Navigation – Plan du site

AccueilNuméros77La Force du commerceEmpire, économie et mobilité soci...

La Force du commerce

Empire, économie et mobilité sociale : une dynamique occultée de la pensée économique de James Harrington

Luc Borot

Résumés

Alors que la pensée de James Harrington, souvent associée à l’utopisme, repose sur un véritable matérialisme, alors qu’il appuie sa vision de l’histoire et de la citoyenneté sur des phénomènes économiques, il semble peu au fait des réalités et surtout des théories de son temps dans ce domaine. On cherche à montrer comment ses propos sur l’économie et le commerce entrent dans une stratégie d’exposition qualitative et non quantitative, et à quel point il est sensible aux dimensions socio-économiques que convoque sa théorie.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le cas le plus extrême de lecture marxiste anachronique est le chapitre que C.B. Macpherson consacr (...)

1James Harrington reste sans doute dans l’histoire de la pensée politique comme le penseur républicain le plus ambitieux du milieu du XVIIe siècle. Pas ambitieux d’une ambition politique comme l’avaient été, dans son camp, Marchamont Nedham et John Milton ; le premier finit ses jours en médecin prospère après avoir été gracié sous le sceau royal de Charles II et le second dans le soulagement de conserver la tête sur les épaules après l’épuration de la Restauration malgré son exaltation du régicide, alors que Harrington, pour une homonymie malencontreuse avec un parent régicide pourtant décédé, termina ses jours sans avoir pu conserver toute sa tête. Il est ici question de l’ambition scientifique de Harrington et de l’ambitieux projet qu’il a élaboré pour son pays entre 1656 et 1660. Au siècle dernier, il fut regardé (comme Gerrard Winstanley) comme un précurseur par les herméneutes marxistes de la première révolution des Îles Britanniques, dite « bourgeoise » et « anglaise ».1 Des critiques de diverses orientations politiques, comme Raymond Polin ou Judith Shklar ont insisté en revanche sur le danger d’anachronisme, voire de contre-sens, qui sous-tendait de telles lectures, en invitant à un retour au texte et à la compréhension de l’auteur dans son monde. La pensée de Harrington, pour certains critiques comme Colin Davis et l’auteur de ces lignes, relève de l’utopisme, parfois de l’utopie au sens formel du terme, mais ajoutons aussitôt que cette pensée relève également du matérialisme. Nous parlons ici d’un matérialisme qui n’est pas « dialectique » au sens marxien du terme, mais qui aurait eu du mal à ne pas être hobbesien (Borot, « James Harrington » 30-32). Pour Harrington en effet, le substrat (et on ne parlera pas ici « d’infrastructure ») du changement historique et de toute constitution politique est matériel, car présent dans le monde (la propriété de la terre) et quantifiable (la valeur de cette propriété), bien que Harrington n’ait pas les moyens scientifiques de cette quantification. La superstructure de l’État (au sens architectural allégorique de Harrington, et non au sens marxien), à savoir ses institutions, doit être en adéquation avec la répartition de la propriété terrienne entre trois groupes présents toujours et partout dans toutes les sociétés : the One, the Few and the Many. Si la majorité des terres est entre les mains de l’Un, il convient d’instituer une monarchie absolue ; si elle est entre celles du petit nombre, c’est une aristocratie, le plus souvent sous la forme d’une monarchie mixte, qui donnera le gouvernement le mieux adapté ; et si elle est entre les mains du plus grand nombre, seule une république, an equal commonwealth, sera en mesure de produire un régime stable, paisible et durable. La sociologie de Harrington ne va guère plus loin que cela, et ses tentatives de quantification des seuils censitaires relèvent plus de la construction littéraire de la fiction utopique que d’une certitude mathématique.

2Pour trouver chez Harrington une théorie du commerce, on a le sentiment qu’il faudrait la rechercher « en creux », tant elle est peu conceptualisée, mais dans Oceana (1656) la politique économique de la nouvelle république est décrite, et l’on trouvera dans The Prerogative of Popular Government (1658) une argumentation comparative (déjà identifiée par R. Polin dans son article de 1952) entre des républiques européennes, qui manifeste sa conscience forte de l’importance du commerce des biens et de l’échange des monnaies. Il importe également d’articuler notre lecture de la réflexion économique de notre auteur avec ses conceptions de la citoyenneté, de la politique militaire et du développement impérial.

3On rappellera pour commencer les fondements de la citoyenneté dans la république de Harrington, pour évoquer l’espace qu’il laisse ouvert à toute forme d’activité économique non terrienne comme voie d’enrichissement, de promotion civique, et donc aussi d’ambition politique. C’est ce qu’on peut appeler en développant son idiolecte l’expansion interne de la république. Par ailleurs, cette dernière est aussi dotée par vocation d’un devoir d’expansion externe, qu’il qualifie de « gouvernement provincial » de la république. On terminera par une analyse d’un moment théorique de l’œuvre où une comparaison des fondements économiques disponibles pour les États atteste que la banque et le commerce ne sont pas à exclure de ce qui enrichit les personnes et les républiques.

Citoyenneté et économie en Océana

  • 2 Toutes les références à l’œuvre de Harrington sont tirées de l’édition Pocock indiquée en bibliogra (...)

4La citoyenneté dans la république d’Océana est un sujet déjà souvent traité, qu’on se contentera de résumer ici (Borot, « Subject and Citizen »). Le territoire est découpé en tribus, centuries et paroisses (tribes, hundreds, parishes), comme stipulé au 4e article de la nouvelle constitution d’Océana. Le peuple est divisé en serviteurs et hommes libres, les hommes libres (freemen) étant ceux qui ont les moyens de leur autonomie, ce qui fait l’objet du 1er article (Harrington, Oceana, 1st Order, 212).2 Les hommes libres sont divisés entre fantassins et cavaliers (le seuil étant situé à £100 de revenus annuels, quelle qu’en soit la source) (Oceana, 3rd Order, 213). Les cavaliers correspondent à l’ordre sénatorial. Ces catégories ne sont pas étanches : tous peuvent y accéder, et chacun peut perdre son statut selon l’état de ses revenus. Les statuts civiques reflètent donc une société mobile. Quelle que soit la catégorie socio-politique d’un citoyen, il ne peut voter qu’à partir de 30 ans, âge où le soldat passe de l’armée d’active à la réserve (Oceana, 2nd Order, 213). Pour que la balance de la propriété ne retombe pas dans une situation aristocratique ou monarchique, il faut une loi agraire qui impose la dissémination de la propriété terrienne jusqu’à ce que personne, au fil du temps, ne puisse posséder des terres rapportant plus de £2 000/an, ce qui réduirait le nombre des unités de propriété à un minimum de 5 000 (Oceana, 13th Order et sa discussion, 231-40).

5Sur cette base, si on se laisse aveugler par l’abondance des raisonnements sur la propriété terrienne, on peut se demander comment ceux qui sont encore serviteurs pourront devenir hommes libres dans une société dominée par la richesse foncière. Or c’est ici qu’intervient en creux la liberté économique : à aucun moment Harrington ne se soucie de la manière dont on acquiert l’autonomie, ni dont on atteint le seuil du cens sénatorial fixé à £100. Harrington part des réalités de la société anglaise de son temps : la majorité rurale de la population non noble se divisait dans la constitution traditionnelle entre les francs tenanciers taxés 40 shillings/an et les autres, mais dans les cités et bourgs à charte, les freemen avaient le droit de vote aux Communes selon les termes de celle-ci. Dans la république d’Océana, les voies de la citoyenneté seraient désormais ouvertes à tous, puisque celle-ci dépend de la richesse et non du statut. Harrington ne fait qu’apporter une solution universelle et homogène à la répartition arbitraire des villes à charte. En son temps, The Foundations of Freedom, deuxième version de l’Agreement of the People (1648), et l’Instrument of Government (1653) avaient proposé une régularisation et une harmonisation du suffrage des comtés et des villes (Foundations 296-97 ; Instrument, art. 10, 407-8), ce qui fut perdu dans la dernière année du Protectorat.

6C’est donc bien une société d’ouverture, paradoxe pour une utopie, selon certaines interprétations du genre (Vieira 6-7), qui est proposée par Harrington, car si ses institutions politiques et militaires sont et doivent être contraignantes, ni le champ de la religion ni celui de l’économie ne font l’objet d’une mise sous tutelle, mais seulement d’une réglementation prudentielle et pacifiante. Or si la liberté de conscience fait l’objet d’une théorisation détaillée dans toute l’œuvre de Harrington, jamais la liberté n’est par lui définie dans le champ économique. Nous sommes devant un paradoxe dans l’histoire de la théorie économique : alors qu’on a le sentiment de lire un physiocrate, puisqu’il donne la primauté à la propriété foncière comme fondement de la solidité d’un État, on est peut-être en présence d’un mercantiliste, car le commerce et l’industrie, encouragés par l’État, ont pour vocation d’accroître le territoire et la richesse de la société et du pays.

7À force de se focaliser sur l’importance de la propriété foncière, la critique a pu perdre de vue la raison pour laquelle Harrington la place en tête des réalités socio-économiques à contrôler. Si, en effet, la nature républicaine du régime n’est pas assurée tant que le développement de la propriété terrienne n’est pas empêché, c’est parce que cette dernière est la seule source de richesse qui puisse fournir de quoi alimenter cette bête gourmande qu’est une armée (« an army is a beast that has a great belly […] and the beast is theirs that feed it », Prerogative of Popular Government 411, titre abrégé plus loin en Prerogative).

8Ce qu’encourage Harrington en priorité, c’est l’expansion dans tous les domaines : expansion territoriale et coloniale, expansion interne du nombre des citoyens, mais aussi expansion du nombre des propriétaires, y compris en permettant que les filles d’un propriétaire puissent hériter comme leurs frères (Oceana, 13th Order, 231). En dissociant la citoyenneté de la propriété terrienne, dès le creusement des fondations de sa république, pour reprendre son allégorie architecturale, Harrington ouvre la voie au développement de toutes les autres formes de richesse, puisqu’il a posé (sans l’établir quantitativement au demeurant) que seuls les mouvements de la richesse terrienne présentaient un danger politique pour la république. Il reconnaît que sa démonstration ne peut être mathématiquement fondée, car il est incompétent dans cette discipline :

The doctrine of the balance is that, though he strain at it, which chokes the Prevaricator; for this of all other is that principle which makes the politics (not so before the invention of the same) to be undeniable throughout; and (not to meddle with the mathematics, an art I understand as little as mathematicians do this) the most demonstrable of any other. (Prerogative, 404)

Avec cet aveu, Harrington revendique le terrain sur lequel il place sa démonstration : celui de la théorie, et non celui de la science quantifiable. Il opère bien dans le cadre d’une épistémologie matérialiste, mais suivant une méthode qualitative.

9Le conseil du commerce semble pensé pour définir et réguler la politique économique de la république sur une base prudentielle, issue de l’expérience et des consultations menées par ses membres. C’est l’un des quatre départements de l’exécutif de la république, avec le Conseil d’État, en charge des affaires intérieures et extérieures, celui de la guerre et celui de la religion. Alors que les autres conseils voient leur champ et leur mode d’action clairement définis, celui du commerce voit ses attributions remises à plus tard, car il faut que la république entende les avis et fasse ses comptes pour savoir quelle sera sa politique commerciale, et plus généralement économique :

The council of trade, being the vena porta of this nation, shall hereafter receive instructions more at large. For the present, their experience attaining unto a right understanding of those trades and mysteries that feed the veins of this commonwealth, and a true distinction of those that suck or exhaust the same, they shall acquaint the senate with the conveniences and inconveniences, to the end that encouragement may be applied unto the one and remedy to the other. (Oceana, 19th Order, 251-52)

On voit bien ici à l’œuvre la vertu aristotélicienne de prudence, si souvent invoquée dans les Préliminaires qui ouvrent Oceana. Comme le conseil des Prévôts par lequel se clôt l’article 19 de la constitution où sont décrits les ministères de la république, le conseil du commerce est un lieu d’écoute et d’étude. L’économie est un domaine d’où l’a priori est exclu, comme la diplomatie et la guerre : les informateurs et espions jouent dans ces champs d’action de l’État le rôle que les acteurs économiques doivent remplir dans le champ du commerce et de l’industrie. Ici aussi, la république doit inscrire dans sa méthode, au service de son peuple, l’empirisme et la sagesse. Loin de manifester un idéalisme détaché des contingences, la version de l’utopisme incarnée par Oceana affiche un pragmatisme militant. Cependant, une chose est claire d’emblée : la république aura une politique économique interventionniste.

10Mais faut-il s’en étonner ? Dans le commentaire qu’il donne à l’article 25 de la constitution, le législateur suprême qu’est le Lord Archon décrit l’organisation de la capitale de la république, dont le nom est essentiel pour notre objet : « Emporium ». Comme la City, elle est organisée en corporations rassemblant les personnes pratiquant le même métier. C’est en ces soixante corporations que réside le gouvernement de cette capitale (Oceana 294-98). On peut donc en déduire que la république dont la capitale est un marché ou une halle, si l’on prend à la lettre son toponyme, aura une vocation commerciale et concevra ses politiques en vue de son expansion (« increase ») économique.

11Cette politique de prospérité est attestée à la fin de l’utopie, dans le « Corollary », lorsque le narrateur se penche sur les onze premières années du nouveau régime. On y observe les caractéristiques d’une ligne économique peu interventionniste : les revenus des terres échues au gouvernement rapportant suffisamment pour supprimer les impôts autres que les taxes indirectes, on pourra abolir celles-ci à leur tour dix ans plus tard (Oceana 352). C’est donc une économie sans entrave qui se profile à l’horizon de la jeune république : l’expansion sans la contrainte. Il convient d’autant plus de le souligner que l’œuvre et la pensée de Harrington se sont ouvertes sur une vision inégalitaire et contraignante de l’expansion extérieure de la république (Oceana 159-60).

La république en expansion extérieure

12Inspiré par l’Empire romain, Harrington cherche à organiser les moyens de développer le territoire de la république par agrégation du proche (l’intégration inégalitaire de l’Écosse et de l’Irlande est le premier degré de cette expansion territoriale) et la conquête du plus lointain. C’est ce qu’il appelle le gouvernement « provincial », ou la partie provinciale du gouvernement. Cette partie de l’État conserve la même importance tout au long de son œuvre, alors que le discours sur le commerce disparaît assez rapidement. On trouve une source majeure d’inspiration dans les Discours sur la première décade de Tite-Live de Machiavel. Le Florentin y explique en effet clairement que les républiques disposent de trois moyens de se développer à l’extérieur : fédérer plusieurs républiques sur une base égalitaire, se faire des alliés, ou se faire des sujets. Rome est si bien parvenue à se développer, parce qu’elle a combiné les deux dernières méthodes : créant des alliances avec les peuples conquis (et d’abord en Italie), elle a veillé à leur imposer ses propres règles (Discours, II, 4, 302-3). Dans les fusions de républiques imaginées par Harrington, la même vision s’impose.

13Dans la première partie des Préliminaires d’Océana, notre auteur oppose deux types de balance de l’empire : il lui faut à la fois démontrer sur quelle base une province, une fois conquise, doit être tenue, et sur quelle base elle ne saurait l’être. Avec son goût habituel pour les paradoxes, il explique que si l’on donnait le pouvoir dans la colonie à ceux qui détiennent la balance de la propriété (les natifs), on leur donnerait les moyens de leur indépendance, ce qui se retournerait contre les conquérants désireux de soumettre la colonie à leur domination : « It would bring the government from provincial and dependent to national and independent » (Oceana 167), ce qui anéantirait les efforts de conquête de la république. C’est par des avantages d’une autre nature que la balance de la propriété, que la métropole impose sa domination à ses colonies, comme la supériorité de son mode de gouvernement ou sa supériorité navale ou militaire. C’est comme si les biens de l’esprit, comme l’autorité, pouvaient acquérir hors du sol originel de la république, un pouvoir de domination équivalent à ceux de la fortune, comme la richesse ou la terre, quoi qu’il en dise (Oceana 168-69).

14C’est dans le cadre de ce gouvernement provincial que se définit la politique militaire de la république, et dès les Préliminaires d’Océana, il est clair que c’est la terre (dominion) et non un impôt qui pourra financer une armée :

That an army should in any other case be supported by a mere tax is a mere fancy, as void of all reason and experience, as if a man should think to maintain such an one by robbing of orchards; for a mere tax is but pulling of plumtrees, the roots whereof are in other men’s grounds, who, suffering perpetual violence, come to hate the author of it. (Oceana 201)

Dans une colonie, il faut trouver un moyen de financement évitant l’imposition, puisque les règles de la loi agraire ne s’y appliquent pas encore, et que la citoyenneté peut ne pas s’y appliquer si les conditions du pays et du peuple ne le permettent pas. Chez soi en revanche, et dans les provinces où l’on s’est associé le peuple en le faisant citoyen, surtout si on est venu à sa demande le libérer de son oppression, c’est sur le service militaire des citoyens qu’il faudra s’appuyer pour la défense de leur territoire autant que du territoire de la république « libératrice », et donc de l’empire.

15Dans les Aphorisms Political, Harrington explique que les peuples intégrés ou subordonnés à la république doivent tout de même recevoir un statut politique inférieur, car ils reçoivent leur loi du conquérant. C’est à la république conquérante d’imposer sa balance à ses « confédérés » :

Whereas a well-ordered commonwealth should give the balance to her confederates, and not receive it from them: the councils in which divers others are thus united, though in a far inferior number of deputies, yet, if these lie in wait or lay their heads together, may be over-ruled, obstructed or over-balanced by foreign interests. (Aphorisms Political, LIII, 768)

L’intégration de l’Écosse et de l’Irlande doit donc être inégalitaire dans les assemblées, mais apporter les bienfaits de l’equal commonwealth aux citoyens de ces territoires libérés du joug nobiliaire, voire du servage en Irlande (Oceana 331). Or quand on considère l’article 13 de la constitution d’Océana, il stipule bel et bien les principes de la loi agraire en Écosse et en Irlande : la valeur maximale des terres qu’un seul homme aura le droit de posséder s’élèvera en Marpésia à £500, alors qu’en Panopéa s’appliqueront les mêmes règles qu’en Océana, assorties de pénalités plus lourdes en cas de transgression (Oceana, 13th Order, 231).

16Ce n’est pas sans paradoxe, car si les avantages du tout doivent être répartis entre toutes les parties, comme on vient de le voir, il ne saurait y avoir, en revanche, d’égalité entre le centre et les périphéries. Et pourtant, il s’agit de promouvoir la liberté de toutes les républiques de la confédération. C’est en ces termes que Harrington critique l’union des nations britanniques et de l’Irlande sous la constitution du Protectorat :

The new, unpractised, and heretofore unheard-of union (as it is vulgarly spoken) with Scotland, by uniting deputies of divers nations, not in a council apart, or by way of estates general, as in the United Provinces, but in the standing councils of some one commonwealth in the league, is destructive to liberty both in England and Scotland. (Aphorisms Political, XLIX, 768)

Néanmoins, si une armée d’Écosse est nécessaire à la république métropolitaine, il faut pour tenir la province d’Écosse une présence militaire anglaise. Comme souvent chez Harrington, on voit que les déterminations politiques et économiques peuvent se contredire. La liberté doit être garantie, les bienfaits matériels doivent être partagés, mais l’une des républiques doit assurer sa domination sur les autres. Ce que l’économique semble libérer, le politique et le militaire doivent en contrecarrer ou limiter les effets indésirables.

17Dans l’article 28 de la constitution, il est stipulé que c’est le parlement d’Océana qui impose leur constitution et leur loi agraire aux provinces existantes de Marpésia (l’Écosse) et de Panopéa (l’Irlande), et qu’il en ira de même pour les futures provinces conquises par la république. Bien qu’ayant chacune ses institutions et magistratures, les deux provinces pourront faire appel à l’assemblée populaire d’Océana, qui maintient sa domination. On voit bien ici que, comme on l’a suggéré plus haut, des dimensions politiques et culturelles jouent un rôle considérable dans l’établissement et le maintien du rapport de force entre métropole et colonies (Oceana, 28th Order, 318).

18Dans son discours sur l’organisation militaire, clôturant l’exposé de la constitution du pays, le Lord Archon (le législateur à stature mosaïque de la république), donne une formulation d’ensemble de sa vision patriotique : une telle république, dit-il, est « a commonwealth for increase » (Oceana 320). Les législateurs ne doivent pas garder pour eux le trésor que ces guerres d’expansion vont conquérir, mais dans cette république égale visant l’expansion, il faut que tous bénéficient des conquêtes, qu’ils soient citoyens locaux de la république, ou habitants des provinces acquises ou conquises. Cette mission quasi-messianique repose tout entière sur la réalisation de la balance égale des terres :

The balance of a commonwealth that is equal is of such nature that whatever falleth into her empire must fall equally, and if the whole earth fall into your scales, it must fall equally; and so you may be a greater people and yet not swerve from your principles. (Oceana 322)

Le paradoxe de la domination du monde par Océana est qu’elle exporte avec elle l’égalité et la liberté. C’est un discours qui préfigure celui des colonisations ultérieures, pour les empires français, britannique et états-unien. Comme notre auteur le dit un peu plus loin :

[I]f the empire of a commonwealth be patronage, to ask whether it be lawful for a commonwealth to aspire unto the empire of the world is to ask whether it be lawful for her to do her duty, and put the world into a better condition than it was before. (Oceana 328)

Comme Rome fondant son empire sur sa vertu républicaine, Océana ne peut choisir d’autre voie que la propagation de son modèle politique (Oceana 329).

19Comme on peut le constater, expansion et domination ont à voir avec la répartition des terres autant qu’avec l’idéologie. Mais est-ce à dire que jamais Harrington ne raisonne sur des questions strictement économiques ?

L’argumentation économique

20Il existe bien, si l’on sort d’Océana, une argumentation économique, bien qu’on ne puisse dire que Harrington y donne les bases quantitatives de ses comparaisons. C’est en effet dans sa Prerogative of Popular Government que notre auteur, répondant aux objections de son contradicteur Matthew Wren, ébauche une théorie économique comparant les formes de richesse pour justifier sa théorie de la balance. Wren lui objecte que la richesse monétaire pouvait être une aussi bonne, voire meilleure fondation pour un État que la propriété terrienne. Harrington concède dans un raisonnement fictif, que si un homme a 100 livres, il pourra avoir un serviteur, et que s’il dispose de 100 fois plus d’argent, il pourra avoir cent fois plus de serviteurs. Mais si l’argent s’en va, les hommes font de même. L’argent ne rapporte pas, de lui-même. En revanche, si un, plusieurs ou un grand nombre détiennent des terres, soit par leurs revenus, soit par leur production, ils peuvent entretenir durablement une armée (Prerogative 404).

21Pour mieux contredire son contradicteur, Harrington concède trois circonstances dans lesquelles l’argent l’emporte sur la terre : 1) là où il n’existe pas encore de propriété de la terre ; 2) « in cities of small territory and great trade, as Holland and Genoa », car la terre ne pouvant pas nourrir tout le peuple, celui-ci doit vivre du commerce, donc la terre se voit dépasser en importance par l’instrument du commerce, qui est l’argent ; 3) dans un pays au territoire étroit où les portions de terre ont peu de valeur, comme chez les Israélites, où il faut réglementer le flux d’argent pour qu’il ne contrebalance pas la terre. C’est pourquoi l’usure y était interdite afin qu’elle ne contrebalance pas la terre comme fondation du régime (Prerogative 406). C’est pourquoi Israël interdit l’usure, et Sparte l’argent (Prerogative 407). À Gênes ou en Hollande, explique-t-il, l’usure ne présente pas un danger, parce que ce sont des pays « where merchandise is exercised », et elle est même indispensable à condition qu’on légifère pour que les revenus de l’argent prêté profitent à la république au lieu de se perdre dans la bourse de personnes privées, « that the borrower may gain more by it than the lender ». Et il en va de même dans des territoires plus vastes comme l’Espagne ou l’Angleterre (Prerogative 407).

22Il est des pays qui savent créer une banque qui profite : les Génois peuvent créer une banque par des lettres de change, les Hollandais avec des harengs, nous explique-t-il. À tel point qu’il ose la formule épigrammatique: « where there’s a bank, ten to one, there is a commonwealth » (Prerogative 409). Le commerce en général, et le commerce de l’argent en particulier, ne sont pas à négliger. Comme partout ailleurs, chez le républicain Harrington, c’est le peuple comme premier moteur de l’État et de la société qui est le cœur des problématiques économiques : si le peuple est le troupeau de son propre pâturage, il n’est pas alors simplement un troupeau de moutons, mais surtout une armée de lions (Prerogative 411).

23La discussion de l’industrie (manufacture) cible la Hollande et ses erreurs de politique commerciale et industrielle, car, pour revenir à Oceana, dans les exposés justifiant la primauté de la terre dans la détermination des régimes politiques, le Lord Archon, donne une idée de l’esprit que le conseil du commerce devra appliquer dans la définition de ses politiques :

In manufactures and merchandise the Hollander hath gotten the start of us; but at the long run it will be found that a people working upon a foreign commodity doth but farm the manufacture, and that it is entailed upon them only where the growth of it is native; as also that it is one thing to have the carriage of other men’s goods, and another for a man to bring his own unto the best market. Wherefore, nature having provided encouragement for these arts in this nation above others where, the people growing, they of necessity must also increase, it cannot but establish them upon a far more sure and effectual foundation than that of the Hollanders. But their educations are in order unto the first things or necessities of nature: as husbandry unto the food, manufacture unto the clothing, and merchandise unto the purse of the commonwealth. (Oceana 305)

La comparaison entre les républiques d’Angleterre et de Hollande trace les lignes d’une politique économique, industrielle et commerciale où l’indépendance de la république promeut l’enrichissement du peuple, qui doit s’enrichir (« increase ») à mesure de l’accroissement démographique (« growth »). Le « commonwealth for increase » a une valeur démographique, mais celle-ci ne doit pas se faire au prix d’un appauvrissement des Anglais. Politique industrielle pour avoir ses produits à transformer, politique éducative pour que les citoyens acquièrent les compétences et que la technologie se développe, et politique commerciale pour que les biens ainsi produits se vendent sur les meilleurs marchés.

24C’est pour cette raison qu’on peut être en désaccord avec Raymond Polin, quand il écrivait que Harrington était en retard sur la compréhension du monde économique tel qu’il était depuis la période élisabéthaine (Polin 31). Notre auteur est en fait conscient des dimensions internationales et financières de son monde, mais il a fait le choix délibéré de raisonner sur le politique et de tout lui subordonner.

*

25Par ailleurs, si l’on cherche à imaginer les conséquences de la pensée de Harrington sur l’histoire des sciences sociales, les comparaisons avec Gênes et les Pays-Bas rappellent les travaux comparatistes de l’inventeur de la statistique économique, le Rota man Sir William Petty. Dans ses travaux économiques publiés sous la Restauration, ce dernier démontre mathématiquement les avantages respectifs de l’Angleterre, de la France et des Provinces Unies. L’ami fidèle de Harrington et ancien militant républicain fournit après coup les outils scientifiques qui auraient pu appuyer (ou non) les affirmations de Harrington sur la balance de la propriété. Si l’on se penche sur les termes employés par Petty pour comparer les pays, il est question de superficie, de densité de population, de richesse financière pour démontrer, comme il l’explique au début de son traité Political Arithmetick, qu’un petit pays doté d’un peuple restreint peut être équivalent en richesse et en puissance à un territoire doté d’un peuple bien plus abondant (Petty 1). Les facteurs discriminants sont à ses yeux les amplificateurs de richesse que sont les moyens de communication, les instruments financiers et l’optimisation de l’occupation du territoire. Après la Restauration, Petty avait acquis en Irlande une grande expérience dans la gestion des territoires, et il en avait tiré une réflexion méthodologique pour laquelle Harrington n’était pas doté de l’équipement intellectuel requis. Comme le montre Colin Davis dans un récent article, la forme littéraire choisie par Harrington peut servir à masquer ses insuffisances scientifiques, mais pour ses lecteurs il fournit un mode d’accès privilégié à ses idées en reprenant un mode littéraire très à la mode dans les années 1650 (Davis, « Prose Romance » 69-71, 74). Ce n’est pas en les submergeant de données chiffrées, à supposer qu’il en ait disposé, qu’il les aurait amenés à méditer sur ses propositions politiques.

26On a peut-être ici donné l’impression d’un paradoxe : tout en traçant un parallélisme entre les domaines de la religion et de l’économie dans la pensée de Harrington, on a également évoqué un champ de la religion où la liberté est théorisée, et la diversité régulée sans pression de l’exécutif sur les consciences, et en même temps un champ de l’économie où se combineraient l’interventionnisme et le laisser-faire. Il se pourrait que Harrington procède en réalité de la même façon, car s’il est favorable à un interventionnisme politique en économie, il en théorise les limites et laisse la société s’organiser et les trajectoires sociales porter la mobilité politique des citoyens ; de même, alors qu’il instaure une Église d’État il laisse les autres religions (ni païennes, ni juives, ni catholiques) s’organiser à leur guise, sous l’égide du même Conseil de la Religion qui contrôle la religion d’État. On peut donc imaginer que le Conseil du Commerce pourrait se charger à terme de faire respecter la liberté tout en encourageant certains secteurs de l’économie.

27L’originalité de la pensée de Harrington, entre toutes les pensées républicaines et les utopies, est que son utopisme l’oblige au pragmatisme. Avoir choisi dès le commencement le mode littéraire de l’utopie lui offre toute liberté pour innover dans la réflexion historique, sociale et économique, mais aussi dans la création institutionnelle. Beaucoup d’autres utopies sont codées et se réfèrent de façon plus ou moins transparente au contexte socio-historique dont elles sont issues, mais celle de Harrington s’en distingue par l’urgence réformatrice qui la motive et par son pragmatisme : il s’agit de réformer cette société-ci, et non toute société en tout temps et en tout lieu, donc il s’appuie sur les réalités sociales et institutionnelles de l’Angleterre, et plus généralement des Îles Britanniques de son temps (Davis, « Prose Romance » 77-82). Il est donc porté plus par un esprit de l’utopie, au sens d’Ernst Bloch, que par un utopisme abstrait comme celui de Thomas More. À la différence de Colin Davis, à qui les études sur l’utopie et l’utopisme anglais doivent autant que les études harringtoniennes, on attribuera ici à Harrington plus d’optimisme que lui dans sa conception de la nature humaine : si les institutions de la république doivent assurément lier les mains des acteurs politiques (give us good laws and they’ll give us good men), elles sont aussi là pour développer l’éducation et la prospérité des êtres humains, d’abord en Océana, puis partout dans le monde où cette république égale étendra son modèle. Je lis chez Harrington une croyance en la perfectibilité qui est plus souvent identifiée chez les auteurs du siècle suivant, et qui, comme tant d’autres choses chez lui, n’est ni problématisée ni explicitée dans ses textes, mais qui s’y trouve indéniablement.

28Dans ce contexte intellectuel, il appert qu’il ne faut pas rechercher dans sa pensée une réflexion économique solidement théorisée. En revanche, il élabore une telle construction matérialiste pour sous-tendre son projet politique, qu’on ne peut faire l’économie, si l’on ose dire, de prendre au sérieux les problèmes qu’il soulève dans ce domaine.

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires

The Foundations of Freedom, or an Agreement of the People (December 1648). In Leveller Manifestoes of the Puritan Revolution. Ed. DM Wolfe. Londres : Frank Cass, 1967. 291-303.

The Instrument of Government (1653). In Constitutional Documents of the Puritan Revolution, 1625-1660. Ed. S.R. Gardiner. Oxford: Oxford UP, 1906. 405-15.

Harrington, James. The Political Works of James Harrington. Ed. J.G.A. Pocock. Cambridge : Cambridge UP, 1977.

Machiavel, Nicolas. Discours sur la première décade de Tite-Live (1531). Œuvres. Tr. Christian Bec. Paris : Robert Laffont, 1996. 185-461.

Petty, Sir William. Political Arithmetick. Londres, 1690.

Sources secondaires

Bloch, Ernst. L’Esprit de l’utopie (1923). Tr. Anne-Marie Lang et Catherine Piron-Audard. Paris : Gallimard, 1977.

Borot, Luc. « Subject and Citizen : The Ambiguities of the Political Self in Early Modern England ». Revue Française de Civilisation Britannique XXI-1 (2016). <http://rfcb.revues.org/735>.

Borot, Luc. « James Harrington : une autre épistémologie matérialiste de la science politique au XVIIe siècle ». Philosophical Enquiries 8 (juin 2017). <http://www.philosophicalenquiries.com/numero8article2Borot.html>.

Campbell, Gordon. « John Milton ». Oxford Dictionary of National Biography Online. <https://doi-org.ezpupv.biu-montpellier.fr/10.1093/ref:odnb/18800>.

Davis, J.C. « The Prose Romance of the 1650s as a Context for Oceana ». Perspectives on English Revolutionary Republicanism. Ed. Dirk Wiemann et Gaby Mahlberg. Farnham : Ashgate, 2014. 65-83.

Davis, J.C. Utopia and the Ideal Society in Seventeenth-Century England. Cambridge : Cambridge UP, 1982.

Macpherson, C.B. The Political Theory of Possessive Individualism. Oxford : Oxford UP, 1962.

Polin, Raymond. « Économie et politique au XVIIe siècle : L’Oceana de James Harrington ». Revue française de science politique 2.1 (1952) : 24-41.

Raymond, Joad. « Marchamont Nedham ». Oxford Dictionary of National Biography Online. <https://doi-org.ezpupv.biu-montpellier.fr/10.1093/ref:odnb/19847>.

Shklar, Judith. « Ideology Hunting : the Case of James Harrington ». The American Political Science Review 53.2 (septembre 1959) : 662-92.

Vieira, Fatima. « The Concept of Utopia ». The Cambridge Companion to Utopian Literature. Ed. Gregory Claeys. Cambridge : Cambridge UP, 2010. 3-27.

Haut de page

Notes

1 Le cas le plus extrême de lecture marxiste anachronique est le chapitre que C.B. Macpherson consacre à Harrington dans The Political Theory of Possessive Individualism, 160-94.

2 Toutes les références à l’œuvre de Harrington sont tirées de l’édition Pocock indiquée en bibliographie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Borot, « Empire, économie et mobilité sociale : une dynamique occultée de la pensée économique de James Harrington »XVII-XVIII [En ligne], 77 | 2020, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 02 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/1718/4297 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1718.4297

Haut de page

Auteur

Luc Borot

Luc Borot est Professeur de civilisation britannique du XVIIe siècle à l’Université Paul-Valéry Montpellier. Ancien élève de l’ENS-Ulm et membre honoraire junior de l’Institut Universitaire de France, son domaine de recherche est à l’intersection de l’histoire culturelle et de l’histoire intellectuelle du politique et du religieux. Il travaille également sur des questions d’histoire de la traduction et des traducteurs philosophiques. Il est membre de l’Institut de Recherche sur la Renaissance, l’Âge Classique et les Lumières (UMR 5186 du CNRS).
Professor Luc Borot teaches seventeenth-century British studies at Université Paul-Valéry Montpellier. He studied at the École Normale Supérieure and was a junior member of Institut Universitaire de France. His field of research is the intellectual and cultural history of the political and the religious. He also works on the history of philosophical translation and translators in early modern Europe. He is a member of Institut de Recherche sur la Renaissance, l’Âge Classique et les Lumières (UMR 5186 du CNRS).

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search