Skip to navigation – Site map

HomeNuméros77VariaAntibaconisme et critique de la s...

Varia

Antibaconisme et critique de la science dans le troisième livre des Voyages de Gulliver de Jonathan Swift

Mickaël Popelard

Abstracts

Gulliver’s third voyage is often deemed the least brilliant of all four parts of the book. Yet it is also arguably the most original, shedding as it does some interesting light on Swift’s strong philosophical background. Swift’s satire on science does not just lampoon the vanities and extravagances of Newtonian science. It also suggests that Baconian philosophy forms part of the conceptual bedrock of Swift’s scathing criticism of science. This essay aims to show that Swift’s threefold attack on science stems from the unshakable belief that nature is not perfectible – a belief that sets him apart from Bacon and accounts for their diametrically opposed views on what science can, or cannot do, for mankind.

Top of page

Full text

  • 1 Voir, parmi d'autres, ce commentaire de Todd: « the satire is commonly acknowledged to be the least (...)

1De façon paradoxale, le troisième livre de Gulliver’s Travels fait simultanément l’objet d’un consensus et d’un dissensus critiques dans certains de ses aspects les plus fondamentaux. Ainsi, les spécialistes de l’œuvre de Jonathan Swift sont nombreux à considérer la troisième partie des Voyages comme la plus faible, la plus décousue et la moins convaincante de toutes.1 Dans le même temps, rares sont les passages de l’œuvre qui ont suscité autant de débats et de controverses sur la cible exacte de la satire swiftienne. Si la plupart des critiques saluent l’apport décisif des recherches de Marjorie Nicolson et Nora Mohler sur les liens entre l’Académie de Lagado et la Royal Society (Mohler et Nicolson), ils rivalisent également d’ingéniosité quant aux contextes possibles du troisième voyage : ainsi, Laputa et Balnibarbi représentent tantôt la France et l’Angleterre (Renaker), tantôt la Babylone et la Jérusalem bibliques (Todd), tandis que les savants et les « projectors » de l’Académie de Lagado ont pour référents soit les spéculateurs des années 1720 (Treadwell), soit les disciples de Descartes (Renaker), soit ceux de Boerhaave (Palomo), soit encore Swift lui-même (Treadwell). Quant à l’île volante, sa source philosophico-mathématique serait à chercher soit du côté des théories magnétiques de William Gilbert (Merton), soit du côté du matérialisme hobbesien (Fitzgerald 1988). Enfin, on a pu dire que Thomas Sheridan prêtait certains de ses traits psychologiques au roi de Laputa, notamment sa légendaire distraction (Ehrenpreis).

2Il ne s’agit pas bien sûr d’écarter toutes ces interprétations : elles ont leur valeur et leur mérite propres et jettent souvent une lumière originale sur un texte bien connu dont elles permettent de renouveler la lecture. Identifier le référent réel de telle ou telle pointe satirique fictionnelle est un travail utile et fécond qui enrichit la lecture de l’œuvre en inscrivant celle-ci dans son contexte historique. Le présent article se propose néanmoins une tâche un peu différente, dans la mesure où il s’intéressera prioritairement à l’arrière-plan philosophique (et non proprement historique) du troisième livre. En particulier, nous nous efforcerons de montrer que la satire swiftienne repose sur un postulat philosophique qu’on pourrait qualifier d’antibaconien. La plupart des attaques procèdent en effet de l’idée selon laquelle la nature – qu’il s’agisse de la nature physique ou de la nature humaine – n’est pas une construction mais un donné, ou si l’on préfère, une essence qu’il est possible de réaliser plus ou moins parfaitement mais qu’on ne saurait transformer ou améliorer : toute modification est une dénaturation. À l’inverse, pour Bacon, dont la position en la matière peut être qualifiée de constructiviste, il n’existe pas de limites ontologiques au sein desquelles la nature physique ou humaine doive être contenue et cultivée : il faut au contraire faire progresser celle-ci vers une complétude jamais atteinte mais toujours visée. Après avoir brièvement rappelé les raisons pour lesquelles le troisième livre peut se lire comme une réfutation de la doctrine baconienne, cet article se propose d’étudier quelques-unes des lignes directrices qui structurent à la fois la satire swiftienne et la conception de la nature qui la fonde.

Swift, Bacon et l’Académie de Lagado

3Depuis les travaux de Mohler et Nicolson dans les années 1930, il est établi que l’Académie de Lagado s’inspire abondamment des Philosophical Transactions publiées sous l’égide de la Royal Society. Comme le souligne Ricardo Quintana (16-17), quiconque souhaite comprendre la charge satirique du livre trois ne peut faire l’économie des deux articles publiés par ces chercheuses dans Annals of Science, d’abord sur les rapports entre l’Académie de Lagado et la Royal Society, puis sur l’île volante de Laputa. Que Swift se soit tenu au courant des recherches menées au sein de la Royal Society et qu’il ait eu vent des dernières avancées du Newtonisme ne fait donc pas de doute, ainsi que le rappelle Gregory Lynall dans un livre récent :

[In the 1710s] Swift’s life intersected with those of several people who were practitioners or at least admirers of mathematics and the natural philosophy, from whom he would have learnt much about Newtonianism and its surrounding culture, as well as ways of incorporating such material into his writing. (89)

  • 2 Comme on sait, la Royal Society en tant que telle fut fondée en 1660 mais elle fut précédée par ce (...)
  • 3 Voir par exemple l'article de Perez-Ramos cité dans la bibliographie.
  • 4 B. Price souligne par ailleurs que l’influence baconienne s'étendit au-delà des seules frontières a (...)

4Or, de la Royal Society à la philosophie baconienne, il n’y a qu’un pas, du moins si l’on en croit Sprat et son History of the Royal Society. Sprat cite peu Descartes mais loue abondamment Bacon dont il fait l’un des fondateurs de la société savante londonienne. Ce n’est donc pas un hasard si le frontispice de son opus magnum, dessiné par John Evelyn et gravé par Wenceslas Hollar, représente un buste de Charles II flanqué de la figure de Francis Bacon (à droite de l’image), et de celle du premier président de la société (à gauche). De fait, la Royal Society fut fondée dans les années 16402 par un groupe de savants désireux de débattre des idées baconiennes, de sorte que la filiation revendiquée par Sprat, si elle a souvent été discutée par les historiens, les philosophes et les spécialistes de la période,3 ne paraît pas entièrement usurpée. L’opinion de Sprat est par ailleurs confirmée par Joseph Glanvill dans Scepsis Scientifica (1665). Comme Sprat, Glanvill se place dans le sillage de la Nouvelle Atlantide, estimant que la science doit permettre de « promouvoir l’empire de l’homme sur la nature » et que la Maison de Salomon constitue l’anticipation prophétique de la Royal Society (Price 15).4

5Si la Royal Society est fondée sur des bases baconiennes et si l’Académie de Lagado, comme le notent la plupart des éditeurs du texte, en constitue la transposition fictionnelle et satirique, alors on peut dire que la philosophie baconienne forme bien l’arrière-plan conceptuel des Voyages de Gulliver. La chose est d’autant moins surprenante que, sur le plan générique, l’œuvre de Swift dialogue ouvertement à la fois avec le récit de voyage et avec le genre utopique. S’agissant de celui-ci, l’Utopie de Thomas More et la Nouvelle Atlantide de Francis Bacon figurent à l’évidence parmi les hypotextes de Gulliver’s Travels. Il ne s’agit pas ici, bien sûr, de dire que tout ou partie de l’œuvre de Swift peut se lire comme une réécriture de l’utopie baconienne, mais plutôt de montrer que les Voyages font clairement signe vers la fable baconienne. Certes, la Nouvelle Atlantide n’est que l’une des sources – et des cibles – possibles de Swift, mais plusieurs indices invitent le lecteur à rapprocher le troisième voyage de Gulliver de la fable scientifique imaginée par Bacon. Ainsi, la configuration de l’Académie de Lagado rappelle autant celle de l’université de Leiden, comme l’a souligné en son temps Dolores J. Palomo, que celle de la Maison de Salomon, elle aussi constituée « de plusieurs bâtiments » (30), tandis que, si les expériences menées par les « projectors » de l’Académie swiftienne reproduisent les recherches réellement conduites par les membres de la Royal Society, elles évoquent également celles que décrit Bacon dans la Nouvelle Atlantide. De bout en bout du troisième voyage, les hôtes de Gulliver témoignent d’une véritable obsession pour la nouveauté – obsession qui caractérise au plus haut point le philosophe anglais, comme l’attestent ses deux œuvres les plus connues, le Novum Organum et la Nouvelle Atlantide. Pour Bacon comme pour les projectors, il s’agit d’ouvrir une voie nouvelle qui conduise vers l’amélioration de l’existant :

In these colleges the professors contrive new rules and methods of agriculture and building, and new instruments, and tools for all trades and manufactures; whereby, as they undertake, one man shall do the work of ten; a palace may be built in a week, of materials so durable as to last for ever without repairing. All the fruits of the earth shall come to maturity at whatever season we think fit to choose, and increase a hundred fold more than they do at present; with innumerable other happy proposals. (Swift 221)

6Ce projet est exactement celui des savants de la Maison de Salomon, qui s’efforcent, non moins que les projectors de Swift, de produire des formes nouvelles et de nouveaux objets naturels, afin d’étendre l’empire de l’homme sur la nature et de soulager sa peine et ses souffrances. Qu’on compare le paragraphe précédent à ce passage de la Nouvelle Atlantide où il est également question d’horticulture et des « arts mécaniques » :

And we make (by art) in the same orchards and gardens, trees and flowers to come earlier or later than their seasons; and to come up and bear more speedily than by their natural course they do. We make them also by art greater much than their nature; and their fruit greater and sweeter and of differing taste, smell, colour, and figure, from their nature. And many of them we so order, as they become of medicinal use. […] We have also divers mechanical arts, which you have not; and stuffs made by them; as papers, linen, silks, tissues; dainty works of feathers of wonderful lustre; excellent dies, and, many others; and shops likewise, as well for such as are not brought into vulgar use amongst us as for those that are. (482, 484)

  • 5 Pour Bacon, en effet, il ne s'agit pas seulement de tirer profit de la nature, mais bien de lui fai (...)
  • 6 En ce sens, Bacon prend l’exact contre-pied de la thèse défendue par Michel Foucault dans le chapit (...)

Dans l’un et l’autre cas, il s’agit bien de ne pas se contenter de la répétition du même et du cycle routinier de la tradition. Il faut au contraire pousser la nature dans ses retranchements et lui faire prendre toutes les apparences qu’elle recèle mais que, dans sa fainéantise, elle rechignait à dévoiler.5 Ainsi il deviendra possible de faire pousser des fraises en hiver (« All the fruits of the earth shall come to maturity at whatever season we think fit to choose », Swift 221) et de faire surgir, dans le monde et pour le bien de tous, les formes et les objets nouveaux qui frémissaient depuis toujours dans les limbes de l’existence, « aux bords premiers de la lumière » (Foucault 61).6

La triple critique swiftienne de la science

7Chez Swift, cependant, cette vision d’une nature exubérante ne relève pas du projet scientifique mais bien du rêve chimérique. À ce titre, elle fait l’objet d’une satire féroce qui se déploie surtout au sein du troisième livre, et spécialement dans les chapitres qui mettent en scène les vicissitudes de Lord Munodi d’une part, et les élucubrations des savants de l’Académie de Lagado, d’autre part. Il serait bien imprudent de prétendre mettre en système le mécanisme toujours labile de la satire swiftienne car on s’exposerait alors au même ridicule que les commentateurs d’Aristote ou Homère au chapitre huit (avec cette différence, toutefois, que Swift ne risque pas de tancer ses exégètes) : « and I had a whisper from a ghost who shall be nameless, that these commentators always kept in the most distant quarters from their principals, in the lower world, through a consciousness of shame and guilt, because they had so horribly misrepresented the meaning of those authors to posterity » (242). Comme le rappelle Nathalie Zimpfer, la satire swiftienne est à la fois singulièrement polymorphe et éminemment plastique (221), de sorte qu’il n’est pas rare que l’analyse théorique devienne « le tombeau de son objet d’étude » (El Hajroud 81). Un personnage dont le point de vue paraît pourtant discrédité prête parfois sa voix à l’expression d’une opinion dont on comprend qu’elle est aussi celle de Swift. Dans les Voyages, les fous ne sont pas sans leurs moments de lucidité, comme dans le passage du chapitre VII où, après s’être livré à une effrayante expérience de lobotomie sur une centaine de chefs de partis, tel professeur est en mesure de conclure, en plein accord avec l’auteur, qu’entre toutes ces cervelles factieuses, les différences sont nulles ou presque, tant sous le rapport de la qualité que sous celui de la quantité : « and as to the difference of brains, in quantity or quality, among those who are directors in faction, the doctor assured us, from his own knowledge, that it was a perfect trifle » (234).

8Si risquée que soit l’entreprise critique consistant à démonter les mécanismes de l’ironie swiftienne, on s’essaiera pourtant dans cette section à une analyse de la satire de la science, dont il semble qu’il soit possible de dire qu’elle se déploie sur trois plans et selon trois modalités ou registres différents. Le premier registre relève de ce que Mikhail Bakhtine appelle le « bas matériel et corporel » (1970) et procède de la célèbre « vision excrémentielle » swiftienne. Comme le montre de façon convaincante Peter J. Smith, cette littérature scatologique – qu’il va jusqu’à nommer « shiterature » – n’est pas sans receler une dimension carnavalesque, voire philosophique. Au sujet de Swift et de ses contemporains, Smith n’hésite pas à parler d’une véritable « épistémologie de la flatulence » :

The epistemology of the fart raises nothing less profound than the question of science. […] Finally then, we may assert that in their graphic and disgustingly comic descriptions of the privations and filth of city life, the scatological texts of the period are determined palpably to challenge the blithe and abstract assumptions about human perfectibility championed by the scientific and aesthetic pronouncements of the Enlightenment. (250, 259)

  • 7 On se souvient qu'au deuxième voyage Gulliver s’était déjà plaint des dames d'honneur de la reine, (...)

Tout se passe comme si la visite de l’Académie de Lagado permettait à Swift de donner libre cours à son penchant pour le rire grotesque et la farce scatologique. En témoigne, parmi bien d’autres exemples possibles, le passage où Gulliver assiste non pas à la rencontre fortuite d’un parapluie et d’une machine à coudre sur une table de dissection, mais à celle d’un soufflet et d’un anus canin dans une chambre de torture : « I saw him try both experiments upon a dog, but could not discern any effect from the former. After the latter the animal was ready to burst, and made so violent a discharge as was very offensive to me and my companions. The dog died on the spot, and we left the doctor endeavouring to recover him, by the same operation » (226). On pourrait également citer l’exemple du projector qui, pour lire l’avenir politique et les complots futurs, remplace le marc de café par une substance organique dont on devinera aisément la nature, ou le savant qui, inversant le processus de digestion et remontant, pour ainsi dire, de l’étron à l’être, s’efforce de transformer les excréments en aliments. La dimension scatologique de la satire swiftienne vise en réalité à dégonfler la baudruche d’une certaine science qui voisine avec la démence (Morvan 59) et à dénoncer l’intellectualisme de tous ceux qui, absorbés par leurs spéculations éthérées, en viennent à oublier qu’ils ont un corps, lequel n’est pourtant ni invisible, ni inodore,7 ni toujours silencieux. C’est ce qui autorise Smith à conclure : « there is nothing ignorant about this scatology » (257). De fait, chez Swift, la satire scatologique parodie souvent la phraséologie scientifique, en même temps qu’elle choisit des cibles ad hominem, comme dans cet extrait d’un texte attribué à Swift et dont la victime n’est autre que le « célèbre Robert Boyle » :

The professors of MetaPhyz-icks have argued warmly for its spirituality; but the Naturalists as strongly oppose them. The famous Mr. Boyle brings it in as an Example to prove the vast Subtility [sic] of Matter, since a FART, which in the Hydrostatistical Ballance does not weigh the Thousandth part of a grain, shall, in one Minute, expand itself so far as to occupy the whole Atmosphere of a large Drawing Room. (Swift, The Benefit of Farting Explain’d 8)

9Derrière la verve grotesque – et apparemment potache – se cache donc en réalité une critique articulée et construite de la science et de l’intellectualisme. Celle-ci est double et porte à la fois sur la fin visée par les savants et sur les moyens qu’ils mettent en œuvre pour atteindre leur but. La première critique se donne surtout à lire dans l’épisode qui met en scène Lord Munodi. Ici, le désaccord ne porte pas tant sur le but à atteindre que sur l’adéquation entre la fin et les moyens. À une importante nuance quantitative près, Lord Munodi et les projectors qui détruisent son moulin pour le reconstruire de l’autre côté de la rivière, poursuivent le même but : il s’agit de faire tourner un nouveau moulin afin de produire les mêmes effets qu’auparavant (mais de façon prétendument plus efficace). Ce qui est en cause ici, ce n’est pas tant la fin visée par les projectors que le bien fondé d’une entreprise consistant à refaire autrement ce qui est déjà fait, au risque de le défaire pour de bon, c’est-à-dire de détruire au lieu de construire. Swift raille une certaine mystique antinaturelle de l’innovation, qui, faute de prendre en compte la valeur de la sagesse antique et de la tradition, aboutit à l’anéantissement du bon sens dans l’explosion du ridicule de l’intellectualisme. Car ce qui semblait parfait en théorie se révèle irréalisable en pratique, de sorte que la main qui croyait cueillir des fruits plus gros, plus mûrs et plus savoureux, pour reprendre l’image horticole évoquée plus haut, se referme finalement sur le vide et sur le rien :

  • 8 Comme on l’a souligné plus haut, la topique horticole s'inscrit dans une forme de dialogue implicit (...)

All the fruits of the earth shall come to maturity at whatever season we think fit to choose, and increase a hundred fold more than they do at present; with innumerable other happy proposals. The only inconvenience is, that none of these projects are yet brought to perfection; and in the mean time, the whole country lies miserably waste, the houses in ruins, and the people without food or clothes. (221-22)8

10Telle est bien la situation de Munodi, qui se retrouve parfaitement démuni lorsque la construction du nouveau moulin est finalement interrompue: « and after employing a hundred men for two years, the work miscarried, the projectors went off, laying the blame entirely upon him, railing at him ever since, and putting others upon the same experiment, with equal assurance of success, as well as equal disappointment » (223). Les derniers mots du paragraphe résument à eux seuls la teneur de la critique que Swift adresse aux projectors. Elle rejoint l’idée, encore courante au XVIIe et au XVIIIe siècles, selon laquelle l’innovation est chose risquée et dangereuse : même Bacon n’en disconvient pas, du moins en matière politique, comme il l’écrit lui-même dans l’essai qu’il consacre à ce sujet (Bacon 387, et Godin). Munodi, on le sait, ne voit pas l’innovation d’un bon œil: « that as for himself, being not of an enterprising spirit, he was content to go on in the old forms, to live in the houses his ancestors had built, and act as they did, in every part of life, without innovation » (Swift 222). Ce que rappelle ici Swift, et ce qui sous-tend le premier volet de sa critique de la science, c’est que la quête de la perfection est souvent, sinon toujours, source de frustration. Pour le dire plus simplement, le mieux est l’ennemi du bien : une tradition éprouvée vaut mieux qu’une nouvelle méthode, si prometteuse soit-elle. C’est encore ce que vient souligner l’antithèse des syntagmes « equal assurance of success » et « equal disappointment » dans un balancement syntaxique ô combien caractéristique de la prose du doyen de Saint-Patrick. Pour citer Philippe Hamou, « la science [des habitants de Laputa ou Balnibarbi] est pseudo-utilitariste, marquée par l’affirmation de l’hégémonie du théorique sur le pratique ; elle se soucie peu de l’efficacité réelle des plans et projets qu’elle prescrit de façon autoritaire » (41).

11Outre les moyens mis en œuvre, la critique swiftienne de la science concerne également la fin visée par les projectors et par les hommes de science. Ainsi, dans le cas de l’Académie de Lagado, on ne peut même plus dire, comme pour l’épisode du moulin, que le but recherché soit bon et désirable. Quel intérêt y a-t-il, par exemple à construire une maison en commençant par le toit, à travailler à rendre le feu malléable ou le marbre aussi doux et moelleux qu’un coussin ? Parmi les exemples paradigmatiques d’une science résolument absurde, voire devenue folle, figure l’expérience visant à produire des moutons aussi glabres qu’un chat sphynx: « The other was, by a certain composition of gums, minerals, and vegetables, outwardly applied, to prevent the growth of wool upon two young lambs; and he hoped, in a reasonable time to propagate the breed of naked sheep, all over the kingdom » (Swift 227). Loin de poursuivre une fin juste et désirable, les savants se sont fixé pour but de prendre la nature à rebours. Sous la plume de Swift, la science n’est plus seulement le chemin vers la frustration et la désillusion, comme dans l’anecdote du moulin : c’est aussi une activité qui tourne à vide, ou plus exactement à l’envers, comme le donnaient déjà à penser les exemples scatologiques cités plus haut. Qu’il exerce ses talents sur un concombre, un chien ou un tonneau d’excréments humains, le savant de Lagado n’aime en effet rien tant que de travailler la nature à contre-courant. Comme le souligne à juste titre Alain Morvan, « le transfert satirique […] fait de la folie l’une des catégories de la connaissance (ou vice-versa) » (59). Si la science nouvelle est, aux yeux de Swift, aussi inutile quant à la fin qu’elle se donne que dangereuse quant aux moyens qu’elle met en œuvre, c’est parce que Swift récuse le projet qui la sous-tend et qui repose sur une certaine idée de la nature.

Tradition vs Innovation : Swift, Bacon et l’idée de nature

  • 9 Voir sur ce livre la riche et très éclairante recension d’Alain Morvan dans Cercles, revue pluridis (...)

12Que Bacon constitue ou non la cible consciente du troisième livre importe finalement assez peu. Des travaux récents ont établi que Swift possédait une solide culture philosophique (Pötzsch)9 et il est certain qu’il avait lu et connaissait Bacon. Nulle surprise, par conséquent, à ce que la satire swiftienne fasse signe vers le projet baconien. Certes, lorsque Gulliver se rend à Glubbdubdrib, c’est Descartes et non Bacon qui se trouve sommé de rendre des comptes à Aristote :

I then desired the governor to call up Descartes and Gassendi, with whom I prevailed to explain their systems to Aristotle. This great philosopher freely acknowledged his own mistakes in natural philosophy, because he proceeded in many things upon conjecture, as all men must do; and he found that Gassendi, who had made the doctrine of Epicurus as palatable as he could, and the vortices of Descartes, were equally to be exploded. (242-43)

Mais d’autres détails textuels suggèrent que la philosophie baconienne forme bien l’un des principaux soubassements théoriques du troisième livre, ne serait-ce que par le biais des Philosophical Transactions, elles-mêmes fortement inspirées par l’œuvre du chancelier. Ainsi, « l’artiste universel » que rencontre Gulliver à Lagado avoue avoir passé trente ans à « améliorer la condition humaine » (226), formulation qui évoque explicitement le but poursuivi par Bacon dans l’ensemble de son œuvre, et plus particulièrement dans la Nouvelle Atlantide.

  • 10 Sur l'idée de nature chez Bacon, on se reportera notamment au Novum Organum, et en particulier à la (...)

13Dans l’article qu’il consacre à « l’optique des Voyages de Gulliver », Philippe Hamou montre que la critique swiftienne ne porte pas tant sur « le contenu de la science nouvelle, la vérité de ce qu’elle découvre » que sur ce qu’il nomme « l’ethos scientifique des Modernes », c’est-à-dire « le type d’attitude morale ou d’ethos qui en accompagne la pratique » (41). On serait tenté d’ajouter que Swift s’en prend également à son principal postulat théorique, à savoir l’idée, héritée de Bacon, selon laquelle la nature est malléable, et à ce titre potentiellement amendable.10 En d’autres termes, la critique swiftienne vise moins les résultats que les principes de la science moderne. C’est cette thèse qui informe, nous semble-t-il, une bonne partie de la satire du troisième livre. Ainsi, ce qui rapproche le voyage à Laputa de la philosophie baconienne, c’est l’idée – idée défendue par Bacon mais combattue par Swift – selon laquelle la nature est perfectible et donc susceptible d’être améliorée, dépliée dans ses virtualités, enrichie à l’infini. Or à cette thèse, Swift ne saurait souscrire. Tandis que Bacon croit pouvoir améliorer ce qui est, Swift, par la voix de Gulliver, répugne à changer le bien en mieux. Ce n’est pas tant que la perfection n’est pas de ce monde : c’est plutôt qu’elle se trouve derrière, et non devant nous. De cela, le séjour de Gulliver à Glubbdubdrib apporte la preuve éloquente. À supposer qu’il faille faire progresser le genre humain, c’est vers l’Antiquité et non vers une illusoire perfection future qu’il conviendrait de se tourner :

As every person called up made exactly the same appearance he had done in the world, it gave me melancholy reflections to observe how much the race of humankind was degenerated among us within these hundred years past; how the pox, under all its consequences and denominations had altered every lineament of an English countenance; shortened the size of bodies, unbraced the nerves, relaxed the sinews and muscles, introduced a sallow complexion, and rendered the flesh loose and rancid. (247)

  • 11 Sur la différence entre « norme » et « modèle » chez Swift, et sur la question de la dégénérescence (...)

Aux yeux de Swift, la vertu et la perfection sont à chercher du côté des morts, non des vivants: « Neither could I be wholly unmoved, after comparing the living with the dead, when I considered how all these pure native virtues were prostituted for a piece of money by their grand-children; who, in selling their votes and managing at elections, have acquired every vice and corruption that can possibly be learned in a court » (247). L’Antiquité a donc valeur de « modèle perdu » dont les normes ont bien du mal à triompher dans le monde « moderne » (Dixsaut 88).11 Il est impossible, dans les limites de cet article, d’étudier dans le détail l’idée que se fait Swift de la nature humaine : le sujet est bien trop vaste et trop complexe. On se contentera de rappeler, avec Daniel Carey, que Swift ne partage aucunement les conceptions optimistes de certains de ses contemporains, au premier rang desquels Shaftesbury et Francis Hutcheson. Au contraire, le doyen de Saint-Patrick penche du côté de Hobbes et d’une vision plus pessimiste – ou plus lucide ? – de la nature humaine, régie par l’appétit et le désir, et non par la raison et le sens moral. C’est aussi, pour une part, ce qui explique que Swift n’ait aucune confiance dans les promesses de la science et dans l’idée d’un progrès moral ou scientifique, ainsi que le note encore Daniel Carey :

Swift’s satire places him at odds with Shaftesbury and Hutcheson who, in different ways, were convinced of the possibility of human progress if not perfectibility. Swift constitutes an instance of counter-enlightenment sensibility in this context, opposing the notion of progress and reform, exposing the pretence of reason and the dream of « projectors ». It is reason alone that distinguishes Gulliver from the Yahoos, but reason is not a source of liberation, a path to perfection, but an exacerbation of our natural vices. (153)

  • 12 Mais peut-on vraiment séparer l’une et l’autre chose et ne faut-il pas plutôt croire avec Spinoza q (...)
  • 13 On comparera ce passage avec les citations suivantes, tirées de la Nouvelle Atlantide pour la premi (...)

14À l’inverse de Bacon, Hutcheson et, bien sûr, Rousseau qui, dans le Discours sur l’origine de l’inégalité, voit dans la faculté de se perfectionner, ou perfectibilité, la « qualité très spécifique qui distingue [l’homme de l’animal] » (183), Swift envisage toujours la nature humaine sous l’angle de sa régression, et non de sa progression. Pour Swift, comme le conclut Jean Dixsaut, « la nature humaine n’est pas amendable » (89). Le troisième livre suggère que ce jugement vaut aussi pour la nature physique, même s’il y a sans doute lieu, chez Swift, de distinguer les deux plans.12 Swift ne pense pas la nature humaine ou le monde physique comme une matière qu’il serait possible de travailler dans le sens d’une hypothétique amélioration – et moins encore d’une illusoire perfection. C’est plutôt une donnée avec laquelle composer. En matière morale et politique, l’Antiquité fournit le modèle vers lequel tendre – modèle dont les normes sous-jacentes sont données une fois pour toutes. En matière de « philosophie naturelle », c’est-à-dire s’agissant des lois de la physique, Swift récuse le projet baconien consistant à soumettre la nature aux lois du désir humain. L’invention de formes nouvelles, au cœur de la démarche du philosophe anglais, trahit, aux yeux de Swift, une forme d’hubris qui ne peut manquer de conduire à la ruine et à la désolation (comme dans l’épisode du moulin). Aucun autre passage des Voyages de Gulliver n’illustre mieux la condamnation de l’orgueil humain que celui où le narrateur découvre les Struldbruggs. Si Gulliver croit d’abord que l’immortalité est un merveilleux bienfait, il ne tarde pas à déchanter. Par un jeu subtil, mais peut-être inconscient, Swift retourne la pensée baconienne contre elle-même. Car l’interprète de Gulliver adopte l’attitude condescendante par laquelle le savant baconien signale aux autres la certitude de sa supériorité intellectuelle et la commisération qu’il éprouve pour eux: « The gentleman to whom I addressed my discourse, because (as I have already observed) he spoke the language of Balnibarbi, said to me, with a sort of a smile which usually arises from pity to the ignorant, “that he was glad of any occasion to keep me among them, and desired my permission to explain to the company what I had spoke » (253).13 L’épisode des Struldbruggs est d’autant plus éloquent que la méprise de Gulliver est aussi celle de Bacon dont tout le projet philosophique est sous-tendu par l’espoir d’améliorer la condition humaine et de prolonger la vie.

15Ainsi, si le troisième livre des Voyages de Gulliver propose une satire féroce et caustique de la Royal Society, Swift s’en prend finalement autant à la philosophie newtonienne qu’au projet baconien, projet dont il n’approuve ni le but ni les présupposés théoriques. À la différence de Bacon, Swift ne croit pas que la nature, dans sa double dimension humaine et physique, soit amendable ou perfectible. Celui qui s’essaie, comme les projectors de l’Académie de Lagado, ou les membres de la Maison de Salomon, à « parfaire » la nature ne s’expose pas seulement au ridicule : il court à sa ruine et concourt à celle des autres. Loin d’œuvrer au bonheur de l’humanité comme le croit Bacon, les défenseurs de la science moderne, tout à leur orgueil démiurgique, sont en réalité des pourvoyeurs de malheur. C’est pourquoi la satire swiftienne s’en prend à la fois au but visé par les savants et aux moyens qu’ils mettent en œuvre pour atteindre celui-ci. Et pourtant, au-delà de l’opposition entre ce que l’on doit imiter du passé (Swift) et ce que l’on peut espérer de l’avenir (Bacon), il n’est pas certain qu’il n’existe pas un point d’accord fondamental entre le penseur et le littérateur. Cet accord, ne se trouve-t-il pas du côté de la déception que leur inspire le monde qui les entoure ? C’est parce que l’un et l’autre se rejoignent sur le constat, amer et douloureux, que tout ne va pas pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles, qu’ils prennent la plume pour ne pas rendre les armes. Le rire du satiriste dans un cas, l’espoir du philosophe dans l’autre, constituent deux réponses possibles face à l’insuffisance de l’existant.

Top of page

Bibliography

Sources primaires

Bacon, Francis. The Major Works, including New Atlantis and the Essays. Ed. B. Vickers. Oxford : Oxford World’s Classics, 2002.

Bacon, Francis, Novum Organum. Trad. et éd. Michel Malherbe et Jean-Marie Pousseur. Paris : PUF, 1986.

Bacon, Francis. La Sagesse des Anciens. Trad. Jean-Pierre Cavaillé. Paris : Vrin, 1997.

Glanvill, Joseph. Scepsis Scientifica, or, Confest Ignorance, the way to science. London : E. Cotes, 1665.

Rousseau, Jean-Jacques. Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes. Paris : Garnier Flammarion, 1992.

Spinoza, Baruch. Éthique. Trad. A. Guérinot. Paris : Ivréa, 1993.

Sprat, The History of the Royal Society for the improving of natural knowledge. London : J. Martyn, 1667.

Swift, Jonathan. Gulliver’s Travels. Ed. P. Dixon and J. Chalker, intr. M. Foot. London : Penguin, 1985.

Swift, Jonathan (?). The Benefit of Farting Explain’d. London, 1722.

Sources secondaires

Bakhtine, Mikhail. L’œuvre de François Rabelais et la culture populaire au Moyen-âge et sous la Renaissance. Paris : Gallimard, collection TEL, 1982 [1970].

Carey, Daniel. « Swift, Gulliver and Human Nature ». Les Voyages de Gulliver. Mondes lointains ou mondes proches. Éd. Daniel Carey et François Boulaire. Caen : Presses Universitaires de Caen, 2002. 139-56.

Dixsaut, Jean. « Du modèle à la norme dans Gulliver’s Travels ». XVII-XVIII. Bulletin de la société d’études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles 28 (1989) : 87-89.

El Ajroud, Habib. « Lumières de l’ironie : lecture des Voyages de Gulliver ». XVII-XVIII. Bulletin de la société d’études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles 12 (1981) : 81-96.

Ehrenpreis, Irvin. « The Origins of Gulliver’s Travels ». PMLA 72 :5 (1957) : 880-99.

Fitzgerald, Robert P. « Science and Politics in Swift’s Voyage to Laputa ». The Journal of English and Germanic Philology 87 :2 (1988) : 213-29.

Foucault, Michel. L’Archéologie du savoir. Paris: Gallimard, 1969.

Godin, Benoît. « Representation of “Innovation” in Seventeenth-Century England : A View from Natural Philosophy ». Contributions to the History of Concepts 11 :2 (2016) : 24-42.

Hamou, Philippe. « L’optique des Voyages de Gulliver ». Revue d’histoire des sciences 60 (2007) : 25-45.

Kiernan, Colin. « Swift and Science ». The Historical Journal 14 :4 (1971) : 709-722.

Lynall, Gregory. Swift and Science: the Satire, Politics and Theology of Natural Knowledge, 1690-1730. Londres : Palgrave Macmillan, 2012.

Merton, Robert C. « The “Motionless” Motion of Swift’s Flying Island ». Journal of the History of Ideas 27 :2 (1966) : 275-77.

Mezciems, Jenny. « The Unity of Swift’s “Voyage to Laputa” : Structure as Meaning in Utopian Fiction ». The Modern Language Review 72 :1 (1977) : 1-21.

Mohler, Nora et Nicolson Marjorie. « The Scientific Background of Swift’s “Voyage to Laputa” ». Annals of Science 2 (1937) : 299-334.

Morvan, Alain. « Savoir et Folie dans le roman anglais du dix-huitème siècle ». Folie, Folies, Folly dans le monde anglo-américain aux XVIIe et XVIIIe siècles. Actes du colloque tenu à Paris les 22 et 23 octobre 1982. Aix-en-Provence : Centre Aixois de Recherches Anglaises, 1984. 57-69.

Palomo, Dolores J. « The Dutch Connection : The University of Leiden and Swift’s Academy of Lagado ». Huntington Library Quarterly, 41 :1 (1977) : 27-35.

Perez-Ramos, Antonio. « Bacon’s legacy ». The Cambridge Companion to Francis Bacon. Ed. Markku Peltonen. Cambridge : Cambridge UP, 1996. 311-34.

Pesic, Peter. « Wrestling with Proteus: Francis Bacon and the torture of Nature ». Isis 90 :1 (1999) : 81-94.

Pötzsch, Janelle, ed. Jonathan Swift and Philosophy, Lanham : Lexington Books, 2017.

Price, Bronwen, ed. Francis Bacon’s New Atlantis. New Interdisciplinary Essays. Manchester : Manchester UP, 2002.

Renaker, David. « Swift’s Laputians as a caricature of the Cartesians ». PMLA 94 :5 (1979) : 936-44.

Smith, Peter. Between two stools. Scatology and its representations in English Literature, Chaucer to Swift. Manchester : Manchester UP, 2012.

Todd, Dennis. « Laputa, the Whore of Babylon, and the Idols of Science ». Studies in Philology 75 :1 (1978) : 93-120.

Treadwell, J.M. « The Satirist as Projector ». Texas Studies in Literature and Language 17 :2 (1975) : 439-60.

Zimpfer, Nathalie. « La loi du genre » : le jeu swiftien sur les conventions génériques ». XVII-XVIII. Bulletin de la société d’études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles 58 (2004) : 217-33.

Top of page

Notes

1 Voir, parmi d'autres, ce commentaire de Todd: « the satire is commonly acknowledged to be the least brilliant, the objects of attack the most narrowly topical, the breadth of satiric vision the most limited » (93). C'est pourquoi, selon lui, le troisième livre est souvent perçu comme une sorte de galimatias sans queue ni tête (« a farrago », 94). Todd estime cependant que « c'est le contexte biblique qui donne cohérence aux attaques contre la science et, dans une moindre mesure, à l'ensemble du troisième livre » (97). Même lorsqu'ils ne partagent pas le jugement sévère dont le troisième livre fait souvent l'objet, les exégètes de l’œuvre tendent à s'en faire l’écho en préambule : ainsi, Kiernan rappelle que la pratique usuelle est de condamner le troisième livre et la conception swiftienne de la science dans le même mouvement (709), tandis que Fitzgerald parle d'un « mélange incongru » de deux éléments différents (213). Quant à Mezciems, elle résume l'opinion majoritaire sur le troisième livre en une énumération ternaire toute swiftienne : « Book III has been much less fairly treated, regarded often as a fascinating irrelevance to the rest of Gulliver’s Travels or, worse, as a flaw, a disappointment, an anticlimax » (2).

2 Comme on sait, la Royal Society en tant que telle fut fondée en 1660 mais elle fut précédée par ce que Boyle désigne comme « un collège invisible ou philosophique », lequel se réunissait en différents lieux de Londres, dont le Gresham College, à partir de 1645.

3 Voir par exemple l'article de Perez-Ramos cité dans la bibliographie.

4 B. Price souligne par ailleurs que l’influence baconienne s'étendit au-delà des seules frontières anglaises et qu'elle se fit également sentir en France et en Allemagne.

5 Pour Bacon, en effet, il ne s'agit pas seulement de tirer profit de la nature, mais bien de lui faire subir une certaine violence afin qu’elle ne s'abandonne pas à son cours naturel – cours naturel que Bacon compare au sommeil dans lequel sombre le Protée de la fable après avoir compté ses phoques, c'est-à-dire l'ensemble des « espèces animales, végétales et minérales ordinaires » : « tellement qu’après avoir forgé et achevé ces espèces [la matière, ou la nature] semble dormir et se reposer (comme après une tâche accomplie) sans plus s’efforcer ou tenter d’en produire des nouvelles » (Bacon, Sagesse 100-101). Il incombe donc au « ministre éprouvé de la Nature » d’user « de violence avec la matière » et de « la tourmente[r] et la presse[r] » afin de lui faire prendre « les formes et les apparences des choses les plus étranges » (101). Sur cette question, voir aussi Pesic.

6 En ce sens, Bacon prend l’exact contre-pied de la thèse défendue par Michel Foucault dans le chapitre de l’Archéologie du savoir consacré à la « formation des objets » (même si, chez Foucault, l’objet est avant tout discursif) : « l'objet n'attend pas dans les limbes l’ordre qui va le libérer et lui permettre de s'incarner dans une bavarde et visible objectivité ; il ne se préexiste pas à lui-même, retenu par quelque obstacle aux bords premiers de la lumière. Il existe sous les conditions positives d’un faisceau complexe de rapports » (61). Chez Bacon, au contraire, l’«  objet » nouveau attend bien « aux bords premiers de la lumière », et la nature le porte en son sein comme une potentialité non encore actualisée mais toujours dépliable et déployable.

7 On se souvient qu'au deuxième voyage Gulliver s’était déjà plaint des dames d'honneur de la reine, dont la peau dégage une odeur répugnante: « [they] lay me at full length in their bosoms; wherewith I was much disgusted; because to say the truth, a very offensive smell came from their skins » (157).

8 Comme on l’a souligné plus haut, la topique horticole s'inscrit dans une forme de dialogue implicite avec la philosophie baconienne, laquelle place ce sujet au cœur de ses préoccupations, tant pratiques que théoriques. Outre le passage déjà cité de la Nouvelle Atlantide, on pourrait également évoquer les « centuries » V et VI de la Sylva sylvarum. Les deux textes furent d'ailleurs systématiquement publiés ensemble au XVIIe siècle. On notera également que les expériences dont il est question ici furent critiquées par plusieurs naturalistes qui tentèrent en vain de les reproduire, ouvrant ainsi un débat épistémologique avec Robert Boyle qui leur répond dans ses Certain Physiological Essays, en soulignant le caractère incertain et contingent des expériences.

9 Voir sur ce livre la riche et très éclairante recension d’Alain Morvan dans Cercles, revue pluridisciplinaire du monde anglophone : http://www.cercles.com/review/r81/Pots.html. Consulté le 1er septembre 2020

10 Sur l'idée de nature chez Bacon, on se reportera notamment au Novum Organum, et en particulier à la préface de « la grande instauration » où les principales lignes de force de la pensée baconienne sur le sujet sont clairement exprimées. (65-74), ainsi que l'introduction de Michel Malherbe et Jean-Marie Pousseur (8-60).

11 Sur la différence entre « norme » et « modèle » chez Swift, et sur la question de la dégénérescence de l’humanité, voir Dixsaut (87-89). Comme il le souligne : « tout au long des voyages, l’humanité est vue comme déperdition. Les géants de Brobdingnag ne sont que des avortons à côté de leurs ancêtres ; les hommes politiques sont des misérables à côté de Brutus et quelques autres. Le stade actuel de dégradation tient dans un seul mot “modern”, terme dévalorisant par définition, l'ancien étant valorisant par définition » (88).

12 Mais peut-on vraiment séparer l’une et l’autre chose et ne faut-il pas plutôt croire avec Spinoza que l’homme n'est pas « un empire dans un empire » ? (Éthique, troisième partie, 137).

13 On comparera ce passage avec les citations suivantes, tirées de la Nouvelle Atlantide pour la première et des Essais pour la seconde: « He was a man of middle stature and age, comely of person, and had an aspect as if he pitied men » (342); « but no pleasure is comparable to the standing upon the vantage ground of truth (a hill not to be commanded and where the air is clear and serene) and to see the errors, and wanderings, and mists and tempests, in the vale below; so always that this prospect be with pity and not with swelling or pride » (478). Certes, « pity » est à prendre ici en un sens éminemment positif, comme chez Rousseau plus tard, puisque le mot fait signe vers la philanthropie du savant, mais l'image de la colline qui surplombe la vallée embrumée, suggère que la pitié n’interdit pas la supériorité, même si Bacon ne parle pas de sourire, à la différence de Swift. Cela dit, l’évocation du plaisir que le savant éprouve à contempler les erreurs des autres laisse aussi penser qu'il ne reste pas entièrement impassible.

Top of page

References

Electronic reference

Mickaël Popelard, “Antibaconisme et critique de la science dans le troisième livre des Voyages de Gulliver de Jonathan Swift”XVII-XVIII [Online], 77 | 2020, Online since 31 December 2020, connection on 26 February 2021. URL: http://journals.openedition.org/1718/4772; DOI: https://doi.org/10.4000/1718.4772

Top of page

About the author

Mickaël Popelard

Mickaël Popelard est professeur de littérature des XVIe et XVIIe siècles à l’université de Caen Normandie. Ses recherches portent sur la littérature et l’histoire des idées de la première modernité anglaise. Il s’apprête à faire paraître, chez Classiques Garnier, une traduction de la Nouvelle Atlantide et de deux autres textes littéraires de Bacon (Francis Bacon, La Nouvelle Atlantide et autres textes littéraires, Paris, Classiques Garnier, 2021).

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search