Navigation – Plan du site

AccueilNuméros77La Force du commerceLa promotion du commerce et du tr...

La Force du commerce

La promotion du commerce et du travail dans les romans d’Eliza Parsons et de Jane Austen

Marie-Laure Massei-Chamayou et Claire Pignol

Résumés

Contrairement à l’affirmation selon laquelle « la littérature ne saurait être l’affaire de la vie d’une femme », l’intérêt commun d’Eliza Parsons et de Jane Austen pour le succès commercial de leurs romans montre que la littérature était bien devenue l’affaire des femmes à la fin du xviiie siècle, que l’on comprenne le terme business dans son acception ancienne qui inclut l’ensemble des relations sociales, amicales ou affectives, ou alors en lien direct avec le commerce des écrits. Une analyse comparative de certaines de leurs œuvres révèle la volonté que ces romancières avaient d’améliorer leur condition par leur engagement dans l’économie marchande, mais aussi de promouvoir les valeurs caractéristiques des classes moyennes, tels l’éloge du travail, le courage, la réussite et le mérite. Leurs origines sociales et culturelles différentes expliquent cependant leurs préférences idéologiques : alors que les romans d’Eliza Parsons font l’apologie du commerce et de ses représentants, Jane Austen se concentre sur le monde des professions, défendant, dans Persuasion, les valeurs portées par la marine.

Haut de page

Texte intégral

1Le développement de la division du travail et l’essor du commerce, à l’intérieur des nations et entre elles, dès le début du xviie siècle, ont fait émerger des institutions bancaires et financières et donné un rôle central aux commerçants dont l’activité permet la circulation des richesses et peut-être, au moins du point de vue d’un pays, leur accroissement. Au xviiie siècle toutefois, le développement de l’échange ne concerne pas les seuls commerçants. La division sociale du travail contraint ceux et celles qui ne disposent pas de revenus indépendants de leur activité à vendre le produit de leur travail pour obtenir en contrepartie les biens utiles ou nécessaires à leur vie matérielle. L’échange est alors l’opération fondamentale, vectrice de liens entre les personnes. Tout agent économique, que son activité vise ou non la circulation des richesses, est un marchand en ce sens qu’il doit se porter offreur de biens ou de services pour obtenir ce qu’il désire. Autrement dit, l’échange ne renvoie pas seulement aux activités strictement relatives à la circulation des richesses. Le développement général de l’échange produit une société dans laquelle chacun se vit comme engagé dans une profession. C’est pourquoi l’importance de l’échange ne doit pas dissimuler celle du travail : dans une telle société, tout homme est aussi un travailleur. Adam Smith ouvre The Wealth of Nations par ces mots : « The annual labour of every nation is the fund which originally supplies it with all the necessaries and conveniences of life which it annually consumes, and which consist always, either in the immediate produce of that labour, or in what is purchased with that produce from other nations » (10). Chez Smith, non seulement le travail est à l’origine de toute richesse réelle mais, pour reprendre la formule d’Arnaud Berthoud, « tout homme est à la fois travailleur et marchand » (Essais 153). C’est par là que l’économie marchande qu’expose Smith transforme la nature du lien social, en faisant de l’activité rémunérée par la vente sur le marché un comportement non seulement légitime mais naturel.

2Comment la mutation des économies réelles, qu’accompagne la théorisation de la société commerciale par les penseurs de l’économie, affecte-t-elle les perceptions et les sentiments des individus ? Quelles mutations dans leurs représentations de leur activité propre, de leur insertion dans la société, de la légitimité sociale d’une activité rémunérée, en résultent ? Pour comprendre l’interaction de l’économie réelle, de l’économie théorique et des représentations ordinaires de l’expérience humaine, les romans d’Eliza Parsons et Jane Austen fournissent des éléments qui donnent à voir comment l’essor de la société commerciale a été perçue et réfléchie par ses contemporains eux-mêmes. Y apparaît une interrogation sur la légitimité de l’activité rémunérée, qu’il s’agisse de l’activité littéraire des auteures ou des professions de leurs personnages. Les mutations à l’œuvre des activités économiques concernent aussi bien les représentations que donnent à voir les romans des conceptions de l’économie qui affectent les personnages que les représentations que ces auteures ont progressivement élaborées et revendiquées de leur propre place dans l’économie et dans la société. Une analyse comparative de certaines œuvres d’Eliza Parsons (1739-1811) et de Jane Austen (1775-1817) notamment, mettra en lumière à la fois la diversité culturelle au sens large qui existait alors parmi les romancières des classes moyennes, mais aussi l’évolution du genre romanesque vers des représentations de figures, en particulier féminines, capables de triompher de l’adversité économique.

  • 1 Voir Massei-Chamayou, 167-81. En marge de la petite gentry rurale du fait de ses revenus modestes, (...)

3Alors qu’Eliza Parsons manifeste un vif intérêt pour l’économie marchande dans ses romans qui font par ailleurs l’apologie du commerce et de ses représentants, Jane Austen n’évoque que marginalement commerçants et négociants pour leur préférer, dans Persuasion, la défense du travail et des valeurs portées par une profession synonyme d’ascension sociale au sein même de sa famille celle des officiers de marine.1

« La littérature ne peut être l’affaire de la vie d’une femme, et elle ne saurait l’être »

4« Literature cannot be the business of a woman’s life, and it ought not to be » (Smith, Letters 166-67) : tel était le conseil donné par l’écrivain romantique et poète lauréat Robert Southey à Charlotte Brontë le 12 mars 1837, en réponse aux vers que cette dernière lui avait adressés. En plus d’être particulièrement blessante envers celle qui ne renoncerait à publier ni ses poèmes, ni ses romans, cette injonction moralisatrice était désobligeante de par la polysémie même du terme « business », comme le soulignent judicieusement Sandra M. Gilbert et Susan Gubar :

Apparently the laureate meant business in the noble sense of Jesus’ « I must be about my Father’s business », not in the more vulgar sense of the Stock Exchange and Grub Street. For though literature by women was not encouraged, it was generally understood in the nineteenth century that under conditions of pressing need a woman might have to live by her pen. (Gilbert & Gubar 545)

5La déclaration péremptoire de Southey jetait cependant l’opprobre à la fois sur une lignée de femmes auteures, dont les multiples écrits – traités didactiques, sermons, poèmes, pièces de théâtre, pamphlets et romans épistolaires édifiants – avaient pourtant contribué à l’amélioration qualitative et quantitative de l’offre littéraire sur un marché culturel en pleine expansion depuis le début du xviiie siècle, mais aussi sur celles qui n’avaient pas eu d’autre choix que de recourir à la publication pour survivre. Or, depuis Aphra Behn, l’une des premières femmes de lettres professionnelles à s’être lancée à la fin du xviie siècle dans l’écriture de pièces de théâtre, puis de romans pour se libérer de toute dépendance financière, la littérature était également devenue l’affaire des femmes, que l’on comprenne le terme business dans son acception ancienne, qui inclut l’ensemble des relations sociales, amicales ou affectives, ou dans son sens usuel, en lien direct avec le commerce de ses écrits. Au-delà de sa contribution reconnue à l’effervescence intellectuelle de la Restauration anglaise, Aphra Behn apparaissait, pour Virginia Woolf, comme l’inspiratrice d’une lignée de femmes auteures liées par une même prise de conscience du pouvoir potentiellement rémunérateur et, par-là économiquement émancipateur, de l’écriture:

Aphra Behn proved that money could be made by writing at the sacrifice, perhaps, of certain agreeable qualities; and so by degrees writing became not merely a sign of folly and a distracted mind, but was of practical importance. […] The extreme activity of mind which showed itself in the later eighteenth century among women […] was founded on the solid fact that women could make money by writing. Thus, towards the end of the eighteenth century a change came about which, if I were rewriting history, I should describe more fully and think of greater importance than the Crusades or the Wars of the Roses. The middle-class woman began to write. (Woolf 75)

  • 2 Après son mariage en 1793 avec Alexandre d’Arblay, un émigré français impécunieux qui avait trouvé (...)

6L'investissement grandissant des femmes en littérature, qu’elles fussent lectrices, traductrices, consommatrices abonnées aux bibliothèques de prêt ou auteures, fut favorisé à la fois par l’essor de l’économie marchande et par le développement conjoint du genre romanesque dans l’Angleterre de la deuxième moitié du xviiie siècle notamment. Par ailleurs, pour des romancières comme Frances Burney,2 Eliza Parsons ou Jane Austen, la publication de leurs écrits représentait alors non seulement une source potentielle de revenus non négligeables afin de subvenir aux besoins du quotidien ou d’améliorer leur condition, mais elle leur permettait également de promouvoir les valeurs caractéristiques des classes moyennes, tels l’éloge du travail, l’engagement dans la sphère économique par le biais des professions ou du commerce, le courage, la réussite et le mérite, qualités essentielles dans la quête d’un statut social et culturel supérieur. Si ces femmes de lettres avaient en commun une conscience aigüe des réalités économiques et une approche professionnelle ou, du moins, professionnalisante, de leur activité de romancière, des divergences idéologiques, formelles et thématiques apparaissent cependant dans leurs représentations du commerce.

Eliza Parsons et le Business Gothic

  • 3 Si Jane Austen entendait préserver sa tranquillité en restant dans l’anonymat, sa correspondance mo (...)
  • 4 Mary Amelia “Emily Mary” Cecil, Marquise de Salisbury (1750-1835), était la fille de Wills Hill, 2e(...)
  • 5 « Parsons’ economy is middle class gothic in contemporary dress: families plunge overnight from gre (...)

7Dans Northanger Abbey, satire du roman gothique à la métatextualité et à l’intertextualité foisonnantes, Jane Austen s’insurge contre le mépris dans lequel le roman dans son ensemble était tenu par les critiques littéraires soucieux de la morale publique, notamment en raison de l’abondante production de romans sentimentaux et gothiques truffés d’invraisemblances dans les dernières décennies du xviiie siècle. Si la romancière revendique audacieusement sa place au sein d’une filiation qu’elle savait respectable, à la suite de Frances Burney et de Maria Edgeworth dont elle admirait particulièrement les œuvres, sa connaissance d’une littérature « noire » plus populaire transparaît dans une conversation entre Catherine Morland et Isabella Thorpe (Northanger Abbey 37) qui mentionne, parmi d’autres « horrid novels », deux ouvrages écrits par Eliza Parsons : The Castle of Wolfenbach, A German Story (1793) et The Mysterious Warning, A German Tale (1796). Tandis que The Mysterious Warning exploitait le potentiel dramatique inhérent aux secrets de famille, à la rivalité entre deux frères attisée par l’injustice du testament paternel et par des interventions surnaturelles, l’intrigue de The Castle of Wolfenbach contenait plus encore tous les éléments prompts à susciter l’effroi du lectorat féminin, pourtant habitué à la veine gothique : une héroïne orpheline, pure, vertueuse, mais désargentée, Mathilda Weimar, élevée en Allemagne par un oncle meurtrier, incestueux et déterminé à l’épouser de force, la présence d’un château médiéval hanté, la révélation de secrets de famille scandaleux. Meurtres sanglants de jeunes femmes, enlèvements, incendies, déplacements forcés à travers l’Europe et péripéties ponctuent les deux volumes jusqu’à l’heureux dénouement marqué par le mariage du Comte de Bouville, héros courageux et bienveillant, avec l’héroïne aux origines sociales finalement dignes de l’aristocrate français. Au-delà de leur atmosphère parfois macabre, ces romans relèvent clairement, selon l’étude d’Edward Copeland sur le rapport des femmes à l’économie et à la consommation entre 1790 et 1820, de la catégorie du « Business Gothic » : « Its catastrophes are remorseless, violent, and always commercial. The frequent and predictable stories of financial disaster furnish a thematic highway […] that rolls across the hills and dales of the perfunctory main plot » (45). L’autre ressort de la terreur à l’œuvre dans ces romans était l’impuissance des figures féminines sur le plan légal et financier : dépossédées de leur héritage, forcées d’épouser un prétendant en raison de son rang ou de son statut, ou plongées dans l’endettement, les héroïnes sont invariablement victimes de personnages masculins imprévoyants ou irresponsables. Comme le résume Copeland, « it is the economy, as it is represented by unpredictable, feckless, improvident and tyrannical males, that provides the active source of terror for women » (41). Cette absence de pouvoir et d’indépendance économique des héroïnes reflétait ironiquement le statut même de leurs créatrices, puisque, à l’instar de sa consœur Charlotte Smith (Copeland 202), Eliza Parsons s’était tournée vers l’écriture en raison d’une situation financière désespérée, comme elle l’explique par une formule à la voix passive dans une lettre où elle sollicite l’aide financière du Royal Literary Fund : « I was compelled by dire necessity to become an Author » (Copeland 43). Dans sa préface à The History of Miss Meredith (1790), dont l’intrigue explore la question du mariage des deux héroïnes, Harriet Meredith and Emma Montague, contraintes par des impératifs économiques et familiaux, la romancière évoque plus précisément, et non sans émotion, la douloureuse réalité de sa situation familiale : « Those motives which induce me to publish, namely, the hope of providing for my family […] the preservation of eight dear fatherless children! […] will, I am confident, in the eyes of my friends, atone for all the errors of my pen » (Dedication iii). Si ces précautions oratoires visaient à se prémunir contre toute critique, littéraire et moralisatrice, elles témoignaient cependant de la conscience particulière qu’Eliza Parsons avait du fonctionnement de l’économie marchande et de sa détermination à vendre ses romans. Alors que Sense and Sensibility porterait la discrète mention « By a Lady » lors de sa publication en 1811 et que l’identité de Jane Austen ne serait dévoilée par son frère Henry qu’en 1818, lors de la publication posthume de Northanger Abbey et de Persuasion, le nom de Mrs. Parsons figure ostensiblement sur la page de titre de The History of Miss Meredith – sans doute afin d’inciter les lecteurs à acheter un ouvrage si méritoire.3 Enfin, la présence judicieuse d’une dédicace autorisée à une figure de l’aristocratie Tory, « the most noble, the Marchioness of Salisbury »,4 ne pouvait manquer de conférer une valeur marchande supplémentaire au roman : « The being permitted to inscribe my word to your Ladyship must stamp a value on it, which otherwise it never could have gained » (The History of Miss Meredith Dedication iii, nos italiques). Cette mention démontre qu’Eliza Parsons était au fait des pratiques commerciales et de la rhétorique offensive qui leur était associée sur un marché de la publication où régnait la concurrence. Une telle lucidité s’explique à la fois par les origines sociales de Parsons, mais aussi par les vicissitudes qui marquèrent son existence. Fille d’un marchand de vin prospère, originaire de Plymouth, elle avait pu bénéficier d’une bonne éducation avant d’épouser un entrepreneur spécialisé dans le commerce de térébenthine avec les colonies d’Amérique. Eliza Parsons savait cependant que le monde du commerce pouvait être synonyme de revers de fortune aussi violents et brutaux que ceux qui animent son univers romanesque :5

The advent of the American Revolution brought financial ruin to Mr. Parsons, then working as a government contractor for the British navy, when two of his ships were seized by the colonists. The family sold their home in Stonehouse and regrouped in the London suburbs, building warehouses and storage facilities for the turpentine trade. But in 1782 a fire destroyed the whole property, also wiping out goods that were due to be shipped imminently to America. The devastation was complete, and the husband and father of eight suffered a paralytic stroke and died three years later. (Parsons, The Castle of Wolfenbach vii)

  • 6 « From 1790 until her death in 1811, Parsons published over 20 novels, comprising more than 60 volu (...)

8Menacée par la déchéance après le décès brutal de son époux, Eliza Parsons fit donc preuve d’une force d’âme et d’une adaptabilité peu communes en se tournant vers la littérature.6

L’apologie du commerce dans les romans d’Eliza Parsons

9Or, loin de renier le milieu de ses origines, Parsons prend soin, dans ses romans, de promouvoir à la fois le commerce et ses représentants, mais aussi de souligner leur rôle dans la prospérité de la Grande-Bretagne. Dans The Errors of Education (1791), au ton éminemment moralisateur et didactique puisqu’il y est question des fondements d’une bonne éducation et de l’acquisition de la vertu par l’exemple, Sir William Beaumont, joueur invétéré, est présenté comme une victime des principes éducatifs erronés inculqués par sa mère, mais aussi des préjugés, dérivés de ses lectures, à l’encontre de la classe commerçante :

Sir Williams warmly expressed his approbation of their hospitable entertainers, with a mixture of surprise that people in business were so much accomplished – “I have ever understood (said he) from the books I have read, and from the daily papers, that the citizens had no ideas beyond trade, nor any fund of amusement within themselves but what consisted in the pleasures of the table; surely these Thornhills are persons of better birth and education than the generality of trades-people.” “You misapply that term, (replied Lady Beaumont) […]; in London, you will find few more respectable characters than some of the principal bankers and merchants: I know it is very common in essay and novel writers to ridicule the citizens and describe them as vulgar and uninformed; but such general indiscriminate censure is highly absurd.” (Parsons, Errors of Education 23-24)

10C’est, non sans ironie, par le biais de métaphores financières que Parsons entreprend de dénoncer les préjugés les plus répandus au sujet des commerçants, se distinguant radicalement de nombre de ses contemporains pour lesquels cette classe sociale n’était pas forcément « d’un commerce agréable ». Car s’il existait un consensus en Angleterre au sujet des effets bénéfiques de l’économie marchande en général, et du commerce en particulier, pour l’économie nationale, des commentaires sceptiques, voire hostiles, continuaient à émailler la littérature de l’époque face à la prospérité soudaine et grandissante des représentants du négoce. Dès 1728, Daniel Defoe avait souligné les multiples bouleversements induits par le développement conjoint du commerce et de la finance dans The Compleat English Gentleman :

Law, trade, war, navigation, improvement of stocks, loans on public funds, places of trust, and abundance of other modern advantages and private ways of getting money [...] have rais’d a great number of familyes to not onely prosperous circumstances, for that I am not speaking of, but to immense estates, vast and, till of late, unheard of sums of money amass’d in a short time and which have, in the consequence, rais’d such families to a station of life, some thing difficult to describe and not less difficult to giv a name to. (Defoe, sic 257)

  • 7 « À son retour d’Angleterre où il avait vu s’ébaucher une société plus moderne, Voltaire, en 1734 [ (...)

11Dans la deuxième moitié du xviiie siècle, l’acquisition rapide d’énormes fortunes synonymes d’ascension sociale vertigineuse était encore souvent perçue comme une menace susceptible d’ébranler l’ordonnancement traditionnel de la hiérarchie sociale et politique. Comme l’explique James Raven, certaines représentations ironisaient sur les appétits nobiliaires de ces vulgaires parvenus, « nouveaux riches » aux origines floues, mais revendiquant de nouvelles prérogatives : « From the mid-eighteenth century, a range of stock business characters appeared in imaginative prose: the heroic merchant figure established by Steele and Defoe was overshadowed by an army of caricatures from the vulgar petty trader to the arrogant returned nabob and parvenu estate-owner » (7). Bien que cette défiance persistante, depuis l’Antiquité, envers la figure du marchand fût moins prononcée dans l’Angleterre du xviiie siècle qu’en France, où Voltaire contribua à faire évoluer l’opinion sur la question7, on note la prégnance de ce soupçon antique chez les deux sexes, comme dans cette déclaration lapidaire de Mrs. Thrale en 1780 : « Business disqualifies a Man for heaven more than pleasure does » (Thraliana 30). Soucieux de mettre en garde ses contemporains contre les pratiques délétères des représentants du commerce, ouvertement assimilés à des comploteurs, Adam Smith dénonçait également avec force « the sneaking arts of underling tradesmen », « the interested sophistry of merchants », « an order of men, whose interest is never exactly the same with that of the publick, who have generally an interest to deceive and even to oppress the publick, and who accordingly have, upon many occasions, both deceived and oppressed it » (Wealth of Nations I. 493, 494, 267). Alors même que Smith considérait le désir d’améliorer sa condition comme l’une des dispositions à l’origine du développement économique, sa critique d’une propension excessive au profit soulignait ainsi l’opposition frontale entre les intérêts privés et l’intérêt du plus grand nombre, puisque la classe des marchands faisait passer son intérêt propre pour l’intérêt général, au détriment du bien commun. Si Eliza Parsons préférait dépeindre les commerçants comme des figures de la modernité incarnant une force de transformation favorisant les échanges et une sociabilité plaisante, elle comprenait cependant de telles critiques puisqu’elle dénonçait elle-même certains comportements individuels marqués par la cupidité, la vulgarité et le refus de s’intégrer culturellement :

No doubt, there are many very low people, who, by industry, have acquired large fortunes, and who, from want of education, and from confining their ideas wholly to the accumulation of wealth can never get the better of vulgar habits: but persons of that description generally associate together, and very seldom thrust themselves into good company. (Parsons, Errors of Education 24)

  • 8 Tel est l’état de félicité auquel parvient Sir Williams Lucas, dans Pride and Prejudice, après une (...)

12Si la figure du commerçant suscitait tant l’opprobre, c’est aussi sans doute parce que le terme « négoce », dérivé du latin negotium (« neg-otium »), signifiait littéralement la négation de l’otium aristocratique : une « absence de loisir » (Benveniste 142). Se distinguant de la paresse, l’otium définissait au contraire l'appartenance à la noblesse, préservée de la nécessité d’exercer un labeur. La disponibilité ainsi dégagée permettait, théoriquement, à ses représentants à la fois de s’occuper du bien commun et de s'adonner à l'étude ou aux activités favorisant une vie agréable en société8. L’évolution du terme negotium vers la notion de « charge, occupation, office » s'explique par le fait que le mot latin était calqué sur le grec « askholia », signifiant « une absence de loisir », ou « occupation », mais aussi « difficultés, soucis, affaires » (Benveniste 142-43), que l’on retrouve dans le substantif anglais business. Souvent associé dans l’imaginaire littéraire à la figure de l’arrogant financier, incarnation de la vénalité, le commerçant n’avait donc pas le temps de s’occuper du bien public, ni des affaires de la cité, affairé qu’il était au sens propre, et plus absorbé par la recherche de son intérêt personnel que par celui de la communauté. On mesure donc mieux toute l’originalité du point de vue d’Eliza Parsons lorsqu’elle revendique avec force la respectabilité des marchands et négociants anglais, aspirant à d’autres honneurs que ceux du comptoir. Dans The Castle of Wolfenbach: A German Story, c’est, non sans ironie, à travers la voix du héros français, le Comte de Bouville, que la romancière fait ainsi l’éloge du « modèle anglais », dont la domination commerciale internationale repose justement sur l’alliance fructueuse entre la noblesse et le négoce :

I consider the English as the happiest people under the sun. […] Their commerce extends all over the known world; their merchants are rich and respectable, the first nobility do not disdain an alliance with them, they are considered as the supporters of the kingdom: ’tis incredible to think of the liberal sums subscribed by these opulent, respectable, generous people, on any popular occasion, or private benefaction, without astonishment. (Parsons, The Castle of Wolfenbach 57-58)

13Ce passage est remarquable car il témoigne à la fois du « progressisme » politique d’Eliza Parsons, de son enthousiasme face aux transformations sociales dont elle était témoin, mais aussi de sa compréhension du commerce comme force d’expansion et de puissance stratégiques pour l’Angleterre impérialiste. Bien qu’attirée par l’idéal révolutionnaire français en ce qu’il promouvait liberté et égalité sociales, Parsons restait convaincue de la supériorité des institutions britanniques, plus promptes à favoriser des liens d’intérêt d’une densité nouvelle entre des classes sociales dont l’union était essentielle à la prospérité nationale. Comme le rappelle James Raven, la Grande-Bretagne se distinguait au xviiie siècle par une mobilité sociale plus dynamique que dans les autres nations européennes, notamment parce que les familles désargentées de la gentry et de l’aristocratie ne dédaignaient pas de recourir à des unions profitables afin de renflouer leurs domaines fonciers souvent grevés de dettes, grâce aux dots considérables des héritières des fortunes commerciales, ou à l’argent des prises de guerre : « Belief in some sort of entryism was central to the historical commonplace that British society, unique among its European neighbours, avoided violent upheaval by assimilating an upwardly mobile class within the preserves of power and privilege » (Raven 15). Dans Persuasion, Jane Austen défend ainsi justement la respectabilité des officiers de marine ayant fait fortune grâce à la vente des prises de guerre réalisées par la Royal Navy, leur capacité à s’insérer à la gentry et à offrir des alliances à une élite foncière par ailleurs moribonde, prisonnière de ses préjugés et ruinée.

La remise en cause des valeurs aristocratiques dans Persuasion

14L’intrigue du dernier roman de Jane Austen, Persuasion, publié quelques mois après la mort de l’auteure, s’organise autour des personnages d’Anne Elliot, fille cadette d’un aristocrate infatué de son titre de baronnet et de son physique avantageux, et de Frederick Wentworth, jeune capitaine de la marine de guerre. Beaux, spirituels, dotés d’une excellente éducation, ils se sont rencontrés et aimés huit ans avant le début du récit. Il l’a demandée en mariage, elle s’est laissé persuader par son entourage de le refuser. Son père jugeait déshonorante une alliance avec une famille qui n’appartenait pas à la noblesse : « He thought it a very degrading alliance » (Persuasion 18). Lady Russell, une amie chère qui tenait le rôle de mère adoptive après le décès de Mrs. Elliot, bien que moins orgueilleuse que Sir Walter, jugeait, elle aussi, qu’une alliance avec un jeune homme qui n’avait ni titre, ni fortune, mais seulement des espoirs très aléatoires de parvenir à la richesse, serait un sacrifice pour Anne. Blessé de ce refus, Wentworth ne revient huit ans plus tard que par hasard. Il s’est distingué dans son métier de marin, a fait fortune, est resté jeune et séduisant quand, à l’inverse, Anne a perdu sa jeunesse, et son père, une large part de sa fortune.

15Les dispositions économiques interviennent dans le récit d’abord par une tension récurrente entre des valeurs aristocratiques qui déclinent et des valeurs économiques qui s’affirment, parmi lesquelles la gestion avisée de la fortune et l’éloge du travail. Le roman ne fait pas apparaître le soupçon philosophique suscité par la richesse monétaire d’origine commerciale, précédemment évoqué. Il donne à voir un préjugé aristocratique dont l’ironie de Jane Austen souligne le ridicule et l’indignité. Sir Elliot, qui incarne ce préjugé, est fort éloigné du loisir studieux, ainsi qu’en atteste l’incipit du roman : « Sir Walter Elliot, of Kellynch Hall, in Somersetshire, was a man who, for his own amusement, never took up any book but the Baronetage; there he found occupation for an idle hour, and consolation in a distressed one; there his faculties were roused into admiration and respect, by contemplating the limited remnant of the earliest patents » (Persuasion 3). Tel est l’otium de la petite aristocratie rurale dépeinte par Austen, tel est ce à quoi « noblesse oblige » : « He considered the blessing of beauty as inferior only to the blessing of a baronetcy; and the Sir Walter Elliot, who united these gifts, was the constant object of his warmest respect and devotion » (Persuasion 4). L’aristocratie prétendait dominer la bourgeoisie commerçante et industrielle au nom de valeurs morales supérieures au désir de richesse, au nom d’un art de vivre ou d’une bonne vie qui excède la survie matérielle et la recherche de bien-être. Comme le remarque Piketty,

les romanciers du xixe siècle nous décrivent un monde où l’inégalité est d’une certaine façon nécessaire : s’il n’existait pas une minorité suffisamment dotée en patrimoine, personne ne pourrait se préoccuper d’autre chose que de survivre […]. Dans cet univers, seule la possession d’un patrimoine permet d’atteindre un niveau d’aisance suffisant pour vivre avec dignité. (Piketty 661-62)

16Pourtant, c’est avec l’ironie qu’on lui connaît que Jane Austen décrit le mode de vie de la gentry rurale, qui n’est plus qu’une caricature d’elle-même. La méconnaissance des valeurs économiques par certains membres de cette aristocratie en voie de déclassement s’entend comme une infériorité qui contribue à sa chute. Cette méconnaissance s’observe de manière évidente dans son rapport à la richesse : le manque d’ordre et l’absence de jugement de Sir Elliot l’obligent à mettre en location la propriété dans laquelle il vit, faute de pouvoir en assumer l’entretien. Surtout, sa méconnaissance des bouleversements sociaux en cours s’observe dans son appréciation du travail et son jugement sur la légitimité sociale des revenus qu’il procure. Un dialogue au début du roman est l’occasion de faire apparaître une tension entre l’ancienne aristocratie et les aspirations de la bourgeoisie. Sir Elliot, comprenant qu’il devra se résoudre à louer sa demeure, reste néanmoins très attaché à ses privilèges :

I am not particularly disposed to favour a tenant. The park would be open to him of course, [...] but what restrictions I might impose on the use of the pleasure-grounds, is another thing. I am not fond of the idea of my shrubberies being always approachable; and I should recommend Miss Elliot to be on her guard with respect to her flower garden. I am very little disposed to grant a tenant of Kellynch Hall any extraordinary favour, I assure you, be he sailor or soldier. (Persuasion 13)

17Anne s’oppose à ces restrictions et affirme que le travail donne un droit à l’usage des richesses qui n’est pas moins légitime que la naissance : « The navy, I think, who have done so much for us, have at least an equal claim with any other set of men, for all the comforts and all the privileges which any home can give. Sailors work hard enough for their comforts, we must all allow » (Persuasion 14). Sir Elliot concède alors que la profession de marin a son utilité mais pour ajouter aussitôt qu’il ne voudrait pas d’un marin pour ami, en avançant deux motifs. Le premier est que les destinées individuelles peuvent élever des hommes de naissance obscure et renverser la hiérarchie sociale à son détriment. Le second est que la marine détruit la jeunesse et la vigueur d’un homme de façon effroyable : « It cuts up a man’s youth and vigour most horribly » (Persuasion 14). Intervient alors Mrs. Clay, fille de son régisseur, qui a rejoint la maison de son père après un mariage malheureux et un veuvage précoce. Elle remarque que ce vieillissement n’affecte pas seulement les marins mais tous ceux qui exercent un métier : soldats, hommes de loi, médecins, pasteurs, tous sont abîmés par le travail imposé par la nécessité. Quoique nécessaire et donc louable d’un point de vue social, le travail toujours dégrade les hommes :

Though every profession is necessary and honourable in its turn, it is only the lot of those who are not obliged to follow any, who can live in a regular way, in the country, choosing their own hours, following their own pursuits, and living on their own property, without the torment of trying for more; it is only their lot, I say, to hold the blessings of health and a good appearance to the utmost: I know no other set of men but what lose something of their personableness when they cease to be quite young. (Persuasion 15)

18Sir Elliot, dans sa satisfaction d’échapper au vieillissement précoce qui affecte tous ceux qui doivent exercer un métier, exprime davantage qu’un préjugé aristocratique ou la satisfaction d’un égoïsme. Il révèle combien la petite noblesse foncière qu’il représente est éloignée des valeurs qui accompagnent le développement du commerce et du travail. Les valeurs qu’il exprime sont à l’opposé de celles contenues dans l’idée smithienne d’une mesure de la valeur des choses par le travail :

The real price of every thing, what every thing really costs to the man who wants to acquire it, is the toil and trouble of acquiring it […]. What is bought with money, or with goods, is purchased by labour, as much as what we acquire by the toil of our own body. That money, or those goods, indeed, save us this toil. […] Labour was the first price, the original purchase money that was paid for all things. It was not by gold or by silver, but by labour, that all the wealth of the world was originally purchased. (Wealth of Nations 47-48)

  • 9 On pourrait avancer que le mépris dans lequel Sir Eliott tient tout travail ne vient pas seulement (...)

19Contre l’apparence qui laisserait penser que la valeur des biens se mesure en monnaie, Smith énonce que le travail est la mesure de toute valeur. Certes, il existe des agents économiques oisifs, comme les propriétaires fonciers dont les revenus ne proviennent d’aucun travail. Mais tous les agents, quelle que soit l’origine de leurs ressources, échangent en mesurant la valeur des biens en heures de peine. Cette mesure est fondée sur l’expérience du travail, expérience subjective et pourtant partagée par tous : « Equal quantities of labour, at all times and places, may be said to be of equal value to the labourer, in his ordinary state of health, strength and spirits; in the ordinary degree of his skill and dexterity, he must always lay down the same portion of his ease, his liberty, and his happiness » (Wealth of Nations 50). L’échange, qui suppose une mesure des valeurs, exige ainsi que chacun reconnaisse la peine d’autrui à partir de son expérience propre du travail. Il faut dire, avec Arnaud Berthoud, que c’est par le sentiment (de peine) qu’il éprouve dans son travail que l’agent économique reconnaît le travail d’autrui, que c’est « par l’heure de peine inscrite dans son corps qu’il se lie à l’heure de peine mesurant le temps productif des autres » (Berthoud, Philosophie de la consommation, 73). Cette mesure des valeurs par le sentiment commun de l’heure de peine, exprime la valeur universelle accordée à l’expérience du travail, valeur qui constitue l’élément commun aux libéralismes et aux socialismes du xixe siècle. Smith participe ainsi à l’émergence « de l’idée selon laquelle un homme est égal à tout autre comme travailleur. La terre et les réserves d’outils ou d’argent rendent les hommes inégaux. Le travail seul les rend égaux » (Berthoud, Essais 167). C’est cette valeur que dénie et méprise Sir Elliot, baronnet vaniteux qui incarne dans le roman un personnage de l’ancien monde : un monde dont le roman raconte la chute.9 Dans la société que décrit Jane Austen, la naissance et le titre importent de moins en moins. Wentworth a été refusé une première fois parce qu’il était sans naissance et sans fortune héritée. Son tempérament énergique et la fortune, entendue comme chance et élection, lui ont donné la fortune, entendue comme richesse. À la fin du roman, chacun, baronnet vaniteux compris, estime que le grade, la fortune, la supériorité physique de Wentworth l’ont rendu digne de prétendre à l’héritière de Sir Elliot, dont Jane Austen résume la situation sociale dans des termes qui disent le déclin de la gentry : « the daughter of a foolish, spendthrift baronet, who had not had principle or sense enough to maintain himself in the situation in which Providence had placed him » (Persuasion 165). Les conditions sociales s’égalisent par un double mouvement : celui du déclassement de la petite noblesse rurale qui a mal employé sa fortune ; celui de l’ascension sociale des représentants de la bourgeoisie, intelligents, énergiques et confiants dans leur chance comme l’est Wentworth.

20L’éloge du travail et du commerce se lit également dans le récit de la vie de l’amie de pension d’Anne, Mrs. Smith. Veuve d’un homme autrefois riche, mais dépensier, qui lui a laissé des affaires compromises, Mrs. Smith, lorsqu’Anne la retrouve, est infirme, pauvre, et mène une vie humble, presque recluse :

She was a widow and poor. Her husband had been extravagant; and at his death […] had left his affairs dreadfully involved. She had had difficulties of every sort to contend with, and in addition to these distresses, had been afflicted with a severe rheumatic fever, which, finally settling in her legs, had made her for the present a cripple. She had come to Bath on that account, and was now in lodgings near the hot baths, living in a very humble way, unable even to afford herself the comfort of a servant, and of course almost excluded from society. (Persuasion 101)

21Loin pourtant de se désespérer de sa situation, loin d’être amère de la prodigalité d’un mari pour qui elle avait eu une grande affection, Mrs. Smith témoigne d’une élasticité d’esprit qui force l’admiration d’Anne, en continuant à converser et à être gaie, et en trouvant dans son entourage des ressources pour survivre. Elle apprend à tricoter, fait de petits ouvrages qu’une amie se charge de donner à des familles pauvres ou de vendre à ceux qui peuvent les lui acheter. Pour cette femme désargentée et éprouvée, le commerce donne d’abord la possibilité de vivre de son travail. Il est aussi l’occasion de nouer des relations avec Mrs. Rooke, présentée comme une femme intelligente et sensible : « Hers is a line for seeing human nature; and she has a fund of good sense and observation, which, as a companion, make her infinitely superior to thousands of those who having only received “the best education in the world,” know nothing worth attending to » (Persuasion 102-03). Le travail, enfin, lui fournit une occupation qui la distrait de la rumination que pourraient entraîner les aléas de la fortune : « Here was that elasticity of mind, that disposition to be comforted, that power of turning readily from evil to good, and of finding employment which carried her out of herself, which was from nature alone » (Persuasion 102).

22Le seul personnage du roman dont la relation au commerce est présentée négativement est William Walter Elliot, héritier de Sir Elliot, qui doit sa fortune à sa femme. S’il est moralement condamné, c’est moins par l’origine commerciale de cette fortune que par l’égoïsme qui anime ses actions et n’est tempéré par aucun sentiment moral. Mrs. Smith le décrit ainsi : « Mr. Elliot is a man without heart or conscience; a designing, wary, cold-blooded being, who thinks only of himself ; who, for his own interest or ease, would be guilty of any cruelty, or any treachery, that could be perpetrated without risk of his general character » (Persuasion 132). Son mariage avec une femme de basse condition (« a very low woman ») est entaché parce qu’il est motivé par le seul désir d’enrichissement : « Mr. Elliot […] at that period of his life, had one object in view: to make his fortune, and by a rather quicker process than the law. He was determined to make it by marriage. He was determined, at least, not to mar it by an imprudent marriage » (Persuasion 133).

23Le rapport à l’argent des trois personnages que sont Wentworth, Mrs. Smith et William Elliot fait ainsi apparaître une diversité de jugements. Si Wentworth ou Mrs. Smith sont dignes d’éloge, c’est parce que leur capacité d’agir dans des conditions difficiles témoigne de leur force de caractère. Les valeurs économiques – l’éloge du travail et le recours au commerce – remettent en cause une hiérarchie sociale trop éloignée de la valeur réelle des individus. En cela, Persuasion dément le jugement de Piketty selon qui, « pour les héros de Jane Austen, la question de travailler ne se pose même pas : seul compte le niveau de patrimoine dont on dispose, par héritage ou par mariage » (381). S’il note avec justesse que les personnages d’Austen « choisissent le plus souvent de ne pas avoir de profession » (384) et « vivent surtout de leurs propriétés rurales » (193), tel n’est plus le cas de Wentworth ni de Mrs. Smith. Ils sont certes contraints par la nécessité à exercer une activité rémunérée, mais leur proximité avec l’héroïne témoigne d’un basculement dans le jugement porté sur le travail offert dans l’échange. Si donc l’on peut suivre l’affirmation de Piketty selon laquelle « la croyance en des inégalités davantage fondées sur le travail et le mérite individuel, ou tout au moins l’espoir placé en une telle transformation, est constitutive de notre modernité démocratique » (382), sans doute faut-il lire dans le dernier roman de Jane Austen un témoignage de cette transformation. Le mot de Sir Walter pour qui le terme de gentleman ne peut désigner qu’un homme qui a du bien (« some man of property », Persuasion 17) n’est rapporté qu’avec ironie. En revanche, la fourberie, la duplicité et l’égoïsme de William Elliot font apparaître que les valeurs d’égalité portées par l’économie peuvent être mises au service d’une ambition qui s’exerce aux dépens d’autrui.

La singularité d’Anne Elliot : prendre conscience de son intérêt

24La situation d’Anne Elliot est pourtant singulière. Sensible au mérite indépendant de la naissance, elle reste une représentante – certes privée de sa part d’héritage par l’impécuniosité de son père et par les règles de transmission du patrimoine qui privilégient la branche mâle – de la petite noblesse rurale. Elle a, dans sa première jeunesse, renoncé à Wentworth contre son inclination pour obéir à des valeurs dont le début du récit montre qu’elles sont à l’évidence moralement infondées et socialement vouées à disparaître. Elle est victime moins du bouleversement des valeurs que de l’aveuglement de son entourage à ce bouleversement.

25Persuasion peut être rapproché d’une nouvelle de Balzac, Le bal de Sceaux, parue en 1830, dont l’intrigue est proche : Emilie de Fontaine, jeune fille accomplie issue d’une noblesse ancienne mais désargentée, ne veut épouser qu’un homme beau, spirituel, riche bien sûr et surtout noble. Elle s’éprend, d’un amour sincère, d’un jeune homme qu’elle surprend, tardivement, alors que leur engagement est presque public, derrière le comptoir d’une boutique. Elle rompt, avec ce mot féroce : « On va dans un désert y habiter une tente, on ne va pas s’asseoir dans une boutique ». Quelques années plus tard bien sûr, le jeune homme revient riche et pair de France, mais tout mariage est impossible. Les caractères d’Anne et d’Emilie sont très dissemblables : l’une est négligée par sa famille, l’autre en est l’enfant gâtée ; l’une est réfléchie et accusée de manquer de fermeté dans ses choix, l’autre est orgueilleuse, fantasque et ne suit que ses désirs propres. Au-delà des différences de caractère et de situation – Anne Elliot n’est que la fille d’un petit propriétaire quand Emilie de Fontaine est issue de la haute aristocratie –, on peut repérer deux similitudes : d’une part leur situation commune dit le péril de celles qui commencent leur vie d’adulte en fondant leurs choix sur les valeurs d’un monde voué à la disparition ; d’autre part leurs hésitations et le regard qu’elles portent a posteriori sur leur décision première dit la prise de conscience progressive de leur intérêt véritable.

26Il faut ici se garder d’opposer l’intérêt matériel que constitue la richesse, l’intérêt social que constitue le statut, et l’intérêt sentimental. Le roman de Jane Austen pourrait sembler opposer l’intérêt sentimental – les deux jeunes gens sont égaux en beauté et en esprit et s’aiment pour leurs qualités réelles, ils ne se méprennent pas sur ce point – à l’intérêt social et matériel de la jeune fille, dont Lady Russell – plus que Sir Elliot qui n’est animé que par sa vanité propre – se fait l’avocate. Anne, en effet, s’est laissé persuader moins par son père, dans le jugement duquel elle a peu de confiance, que par Lady Russell. La réticence de celle-ci à l’égard de Wentworth est d’abord motivée par son absence de goût pour l’esprit et son horreur pour tout ce qui approchait de l’imprudence (« little taste for wit, and of anything approaching to imprudence, a horror » ; Lady Russell ne porte pas au crédit de Wentworth son tempérament optimiste et son intrépidité d’esprit (« his sanguine temper, and fearlessness of mind », Persuasion 19). Elle tient pour essentiels, en revanche, les risques d’un mariage avec un étranger sans famille ni fortune qui ravalerait Anne à un état de dépendance épuisant (« a stranger without alliance or fortune […] a state of most wearing, anxious, youth-killing dependence », Persuasion 19).

27Un autre auteur que Jane Austen – ou Balzac – aurait peut-être écrit un roman sentimental dans lequel une Anne Elliot sûre de son inclination aurait su triompher, huit ans auparavant, des préjugés de son entourage. Alors, le sort, en favorisant Wentworth, aurait démontré la justesse de son choix. Dans ce roman édifiant, l’intérêt matériel et social ne se serait trouvé qu’apparemment et momentanément contrarié par l’intérêt sentimental, le sentiment aurait été l’indice de l’intérêt social à venir, les deux intérêts se seraient miraculeusement rencontrés. Ou bien Jane Austen aurait pu décrire une Anne Elliot regrettant de n’avoir pas vécu ce roman et d’avoir considéré, au lieu de sa seule inclination amoureuse, les risques associés à une union avec Wentworth, d’avoir surestimé la valeur économique et sociale au détriment de la valeur réelle de leur attachement réciproque. Ce serait méconnaître qu’Anne Elliot, en suivant les conseils qui l’ont persuadée que ses fiançailles étaient une erreur (« to believe the engagement a wrong thing: indiscreet, improper, hardly capable of success, and not deserving it », Persuasion 19) –, a fait un choix malheureux non parce qu’elle a évalué les conséquences de son choix et tenu compte de l’intérêt social ou parce qu’elle n’a pas anticipé le succès de Wentworth, mais parce qu’en manquant de confiance dans la chance de Wentworth – qui, comme son patronyme l’indique, méritait de voir sa valeur reconnue – elle a, par excès de prudence, mal évalué. Elle examine a posteriori les inconvénients et les avantages de fiançailles qui n’auraient pas été rompues. Parmi les inconvénients : « every disadvantage of disapprobation at home, and every anxiety attending his profession, all their probable fears, delays, and disappointments » (Persuasion 20). Parmi les avantages, le bonheur qu’elle en aurait, malgré tout, éprouvé :

She was persuaded, that […] she should yet have been a happier woman in maintaining the engagement than she had been in the sacrifice of it; and this, […] had even more than the usual share of all such solicitudes and suspense been theirs, without reference to the actual results of their case, which, as it happened, would have bestowed earlier prosperity than could be reasonably calculated on. (Persuasion 20-21)

28Il faut souligner que l’évaluation fautive des maux et des joies, qui l’a conduite à accepter « un chagrin immédiat en échange d’un bien futur et incertain » (Persuasion 20) était motivée par l’intérêt même de Wentworth : « It was not a merely selfish caution, under which she acted, in putting an end to it. Had she not imagined herself consulting his good, even more than her own, she could hardly have given him up. The belief of being prudent, and self-denying, principally for his advantage, was her chief consolation » (Persuasion 19).

29L’excès de prudence qui a guidé son refus premier de suivre la hardiesse optimiste de Wentworth était d’abord une méfiance du romanesque : « She had been forced into prudence in her youth, she learned romance as she grew older : the natural sequel of an unnatural beginning » (Persuasion 21). Le romanesque qu’elle apprend n’est pourtant pas celui du roman sentimental édifiant, qui opposerait calcul et sentiment, ou les ferait miraculeusement converger. Il n’exclut ni ne surévalue le calcul. Il met à distance les décisions automatiques dictées par la tradition ou l’étiquette. Le calcul, parce qu’il prend en compte tous les intérêts et permet de tout envisager, est le meilleur allié de l’intérêt véritable du personnage.

*

30Bien que les romans de Parsons et d’Austen diffèrent dans leurs stratégies narratives ou leur cadre romanesque, ils ont ainsi en commun d’utiliser la thématique économique dans une perspective critique, afin de soumettre l’ordre établi à la question dans une société en pleine mutation à la charnière des xviiie et xixe siècles, mais aussi de défendre les valeurs des classes sociales ascendantes. Au-delà de la gestion du budget domestique et de l’amélioration de leur quotidien, ces romancières qui partageaient le même désir d’accéder à un train de vie décent, voire de professionnaliser leur « occupation » pour en tirer des revenus, étaient bien conscientes de la puissance du roman comme vecteur d’expression de valeurs nouvelles, notamment entre 1780 et 1820. Si la fine connaissance qu’Austen avait des rouages de l’économie a été amplement soulignée par la critique – « she became an unparalleled observer of positional competition, combining the gifts of an estate agent, family lawyer, and auctioneer » (Duckworth xvii) –, Eliza Parsons mérite également d’être reconnue pour l’acuité de sa vision économique et sociale, inhérente à son expérience familiale du négoce international. Leur intérêt commun pour la consommation, le statut social et surtout pour le succès commercial de leurs romans en font des actrices à part entière dans l’économie marchande et culturelle de leur époque, non seulement parce qu’elles s’y insèrent par des œuvres dont la valeur marchande assure leur subsistance, mais aussi parce qu’elles contribuent à en produire les conditions sociales d’acceptabilité. En montrant la voie à leurs consœurs, Jane Marcet et Harriet Martineau, qui produiront d’autres écrits plus théoriques notamment en économie politique (Dalley 114-22), Austen et Parsons signifient avec force que la littérature saurait bien être « l’affaire de la vie d’une femme », leur permettant de porter sur les « affaires » un regard attentif aux mutations des valeurs sociales.

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires

Austen, Jane. Sense and Sensibility. 1811. Ed. Claudia L. Johnson. New York : Norton, 2002.

Austen, Jane. Pride and Prejudice. 1813. Ed. Donald Gray. New York : Norton, 1993.

Austen, Jane. Northanger Abbey. 1818. Ed. John Davie and Terry Castle. Oxford : Oxford UP, 1998.

Austen, Jane. Persuasion. 1818. Ed. Patricia Meyer Spacks. New York : Norton, 1995.

Balzac, Honoré (de). Le bal de Sceaux. In La comédie humaine. Œuvres complètes, vol.1, sous la direction de Pierre-Georges Castex. Paris : Gallimard, La Pléiade, 1935.

Burney, Frances. Camilla, or A Picture of Youth. 1796. Ed. Edward A. Bloom and Lillian D. Bloom. Oxford : Oxford UP, 1972.

Defoe, Daniel. The Compleat English Gentleman. 1890. Ed. Karl D. Bülbring. London : David Nutt.

Le Faye, Deirdre, ed. Jane Austen’s Letters. Oxford, New York : Oxford UP, 1995.

Parsons, Eliza. The History of Miss Meredith; a Novel. London : Printed for the Author, 1790. Eighteenth Century Collections Online, Gale Cengage Learning.

Parsons, Eliza. The Errors of Education. London : Minerva Press, 1791. Eighteenth Century Collections Online, Gale Cengage Learning.

Parsons, Eliza. The Castle of Wolfenbach: A German Story. 1793. Ed. Diane Long Hoeveler. Kansas City : Valencourt, 2007.

Parsons, Eliza. The Mysterious Warning, A German Tale. 1796.. Ed. Karen Morton. Kansas City : Valencourt , 2008.

Smith, Adam. An Inquiry into the Nature and Causes of the Wealth of Nations. 1776. Ed. R. Campbell and A. Skinner. Indianapolis : Liberty Fund, 1981.

Smith, Margaret, ed. The Letters of Charlotte Brontë with a Selection of Letters by Family and Friends: Volume One: 1829–1847. Oxford : Clarendon, 1995.

Thrale, Hester. Thraliana.
https://archive.org/stream/mrspiozzisthrali00hughrich/mrspiozzisthrali00hughrich_djvu.txt

Woolf, Virginia. A Room of One’s Own. 1928. London : Penguin, 2004.

Sources secondaires

Benveniste, Émile. « Un Métier sans nom : le commerce ». Le vocabulaire des institutions indo-européennes : Économie, parenté, société. Paris : Minuit, 1987.

Berthoud, Arnaud. Essais de philosophie économique. Lille : Presses Universitaires du Septentrion, 2002.

Berthoud, Arnaud. Une philosophie de la consommation. Lille : Presses Universitaires du Septentrion, 2005.

Copeland, Edward. Women Writing about Money: Women's Fiction in England, 1790-1820. Cambridge : Cambridge UP, 1995.

Dalley, Lana L. “Women’s Writing and the Mainstreaming of Political Economy”. The Routledge Companion to Literature and Economics. Ed. Matt Seybold and Michelle Chihara. London. New York : Routledge, 2019. 114-22.

Duckworth, Alistair M. The Improvement of the Estate: A Study of Jane Austen’s Novels. Baltimore : The Johns Hopkins UP, 1994.

Gilbert, Sandra M. and Gubar, Susan. The Madwoman in the Attic: The Woman Writer and the Nineteenth-Century Literary Imagination. New Haven: Yale UP, 1979.

Massei-Chamayou, Marie-Laure. La représentation de l’argent dans les romans de Jane Austen. Paris : L’Harmattan, 2012.

Piketty, Thomas. Le Capital au xxie siècle. Paris : Seuil, 2013.

Raven, James. Judging New Wealth: Popular Publishing and Responses to Commerce in England, 1750-1800. New York : Clarendon, 1992.

Régaldo, Marc. « Le drame et la réhabilitation du commerce au xviiie siècle ». Commerce et commerçants dans la littérature. Actes du colloque international organisé par le Département Techniques de Commercialisation, Université Bordeaux I, Bordeaux : Presses Universitaires de Bordeaux, 1988. 69-80.

Haut de page

Notes

1 Voir Massei-Chamayou, 167-81. En marge de la petite gentry rurale du fait de ses revenus modestes, la famille du pasteur Austen en partageait cependant les valeurs, la culture et les aspirations, d’autant qu’Edward Austen, frère aîné de Jane, avait été adopté par des cousins sans enfant, Mr. and Mrs. Knight, afin d’hériter de leurs prestigieux domaines de Godmersham, dans le Kent, et de Chawton, dans le Hampshire. Si Jane était très proche d’Edward, elle vouait cependant une admiration particulière à ses frères Francis et Charles, pour leur courage et leur détermination à faire de brillantes carrières dans la marine (Massei-Chamayou 35-42).

2 Après son mariage en 1793 avec Alexandre d’Arblay, un émigré français impécunieux qui avait trouvé refuge dans le Surrey, Frances Burney dut subvenir aux dépenses du ménage. Elle suivit alors le conseil avisé de sa sœur Susan qui l’exhortait à écrire : « I can only say, & solicit, & urge to my Fanny to print, print, print ! – here is a resource, a certainty of removing present difficulties » (Camilla xii). Or, si le succès critique et commercial d’Evelina (1778) avait prouvé à son auteur que l’écriture romanesque pouvait être une activité à la fois respectable et profitable, c’est bien grâce à la publication de Camilla, en 1796, que la famille d’Arblay put se loger décemment en faisant bâtir une demeure justement baptisée « Camilla Cottage » (Camilla xxi).

3 Si Jane Austen entendait préserver sa tranquillité en restant dans l’anonymat, sa correspondance montre qu’elle était aussi intéressée qu’Eliza Parsons par le succès commercial de ses romans. Dans une lettre adressée à son frère Francis en 1813, elle se réjouit des profits réalisés depuis la parution de Sense and Sensibility en 1811, comme pour mieux légitimer sa place et affirmer son talent au sein d’une fratrie en pleine ascension sociale : « You will be glad to hear that every Copy of S&S is sold & that it has brought me £140 […] I have now therefore written myself into £250 – which only makes me long for more » (Le Faye 217).

4 Mary Amelia “Emily Mary” Cecil, Marquise de Salisbury (1750-1835), était la fille de Wills Hill, 2e Viscount Hillsborough, nommé Secrétaire d’État aux colonies sous le gouvernement de Lord North, entre 1768 et 1772. Après son mariage en 1773 avec James Cecil, Viscount Cranborne, héritier de James Cecil, 6e Earl of Salisbury, “Emily Mary” mit son énergie au service du parti Tory en organisant des dîners politiques dans leur résidence de Hatfield House, dans le Hertfordshire (« Cecil [née Hill], Mary Amelia [Emily Mary], Marchioness of Salisbury », Oxford DNB)

5 « Parsons’ economy is middle class gothic in contemporary dress: families plunge overnight from great wealth to utter poverty », remarque Edward Copeland (43).

6 « From 1790 until her death in 1811, Parsons published over 20 novels, comprising more than 60 volumes, some less than mediocre, some respectable performances. She was certainly popular in her own day despite her grammatical errors and the lack of organization in her novels, but given the desperate personal and financial situation she was facing at home, it is hard to condemn her works. Few female writers have had a sadder biography. Haunted by misfortune, and broken by a struggling career, Parsons died at 71» (The Castle of Wolfenbach viii).

7 « À son retour d’Angleterre où il avait vu s’ébaucher une société plus moderne, Voltaire, en 1734 […] ne craignit pas de consacrer la dixième de ses Lettres philosophiques à la défense et l’illustration du commerce […] : “Je ne sais pourtant lequel est le plus utile à l’État, ou un seigneur bien poudré qui sait précisément à quelle heure le roi se lève, à quelle heure il se couche et qui se donne des airs de grandeur en jouant le rôle d’esclave dans l’antichambre d’un ministre, ou un négociant qui enrichit son pays, donne de son cabinet des ordres à Surate et au Caire et contribue au bonheur du monde” » (Régaldo 69-80)

8 Tel est l’état de félicité auquel parvient Sir Williams Lucas, dans Pride and Prejudice, après une carrière commerciale qui lui valut d’acquérir quelque fortune et d’être créé chevalier à la suite d’une adresse au roi ; mais la vanité du personnage après cette distinction et son « dégoût » pour les affaires pourtant à l’origine de sa richesse, en font une cible privilégiée de l’ironie de la voie narrative : « He could think with pleasure of his own importance, and unshackled by business, occupy himself solely in being civil to all the world » (13, nos italiques).

9 On pourrait avancer que le mépris dans lequel Sir Eliott tient tout travail ne vient pas seulement de l’activité concrète du travail mais de ce qu’il soupçonne confusément l’égalité qui sous-tend toute représentation de la société comme réunion de travailleurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Laure Massei-Chamayou et Claire Pignol, « La promotion du commerce et du travail dans les romans d’Eliza Parsons et de Jane Austen »XVII-XVIII [En ligne], 77 | 2020, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 27 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/1718/4353 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1718.4353

Haut de page

Auteurs

Marie-Laure Massei-Chamayou

Marie-Laure Massei-Chamayou est maître de conférences en Études anglophones à l’université Paris I-Panthéon Sorbonne, membre du Centre d’Histoire du xixe siècle et membre associée au laboratoire PHARE. Ses recherches portent sur l’évolution des représentations de l’argent et de l’économie dans les romans écrits par des femmes aux xviiie et xixe siècles, qu’il s’agisse des contemporaines de Jane Austen ou des romancières de l’époque victorienne. <marie-laure.massei-chamayou@univ-paris1.fr>

Articles du même auteur

Claire Pignol

Claire Pignol est maître de conférences en Économie à l'université Paris I- Panthéon Sorbonne, membre du laboratoire PHARE (Philosophie, Histoire et Analyse des Représentations Economiques). Ses thèmes de recherches portent sur l'histoire de la pensée économique, la relation entre théorie économique et philosophie politique et morale, et sur les représentations de l’économie dans le roman, du xviiie au xxie siècles. <claire.pignol@univ-paris1.fr>

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search