Navigation – Plan du site
Notes de lecture - Ouvrages reçus

Florence March, Shakespeare au festival d’Avignon. Configurations textuelles et scéniques

Montpellier, L’Entretemps, 2012, ISBN 978-2-35539-145-3
Danièle Berton‑Charrière
p. 343-344
Référence(s) :

MARCH, Florence. – Shakespeare au festival d’Avignon. Configurations textuelles et scéniques. Montpellier : L’Entretemps, 2012. 160 pp. ISBN : 978-2-35539-145-3

Texte intégral

1Cette monographie, publiée aux éditions L’Entretemps dans la collection Champ théâtral, propose une lecture croisée et poly-référentielle de l’histoire du festival d’Avignon, pris comme « laboratoire et vitrine du spectacle vivant » (135), de l’idéologie qui a sous-tendu sa création ainsi que son évolution, et de l’univers shakespearien, donné comme fondateur et tremplin créatif (11) depuis 1947, dans leurs aspects intra- et extra-contextuels. L’auteur décrit son travail comme l’« étude polymorphe » (135) d’un « matériau composite » (135) à l’« approche méthodologique pluri- et interdisciplinaires (135) », liant praticiens et théoriciens du théâtre. Fruit de rencontres avec acteurs et metteurs en scène, d’entretiens et de recherches universitaires, l’analyse se veut interface, plateforme (expérimentale) où dialoguent le textuel shakespearien et le sémiotique de ses représentations, accompagnés de leurs critiques de tous bords. À l’image des Performance Studies et des English Studies souvent liées à l’étranger, Florence March propose de dépasser les clivages généralement observés en France (135).

2Le public-cible de l’ouvrage est large. L’étude s’adresse, sans discrimination, à l’universitaire et au non universitaire et, de la même façon, aux festivaliers « spectateurs experts ». La démarche tient compte de cette donnée essentielle, annoncée clairement dès les premières pages, et qu’elle partage avec le festival d’Avignon qui, lui aussi, « vise à mettre des œuvres ambitieuses à la portée du plus grand nombre » (139). De facto, l’écriture est claire et didactique au service d’un raisonnement et d’enjeux rappelés au fil du texte. En raison de la diversité et de l’hétérogénéité des destinataires, de leurs savoirs et savoir-faire, l’entreprise est à haut risque, ce dont Florence March est consciente. La première partie dédiée au concept de théâtre populaire, cher à Vilar et à ses successeurs, entre dans cette logique revendiquée.

3L’ouvrage comprend une introduction (9-14), un corps de texte (15-143), une liste de mises en scène de pièces de Shakespeare présentées dans la Cour d’honneur d’Avignon, classées par ordre chronologique et par genre, une importante bibliographie (147-56), une liste de références filmographiques – y compris des vidéos et des installations – (157-58) et une table des matières (159-60).

4Le corps du texte est organisé en deux parties, chacune découpée en trois sous-parties. S’y ajoutent huit pages intitulées « Conclusion et perspectives ». Le fil conducteur est le concept polysème de re/configurations. Ses différentes acceptions sont explicitées et déclinées à divers stades de la réflexion, qui est à la fois historiographique, linguistique et sémiologique. L’examen critique s’appuie sur les pensées des figures du théâtre, de temps passés (comme Jean Vilar) ou contemporains, et sur des philosophes ou critiques littéraires, dramatiques et théâtraux.

5Un corpus composé de pièces représentées en Avignon entre 2004 et 2010 illustre et sert le discours méta-théâtral. Les représentations sont décrites, replacées en contexte et certains de leurs points forts explicités à la lumière de leurs concepteurs et d’experts.

6Les phénomènes de la traduction, de l’adaptation, de la réappropriation du texte « adaptogénique » (65, 138) et évolutif, qu’il soit shakespearien ou autre, sont débattus en relation avec sa mise en espace dans un cadre historique chargé de mémoire, magistral et contraignant. Matériau brut, il est soumis à d’incessantes metamorphoses, découpé, suturé et restructuré, démultiplié grâce aux nouvelles technologies qui le font dialoguer avec lui-même devenu moi et autre à la fois. La réception spectatorielle intégrée ou mise à mal par des options perspectives, techniques, numériques ou interactives audacieuses est évoquée ou décryptée.

7L’ouvrage, dont les objectifs et les angles d’approche sont clairement énoncés, rappelle les cadres fondamentaux, et apporte un éclairage sélectif sur les rapports dialogiques qu’entretiennent, depuis ses débuts, le festival d’Avignon et l’œuvre shakespearienne. Sémiologie et linguistique s’y interpellent et s’y confrontent pour donner tous leurs sens aux configurations corrélées.

8Les dernières pages offrent des ouvertures et des pistes de recherche non encore explorées dans le secteur abordé par Florence March.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Danièle Berton‑Charrière, « Florence March, Shakespeare au festival d’Avignon. Configurations textuelles et scéniques », XVII-XVIII, 70 | 2013, 343-344.

Référence électronique

Danièle Berton‑Charrière, « Florence March, Shakespeare au festival d’Avignon. Configurations textuelles et scéniques », XVII-XVIII [En ligne], 70 | 2013, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 19 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/1718/540

Haut de page

Auteur

Danièle Berton‑Charrière

Université Blaise Pascal – Clermont-Ferrand 2

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals