Navigation – Plan du site
Autour du rire

Petite anatomie du rire aux xviie et xviiie siècles

Brigitte Friant-Kessler
p. 21-32

Texte intégral

Dans l’éclat du rire, ce n’est pas nous qui rions, mais les atomes mêmes de notre corps, presque chacun séparément et tous ensemble, et s’il y a matière à rire, c’est que le rire est déjà dans la matière. (Yves Cusset)

Je connois quelques ouvrages sur le ris & les pleurs, mais ils ne méritent pas aujourd’hui d’être lus, quoiqu’on les doive tous, lors de la renaissance des lettres, aux savans d’Italie (Diderot)

  • 1  Pour une synthèse historiographique sur le rire, voir Minois.
  • 2  Dans l’article « Risibilité » de l’Encyclopédie, la question du rire et du règne animal est déjà s (...)

1La décennie qui vient de s’écouler a vu fleurir de nombreux travaux sur le rire. Depuis l’ouvrage 2000 ans de rire jusqu’aux études rassemblées par Jan Bremmer, Manfred Pfister ou Jean Birnbaum en 2011, nous sommes en présence d’une manne de publications qui constitue autant d’éléments pour alimenter une historiographie du rire. Ce qui est marquant est la volonté d’aborder le rire en tant qu’objet d’étude, et non pas uniquement en tant qu’effet dû à l’action d’un mécanisme comique.1 À la croisée de nombreux champs disciplinaires (la littérature, les arts, la philosophie, la sociologie, l’anthropologie, l’éthologie), les ouvrages critiques qui traitent du rire font le pari de l’aborder dans toute sa complexité. La neurobiologie et les sciences cognitives s’emparent également de lui car il nous rappelle les liens étroits et inaliénables entre le corps et le psychisme, entre l’homme et l’animal.2 Autre caveat lector, toute vision téléologique du rire semble vouée à l’échec. Le rire nous convie à une approche qui doit se contenter d’un « autour ». Insaisissable mais intrigant, le rire, celui dont Aristote (lorsqu’il était modéré), puis Rabelais, disent qu’il est « le propre de l’homme », nous fascine. Le rire nous angoisse, nous étonne. Il blesse et guérit tout à la fois.

  • 3  Pour les fonctions sociales du rire et leurs liens avec l’hostilité, voir Smadja 120.
  • 4  « Laughter is all pervasive in the canon of English literature and is not limited to special genre (...)

2Il est aussi marqué, en creux, par la quête d’un ordre rassurant, d’un impossible universalisant, comme le résume la formule de l’humoriste Pierre Desproges : « On peut rire de tout mais pas avec tout le monde ». Dès l’Antiquité, la perception du rire est celle d’un liant de la sociabilité dont on n’ignore pas le potentiel agonistique.3 Démocrite a bel et bien plus d’un visage. L’originalité des présentes contributions puise aux sources du caractère protéiforme du rire. Leurs interrogations se placent dans le sillage de Manfred Pfister qui souligne que le rire est présent en Angleterre dans presque toute production textuelle, qu’elle soit de fiction ou non.4 Au fil des articles, on constate que les écrits qui font rire ou qui traitent du rire aux xviie et xviiie siècles entrent en résonance avec nos préoccupations actuelles. Nous tentons de cerner la spécificité du rire en Angleterre ainsi que les discours autour du rire, explicites et implicites, notamment ceux qui sont conditionnés et influencés par les réflexions liées à la mélancolie. S’il est une caractéristique à retenir de l’humour anglais, ce serait peut-être celle de cette alchimie insulaire et idiosyncratique. Pourtant l’humour, sous toutes ses formes, et le rire sont bien deux choses différentes, comme le souligne Attardo (200).

3Lorsqu’il se fait stratégie oblique, le rire agit comme un révélateur sonore et physiologique des pulsions. Il permet de procéder à une lecture en creux des contraintes et libertés qui sous-tendent le fonctionnement d’une société donnée. Comme l’a souligné Quentin Skinner lors de son intervention sur Hobbes et les règles de civilité durant le colloque en 2013, « rire de » ou « rire avec » est au cœur de la pensée hobbesienne. Celle-ci reprend les textes classiques de l’Antiquité (Aristote, Quintilien) tout en se nourrissant des écrits des humanistes de la Renaissance italienne (Castiglione, Guazzo). L’interprétation que Skinner propose de l’évolution du point de vue de Hobbes entre Les Ếléments et Le Léviathan renforce d’autres analyses sur le rire et sur la modernité de ce philosophe. Hobbes n’est pas un censeur mais un penseur qui, loin de renier ses sources, pointe du doigt une incohérence dans la perception de cet héritage. Le philosophe intègre le rire qui cible l’infirmité physique et morale à une réaction susceptible de désamorcer les incivilités qui transforment le rire en menace pour la paix. On passe ainsi d’un rire débridé à un rire policé, selon les termes de Jean-Pierre Frappier (70).

  • 5  Pour des éléments d’études critiques sur le rire en France à l’âge des Lumières, voir Le rire. Dix (...)
  • 6  Le terme « sympathie » est employé par Chambers dans son acception neurologique et en lien avec le (...)

4Tout au long des xviie et xviiie siècles, le roman, le théâtre, les périodiques, les pamphlets politiques et médicaux, l’opéra, la balade populaire, ou encore les écrits philosophiques comme ceux de Hobbes, Hutcheson, Shaftesbury, puis plus tard Beattie, portent les traces d’une réflexion sur le rire comme phénomène que l’on tente d’identifier et de circonscrire, sans jamais pour autant parvenir à trouver une harmonique dans la dissonance provoquée par ces multiples éclats. On admet en général trois grandes théories autour du rire : la supériorité, l’incongruité et la visée cathartique (Morreall). La Grande-Bretagne se distingue des Pays-Bas ou de la France.5 On observe l’écart entre la définition qu’offre l’article « Laughter » dans la Cyclopedia de Chambers et son équivalent, plus tardif, dans l’Encyclopédie. Chambers articule la compréhension et la présentation du rire sur la physiologie du visage et la contamination par effet sympathique : « A thing seen or heard, that is shameful, affects the Cheeks with Blushes : on the contrary, if it please and tickle the Fancy, it affects the Praecordia and Muscles of the Mouth and Face with Laughter ».6 Si le rire est présenté dans sa dimension physiologique et anatomique, il constitue aussi un mécanisme de régulation dans les échanges sociaux et un garde-fou contre les excès d’un art de la conversation régi par la bienséance et les codes de civilité. En ce sens, les différents genres évoqués par les auteurs des articles (traité philosophique, écrit homilétique, presse révolutionnaire, pamphlet, roman, théâtre) montrent combien le rire occupe une place essentielle.

5Un premier volet appréhende le rire sous l’angle d’une manifestation perturbatrice mais paradoxalement nécessaire au sein d’une communauté. Un second volet porte l’attention sur le rire dans sa dimension individuelle, en tant que composante structurante du sujet qui s’énonce comme les prémisses d’un moi à l’âge des Lumières. On peut se demander sous l’effet de quels déclencheurs les changements sont perceptibles. Comment intégrer l’action d’un ou deux individus dans une réflexion plus globale sur le rire ? Quel rôle joue la circulation des romans ? Quelle place accorder aux traités philosophiques, à la promulgation d’une loi, ou encore aux libelles ? Autant de questions prouvant que cerner les contours du rire n’est pas tâche facile. À la manière de Burton qui dissèque les différentes formes de la mélancolie, tant pour le divertissement du lecteur que pour l’effet cathartique souhaité sur lui-même par l’auteur, les contributions rassemblées ici peuvent être lues comme les fragments d’un petit traité épistémologique du rire. Toutefois, ce volume n’ambitionne pas de se clore sur une typologie accomplie, dans la mesure où des travaux récents démontrent que le domaine est encore en friche à bien des égards, notamment en raison de sources primaires longtemps négligées (pamphlets, jestbooks, minute books, etc). La redéfinition des formes et fonctions du rire s’accompagne donc d’une réévaluation des sources.

6Le rire résiste mal à l’épreuve du singulier. Pluriel, éphémère et contingent à une situation donnée, le ou plutôt les rires possibles, autorisés ou non, se déplacent comme autant de curseurs qui se déclinent sur un continuum spatio-temporel, en fonction des individus, de leur classe sociale, de l’humeur du moment et du contexte où ils interagissent. Le détail de la gravure d’après Hogarth en couverture de ce volume montre un groupe de rieurs s’adonnant chacun à sa manière aux plaisirs du théâtre. Cette image rappelle combien le microcosme d’un public n’existe que le temps d’une représentation, et combien le rire persiste seulement grâce à la mémoire des individus. Le lien entre rire et mémoire mériterait un approfondissement : le rire en tant que réaction à un pré-construit mental permet-il d’élaborer une sorte de rire-pensée, qui serait à son tour complété par un rire-écho, doté d’une capacité mnémonique ? Subordonné à une condition hic et nunc, le rire est peu ou difficilement reproductible, voire transmissible, et ce, en dépit d’une nature prétendue contagieuse. Appréhender le rire par les marges, c’est pénétrer au cœur de la société, de ses croyances et de ses fondements.

Heurts, frictions et résonances au sujet du rire

7Pour se pencher sur la question d’un rire dont les éclats nous parviennent encore aujourd’hui, le volume ouvre sur la contribution de Pascale Drouet qui invite à relire deux pièces de Shakespeare en compagnie de Daniel Sibony, dont l’analyse permet également de relativiser la pensée sur le rire modelée par Bergson et Bakhtine. Pascale Drouet soulève la question de l’intemporalité des textes tout en articulant le propos sur le rire face au désir de la transgression et comme manifestation d’un hors-norme qui sous-entend le refus d’une ligne droite, que cette dernière soit morale ou topographique. Toujours selon une perspective philosophique, Patrick Müller s’intéresse à la manière dont Shaftesbury s’est posé la question du rire en arguant de la rhétorique classique, dans un contexte politique qui le met face à ses propres contradictions. Cet aspect de la pensée shaftesburienne sur le rire est essentiellement lié à une perception et conception esthétiques : « nothing is ridiculous except what is deform’d ». Déformation, monstration et monstruosité sont autant de notions sollicitées par Simon Dickie dont l’argument principal dans Cruelty and Laughter repose sur les rapports entre le rire, diverses formes de violence et notre vision, peut-être trop idéalisée, de ce qu’a pu être le (non)sentimentalisme dans l’Angleterre de la deuxième moitié du xviiie siècle.

8Du début du xviiie siècle à la fin de la dynastie des Hanovre, la pensée autour du rire évolue. Mais comme le note Dickie, cette bascule paradigmatique est progressive : « none of this happened overnight » (2). Elle est liée à l’émergence d’une société de consommation, d’une redéfinition des espaces privés-publics, et de ce que Norbert Elias a nommé la « civilisation des mœurs » en marche depuis la Renaissance. Pour Elias, le contrôle des affects va de pair avec la présence d’un État fort. Le corps domine la scène autour du rire, dans toutes ses dimensions : politique, linguistique, charnelle et métaphorique. Rhétorique et politique, on le sait bien, sont indissociables. Laurent Curelly livre une étude du journal royaliste, Man in the Moon, le seul paru après le régicide de 1649, pour lequel le rire joua un rôle structurant fondamental. Il porte son attention sur la construction du langage, d’une voix/voie politique et sur le pouvoir rhétorique d’onomatopées évoquant la représentation sonore du rire. Les métaphores animales se multiplient au gré d’une publication où animalité, risible et ridicule forment un entrelacs qui donne à voir un corps grotesque. Le rire est placé simultanément sous le signe d’une écriture poétique détournée et d’une forme de poïesis au service de la politique.

9Dans le contexte de la Révolution française, telle qu’elle est perçue par les Britanniques, le rire prend des formes diverses allant de la critique de monsieur Guillotin à un discours où l’objet même de la guillotine est traité comme un topos. En mettant l’accent sur la gorge, Rémy Duthille développe son propos autour du corps politique qui se trouve saisi dans une métonymie, avec un effet de gros plan où le rire incarne le couperet et aboutit à un corps mutilé. Largement diffusé à l’aide de pamphlets et balades populaires produits sur fond alterné de francophobie/ francophilie, ce rire satirique est réducteur.

10Pour qui souhaite mieux saisir les dynamiques du rire, la diffusion de l’écrit tient une place importante. À la croisée de deux champs d’investigation, Sophie Vasset montre comment s’opère une montée en puissance du discours médical lorsque ce dernier est détourné en argument ad hominem, et que le rire est repoussé à la marge quand il agit en embrayeur agonistique. Pamphlets et polémiques constituent le terrain sur lequel s’affrontent les représentants du corps médical. Dans ce transfert se développe aussi la capacité à transcender les frontières formelles du genre qu’est le pamphlet. Lorsque le mode burlesque de la balade populaire médiatise le conflit entre médecins, il projette une face plus histrionique mais paradoxalement aussi plus codifiée du rire. À la jonction du politique et médical, la question du corps est cruciale en ce qu’elle expose l’oscillation entre un rire collectif et celui, plus identifiable, d’un individu.

L’esprit des lois de la gélatologie : bien rire et bien vivre entre conventions et transgressions

  • 7  Pour la notion de gelatopoios, voir Bremmer. La racine grecque poïein rappelle l’importance du suj (...)

11Si le rire est bien une réaction émotionnelle, il est avant tout une manifestation sonore, corporelle et visuelle. La dynamique des zygomatiques est aussi celle qui articule le mouvement entre conventions et les transgressions quand il renvoie à l’excès et au contrôle du corps. Interprété comme tel, le rire n’en est pas moins souhaitable, car il a une fonction régulatrice, qui diffère de celle invoquée par Castiglione. Sur toile de fond d’une exploration de la dichotomie d’un rire élevé opposé à un rire paillard, Baudouin Millet montre comment quatre romanciers du milieu du xviiie siècle mettent en scène la figure du prédicateur pour en faire un topos. Se met en place un rire qui, au-delà du distinguo entre la facétie et la gouaille populaire du jestbook moquant les infirmes, vise l’élévation de l’âme du rieur, par le truchement de l’homme d’Église qui permet de passer du stade où l’on rit de quelqu’un à celui où l’on rit avec quelqu’un. C’est la condition sine qua non d’un rire bienveillant qui atteste de la résilience. Millet montre dans quelle mesure le rire sternien invite à l’interaction entre le lecteur et une figure cléricale à la fois gélatophile et saisie dans son rôle de gelatopoios.7 Dans les études récentes sur l’interaction et la pragmatique en linguistique, des chercheurs ont démontré les l’importance des modalités conversationnelles dans l’efficacité du rire (Glen & Holt).

  • 8  Jean de La Bruyère, « Du Cœur » (252).
  • 9  Cette terminologie est empruntée au site du Laurence Sterne Trust. 04/01/14.
    <http://goodhumour.la (...)
  • 10  En 1766, Voltaire, qui prit fait et cause pour le chevalier de la Barre injustement supplicié à Ab (...)

12Le rire constitue à la fois le ferment et le ciment de la cohésion du corps et des esprits. Pour Tristram, le rire est à la fois onguent et baume, et le sujet shandéen a une philosophie de l’existence qui rappelle la maxime de La Bruyère : « il faut rire avant d’être heureux, de peur de mourir sans avoir ri ».8 Tristram est un narrateur à la personne physique marquée par des mutilations mais dont l’être psychique veut se donner les moyens de résister encore et toujours. Manuel d’une thérapie par le rire, Tristram Shandy a été décrit comme « the original mood-boosting book ».9 Ainsi lu, le roman est un manifeste au service d’une écriture curative placée dans les rayonnages de la pharmacopée littéraire. Sterne s’efforce de préserver sa vie en activant le rire comme mécanisme interne de défense immunitaire. Les travaux de recherche effectués dans ce domaine, avec l’appui de l’imagerie médicale et des sciences cognitives, semblent donner raison au pasteur du Yorkshire. À la manière d’un alicament, ce « romancament » (peut-être même calmant ?) peut être lu comme une heureuse alchimie dont les vertus jubilatoires contiennent autant de vertus curatives. La question qui reste en suspens est celle des limites à la capacité de rire.10

  • 11  Le type de réunions organisées par les membres de ce club se fondait sur la convivialité, mais aus (...)
  • 12  Voir aussi l’étude de Kay Himberg, « ‘Against the Spleen’ : Sterne and the Tradition of Remedial L (...)

13Le texte shandéen nous renvoie fréquemment à la notion d’autodérision et à la distinction entre rire et humour, comme le démontre l’ouvrage Hilarion’s Asse : Laurence Sterne and Humour, publié à l’occasion du tricentenaire de la naissance de l’écrivain. Plus récemment, on a découvert l’existence d’un club nommé « Good Humour Club », auquel Sterne appartenait vraisemblablement.11 Dans le sillage des réflexions portant sur la question du pouvoir du texte face à la mélancolie, Charlotte Holden se penche en particulier sur les sermons de Sterne. Elle s’attache à montrer comment Sterne s’inscrit dans la tradition des auteurs qui célèbrent le rire-remède.12 En jouant sur la fusion entre Démocrite et Hippocrate, Tristram le narrateur, dans sa position de sujet rieur et faisant rire, nous livre ses opinions sur ce qu’il y a de plus fragile et d’éphémère, à savoir la constance dans l’humeur et la conscience de sa mor(t)alité. À la formule nécrophore « Time wastes too fast », l’écriture fictionnelle et homilétique tente d’opposer le pouvoir des mots enchâssés dans un infini et joyeux carpe diem.

  • 13  L’introduction de Baudouin Millet éclaire soigneusement ce principe.

14Du rire réformateur chez Hobbes au rire sternien, le curseur s’est déplacé, de sorte à donner à voir un rire qui n’est pas seulement un phénomène perçu de l’extérieur mais aussi une manifestation qui affecte profondément l’être humain dans son intimité, sa vie intérieure et spirituelle. Les diverses approches méthodologiques de ce volume s’inscrivent dans le cadre de recherches qui s’efforcent d’articuler le passé et le présent, entre modernité et altérité, comme l’a déjà fait le Hors-série en hommage à Alain Bony, Modernité du xviiie siècle.13 Mais y a-t-il un moyen de contrecarrer tous les maux de la terre par le rire ? Ne s’agit-il pas d’une théorie qui, lorsqu’elle est mise à l’épreuve de la réalité, s’effondre brutalement ? Le questionnement soulevé par un tel hiatus nous invite à réfléchir à tout type d’écart entre des principes formels et des actions, en d’autres termes, à ce qui éloigne la théorie de la pratique.

  • 14  En France la mise en sourdine se situe plutôt au xviie siècle. Cette mutation pose la question du (...)

15C’est cette contradiction qui constitue le point de départ de l’étude des règles du théâtre, proposée par Marc Martinez et Marie-Claire Rouyer-Daney. Dans leur quatre-mains, ces deux spécialistes du théâtre comique se penchent sur l’esthétique et la poétique du rire à un moment charnière du xviiie siècle. Suite à l’application du Licensing Act en 1737, le rire se « met en sourdine », pour reprendre les termes de Dominique Quéro. Il est remplacé par une forme déportée du mode comique du texte vers le jeu des acteurs et l’expression des émotions, notamment sur le visage.14 Aloysia Rousseau aborde aussi le rire au théâtre mais cette fois en mettant l’accent sur la présence du corps féminin à l’époque de la Restauration. Sans aller jusqu’à délimiter une dimension genrée du rire, Rousseau s’attache à mettre au jour des aspects de la réception féminine du théâtre, où elle montre que la femme occupe la fonction de critique dans un espace public. À cette lecture du corps féminin, Ann Rebecca Barr ajoute un développement sur le lien entre la femme, le rire et le corps moral. Elle revient sur l’éthique du rire dans le cadre du roman dit sentimental, à travers Richardson, Sarah Fielding et Jane Collier pour étayer une thèse démontrant la présence d’un rire implicite dans des œuvres qui sont, à priori, loin de susciter l’hilarité.

Vers une épistémologie du rire d’autrefois en devenir

16Anatomie du corps rieur et du corps posé en objet de risée, ces contributions visent donc à esquisser un essai cartographique des territoires du rire susceptibles d’entrer en résonance avec des préoccupations de la société du xxie siècle. Le présent volume tente de mieux cerner l’état de nos connaissances autour d’un rire qui, tout en appartenant au passé, prend acte que l’homme moderne est déjà présent dans les débats sur le rire aux xviie et xviiie siècles.

17De nombreuses expériences récentes indiquent de plus en plus le pouvoir étendu que l’individu peut développer sur sa propre pensée, en particulier sur ses réactions émotionnelles. L’iconographie du livre d’emblèmes d’André Alciat où l’effet du rire était transposé dans le monde animal par le biais du raccourci allégorique d’un corbeau empoisonné par un scorpion est aujourd’hui remplacée par l’imagerie magnétique des zones du cerveau.15 Entre la prise de conscience d’un rire destructeur et la volonté de donner au corps l’ordre de (se) guérir par le rire, la science offre la possibilité de mettre le rire au service de l’homme par le truchement d’une projection visuelle d’un scanner dont on entend maîtriser le flux à partir d’un écran.

  • 16  Pour une étude sur le sourire et la féminité en sculpture, voir Milano.
  • 17  Voir « la tête rieuse » de l’artiste dans le catalogue d’exposition.
  • 18  Les travaux de Colin Jones ouvrent de nouvelles voies, mais portent sur l’histoire culturelle du v (...)

18On peut regretter dans notre volume l’absence d’étude des formes visuelles du rire. Un tel déficit renvoie à une lecture en creux du constat suivant : les images montrant des sujets rieurs impliquent une bouche ouverte, et des dents fort gâtées. Avant les progrès réalisés en matière de soins dentaires et de prothèses, on a peu de traces d’une gélatologie visuelle hormis celle d’une iconographie populaire où s’exposent les bouches édentées. Le rire à bouche ouverte est grotesque, démotique, voire démoniaque. La dimension genrée de l’opposition rire/sourire est essentielle.16 Dans le sillage des travaux sur la physiognomonie, autour de Lavater, les études qui portent sur le visage se sont multipliées. On songe notamment à l’exposition de 2011 consacrée aux bustes grimaçants du sculpteur Franz-Xaver Messerschmidt.17 La monographie récente de Martial Guédron sur L’Art de la grimace participe d’une telle démarche en ce qu’elle s’inscrit dans le cadre d’études plus vastes sur le rire et les canons du corps, qu’il soit grotesque ou souffrant, sur les comportements normés et les rapports qu’entretiennent la science, la philosophie et la morale avec une histoire visuelle des passions et des émotions. En outre, le rire invite à la réflexion sur la mesure et l’excès (objet du prochain volume de la Revue), notamment par le biais du couple rire-sourire. Il faut rappeler que le sourire ne fait pas office de rire muet, mais qu’il appartient à une autre modalité de jeu/je corporel, tout comme le rictus ou la grimace.18

  • 19  Pour avoir été une source de soutien et d’inspiration dans l’entreprise de rédaction de cette peti (...)

19Pour reprendre les termes de George Minois, il est toujours trop tôt ou trop tard pour faire une synthèse, et malgré le temps qui passe, les ouvrages sur le rire ne sont pas des modes d’emploi de risologie. En ce qui concerne les siècles que nous étudions, une histoire européenne autour du rire, confrontée au sourire, reste encore à écrire, tout comme celle du rire/sourire visuel. En formant le vœu d’un volume qui n’est qu’un premier pas vers un panorama plus exhaustif du rire, nous avons tenté de mieux saisir la pensée esthétique et éthique confrontée à la pratique. On retiendra la nature intrinsèquement polémique et provocatrice du rire en Grande-Bretagne, son pouvoir dérangeant mais profondément cathartique. La particularité du rire anglais, contrairement à la gaieté française, résiderait dans le développement d’une capacité à repousser les limites du sentiment/ sentimentalisme, à jouer la partition de la mélancolie sur un air d’hilarité, et vice-versa, à pratiquer l’autodérision mis en tension avec une risibilité qui tend vers l’universel. Tantôt manifestation du contrôle des uns sur les autres, tantôt mécanisme d’autorégulation d’une humeur individuelle, le rire et ses éclats forment un miroir où se projettent de multiples aspects du xviie et xviiie siècles qui nous renvoient autant l’image paradoxale d’un idéal que celle d’une affection que l’on éprouve, selon Kant, « quand une grande attente se trouve tout à coup anéantie » (299). Pourtant le désir de renouveler l’expérience persiste, fût-ce au risque de mourir … de rire.19

Haut de page

Bibliographie

Andries, Lise. « État des recherches ». Le rire. Dix-huitième siècle 32 (2000) : 8-18.

Attardo, Salvatore. « Humor ». The Pragmatics Encyclopedia. Ed. Louise Cummings. Abingdon : Routledge, 2010. 199-201.

Bandry-Scubbi, Anne, & Peter De Voogd, ed. Hilarion’s Asse : Laurence Sterne and Humour. Newcastle-upon-Tyne : Cambridge Scholars Publishing, 2013.

Birnbaum, Jean. Pourquoi rire ? Paris : Gallimard, 2011.

Bremmer, Jan. « Jokes, Jokers and Jokebooks in Ancient Greek Culture ». A Cultural History of Humour. Ed. Jan Bremmer and Herman Roodenburg. Cambridge : Polity, 2005. 11-28.

Chambers, Ephraim. Cyclopaedia, 1728.

Cusset, Yves. « Un clown et un philosophe. Théâtre de l’étonnement philosophique de Démocrite à Desprogres ». 04/01/14. Sens public 2009/11.
<http://www.sens-public.org/article.php3 ?id_article =717>

De Waal, Frans. Family Album. Thirty Years of Primate Photography. Berkeley : U of California P, 2003.

Dickie, Simon. Cruelty and Laughter. Chicago : U of Chicago P. 2011.

Diderot, Denis, et Jean Le Rond d’Alembert. « Ris ou Rire ». Encyclopédie de Diderot et D’Alembert. 1751. 14 : 300. 28/12/13.
<http://portail.atilf.fr/encyclopedie/images/V14/ENC_14-300.jpeg>

Elias, Norbert. La civilisation des mœurs. 1939. Paris : Pocket Agora, 1969.

Frappier, Jean-Pierre. « Vous travaillez ! Eh bien riez maintenant ». Éd. Mongi Madini. 2000 ans de rire : permanence et modernité. Besançon : PU de Franche Comté, 2002. 67-76.

Glenn Philip, & Elizabeth Holt, eds. Studies of Laughter in Interaction. London : Bloomsbury, 2013.

Guédron, Martial. L’art de la grimace. Cinq cents ans d’excès du visage. Paris : Hazan, 2011.

Jones, Colin. « Les dents et le sourire ». Les idées passent-elles la Manche ? Éd. Jean-Philippe Genêt & François-Joseph Ruggiu. Paris : PUPS, 2007. 185-94.

Kant, Immanuel. Critique du jugement esthétique. Analytique du sublime. 1790. Tr. J. Barni. Paris : Ladrange, 1846.

La Bruyère, Jean de. Notes de M. Coste. Les caractères de Théophraste et La Bruyère. Tome 1. Paris : 1769.

Milano, Ronit. « Decent Exposure : Bosoms, Smiles and Maternal Delight in Pre-revolutionary French Busts ». Sculpture Journal 21.1 (2012) : 43-56.

Millet, Baudouin. « Modernité du xviiie siècle : Entre histoire et théorie ». RSÉAA XVII-XVIII HS3 (2013) : 25-40.

Minois, George. Histoire du rire et de la dérision. Paris : Fayard, 2000.

Morreall, John. Taking Laughter Seriously. New York : SUNY, 1983.

Pfister, Manfred, ed. A History of English Laughter. From Beowulf to Beckett and Beyond. Amsterdam : Rodopi, 2002.

Quéro, Dominique. « Les éclats de rire du public au théâtre ». Le rire. Dix-huitième siècle 32 (2000) : 67-83.

Sherf, Guilhem, Antonia Boström, et al, eds. Franz Xaver Messerschmidt, 1736-1783. Paris : Éditions du Musée du Louvre et Officina Libraria, 2011.

Smadja, Éric. Le rire. Que sais-je. Paris : PUF, 1993.

Haut de page

Notes

1  Pour une synthèse historiographique sur le rire, voir Minois.

2  Dans l’article « Risibilité » de l’Encyclopédie, la question du rire et du règne animal est déjà soulevée. Les recherches actuelles sur le rire chez les animaux suggèrent une relecture du rire propre au genre humain, notamment à l’appui de l’éthologie et des théories sur l’évolution. Les scènes observées chez certains grands singes montrent la présence de mécanismes comiques qui tiennent de la farce et d’une pensée d’anticipation (de Waal 16).

3  Pour les fonctions sociales du rire et leurs liens avec l’hostilité, voir Smadja 120.

4  « Laughter is all pervasive in the canon of English literature and is not limited to special genres » (Pfister, viii).

5  Pour des éléments d’études critiques sur le rire en France à l’âge des Lumières, voir Le rire. Dix-Huitième Siècle 32 (2000).

6  Le terme « sympathie » est employé par Chambers dans son acception neurologique et en lien avec le domaine de la physiologie du sensible. Voir aussi BSÉAA 56 consacré à la sympathie.

7  Pour la notion de gelatopoios, voir Bremmer. La racine grecque poïein rappelle l’importance du sujet qui agit contrairement à celui qui subit.

8  Jean de La Bruyère, « Du Cœur » (252).

9  Cette terminologie est empruntée au site du Laurence Sterne Trust. 04/01/14.
<http://goodhumour.laurencesternetrust.org.uk/shandeism/>

10  En 1766, Voltaire, qui prit fait et cause pour le chevalier de la Barre injustement supplicié à Abbeville dit que ce fut « une année où il n’y a pas de quoi rire » (cité dans Andries 14).

11  Le type de réunions organisées par les membres de ce club se fondait sur la convivialité, mais aussi sur le sens de la rivalité et des paris souvent liés à la capacité à faire rire, estimée essentielle. Ce club fut d'abord nommé le Good Doctors Club. 04/01/14.
<http://goodhumour.laurencesternetrust.org.uk/shandeism/>

12  Voir aussi l’étude de Kay Himberg, « ‘Against the Spleen’ : Sterne and the Tradition of Remedial Laughter » (Pfister 69-81).

13  L’introduction de Baudouin Millet éclaire soigneusement ce principe.

14  En France la mise en sourdine se situe plutôt au xviie siècle. Cette mutation pose la question du rire et du pouvoir, mais aussi de l’évolution de la pensée morale vis-à-vis du bas comique. Les mêmes formes d’expression corporelles sont condamnées en Allemagne au xviiie siècle, notamment en raison de l’influence de l’Église. À propos de l’analyse du rire dans le théâtre en France, voir Quéro.

15  <http://www.emblems.arts.gla.ac.uk/alciato/facsimile.php ?id =sm1226_Zz1v>

16  Pour une étude sur le sourire et la féminité en sculpture, voir Milano.

17  Voir « la tête rieuse » de l’artiste dans le catalogue d’exposition.

18  Les travaux de Colin Jones ouvrent de nouvelles voies, mais portent sur l’histoire culturelle du visage et l’esthétique dentaire de l’Ancien Régime. Il reste à effectuer un travail semblable pour le monde anglophone des xviie et xviiie siècles.

19  Pour avoir été une source de soutien et d’inspiration dans l’entreprise de rédaction de cette petite anatomie du rire, je tiens à remercier tout particulièrement Anne Bandry-Scubbi et W. G. Day, co-sterniens sans lesquels je n’aurais pas envisagé de proposer le thème du rire pour le colloque de janvier 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brigitte Friant-Kessler, « Petite anatomie du rire aux xviie et xviiie siècles », XVII-XVIII, 70 | 2013, 21-32.

Référence électronique

Brigitte Friant-Kessler, « Petite anatomie du rire aux xviie et xviiie siècles », XVII-XVIII [En ligne], 70 | 2013, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 17 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/1718/506 ; DOI : 10.4000/1718.506

Haut de page

Auteur

Brigitte Friant-Kessler

Université de Valenciennes

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals