Navigation – Plan du site
Notes de lecture - Ouvrages reçus

Jean-Paul Forster, Eighteenth-Century Geography and Representations of Space in English Fiction and Poetry

Berne, Peter Lang, 2013, ISBN 978-3-0343-1257-8
Emmanuelle Peraldo
p. 328-331
Référence(s) :

Forster, Jean-Paul. — Eighteenth-Century Geography and Representations of Space in English Fiction and Poetry. Berne : Peter Lang, 2013. 233 pp. ISBN 978-3-0343-1257-8.

Texte intégral

1Le titre de l’ouvrage annonce clairement son ambitieux programme : étudier l’entrelacement de ce qu’il appelle les « discours jumeaux » (« the twin discourses », 27), la géographie et la littérature, dans un corpus allant de l’écriture fictionnelle à la poésie au xviiie siècle. Il reconnaît d’ailleurs que ce corpus est si large et éclectique qu’on ne peut pas vraiment parler de corpus. Il s’agira donc d’étudier les convergences et les divergences entre géographie et littérature à l’intérieur de deux genres littéraires : la fiction (plus précisément le roman ou novel naissant) et la poésie.

2L’introduction a le mérite de bien placer l’essor de la géographie au xviiie siècle dans le contexte politico-économique de l’époque (commerce, essor des colonies), soulignant ainsi l’un des fils conducteurs de l’ouvrage : le rôle du voyage et du déplacement dans l’évolution du savoir géographique au xviiie siècle. On comprend bien qu’il s’agit d’un siècle charnière où l’espace est de mieux en mieux connu au fil des explorations, et sa présence dans les formes d’expression littéraire se fait de plus en plus prégnante. Jean-Paul Forster précise bien que la géographie n’est pas encore établie comme discipline à l’époque (17), et quelques explications à ce sujet auraient été bienvenues pour savoir ce que l’auteur entend vraiment par « géographie », qui dans le corps de l’étude est parfois associée à la cartographie, parfois au paysage ou à la nature. La réflexion s’appuie sur des références fort intéressantes sur le sujet (Pocock, Edney, Bouasse, Bowen, etc.) qu’on aurait aimé voir regroupées dans une bibliographie.

3À la manière des voyageurs qu’il cite, Jean-Paul Forster adopte une démarche géographique puis quasi chorographique en explorant, dans les deux premiers chapitres, des espaces lointains et exotiques, avant de se concentrer sur l’espace domestique de la Grande-Bretagne et de resserrer l’espace d’analyse au motif de la route dans les chapitres 3 et 4, finissant par s’intéresser au point de contact entre l’individu et la terre par l’activité de la marche.

4Le premier chapitre étudie l’espace maritime et le rôle de la navigation dans le développement de la géographie moderne chez deux auteurs majeurs, Defoe et Swift. Le deuxième chapitre poursuit cette comparaison en s’attachant aux espaces terrestres. Rapprocher Defoe et Swift n’est pas une nouveauté, mais Jean-Paul Forster propose de bonnes microanalyses de la nature cartographique de la représentation de l’île chez ces deux auteurs, ainsi que du rapport entre l’espace et le temps. L’espace chez Swift (Gulliver’s Travels) et Defoe (Robinson Crusoe) est défini comme statique, en attente de découverte et d’exploitation par l’homme, mais l’utilisation de la géographie est différente. Defoe est présenté comme l’inventeur du réalisme géographique, alors que le mélange entre géographie réelle et fantastique chez Swift est davantage satirique.

5Le troisième chapitre quitte Robinson et Gulliver de manière un peu abrupte pour comparer, cette fois, Defoe et Fielding, ou plus précisément Moll Flanders (1722) et Joseph Andrews (1742). Il ne s’agit plus d’étudier de grands espaces terrestres ou maritimes, mais de se concentrer sur le chronotope de la route dans ces deux ouvrages. Fielding est présenté comme moins précis que Defoe géographiquement parlant, avec une topographie plus évasive, ce qui permet de voir deux manières d’utiliser l’espace dans la construction du novel.

6De la route, on en vient au marcheur, avec deux chapitres qui vont permettre d’intégrer à l’étude un corpus poétique allant des pré-romantiques aux romantiques. Cette réflexion sur le marcheur insiste sur le rôle déterminant des mouvements qui changent la perspective, transformant ou réifiant la géographie d’un endroit (156). Le titre des chapitres 4 et 5 oppose deux figures du marcheur : le « rambler » et le « wanderer », bien que la différence entre les deux ne soit pas toujours très claire. Jean-Paul Forster analyse d’abord deux poèmes topographiques : "The Deserted Village" (1770) de Goldsmith et "The Task" de Cowper (1785). Il est surprenant que "Trivia, Or the Art of Walking" (1716) de John Gay ne soit pas du tout mentionné, d’une part parce qu’il s’agit d’un poème qui met en scène un marcheur dans les rues de Londres, ce qui aurait permis une bonne transition avec Moll Flanders, et d’autre part parce qu’il s’agit d’un poème de la première partie du xviiie siècle, et qu’il eût été intéressant de confronter écriture fictionnelle et écriture poétique au même moment du xviiie siècle. Analyser la représentation de l’espace dans Robinson Crusoe (1719) et Gulliver’s Travels (1726) pour la fiction et chez les romantiques ou les pré-romantiques pour la poésie ne peut que faire ressortir de grosses différences, du fait de l’évolution épistémologique, puisque l’espace n’était pas aussi connu et balisé au début qu’à la fin du siècle. Comme le souligne d’ailleurs Jean-Paul Forster, plus on avance dans le siècle, plus l’espace est considéré comme un objet esthétique plutôt que purement géographique (204). Jean-Paul Forster en vient ensuite aux romantiques. Il n’y a plus guère de points convergents avec Defoe et Swift qui découvraient des espaces lointains avec un regard intéressé, alors que les romantiques, désintéressés, aimaient à retourner dans des espaces connus avec lesquels ils avaient un lien émotionnel. Au côté statique de l’espace « defoéen » ou swiftien répond la verticalité du sublime d’un Shelley et l’horizontalité de l’errance ou de l’itinéraire du marcheur chez Wordsworth ou chez Coleridge. Mais l’étude semble davantage porter sur le contact entre le marcheur et le paysage ou la nature que sur la géographie à proprement parler.

7Cet ouvrage constitue une contribution intéressante et importante à la réflexion interdisciplinaire très active actuellement parmi les géographes et les littéraires qui souhaitent mettre en relation ces deux discours, notamment dans l’approche géocritique développée par Bertrand Westphal et Robert Tally, ou encore dans l’écocritique qu’il est dommage de ne jamais voir mentionnée dans cet ouvrage, notamment lorsque Jean-Paul Forster analyse, à juste titre, la surexploitation ou le rapport entre l’homme et la nature chez Defoe (81-82).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Peraldo, « Jean-Paul Forster, Eighteenth-Century Geography and Representations of Space in English Fiction and Poetry », XVII-XVIII, 71 | 2014, 328-331.

Référence électronique

Emmanuelle Peraldo, « Jean-Paul Forster, Eighteenth-Century Geography and Representations of Space in English Fiction and Poetry », XVII-XVIII [En ligne], 71 | 2014, mis en ligne le 27 mai 2016, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/1718/434

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals