Navigation – Plan du site

In memoriam : Bernard Dhuicq (1934-2013)

Suzy Halimi

Texte intégral

1Bernard Dhuicq est allé rejoindre, de l’autre côté du miroir, Aphra Behn (1640-89), cette romancière du xviie siècle à laquelle il a consacré le plus clair de sa carrière de chercheur. Il nous a quittés au printemps dernier, alors qu’il mettait la dernière main à une adaptation théâtrale d’Oroonoko. Depuis son mémoire d’Études supérieures (1961), consacré à son auteur de prédilection, il avait utilisé toute son énergie, ses authentiques qualités de chercheur à en étudier toutes les facettes. On ne pouvait le croiser dans les couloirs de la Sorbonne ou à la loge de l’Institut du monde anglophone sans qu’il vous entretienne, le visage radieux, de ses dernières découvertes, de ses nouveaux projets.

2Ce travail qui, de toute évidence, le rendait heureux, a alimenté ses nombreuses communications et publications et fait de lui un des spécialistes mondialement reconnus, d’Aphra Behn. Sans vouloir viser à l’exhaustivité, rappelons quelques titres de sa bibliographie : « Aphra Behn et le féminisme » (1975) ; « Further Evidence of Aphra Behn’s Stay in Surinam » (Notes and Queries, 1979) ; « Aphra Behn’s Contribution to the Rise of the Novel » (1988) ; French Elements in Aphra Behn’s Works (La Nouvelle Orléans, 1989) ; La Belle Infidèle, traduction de trois récits d’Aphra Behn : The Fair Jilt, The History of the Nun, et Oroonoko, or, The Royal Slave, A True History (1990) ; « Le baroque dans deux œuvres d’Aphra Behn, Oroonoko et Love Letters » (1991) ; « Oroonoko, la rencontre de trois mondes » (1993). Il avait par ailleurs organisé des colloques internationaux auxquels participaient les plus grands spécialistes d’Aphra Behn, un premier colloque en Sorbonne en juillet 1999, un second en 2003, toujours en Sorbonne ; entre les deux, il avait été responsable d’un séminaire lors du congrès d’ESSE, à Strasbourg en août 2002. Toutes ces grandes manifestations étaient suivies de la publication des actes.

3Comme on peut le constater, Bernard était aussi un traducteur fécond et de qualité. Après avoir servi comme interprète au sein des forces de l’OTAN pendant son service militaire (1961-63), il avait mis son talent au service de sa vie d’enseignant-chercheur, rendant accessibles aux lecteurs français des textes d’auteurs anglais et américains : nouvelles de Conan Doyle en 1984, de Kipling en 1987, de Mark Twain en 1988, trois bilingues avec préface et notes aux éditions Presses Pocket. En 1994, il avait obtenu une bourse de la Maison Antoine Vitez pour sa traduction de The Lucky Chance, pièce lue en sa version française par Mesguich et Lavaudant. Dans un autre registre, il avait également traduit aux PUF, en 1976, The Way Forward (Stratégie pour l’Europe) d’Alec Cairncross et al.

4Avec ce dernier titre, nous touchons à un autre volet de l’hommage que nous souhaitons rendre ici à Bernard Dhuicq. Lorsque Paul Bacquet, prophète et pionnier en son temps, mit en place un cursus destiné à former des étudiants aux métiers du secteur tertiaire et à rapprocher ainsi l’université des entreprises, il en confia la responsabilité à Bernard Dhuicq et à Laurent Losappio, dont nous saluons ici la mémoire. Ensemble, ils oeuvrèrent avec conviction et succès au développement de cette filière, succès qui ne s’est pas démenti depuis lors, faisant de ce secteur un des fleurons de l’offre de formation de l’Institut du monde anglophone. Un bilingue consacré à l’anglais juridique, au droit anglais et américain (1998) témoigne de l’engagement de notre collègue au service de son enseignement comme de sa recherche.

5Nos chemins se sont croisés en diverses circonstances, où il m’a été donné d’apprécier pleinement le sérieux de son travail, mais aussi ses qualités humaines et son sens du service public dans l’exécution des tâches qu’on lui confiait. Il participait fidèlement aux colloques internationaux que Paul-Gabriel Boucé et moi-même organisions chaque année dans le cadre des activités de notre centre de recherche sur la Grande-Bretagne du « long » xviiie siècle et y faisait entendre la voix d’Aphra Behn. Nous avons fait partie tous deux, avec le même plaisir partagé, de l’équipe qui a traduit le monumental Journal de Pepys, sous la houlette d’André Dommergues aux éditions Laffont, en 1994.

6L’un après l’autre, nous avons apporté notre concours à la gestion de la MICEFA, organisme qui, très tôt, s’est spécialisé dans l’organisation de la mobilité étudiante, dans les échanges entre universités françaises et américaines. Et surtout, c’est lui qui m’a passé le flambeau de la vice-présidence du Conseil des études et de la vie universitaire (CEVU) de notre université, la Sorbonne Nouvelle, après l’avoir assumée pendant quatre ans (1982-86), fonction exigeante et passionnante qui devait me conduire à la présidence de notre institution. La reconnaissance de ses nombreux mérites, des services rendus dans l’enseignement secondaire d’abord (1958-69) puis à l’université, lui a valu d’être promu en 1999 au rang de Commandeur dans l’Ordre des Palmes académiques ; j’ai eu l’honneur et le plaisir de lui remettre sa décoration en Sorbonne, dans la belle salle Bourjac de notre université.

7Quant à moi, je garderai de nos rencontres, de notre travail en commun le souvenir de son sourire, de son sérieux aussi dans l’exercice de ses fonctions, de son optimisme et de sa grande gentillesse. Le spectacle « Oroonoko, le prince esclave » a été présenté au public en novembre 2013, point d’orgue de tous ses efforts. Nul doute que de là où ils sont, lui et Aphra Behn se réjouiront de cette belle consécration de toute une carrière !

8Merci Bernard pour la richesse de l’héritage que tu nous laisses !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Suzy Halimi, « In memoriam : Bernard Dhuicq (1934-2013) », XVII-XVIII [En ligne], 70 | 2013, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 23 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/1718/497

Haut de page

Auteur

Suzy Halimi

Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals