Navigation – Plan du site

In memoriam : Jean-Pierre Martin (1932-2013)

Louis Roux

Texte intégral

1À l’annonce de sa mort, le 24 octobre 2013, de nombreux messages de collègues, d’anciens étudiants et thésards sont venus porter témoignage pour rendre hommage à Jean-Pierre Martin, éminent Professeur des universités, en l’honneur de qui un substantiel volume de Mélanges fut publié en 1999, sous la direction de Serge Ricard : États-Unis d’hier, États-Unis d’aujourd’hui (L’Harmattan).

2Ces témoignages ont évoqué la personnalité exceptionnelle, l’immense culture, l’exigence intellectuelle et l’ouverture d’esprit d’un homme de conviction, humaniste engagé et tolérant, la gentillesse et l’esprit critique d’un homme amoureux du savoir et de l’enseignement, homme de pensée forte, de plume et de parole vives, d’humour fin et de pudeur civile.

3Parmi les nombreuses charges et fonctions, nationales et internationales assumées par Jean-Pierre Martin, il co-présida la Société d’études anglo-américaines des xviie et xviiie siècles de 1983 à 1990. Il nous revient donc d’honorer un grand spécialiste du monde anglo-américain, d’abord de cette période, et plus largement ensuite des xixe et xxe siècles, pour beaucoup un excellent collègue, pour certains un ami.

4Lorsqu’il devint co-président de notre Société, Jean-Pierre Martin représenta la part active de la recherche sur l’Amérique « coloniale », prérévolutionnaire et révolutionnaire. Il avait soutenu en 1976, à l’université de Paris IV, sous la direction de Henri Laboucheix, une volumineuse thèse d’histoire des idées (trois volumes, 1105 pages) intitulée « Philosophie politique et théologie chez Roger Williams (1606-1683) ». C’est une impressionnante somme consacrée à un pasteur missionnaire, homme de paix et de liberté, découvreur du monde indien et des modalités et complexités du « relativisme culturel », nourrie de théologie, de réflexions sur les rapports entre cité et église, sur les transferts des cultures et singulièrement des religions en milieu colonial, et clôturée par un chapitre sur la liberté de conscience.

5Professeur à l’université de Provence, il publie en 1989, aux Presses universitaires de Bordeaux, un ouvrage sur Le puritanisme américain en Nouvelle Angleterre (1620-1693). L’histoire des idées s’étoffe en histoire de la civilisation, approche globale comprenant en l’occurrence l’étude de l’espace colonial, de la vie religieuse, politique, intellectuelle, de l’économie : champ d’investigation qui s’offre au sociologue, au spécialiste de sciences politiques. Historien de tempérament, lecteur d’archives autant que de littérature seconde, décrypteur et démineur de strates d’interprétation, Jean-Pierre Martin a pris du recul et proposé une perspective de lecture du devenir historique du puritanisme américain en trois phases : théologique, éthique, esthétique. Il a été de ceux qui ont milité de façon efficace pour la reconnaissance de la « civilisation » comme option de plein droit et de plein exercice au concours de l’agrégation.

6Malicieux hasard ? C’est à l’université de Bourgogne, en 1993, que Jean-Pierre Martin publie La vertu par la loi : la Prohibition aux États-Unis, 1920-1933, étude de cas exemplaire, à la croisée de la théologie, du droit, de l’anthropologie, de la sociologie et de la politologie, « révélatrice des forces et des faiblesses, de la République américaine, tout à la fois rappel de ses origines, de ses fondements, de ses dérives et de ses promesses » (S. Ricard). Dans le droit fil d’une réflexion sur les rapports entre éthique et politique, dans la logique d’un trajet.

71993 est aussi l’année de parution de L’Histoire de la culture américaine signée de Daniel Royot, Jean-Loup Bourget, et Jean-Pierre Martin (PUF) : « Éveils culturels, attitudes régionales, et aspiration nationale, 1860-1865 » ; « Les fronts idéologiques : populisme, capitalisme et État-providence, 1865-1960 », tels sont les chapitres qui signent la continuité, dans les thèmes et dans le temps, d’un grand témoin et acteur des formes et avatars de l’histoire des idées, de l’histoire intellectuelle, de l’histoire culturelle. Jean-Pierre Martin aurait déconseillé les épanchements, tout en appréciant in petto les manifestations sobres d’amitié. Un trait, une anecdote peuvent en faire foi (que lui-même et le lecteur me pardonnent) : lorsque Jean-Pierre me donna un exemplaire de sa thèse, que j’avais sollicité, il me dit, me la remettant, « tu l’auras voulu », l’œil clignant de sourire, et l’ouvrage porte la griffe « sans obligation de lecture ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louis Roux, « In memoriam : Jean-Pierre Martin (1932-2013) », XVII-XVIII [En ligne], 70 | 2013, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 19 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/1718/501

Haut de page

Auteur

Louis Roux

Université Jean Monnet, Saint-Étienne

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals