Navigation – Plan du site

In memoriam : Nadine Fenouillat (1956-2013)

Joël Richard

Texte intégral

1Écrire à la mémoire de Nadine Fenouillat est un exercice paradoxal. Car Nadine n’aimait ni les cérémonies ni les hommages. Et pourtant, sa disparition encore si proche ne saurait faire place au silence, qui annonce si vite l’oubli. Or comment oublier ? À toutes celles et tous ceux qui ont eu le plaisir de la connaître et de travailler à ses côtés, elle laisse en effet des souvenirs précieux. Celui d’une collègue au professionnalisme irréprochable, d’une enseignante toujours à l’écoute de ses étudiants, d’une chercheuse patiente et passionnée. Des souvenirs toujours vivaces, et un hommage donc, qui ne peut aujourd’hui que se dire au présent.

2Titulaire à la fois d’une maîtrise de LEA anglais-allemand et d’une maîtrise d’anglais, agrégée en 1982, Nadine Fenouillat entre à l’université Michel de Montaigne Bordeaux 3 l’année suivante, comme assistante. Elle y inscrit une thèse, sous la direction du professeur Lacroix, qu’elle soutient en 1986, et que les Presses universitaires de Bordeaux publient en 1991. Le titre en est Médecins et charlatans en Angleterre (1760-1815). Les professeurs Blondel, Boucé et Lacroix lui décernent la mention très honorable et saluent lors de la soutenance l’originalité du sujet, la rigueur des analyses, l’ampleur des connaissances mobilisées pour aborder ce « long eighteenth century » qu’elle ne cessera par la suite d’explorer. Deux ans plus tard, en 1998, Nadine est recrutée comme maître de conférences, toujours à Bordeaux 3. Membre du Groupe d’études et de recherches britanniques, elle y communique dès 1990, et le titre de cette communication est presque programmatique de ce qui va suivre : « Orthodoxie, excentricité et progrès médical : sages-femmes et accoucheurs en Angleterre au xviiie siècle ». Car si le xviiie siècle demeure sa période de prédilection, c’est son versant « féminin » qui va désormais l’intéresser, et d’une façon que l’on pourrait sans doute qualifier, au sens noble du terme, de militante. Sans jamais se départir d’une totale rigueur scientifique, les communications et articles qui vont suivre n’auront de cesse de mettre en lumière les contributions médicales, littéraires, artistiques, de femmes illustres ou moins connues. En étudiant les Memoirs de Lady Halckett – cette « histoire d’hommes » mise en mots par une femme – et le Patchwork Screen for the Ladies de Jane Barker, en s’intéressant aux travaux sur la variole de Lady Mary Wortley Montagu, en offrant un regard croisé sur l’écriture de l’exil chez cette dernière et chez Eleanor Butler, en communiquant sur « la pudeur à l’épreuve de la raison » chez Maria Edgeworth et Mary Wollstonecraft, Nadine ne cesse de rendre audibles ces voix de femmes trop longtemps tues. Rien d’étonnant dès lors à ce que, pendant toutes ces années, elle participe activement aux journées d’études et colloques de l’équipe de recherches sur la créativité et l’imaginaire des femmes (ERCIF) , dirigée à Bordeaux 3 par Marie-Paule Vigne puis Marie-Lise Paoli.

3À ces travaux de recherche, qu’elle mène avec un sérieux qui n’a d’égal que sa modestie, Nadine ajoute très vite de lourdes responsabilités administratives locales et nationales. Membre du conseil d’administration de Bordeaux 3, elle est également membre du conseil d’UFR, puis directrice adjointe de l’UFR des pays anglophones. Elle est membre du jury du CAPES interne d’anglais. Entre 1995 et 1999, elle siège au CNU. Directrice adjointe de l’antenne d’Agen, elle en défend les intérêts pendant des années, jusqu’à il y a quelques semaines, avec une énergie aussi infatigable que communicative. C’est sans doute à la tête de cette « maison » agenaise que Nadine cultive le mieux sa vision d’une université publique exigeante et démocratique, soucieuse de son excellence et empreinte de collégialité. Inquiète – à juste titre – de l’avenir de nos établissements d’enseignement supérieur et de recherche, Nadine a toujours pensé qu’il fallait se mobiliser et se battre pour construire et préserver le sens si souvent menacé de la communauté. Elle en incarnait les plus belles qualités humaines et intellectuelles. Les enseignants et chercheurs bordelais, les anglicistes français et les membres de la Société d’études anglo-américaines des xviie et xviiie siècles viennent de perdre avec elle une collègue unanimement appréciée pour son intelligence, sa droiture et sa générosité exemplaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joël Richard, « In memoriam : Nadine Fenouillat (1956-2013) », XVII-XVIII [En ligne], 70 | 2013, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 21 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/1718/498

Haut de page

Auteur

Joël Richard

Université Bordeaux Montaigne

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals