Navigation – Plan du site
Notes de lecture - Ouvrages reçus

Noel Malcolm, ed., The Clarendon Edition of Leviathan

Oxford, Clarendon, 2012, ISBN 978-0-19-960262-9
Myriam-Isabelle Ducrocq
p. 354-355
Référence(s) :

Malcolm, Noel, ed. – The Clarendon Edition of Leviathan. Oxford : Clarendon P, 2012. 3 vols, 1780 pp. ISBN 978-0-19-960262-9

Texte intégral

1L’édition Clarendon du Léviathan se présente en trois volumes. Le premier (380 p.) consiste en une introduction critique du texte, ou plutôt des textes, suivi d’une liste des manuscrits de Hobbes, d’une bibliographie et d’un index. En plus de l’épître dédicatoire et de l’introduction, le deuxième volume (575 p.) contient les deux premières parties du Léviathan, « Of Man/De Homine » et « Of Commonwealth /De Civitate ». Le dernier volume (825 p.) contient les troisième et quatrième parties du Léviathan, « Of a Christian Commonwealth/De Civitate Christiana » et « Of the Kingdom of Darkness/De Regno Tenebrarum » suivie de la Review and Conclusion (en anglais), de l’appendice et de l’index latins (en version bilingue). Cette édition est remarquable en ce qu’elle permet de lire la version anglaise parue en 1651 en regard de la version latine, rédigée par Hobbes lui-même et parue de son vivant, en 1668 et 1670.

2Il n’existait jusqu’ici que deux versions modernes intégrales du Léviathan latin : la première, établie par Molesworth remonte à 1841 ; la seconde fait partie de l’édition trilingue anglaise-italienne-latine présentée par Raffaella Santi en 2001. En dehors de ces éditions, il faut noter le travail pionnier de François Tricaud qui, dans sa version française de 1971, donnait la traduction des passages du Léviathan latin quand celui-ci différait du texte anglais. Ces extraits ont fourni la base d’une traduction complète du Léviathan latin en français, complétée par Martine Pécharman à la mort de François Tricaud et publiée en 2004 (Paris : J. Vrin).

3Fondée sur un travail systématique de collation entre les différentes éditions originales existantes (les éditions « Head », « Bear » et « Ornaments » pour le Léviathan anglais, de 1668 et de 1670 pour les exemplaires du texte latin, dont on ne possède pas de manuscrit), la présente édition constitue un monument d’érudition et deviendra certainement l’ouvrage de référence pour les décennies à venir. Rappelons cependant qu’étaient parues deux éditions du Léviathan anglais intégrant une sélection de variantes notables du latin dans sa version de 1668 : celle d’Edwin Curley s’inspirant fortement de l’édition française de François Tricaud (Indianapolis / Cambridge : Hackett Publishing Company, 1994), avec numérotation des alinéas, et l’excellente édition critique en 2 volumes établie par Karl Schuhmann et G. A. J. Rogers (Bristol : Thoemmes Continuum, 2003). Cette édition, à laquelle Noel Malcolm rend justice, prend également en compte des variations d’une version à l’autre, mais elle repose, à ses yeux, sur des options contestables puisqu’elle se fonde non sur les exemplaires des éditions originales mais sur leurs reproductions modernes et qu’elle privilégie la qualité de l’édition « Bear », au prétexte que Hobbes aurait pu la corriger à Paris avant de la réexpédier aux Pays-Bas. Ces défauts justifiaient, aux yeux de Malcolm, une nouvelle édition du Léviathan reposant sur un examen plus approfondi des originaux.

4L’appareil critique impressionne par son ampleur et par sa richesse. Le volume introductif constitue un ouvrage en soi. Sa première partie présente les circonstances qui ont vu paraître le Léviathan anglais et le cheminement qui a conduit l’auteur à publier l’ouvrage en latin ; sa seconde partie, relevant de l’histoire du livre, est consacrée à l’examen des différentes parutions dont il a fait l’objet, entre 1651 et 1682, date de l’édition Pardoe, dont on ne connaît cependant aucun exemplaire à ce jour. Cette introduction substantielle permet de dégager au maximum le texte ainsi construit de notes informatives et analytiques. Ne figurent au bas de chaque version que les variantes significatives entre les différentes copies des éditions de référence consultées pour la version anglaise (édition Head) et pour la version latine (édition de 1668). La liste exhaustive des différentes leçons apparaît à la fin du troisième volume. Ce volume comprend encore un index des citations bibliques, une liste des erreurs de l’édition Head et un index général.

5Cette nouvelle édition permet de mesurer l’écart entre les textes anglais et latins. Dans son introduction, Malcolm établit qu’il ne s’agit pas de deux répliques mais bien de deux versions différentes d’un même texte (cela est particulièrement vrai des chapitres 9, 46 et 47). En effet, Hobbes, écrivant quelque vingt ans plus tard et s’adressant à la République des Lettres, s’est livré à un véritable exercice de réécriture, procédant par ajouts, par suppressions et parfois par autocensure. Il passe ainsi sur la référence à des événements trop spécifiquement anglais ou évite d’évoquer des sujets de nature à heurter un public étranger (ses attaques contre les Presbytériens auraient pu lui aliéner une bonne partie de son lectorat hollandais). Ces variations sont marquées par un système complexe de notes et se signalent par la présence de « blancs » dans l’une des deux versions. Autre variation notable : la Review and Conclusion du Léviathan anglais fait place à un appendice très étoffé dont Malcolm nous propose une traduction anglaise. Tandis que la Review visait à rendre possible le retour de Hobbes en Angleterre en montrant que sa théorie n’était nullement incompatible avec le régime établi sous Cromwell, sans toutefois cautionner les conditions de son avènement et sans promouvoir l’établissement de tout pouvoir de facto (Q. Skinner, Visions of Politics, Cambridge UP, 2002), sous la Restauration cet exercice n’avait plus lieu d’être. En revanche, l’appendice latin représente, selon Malcolm, une véritable progression dans la théorie de Hobbes : celui-ci y remonte aux sources de la foi catholique telle qu’elle fut établie lors des Conciles de Nicée et de Constantinople, dans l’intention de réfuter la notion même d’hérésie et de saper les fondements de l’autorité ecclésiastique ; ce faisant, il y pose les principes de sa théologie, toute personnelle et hétérodoxe.

6Cet ouvrage volumineux s’adresse avant tout à un public de spécialistes désireux de mieux connaître l’histoire éditoriale du Léviathan et de mieux comprendre l’évolution de la pensée théologico-politique de Hobbes depuis la fin des guerres civiles jusqu’aux premières heures de la Restauration. À ce titre, il devra figurer au catalogue de toute bibliothèque de recherche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Myriam-Isabelle Ducrocq, « Noel Malcolm, ed., The Clarendon Edition of Leviathan », XVII-XVIII, 70 | 2013, 354-355.

Référence électronique

Myriam-Isabelle Ducrocq, « Noel Malcolm, ed., The Clarendon Edition of Leviathan », XVII-XVIII [En ligne], 70 | 2013, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 15 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/1718/545

Haut de page

Auteur

Myriam-Isabelle Ducrocq

Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals