïque. Borot dissocie Harrington de ses contemporains « enthousiastes » ou radicaux ; pour Harrington, Dieu est républicain ; la religion naturelle a sa place institutionnelle dans l’État, mais c’est une religion politique sans système idéologique, qui assure la liberté de conscience et garantit la paix civile : c’est bien d’une religion et d’une église nationales qu’il s’agit. Justin Champion, dans son chapitre sur la république mosaïque, traite de la transmission de l’œuvre de Harrington dans la modernité et du rôle joué par John Toland. L’exemple est particulièrement pertinent, s’agissant de la relation entre le canon républicain et les Lumières radicales. Continuité et transition seraient illustrées par la page de titre de l’édition de Harrington publiée par Toland, où Moïse figure avec Numa et d’autres législateurs païens. Harrington était prisé par les lecteurs des Lumières. Champion analyse ainsi son succès, en particulier son rejet des menées cléricales : « [it] lay not so much in his civil political theory as in his radical ecclesiology which remained both pertinent and prominent in the period ».

6L’essai final a pour titre « Republicanism : Theory, Culture and History ». Paysagiste du passé, l’auteur met en perspective, de Harrington et Hobbes, mis en parallèle et en opposition, à Jefferson et John Adams, et bien au-delà, les éléments de réflexion lexicographiques, sémantiques, conceptuels qui sont au cœur de la recherche anglo-américaine (de Filmer à Skinner) et plus largement occidentale, historique et contemporaine, sur la cité et la liberté. Burgess conclut : « This collection of chapters leaves the reader with a powerful sense of the complexity and diversity of the English republican tradition of the seventeenth and early eighteenth centuries, and of the difficulty of finding any one badge that all republicans and only republicans wore ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louis Roux, « Dick Wiemann et Gaby Mahlberg, eds, Perspectives on English Revolutionary Republicanism », XVII-XVIII, 71 | 2014, 320-323.

Référence électronique

Louis Roux, « Dick Wiemann et Gaby Mahlberg, eds, Perspectives on English Revolutionary Republicanism », XVII-XVIII [En ligne], 71 | 2014, mis en ligne le 26 mai 2016, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/1718/428

Haut de page

Auteur

Louis Roux

Université Jean Monnet, Saint-Étienne

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals