Navigation – Plan du site
Notes de lecture - Ouvrages reçus

Bernard Dhuicq, éd., Les Maximes de La Rochefoucauld traduites par Aphra Behn

Paris, Éditions La Bruyère, 2012, ISBN 978-2-7500-0742-9
Guyonne Leduc
p. 354-356
Référence(s) :

Dhuicq, Bernard, éd. – Les Maximes de La Rochefoucauld traduites par Aphra Behn. Paris : Éditions La Bruyère, 2012. 131 pp. ISBN 978-2-7500-0742-9

Texte intégral

1Bernard Dhuicq a fait connaître Aphra Behn (1640-1689) en France et y a introduit et développé les recherches universitaires, notamment en organisant deux grands colloques internationaux à la Sorbonne (l’un sur « Identity, Alterity, Ambiguity » en 1999, l’autre sur « Aphra Behn : Le Modèle européen » en 2003), tous deux suivis d’une publication, ainsi qu’en traduisant Oroonoko ; or, The Royal Slave (1688) en 1990, puis en 2008. Cette même année, il a réédité la première traduction-adaptation de ce récit par Antoine de Laplace en 1745. Toujours guidé par le souci de faire partager son enthousiasme communicatif, sa passion érudite et ses connaissances encyclopédiques, acquises au fil des ans, sur cette femme et écrivaine aux multiples facettes, Bernard Dhuicq a également traduit d’autres récits d’Aphra Behn (1990, 2008), de même que deux de ses pièces, The Lucky Chance (1686) en 1990 et The Rover (1677) en 2000.

2L’ultime ouvrage qu’il a signé sur cette polygraphe est une présentation, en six parties (suivies d’une bibliographie de sources primaires), de la traduction des Maximes, titre usuel des Réflexions ou Sentences et maximes morales (1664) de François de La Rochefoucauld, réalisée par Aphra Behn en 1685 sous le titre Reflections on Morality; or, Seneca Unmasqued. Après un survol biographique d’Aphra Johnson Behn, et un rappel de la fortune de ses œuvres auprès de la critique et de leur diffusion, plusieurs pages y sont consacrées à la conception d’Aphra Behn relative à la traduction dans le cadre de la querelle qui opposait, alors, les tenants de la traduction littérale et ceux de la traduction « embellie » (8), puis à la mise en pratique de ses idées dans certaines des traductions qu’elle rédigea à partir du français (ne sont pas abordées ici, au-delà de la simple mention [6], celles de deux traités de Fontenelle) : Le Voyage à L’Isle d’Amour (1663) de l’abbé Paul Tallemant, La Montre et La Boîte et le miroir (1666) de Balthazar de Bonnecorse, puis la suite du Voyage de l’Isle d’Amour. Le Second voyage (1664), adaptation plus que traduction.

3Suit une analyse de la démarche,suivie par Aphra Behn dans sa traduction fondée sur la quatrième édition des Maximes, datant de 1675, qui comprenait quatre cent treize maximes. Puis sont successivement abordées les différences entre la brève préface d’origine adressée « Au lecteur » et celle, très longue (« To Lysander », son amant), du texte-cible, les variations entre le texte-source et sa traduction (qu’il s’agisse des vingt-deux maximes non traduites, des quatre répétées, de deux créées ou des huit fusionnées en quatre), tout comme la séquence des maximes, réaménagée par la traductrice. Le choix éditorial fut de respecter ici l’ordre de l’édition française de 1675 : chaque maxime (accompagnée de sa numérotation originelle) est suivie de sa traduction (avec la numérotation adoptée dans la traduction de 1685), ce qui en rend la lecture très agréable. La politique éditoriale est aussi exposée avec une grande clarté quant aux maximes « omises » (17), fusionnées et « ajoutées » (18). Sa volonté de démontrer qu’Aphra Behn a, grâce aux Maximes, publié sa première traduction « au sens moderne du terme » (15) nous permet de réentendre ici la voix inoubliable de Bernard Dhuicq.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guyonne Leduc, « Bernard Dhuicq, éd., Les Maximes de La Rochefoucauld traduites par Aphra Behn », XVII-XVIII, 70 | 2013, 354-356.

Référence électronique

Guyonne Leduc, « Bernard Dhuicq, éd., Les Maximes de La Rochefoucauld traduites par Aphra Behn », XVII-XVIII [En ligne], 70 | 2013, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 19 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/1718/548

Haut de page

Auteur

Guyonne Leduc

Université Charles de Gaulle – Lille 3

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals