Navigation – Plan du site
Notes de lecture - Ouvrages reçus

Jane Austen, Mansfield Park, préface de Christine Jordis, traduction et édition de Pierre Goubert

Paris, Gallimard, 2014, ISBN 970-2-070452477
Annie Cointre
p. 327-328
Référence(s) :

AUSTEN, JANE. — Mansfield Park. Préface de Christine Jordis. Traduction et édition de Pierre Goubert. Paris : Gallimard, Folio classique, 2014. 700 pp. ISBN 970-2-070452477.

Texte intégral

1Selon le plan traditionnel de cette édition de poche, la traduction est précédée d’une préface et suivie d’un dossier sur l’auteur et sur l’œuvre traduite. Présentant le roman de Jane Austen le plus controversé dès sa publication en 1814, Christine Jordis contraste les intentions de la romancière et les réactions des lecteurs à une œuvre si différente des précédentes. Elle analyse le paradoxe d’un roman célébré comme l’un des meilleurs de son époque dont pourtant l’héroïne est apparemment terne et passive, car dans cette œuvre de sa maturité Jane Austen s’attache essentiellement à développer son intérêt pour les valeurs morales et pour l’étude de la personnalité des différents « acteurs » à travers leur histoire et leurs réactions, ainsi que pour l’arrière-plan historico-social, ses opinions sur les principes à préserver dans un monde en mutation s’affirmant particulièrement dans les épisodes qui structurent le roman, notamment la préparation de la représentation théâtrale. C. Jordis conclut sa préface en dégageant en quoi consiste l’héroïsme du personnage central : se préserver dans une société manipulatrice où paraître est plus important qu’être.

2L’édition de Pierre Goubert, publiée précédemment dans la Bibliothèque de la Pléiade, démontre une fois de plus qu’une traduction peut, tout en restant dans l’esprit de l’original, être à la fois élégante et fidèle. Elle est suivie d’un dossier par le traducteur, comportant une chronologie précise des événements de la vie de Jane Austen et de sa famille ainsi que de la situation politique de l’Angleterre, où le lecteur peut reconnaître les « emprunts » à l’entourage de la romancière et sa connaissance de la réalité de son temps.

3Le deuxième volet de ce dossier concerne le roman lui-même et s’organise autour de trois grands axes : genèse, rédaction, réception. Dans la première partie, P. Goubert insiste, lui aussi, sur le but de Jane Austen dans ce roman écrit en deux ans et demi, en particulier sur la rigueur morale et religieuse qui le différencie des précédents. Dans la seconde partie, tout en admirant l’originalité de la romancière – le style, généralement clair et sobre caractérise chaque personnage, ses qualités et ses travers, notamment ceux de Mrs Norris, P. Goubert déplore la répétition lassante des procédés visant à nous attendrir sur le sort de l’héroïne.

4Dans la troisième partie l’auteur du dossier évoque les réactions contemporaines : éditeurs refusant de s’engager, mauvaises ventes, silence des critiques. Cette partie se termine par la liste des traductions françaises.

5La notice est suivie d’une bibliographie commentée : biographies, ouvrages et articles sur l’œuvre de Jane Austen et sur Mansfield Park, ainsi que sur l’arrière-plan historique et social. La critique française est représentée par trois ouvrages.

6Un important appareil de notes très claires expliquant les références à la société anglaise, aux coutumes évoquées et à la littérature termine cette notice. Tout comme la chronologie des principaux événements du roman, reprise de A Reading of Mansfield Park d’Avrom Fleishman et de R. W. Chapman, il permet de se repérer dans ce roman dense et de comprendre le but de la romancière.

7Cette édition de poche permet aux lecteurs français un accès plus large à ce roman moins connu de Jane Austen.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie Cointre, « Jane Austen, Mansfield Park, préface de Christine Jordis, traduction et édition de Pierre Goubert », XVII-XVIII, 71 | 2014, 327-328.

Référence électronique

Annie Cointre, « Jane Austen, Mansfield Park, préface de Christine Jordis, traduction et édition de Pierre Goubert », XVII-XVIII [En ligne], 71 | 2014, mis en ligne le 26 mai 2016, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/1718/433

Haut de page

Auteur

Annie Cointre

Université de Lorraine

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals