Navigation – Plan du site
Notes de lecture - Ouvrages reçus

Stephen Ahern, ed, Affect and Abolition in the Anglo-Atlantic, 1770-1830

Farnham, Ashgate, 2013, ISBN 978-1-4094-5561-5
Pierre Carboni
p. 331-332
Référence(s) :

AHERN, STEPHEN, ed. — Affect and Abolition in the Anglo-Atlantic, 1770-1830. Farnham : Ashgate, 2013. viii + 225 pp. ISBN 978-1-4094-5561-5.

Texte intégral

1Adoptant une perspective transdisciplinaire, l’ouvrage associe le champ des études littéraires au domaine de l’histoire des idées, en examinant la complexité des rapports qu’entretient, au tournant du xixe siècle, la culture de la sensibilité avec la double réalité de la traite négrière atlantique et de l’esclavage colonial. Les neuf essais qui constituent le volume parcourent l’ensemble du champ littéraire et para-littéraire, de la poésie au théâtre, des écrits politiques, pétitions ou traités, aux récits de vie. Partant du constat que l’empire transatlantique anglophone est, culturellement parlant, « l’empire du sentiment, » la première partie de l’ouvrage étudie les ambiguïtés du discours sentimental qui, loin d’être le seul apanage du courant abolitionniste, peut tout aussi bien soutenir l’argumentation des esclavagistes ou celle des « améliorationnistes ». Dans de nombreux cas, en effet, la représentation même de l’inhumanité de la traite et de l’esclavage ne conduit pas forcément à un témoignage pour ou contre le phénomène. Dans le cas précis de la poésie abolitionniste britannique en revanche, la théorie de la sympathie issue de la pensée des Lumières écossaises permet d’attester la qualité performative du discours et sa capacité à transformer, par l’affect, l’identité politique du lecteur.

2La deuxième partie de l’ouvrage met en lumière l’ambiguïté même du discours poétique pro-abolitionniste lorsque ce dernier lie la cause de l’émancipation des esclaves à la tradition libertaire anglo-britannique. Dans Charity (1782), de même que dans The Task (1785), explique Anthony John Harding, Cowper considère le commerce triangulaire comme indigne des bienfaits de l’économie-monde et de la liberté britanniques qu’il célèbre par ailleurs. Hannah More adopte une perspective semblable dans Slavery: A Poem (1788), défendant l’idée contradictoire d’un développement conjoint du commerce et de la liberté politique d’une part, et condamnant d’autre part l’esclavage et la traite. Dans cette deuxième partie, l’essai de Mary Waters étudie l’utilisation de la physiologie de Hartley par Anna Laetitia Barbauld dans le poème Epistle to William Wilberforce (1791) pour souligner le lien entre le déclin physique et moral de la nation et la poursuite de l’horreur esclavagiste. Seule l’ouverture du cœur, en conformité avec les lois édictées par la nature, peut, selon Anna Laetitia Barbauld, à la fois réformer le système et prévenir l’anéantissement de l’homme.

3La troisième partie rassemble des essais consacrés au spectacle de la souffrance générée par le système esclavagiste dans sa représentation sur la scène londonienne des années 1780. L’adaptation poétique et théâtrale par Southerne de la nouvelle d’Aphra Behn, Oroonoko, connaît, un siècle après sa création, un regain de popularité. De nouvelles versions et réécritures en sont proposées au public. Cependant, comme le montre Brycchan Carey, ces productions dramatiques d’un sentimentalisme excessif et au succès souvent éphémère, ne contribuèrent que de manière très secondaire, par comparaison avec le roman et avec la poésie abolitionnistes, au progrès de la cause sur le plan politique.

4La dernière partie consiste en deux études consacrées aux contradictions du discours sentimental sur l’esclavage. Tout en dénonçant l’horreur du traitement des esclaves, de nombreux ouvrages cantonnent l’Africain au rôle de victime éternelle et dénoncent tout autant l’indifférence des maîtres émancipant leurs esclaves sans souci de l’avenir de ces derniers que la cruauté de ceux qui les maintiennent en esclavage.

5Il s’agit, à n’en pas douter, d’un recueil original et de qualité, qui, par le fait même de son hétérogénéité, est susceptible d’offrir aux dix-huitiémistes britannicistes et américanistes, spécialistes de littérature comme historiens de la culture, des perspectives intéressantes sur des œuvres souvent négligées. Si l’on risque de rester relativement déçu par la quasi absence d’évaluation purement littéraire des œuvres étudiées, qu’elles soient « majeures » ou « mineures », on appréciera à coup sûr la solide bibliographie sélective qui accompagne l’ouvrage. En faisant le point sur les publications dans le domaine du langage du sentiment et de l’affect, sur la notion de race, et autour du discours sur d’esclavage et l’abolition à l’extrême fin du xviiie siècle et dans les premières décennies du siècle suivant, ce volume contribue à une meilleure connaissance de certains aspects fondamentaux de la littérature et de la culture anglo-américaines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Carboni, « Stephen Ahern, ed, Affect and Abolition in the Anglo-Atlantic, 1770-1830 », XVII-XVIII, 71 | 2014, 331-332.

Référence électronique

Pierre Carboni, « Stephen Ahern, ed, Affect and Abolition in the Anglo-Atlantic, 1770-1830 », XVII-XVIII [En ligne], 71 | 2014, mis en ligne le 26 mai 2016, consulté le 19 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/1718/436

Haut de page

Auteur

Pierre Carboni

Université de Nantes

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals