Navigation – Plan du site
Notes de lecture - Ouvrages reçus

Keith A. Francis and William Gibson, eds., The Oxford Handbook of the British Sermon 1689-1901 | Peter McCullough, Hugh Adlington and Emma Rhatigan, eds, The Oxford Handbook of the Early Modern Sermon | Pasi Ihalainen, Protestant Nations Redefined : Changing Perceptions of National Identity in the Rhetoric of the English, Dutch and Swedish Public Churches, 1685-1772 | Madeleine Descargues, Prédicateurs et journalistes. Petits récits de la persuasion en Grande-Bretagne au XVIIIe siècle: Swift, Addison, Fielding et Sterne

Oxford, OUP, 2012, ISBN 978-0-19-958359-1 | Oxford, OUP, 2011, ISBN 978-0-19-923753-1 | Leiden et Boston, Brill, 2005, ISBN 90-04-14485-4 | Villeneuve d’Ascq, PU du Septentrion, 2004, ISBN 2-85939-867-8
Françoise Deconinck-Brossard
p. 335-341
Référence(s) :

FRANCIS, KEITH A. and WILLIAM GIBSON, eds. — The Oxford Handbook of the British Sermon 1689-1901. Oxford : OUP, 2012. xv + 662 pp. ISBN 978-0-19-958359-1.

McCULLOUGH, PETER, HUGH ADLINGTON and EMMA RHATIGAN, eds. — The Oxford Handbook of the Early Modern Sermon. Oxford : OUP, 2011. xvi + 608 pp. ISBN 978-0-19-923753-1.

IHALAINEN, PASI. — Protestant Nations Redefined : Changing Perceptions of National Identity in the Rhetoric of the English, Dutch and Swedish Public Churches, 1685-1772. Leiden & Boston : Brill, 2005. xvii + 664 pp. ISBN 90-04-14485-4.

DESCARGUES, MADELEINE. — Prédicateurs et journalistes. Petits récits de la persuasion en Grande-Bretagne au xviiie siècle : Swift, Addison, Fielding et Sterne. Villeneuve d’Ascq : PU du Septentrion, 2004. 272 pp. ISBN 2-85939-867-8.

Texte intégral

1Longtemps délaissées, les études sermonnaires suscitent un tel regain d’intérêt, depuis le début du xxie siècle, que s’est constitué récemment un champ disciplinaire nouveau, les « sermon studies », auquel le Handbook of the British Sermon 1689-1901 consacre un chapitre entier (611-30). Cela explique sans doute la publication par les Presses Universitaires d’Oxford, à un an d’intervalle, de deux ouvrages collectifs qui pourraient au premier abord sembler concurrentiels, alors qu’ils se révèlent plutôt complémentaires. Comme son titre l’indique, le volume publié sous la direction de Keith Francis et de William Gibson traite de l’histoire moderne postérieure à la « glorieuse » Révolution et inclut tout le xixe siècle jusqu’au décès de la reine Victoria, alors que la première modernité définie dans le volume dirigé par Peter McCullough et al. commence vers 1500, pour se terminer en 1720. Quoique le titre ne le laisse pas entièrement deviner, la monographie de Pasi Ihalainen porte sur le genre des « state sermons », discours politiques prononcés en Angleterre, aux Pays-Bas et en Suède lors de cérémonies nationales en présence des « dirigeants de l’État » (25), qu’il étudie dans une démarche originale d’ « analyse conceptuelle comparative » (4). Toutefois, la présente recension s’intéressera essentiellement au cadre chronologique ou géographique des études anglo-américaines des xviie et xviiie siècles, que ces livres dépassent largement, et se limitera au thème de la prédication, qui occupe environ le tiers du livre publié par Madeleine Descargues.

2La disponibilité accrue des sources imprimées liée à la diffusion des bases de données électroniques EEBO et ECCO contribue, sans nul doute, à la recrudescence d’études sur la production sermonnaire, non seulement de grands classiques littéraires comme les deux « monstres sacrés » étudiés dans la monographie de Madeleine Descargues (9), mais encore de nombreux prédicateurs à qui la postérité n’a pas accordé tant de notoriété. Toutefois, les documents rassemblés en annexe à la fin du Handbook of the Early Modern Sermon ont le mérite de proposer une anthologie de textes qui restent difficiles d’accès, en particulier diverses directives officielles fournissant un cadre juridique à l’exercice de la prédication entre le règne d’Henri viii et la loi de 1689 sur la tolérance (517-69). De même, Madeleine Descargues offre en annexe une version bilingue d’un sermon de Swift (204-15) et de deux sermons de Sterne (232-49), tous trois particulièrement bien choisis. La page de gauche comporte un fac-similé des éditions modernes du texte anglais (respectivement celles de Louis A. Landa chez Basil Blackwell à Oxford [1968] et de Melvyn New pour la « Florida Edition of the Works of Laurence Sterne » [1996]). La traduction proposée sur la page de droite représente indéniablement une valeur ajoutée pour le lecteur francophone et suggère que le livre, où d’ailleurs l’auteur traduit toutes les citations, s’adresse à un public plus large qu’un cercle restreint d’anglicistes.

3L’intérêt pour les sermons imprimés ne signifie nullement que les manuscrits sont entièrement laissés de côté. Dans son chapitre intitulé « Preaching in the Parishes » (McCullough et al. 137-54), Ian Green argue par exemple que les documents d’archives, plus nombreux pour la période d’après la Restauration que pour les années 1640-1650, permettent de se faire une meilleure idée de la prédication ordinaire que les textes publiés de sermons de circonstance. Comme dans une précédente publication (Continuity and Change in Protestant Preaching in Early Modern England, Londres, 2009), Green relève plus de continuité que de changements dans la pratique homilétique de la première modernité. À propos du xviiie siècle, Jeffrey S. Chamberlain déplore la « pénurie » de sermons manuscrits parvenus jusqu’à nous, mais il en cite plusieurs qui lui permettent d’identifier les principales caractéristiques de cette prédication paroissiale (« Parish Preaching in the Long Eighteenth Century », in Francis & Gibson 47-62). Citant la découverte récente d’un manuscrit datant de 1687 ou 1688, John Morgan-Guy souligne que la rareté de documents d’archives se fait encore plus sentir au pays de Galles, surtout pour les sermons prêchés dans des cathédrales anglicanes (Francis & Gibson 188). Pourtant, au siècle précédent la diffusion de poésie populaire compilée par des copistes gallois professionnels avait assuré la transmission de matériau homilétique, comme le montre Stephen K. Roberts : la photographie de l’un de ces cwndidau illustre son propos (McCullough et al. 306-08). Pour certains autres types de sermons, la survie de manuscrits est essentielle : elle seule, ou presque, atteste de l’activité sermonnaire de certaines confessions religieuses. Geoffrey Scott rappelle ainsi qu’avant l’émancipation de 1829, et surtout avant le premier Relief Act de 1791, les prédicateurs catholiques, qui s’adressaient à de petites communautés anglaises rurales, à des groupes de Britanniques exilés en Europe ou à des paroisses irlandaises, prêchaient rarement en public et ne publiaient pas le texte de leurs homélies, dont il reste peu de traces (« Sermons in British Catholicism to the Restoration of the Hierarchy, 1689-1850 », in Francis & Gibson 136-51). De même, la réticence des Quakers à sauvegarder une prédication nécessairement impromptue aurait pu la faire sombrer dans l’oubli, mais l’étude qu’en esquisse Michael Graves, grâce à sa collection personnelle d’archives, n’est pas la moindre heureuse surprise des deux Handbooks ici référencés (« The British Quaker Sermon, 1689-1901 », in Francis & Gibson 97-113). Il est intéressant d’observer que ce corpus quaker inclut neuf sermons prêchés par des femmes au xviiie siècle. Jeanne Shami cite un autre manuscrit composé par une femme au tout début du siècle précédent, document unique en son genre qui circulait parmi les dames de la cour mais qui semble n’avoir jamais été lu en chaire (McCullough et al. 167-8). Plus encore peut-être que les « rares » brouillons (Chamberlain, in Francis & Gibson 49) ou autres ébauches autographes, les historiens apprécient les notes prises par les fidèles, pendant ou après le sermon, en sténographie ou en écriture cursive, car elles fournissent un précieux témoignage sur la façon dont le public accueillait la parole sermonnaire (John Craig, « Sermon Reception », in McCullough et al., en particulier 189-93).

4Il n’en reste pas moins vrai que la majeure partie de ces quatre volumes traite de sermons imprimés. Par définition, les « state sermons » qu’étudie Pasi Ihalainen étaient, en principe, destinés à une diffusion qui assurerait la propagation de l’ « idéologie politique officielle » (25), même si l’invitation à prêcher devant le souverain ou devant le parlement n’offrait aucune garantie de publication (41-45). L’ « approche comparatiste » de Madeleine Descargues (19), qui considère sermons et essais périodiques comme deux formes de « littérature d’argumentation et d’opinion » (17) constituant « un espace de la persuasion », de sorte que la deuxième partie de son livre traite de l’ « essai périodique comme homilétique laïcisée » (107-93), ne s’applique qu’à des textes publiés. À de nombreuses reprises, ces quatre ouvrages commentent la distance qui peut séparer le texte écrit de sa version orale à jamais perdue (e.g. Descargues 9, Ihalainen 42, McCullough 214-15), si bien que cela devient presque un lieu commun, mais deux chapitres abordent spécifiquement cette question en détail : James Rigney, « Sermons into Print » et, dans une moindre mesure, « Sermons in Print, 1660-1700 » de Rosemary Dixon (McCullough et al., respectivement 198-212 et 460-79).

5Hélas, l’écrit n’offre jamais qu’un pâle reflet de la réalité sermonnaire. La voix du prédicateur étant son instrument de travail, il est essentiel de comprendre comment l’époque étudiée définissait les normes de l’élocution idéale et son interprétation de ce que la rhétorique classique nommait actio ou pronunciatio (Kate Armstrong, « Sermons in Performance », in McCullough et al. 120-36). Cette préoccupation rejoint l’étude générale de la littérature prescriptive sur l’art de la prédication. Greg Kneidel rappelle que la problématique des artes prædicandi remonte à saint Augustin (McCullough et al. 3‑20). En pratique, l’architecture et le mobilier des lieux de prêche pouvaient indirectement influencer le style de prédication, comme le montre Emma Rhatigan dans un chapitre stimulant et richement illustré (« Preaching Venues : Architecture and Auditories », in McCullough et al. 87-119), qui n’omet pas de mentionner les problèmes spécifiques à la prédication en plein air. Cette partie du chapitre fut vraisemblablement rédigée avant la mise en ligne du remarquable Virtual Paul’s Cross Project, qui ne figure pas dans la bibliographie.1 Il en est sans doute de même pour le long commentaire de texte que propose Peter McCullough de l’oraison funèbre prononcée par John Donne aux obsèques de Sir William Cokayne (213-67). McCullough insiste, à juste titre, sur la nécessaire interdisciplinarité qui seule permet de situer le texte littéraire dans son contexte historique ; son étude de cas en fournit une démonstration magistrale.

6Outre les synthèses synchroniques, les deux Handbooks proposent également des sections diachroniques sur les sermons anglais. La partie consacrée aux sermons postérieurs à la Restauration (McCullough et al. 423-516) s’intéresse beaucoup aux questions politico-religieuses. Il y est question par exemple des sermons prêchés à la cour de Charles II ou en faveur de Guillaume d’Orange. Bien qu’il porte sur la période 1660-85, le chapitre de Hugh Adlington sur les cours d’assises (Mc Cullough et al. 423-41) est à rapprocher, mutatis mutandis, de l’intéressante analyse proposée pour les « Réflexions sur la tromperie de la conscience », sermon prononcé par Sterne devant les assises d’York et d’abord publié comme tel en 1750 mais ensuite incorporé dans Tristram Shandy (Descargues 96-107).

7La section diachronique sur les sermons de circonstance (Francis & Gibson 228-356) inclut, entre autres, des considérations sur la prédication anti-jacobite entre le soulèvement de 1715 et la bataille de Culloden, les sermons contemporains des révolutions américaine et française, ainsi que les cérémonies d’actions de grâces commanditées par les pouvoirs publics pour commémorer des événements d’importance nationale.

8La contribution de Pasi Ihalainen à ces deux sections traite des sermons politiques publiés lors des deux premières décennies du xviiie siècle, au moment où l’affrontement partisan entre whigs et tories faisait rage (McCullough et al. 495-513), ainsi que des sermons prêchés à la cour et au parlement entre 1689 et 1789 (Francis & Gibson 229-44). Sa problématique n’a guère changé depuis Protestant Nations Redefined. Il s’insurge contre « le paradigme séculariste » qui, selon lui, a longtemps prévalu dans les études dix-huitiémistes (Francis & Gibson 232-36) et affirme, au contraire, que le facteur religieux joua un rôle significatif dans la construction des identités nationales à l’âge moderne (Ihalainen 7). Il fonde son analyse sur une étude minutieuse des concepts pertinents de nation, patrie, liberté et nature (Ihalainen 174-209, 367-411, 493-513 et 558-70), ainsi que des stéréotypes dont on peut se demander si ce sont également des « concepts », tels que l’anti-catholicisme (Ihalainen 299-324) et la comparaison entre l’Angleterre – ou la Grande-Bretagne – et le peuple choisi d’Israël (Ihalainen 86-121). Son travail conclut à une ouverture du discours vers une plus grande acceptation du pluralisme politico-religieux. D’après lui, l’influence des Lumières dans ce domaine est indéniable (Francis & Gibson 234‑35). Le recul que lui donne sa démarche comparatiste lui permet de démontrer que cette évolution fut sans doute plus marquée outre-Manche que dans d’autres pays européens (Francis & Gibson 234‑35), même s’il rappelle, à juste titre, que la construction d’une identité nationale protestante ne fut nullement une exclusivité britannique (Ihalainen 6‑7).

9En plus des discours politiques, les sermons de circonstance dont traitent les deux Handbooks incluent les oraisons funèbres (Penny Pritchard, « The Protestant Funeral Sermon in England, 1566-1800 » in Francis & Gibson 322-37), ainsi que les textes prêchés lors de visites épiscopales ou archidiaconales, qui par une sorte de mise en abîme rappelaient parfois à des prédicateurs en quoi consistent les règles de l’éloquence de la chaire. William Gibson souligne surtout qu’ils révèlent utilement les questions de société qui inquiétaient l’Église établie au xviiie siècle (299). Il en va de même pour les sermons prêchés à l’occasion des consécrations épiscopales, véritables « baromètres » des soucis cléricaux (Francis & Gibson 305-21).

10La zone d’influence de l’Église établie s’exerçait au-delà des frontières de l’Angleterre proprement dite. Au pays de Galles, la question de savoir s’il fallait ou non prêcher en langue vernaculaire se posait non seulement chez les Anglicans, mais également chez les non-conformistes et parmi les membres du renouveau évangélique (Francis & Gibson 183-214). La question était autant d’actualité en Irlande, terre de mission pour les prédicateurs anglicans soucieux de convertir la population majoritairement catholique, comme l’explique Andrew Sneddon (Francis & Gibson 529-45). C’est dans ce contexte que vivait l’anglo-irlandais doyen de la cathédrale Saint-Patrick à Dublin (Descargues 62). Quant à l’Écosse, Ihalainen récuse la thèse de Linda Colley selon laquelle le protestantisme aurait cimenté l’union de la Grande-Bretagne après 1707 ; il argue qu’après 1690 l’existence de l’Église établie presbytérienne en Écosse contribua à augmenter le pluralisme religieux dans le royaume (Ihalainen 93-97). Cela donne tout son sens au pluriel du titre de chapitre rédigé par Ann Matheson : « Preaching in the Churches of Scotland » (Francis & Gibson 152-68). Ainsi donc, les deux Handbooks, en particulier celui qui traite de la période la plus tardive, ne négligent nullement la diversité de l’aire géographique anglophone, sans oublier les colonies britanniques, de l’Amérique du Nord à l’Australie (Francis & Gibson 513-29). Comme on a déjà pu le remarquer plus haut, ils ne négligent pas non plus la diversité confessionnelle. En particulier, le chapitre de Bob Tennant († 2014), intitulé « The Sermons of the Eighteenth-Century Evangelicals », distingue bien toutes les nuances de la galaxie évangélique, depuis Whitefield et Wesley, fondateurs de mouvements de renouveau qui ne s’étaient pas encore séparés de l’Église d’Angleterre, mais qui finirent par instituer un réseau non canonique de prédicateurs laïcs, parfois même de sexe féminin, jusqu’à l’émergence d’un parti évangélique d’inspiration calviniste, en passant par les anglicans évangéliques (Francis & Gibson 114-35).

11Au total, les deux Handbooks proposent soixante-deux chapitres, rédigés par les meilleurs spécialistes du moment, qui reflètent l’état actuel de la recherche historique et littéraire sur les études sermonnaires. Visiblement destinés à devenir des ouvrages de référence, ils comportent chacun un index et une bibliographie générale sélective qui vient s’ajouter à la bibliographie de chaque chapitre, où parfois l’on chercherait en vain une distinction entre sources primaires et sources secondaires. Malgré toute la richesse de leurs analyses, ils n’épuisent pas l’étude du sermon à l’âge d’or de l’homilétique dans le monde anglophone. D’ailleurs, ils suggèrent des pistes pour la recherche future, par exemple sur les sermons prêchés devant les universités anglaises et sur l’évolution stylistique chez les non-conformistes (McCullough et al. 116 et 470n) ou bien sur l’analyse linguistique systématique du texte, sur le discours politique et sur les sermons prononcés à l’occasion de consécrations épiscopales ou dans le monde colonial (Francis & Gibson 132, 235-36, 319, 526). Les deux monographies dont la présente recension a rendu compte, qui, elles aussi, comportent bibliographie et index, s’inscrivent bien dans la ligne de ce nouveau domaine d’étude.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Deconinck-Brossard, « Keith A. Francis and William Gibson, eds., The Oxford Handbook of the British Sermon 1689-1901 | Peter McCullough, Hugh Adlington and Emma Rhatigan, eds, The Oxford Handbook of the Early Modern Sermon | Pasi Ihalainen, Protestant Nations Redefined : Changing Perceptions of National Identity in the Rhetoric of the English, Dutch and Swedish Public Churches, 1685-1772 | Madeleine Descargues, Prédicateurs et journalistes. Petits récits de la persuasion en Grande-Bretagne au XVIIIe siècle: Swift, Addison, Fielding et Sterne », XVII-XVIII, 71 | 2014, 335-341.

Référence électronique

Françoise Deconinck-Brossard, « Keith A. Francis and William Gibson, eds., The Oxford Handbook of the British Sermon 1689-1901 | Peter McCullough, Hugh Adlington and Emma Rhatigan, eds, The Oxford Handbook of the Early Modern Sermon | Pasi Ihalainen, Protestant Nations Redefined : Changing Perceptions of National Identity in the Rhetoric of the English, Dutch and Swedish Public Churches, 1685-1772 | Madeleine Descargues, Prédicateurs et journalistes. Petits récits de la persuasion en Grande-Bretagne au XVIIIe siècle: Swift, Addison, Fielding et Sterne », XVII-XVIII [En ligne], 71 | 2014, mis en ligne le 27 mai 2016, consulté le 19 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/1718/439

Haut de page

Auteur

Françoise Deconinck-Brossard

Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals