Navigation – Plan du site
Notes de lecture - Ouvrages reçus

Cesare Cuttica, Sir Robert Filmer (1588-1653) and the Patriotic Monarch. Patriarchalism in Seventeenth-Century Political Thought

Manchester, Manchester UP, 2012, Politics, Culture and Society in Early Modern Britain Series, ISBN 978-0-7190-8374-7
Pierre Lurbe
p. 347-351
Référence(s) :

CUTTICA, Cesare. – Sir Robert Filmer (1588-1653) and the Patriotic Monarch. Patriarchalism in Seventeenth-Century Political Thought. Manchester : Manchester UP, 2012. Politics, Culture and Society in Early Modern Britain Series. x+283 pp. ISBN : 978-0-7190-8374-7

Texte intégral

1Comme son sous-titre l’indique, cette monographie consacrée à Sir Robert Filmer s’intéresse essentiellement à la question du patriarcalisme et met donc l’accent sur Patriarcha, mais elle prend aussi en compte la totalité du corpus des œuvres du penseur anglais, ainsi que les ouvrages de ses contemporains. Cette étude repose sur le dépouillement d’un nombre considérable de sources primaires, imprimées comme manuscrites (la bibliographie compte huit pages serrées de références), ainsi que sur la maîtrise d’un corpus extrêmement vaste de sources secondaires. Nous avons donc affaire ici à une présentation exhaustive de l’œuvre de Filmer, étudiée selon une méthode qui relève de l’histoire intellectuelle et de l’approche contextuelle, et qui doit beaucoup, comme C. Cuttica le rappelle lui-même, aux travaux de Quentin Skinner (12), à cette différence près qu’il s’est intéressé aux perdants, et non aux vainqueurs (« In this respect, the book is about a significant group of ‘losers’ and their ideas: monarchist theorists » 13). Le projet de l’auteur, exposé dans l’introduction (1-18), est ambitieux : il s’agit à la fois de replacer Filmer dans son époque, en redonnant toute sa signification à sa pensée par ce travail de recontextualisation (2) ; de mettre l’accent sur la dimension proprement politique du patriarcalisme, à l’encontre d’interprétations, comme celles de Gordon Schochet ou Glenn Burgess, à teneur plus anthropologique ou idéologique (4-5) ; et de prendre Filmer au sérieux, en se démarquant de ce que C. Cuttica appelle la « condescendance » de la postérité (6), qui ne voit en lui qu’un penseur dépourvu d’originalité. Comme le note l’auteur, c’est à Johann P. Sommerville (responsable en 1991 d’une nouvelle édition des œuvres politiques de Filmer) qu’on doit la réévaluation de la pensée du philosophe anglais, réévaluation que C. Cuttica entend poursuivre en se plaçant dans la continuité de Sommerville, mais aussi en s’en démarquant, notamment à propos de la question controversée de la date de composition de Patriarcha (7).

2La matière du livre est organisée en neuf chapitres, eux-mêmes regroupés en deux parties de taille inégale : les six premiers chapitres forment la première partie, qui recouvre chronologiquement la vie de Filmer ; les trois derniers, qui forment la seconde partie, concernent la fortune posthume de son œuvre, depuis la crise de l’Exclusion (1679-1681) jusqu’à la Glorieuse Révolution (1688-1689). Le premier chapitre (21-50) replace Filmer dans le contexte de son Kent natal, brosse le portrait du milieu intellectuel, riche et varié, dans lequel il fut amené à évoluer, à Cambridge puis à Londres (on y croise, entre autres, le poète George Herbert), et présente trois de ses œuvres, moins connues que Patriarcha : Quaestio Quodlibetica or A Discourse, Whether it may be Lawfull to take use for Money (écrit dans les années 1620), dans laquelle Filmer défend l’utilité économique du prêt à intérêt ; In Praise of the Vertuous Wife (écrit dans les années 1640), texte que l’on pourrait presque qualifier de proto-féministe, tant il y défend les femmes en général et les épouses en particulier contre les préjugés patriarcaux ; An Advertisement to the Jurymen of England, Touching Witches (publié en 1653 ; il s’agit de sa dernière œuvre), où Filmer s’en prend aux préjugés de son temps contre les prétendues sorcières, et à l’iniquité des procès dont elles étaient victimes. Il en résulte déjà un portrait intellectuel qui nuance singulièrement celui du Filmer que l’on croyait connaître. Le chapitre suivant (51-90) est construit sur l’étude comparée du point de vue patriarcal de Filmer et de celui de son propre cousin, Thomas Scott de Cantorbéry (auteur vers 1619 de A Discourse of Polletique and Civell Honour), défenseur d’une conception « républicaine » du patriotisme anglais, largement inspirée par les monarchomaques. C’est au cours de la discussion que l’on apprend que Filmer avait soumis Patriarcha pour publication dès 1632, et que le censeur Georg Rudolph Weckherlin avait sollicité l’avis du roi lui-même sur ce manuscrit particulièrement délicat (65-66) : en raison de la réponse négative du souverain, dont les raisons sont élucidées, autant que faire se peut, au chapitre 5, il fallut donc attendre un demi-siècle avant que le livre fût imprimé. L’élucidation de ce point majeur de l’histoire éditoriale de Patriarcha est incontestablement l’un des grands apports de ce livre.

3C. Cuttica montre ensuite comment le patriarcalisme filmérien est élaboré pour faire pièce aux idées politiques des jésuites (en particulier celles de Bellarmine et Suarez), qui, en défendant la thèse selon laquelle le pouvoir civil réside dans la communauté et en théorisant le droit de déposition dont jouiraient les papes, ouvrent la voie à cette forme de parricide qu’est l’exécution du roi (91-103). Il revient dans le chapitre suivant au contexte anglais lui-même, au début de l’époque Stuart (104-42), pour montrer comment le débat politique se focalisait autour de ces deux notions antagonistes qu’étaient le « patriotisme » (au sens de Scott, plus haut évoqué) et le « patriarcalisme ». Ce chapitre contient en particulier une très fine analyse des différences qui séparent les conceptions absolutistes de Jacques vi/i de celles de Filmer (108-12): ce dernier, beaucoup plus radical que le roi, ne faisait pas de distinction entre monarque absolu et monarque arbitraire, et admettait l’idée que même un tyran pouvait agir dans l’intérêt public, et que l’obéissance lui était due. Le chapitre 5 (143-160) revient sur la question déjà abordée au chapitre 2, celle de l’interdiction de publier Patriarcha signifiée à Filmer en 1632. En raison du contexte extrêmement tendu de la fin des années 1620, où le roi s’efforçait de rebâtir son image et de regagner en crédibilité, le moment était sans doute mal choisi pour laisser publier un livre qui, en raison de la défense sans concession de l’absolutisme qu’il contenait, risquait de braquer une grande partie de l’opinion publique. Pour Cuttica, qui emprunte à Anthony Milton un jugement qui s’appliquait initialement à Peter Heylyn, il ne fait guère de doute que, si Filmer était un défenseur inconditionnel de la monarchie, il ne l’était pas nécessairement de la dynastie Stuart elle-même.

4Le dernier chapitre de la première partie (161-83) s’intéresse aux dernières années de la vie de Filmer et à ses dernières œuvres : Of the Blasphemie against the Holy Ghost (1647), écrit pendant son emprisonnement à Leeds Castle (1645-1647) ; The Free-Holders Grand Inquest (1648) ; The Anarchy of a Limited or Mixed Monarchy (1648), âpre critique du Treatise of Monarchy (1643) de Philip Hunton ; The Necessity of The Absolute Power of all Kings: and in particular, of the King of England (1648), compilation d’extraits significatifs de la République de Bodin ; Observations Concerning The Originall of Government (1652), critique des thèses de Hobbes, de Milton et de Grotius ; Observations Upon Aristotles Politiques Touching Forms of Government (1652), qui contient une critique radicale de toutes les formes de gouvernement mixte.

5Inaugurant la seconde partie, le chapitre 6 (187-211) souligne les continuités qui unissent, dans la perception des contemporains, les années 1670-1680 aux années qui ont précédé la guerre civile, ce qui crée un contexte particulièrement propice pour la publication de Patriarcha, dont les thèses sont reprises et défendues par des pamphlétaires comme L’Estrange, Hickes ou Bohun. Ce dernier fait l’objet du chapitre 8 (212-30), où Cuttica montre comment Filmer, suivi sur ce point par Bohun, redéfinit le patriotisme en des termes qui le rendent compatible avec la prérogative royale. Dans le chapitre 9, qui clôt la seconde partie (231-45), l’auteur examine les deux moments de crise au cours desquels il est fait abondamment usage des thèses filmériennes, qu’il s’agisse de s’y référer pour protester de sa loyauté envers le roi, contre les prétendus patriotes qui en voulaient à sa vie en 1683, ou qu’il s’agisse à l’inverse de les discréditer et de les vilipender, au moment de la Glorieuse Révolution. La conclusion (246-50) reprend les points principaux qui ont été évoqués au fil de l’ouvrage ; elle est suivie d’un appendice (curieusement intitulé « Appendix 1 », alors qu’il n’est suivi d’aucun autre) présentant succinctement la bibliothèque de Filmer (25-253).

6Ce livre extrêmement riche est une contribution majeure à notre connaissance de Filmer, et plus largement du patriarcalisme au xviie siècle, essentiellement en Angleterre. Cependant, pour remarquable qu’il soit, tout n’est pas également convaincant dans cet ouvrage. L’ordre même dans lequel les chapitres sont disposés ne va pas absolument de soi : le chapitre consacré à « Filmer’s patriarchalism in context » semble arriver un peu tard, puisqu’il s’agit du chapitre 4 de la première partie – on peut se demander s’il n’aurait pas trouvé plus logiquement place en deuxième position, juste après le chapitre 1 ; de même, peut-être aurait-il mieux valu intervertir le chapitre consacré à l’attitude de Filmer face aux jésuites, et celui qui concerne le débat avec Scott. On peut aussi se demander si, dans le souci légitime de corriger l’image très négative de Filmer héritée d’une longue tradition historiographique, il n’arrive pas que C. Cuttica en fasse un petit peu trop dans l’autre sens, en manifestant une empathie envers son objet d’étude qui prend parfois la forme d’une certaine absence de distance par rapport aux propos de Filmer (voir la discussion des thèses de Suarez, p. 98). On peut également s’étonner que l’auteur estime que la théologie n’occupait guère Filmer (168), alors même que Patriarcha n’est pensable, comme l’a bien montré Franck Lessay (Le Débat Locke-Filmer, Paris : Presses Universitaires de France, 1998), suivant en cela les travaux de Marie-France Renoux-Zagamé (Origines théologiques du concept moderne de propriété, Genève/Paris : Droz, 1987), que si l’on prend en compte la théologie du domaine, notamment chez les théologiens de la seconde scolastique. Il est d’ailleurs dommage que le titre des ouvrages en français à l’instant mentionnés ne figure pas dans la bibliographie : ils n’ont pas peu contribué à cette réévaluation de l’œuvre de Robert Filmer, à laquelle Cuttica vient à son tour d’apporter une contribution qui fera date.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Lurbe, « Cesare Cuttica, Sir Robert Filmer (1588-1653) and the Patriotic Monarch. Patriarchalism in Seventeenth-Century Political Thought », XVII-XVIII, 70 | 2013, 347-351.

Référence électronique

Pierre Lurbe, « Cesare Cuttica, Sir Robert Filmer (1588-1653) and the Patriotic Monarch. Patriarchalism in Seventeenth-Century Political Thought », XVII-XVIII [En ligne], 70 | 2013, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/1718/543

Haut de page

Auteur

Pierre Lurbe

Université Paul Valéry – Montpellier 3

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals