Navigation – Plan du site
Notes de lecture - Ouvrages reçus

Anne-Marie Miller-Blaise, Le Verbe fait image. Iconoclasme, écriture figurée et théologie de l’Incarnation chez les poètes métaphysiques. Le cas de George Herbert

Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2010, ISBN 978-2-87854-495-4
Laurent Curelly
p. 345-347
Référence(s) :

MILLER-BLAISE, Anne-Marie. – Le Verbe fait image. Iconoclasme, écriture figurée et théologie de l’Incarnation chez les poètes métaphysiques. Le cas de George Herbert. Paris : Presses Sorbonne Nouvelle, 2010. 420 pp. ISBN 978-2-87854-495-4

Texte intégral

1Ouvrage dense et élégamment écrit, Le verbe fait image propose une lecture stimulante de la poésie de George Herbert (1593-1633), pasteur de l’Église d’Angleterre et auteur du recueil de poésie dévotionnelle The Temple, à l’aune du débat sur le statut de l’image religieuse dans l’Angleterre des xvie et xviie siècles. Il contient un index utile, ainsi que quelques illustrations rassemblées en son milieu qui permettent de replacer Herbert dans un contexte de production textuelle où l’image donne corps aux mots et où la lecture se transforme en art de voir.

2Le verbe fait image s’ouvre par une présentation étoffée de l’iconoclasme anglais des xvie et xviie siècles, d’abord lié à la Réforme puis aux Guerres civiles. Anne-Marie Miller-Blaise s’efforce de saisir les enjeux du débat autour de la première vague d’iconoclasme qui ne manqua pas d’influencer les auteurs de poésie dévotionnelle, quelle que fût leur obédience religieuse. Elle analyse l’attitude qu’adoptèrent à l’égard de l’image des auteurs catholiques comme Southwell et Crashaw, ainsi que celle de Donne, membre de l’Église d’Angleterre. On regrettera l’absence de Vaughan, mentionné une fois seulement dans l’ouvrage ; pourtant, il considérait Herbert comme un modèle à imiter, et reconnaît sa dette envers lui dans la préface de l’édition de Silex Scintillans parue en 1655. Avec le souci constant d’établir des comparaisons entre les auteurs qu’elle évoque, sans pour autant gommer leur singularité, Anne-Marie Miller-Blaise interroge les divers écrits de Herbert à la recherche d’indices témoignant de sa position quelque peu équivoque à l’égard de l’image, dont il accepte un usage juste mais qu’il rejette quand elle devient idole. Si l’idole rend aveugle, un signe visible utilisé avec mesure permet à l’homme d’intérioriser son regard jusqu’à son cœur, là où se dévoile le Verbe divin. Herbert semble donc avoir suivi une voie médiane au sujet des images, attitude sans doute inspirée par les ambiguïtés de l’homélie de 1563 contre l’idolâtrie, elle-même expression d’un compromis voulu par la reine Elisabeth. L’auteur de The Temple est ainsi qualifié, en dernière analyse, d’iconoclaste mesuré.

3La deuxième partie de l’ouvrage replace la poésie de Herbert dans le contexte plus large de la crise épistémique qui affecta l’Europe au xviie siècle. L’imago mundi héritée de la pensée aristotélico-chrétienne s’émiette au contact de la nouvelle philosophie et de la nouvelle science, qui postulent la pluralité des mondes et rendent aléatoire la préservation de la transcendance dans un univers devenu pluriel. Le défi, pour les auteurs de poésie dévotionnelle et pour Herbert en particulier, consiste à retrouver un point fixe qui porte la signature de Dieu. Anne-Marie Miller-Blaise présente à cet égard l’influence de la théologie calvinienne sur la poétique cosmique de Herbert. L’angoisse du poète devant le multiple est d’autant plus grande que l’homme pécheur n’est par ailleurs qu’une image pervertie de Dieu, dont la ressemblance au modèle est perdue. Dans sa poésie de dévotion, Herbert s’efforce de comprendre le regard subjectif de l’homme déchu en quête de son Dieu ; le moyen de retrouver le modèle divin derrière l’image corrompue ne cesse de le tarauder. Anne-Marie Miller-Blaise montre qu’il rejette le mimétisme sacrificiel de l’imitatio christi, lui préférant une imitation intériorisée dans la lignée de la devotio moderna. L’influence de la spiritualité rhéno-flamande du xve siècle, qui propose l’imitation du Christ de douleurs grâce à une mortification intérieure, aurait cependant pu être évoquée plus longuement et l’apport de la mystique anglaise médiévale, celle de Nicholas Love notamment, mentionné.

4Anne-Marie Miller-Blaise souligne dans une troisième partie ce qui fait l’originalité de la poésie de Herbert, dont le dépouillement porte la marque du sacrifice christique. Les poèmes expriment la conversion de la muse pétrarquiste dont les artifices, comme autant d’idoles, sont écartés au profit d’une écriture purifiée et transparente, dût-elle s’échouer dans un silence propice à l’apparition du Verbe divin. C’est là tout le paradoxe d’une poésie qui n’a d’autre choix que d’exposer sa matérialité pour représenter le sacrifice christique et de recourir aux vers pour signifier l’impossibilité de dire Dieu. Anne-Marie Miller-Blaise y voit le signe d’une réforme poétique mise au service de la vocation pastorale : « A verse may find him, who a sermon flies, / And turn delight into a sacrifice », comme l’écrit Herbert dans « The Church-Porch » (v. 5-6), long poème qui ouvre The Temple. Nul doute qu’il s’agit pour le poète, ainsi que le montre l’auteur dans un développement convaincant sur la métaphore renouvelée et revivifiée, de pratiquer une forme d’iconoclasme poétique afin de retrouver l’intégrité d’une écriture pouvant œuvrer à la mise en présence du divin. On peut également concevoir que la voix qui s’exprime dans la poésie de Herbert, moins contrôlée peut-être que ne le laisse entendre Anne-Marie Miller-Blaise, véhicule une parole blessée, celle d’une conscience fissurée.

5La mise en présence du divin, qui permet de rétablir le rapport de ressemblance à Dieu, s’accomplit dans l’Incarnation. C’est l’objet de la dernière partie de l’ouvrage, qui souligne le paradoxe consistant pour le poète à faire taire sa propre voix afin de laisser résonner, dans l’espace interstitiel de la lecture silencieuse, le Verbe divin. Les poèmes qui composent The Temple portent la mémoire visuelle du sacrifice christique, et Anne-Marie Blaise-Miller le démontre avec talent dans des pages où les micro-lectures, comme ailleurs dans l’ouvrage, sont régulièrement éclairées par une étude du contexte historique et théologique. Le recueil est tout entier mis au service de l’éducation du regard alors que le lecteur devient le témoin oculaire de la mise en présence du sacrifice christique. La lecture se transforme alors en expérience de la communion et, loin des controverses doctrinales autour de l’Eucharistie, les poèmes se font icônes de la douceur du Christ. Anne-Marie Miller-Blaise étudie l’influence de la patristique grecque sur l’œuvre poétique de Herbert ; les vers mettent en présence le corps christique que s’approprie le lecteur comme il le ferait devant une icône.

6Il n’y a rien d’incongru à ce qu’un auteur iconomaque comme Herbert ait produit une poésie iconique, qui accorde le primat à la parole vivante incarnée dans la matérialité du texte. C’est tout le mérite de l’ouvrage passionnant et foisonnant d’Anne-Marie Miller-Blaise que de donner un sens renouvelé à ce verbe fait image.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Curelly, « Anne-Marie Miller-Blaise, Le Verbe fait image. Iconoclasme, écriture figurée et théologie de l’Incarnation chez les poètes métaphysiques. Le cas de George Herbert », XVII-XVIII, 70 | 2013, 345-347.

Référence électronique

Laurent Curelly, « Anne-Marie Miller-Blaise, Le Verbe fait image. Iconoclasme, écriture figurée et théologie de l’Incarnation chez les poètes métaphysiques. Le cas de George Herbert », XVII-XVIII [En ligne], 70 | 2013, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/1718/541

Haut de page

Auteur

Laurent Curelly

Université de Haute Alsace – Mulhouse

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals