Navigation – Plan du site
Notes de lecture - Ouvrages reçus

Cesare Cuttica & Glenn Burgess, eds., Monarchism and Absolutism in Early Modern Europe

London, Pickering & Chatto, 2012, Political and Popular Culture in the Early Modern Period Series, Number 4, ISBN 978-1-84893-198-5
Pierre Lurbe
p. 356-359
Référence(s) :

CUTTICA, Cesare & Glenn BURGESS, eds. – Monarchism and Absolutism in Early Modern Europe. London : Pickering & Chatto, 2012. Political and Popular Culture in the Early Modern Period Series, Number 4. xiii +297 pp. ISBN : 978-1-84893-198-5

Texte intégral

1Ce volume regroupe les actes d’un colloque tenu à l’université du Sussex les 13 et 14 juillet 2010, dont l’intitulé, plus complet et plus explicite que le titre qui a été retenu pour la publication, était le suivant : « Absolutism, Monarchism and Despotism : Historiographical Issues and Theoretical Developments in the Seventeenth and Eighteenth Centuries in European Context ». Comme l’expliquent Cesare Cuttica et Glenn Burgess dans la très dense introduction qui ouvre le recueil (1-17), ce colloque – dont ils étaient les co-organisateurs – correspondait à un projet scientifique précis. Il s’agissait de réfléchir à nouveaux frais à la notion d’« absolutisme », concept qui est le véritable centre de gravité de l’ouvrage, en se démarquant nettement des trois manières traditionnelles de l’aborder : le point de vue « conservateur », qui y voit un phénomène qui a toujours existé ; le point de vue marxiste, qui le décrit en termes d’époque de transition entre le féodalisme et le capitalisme ; le point de vue « révisionniste » (au sens anglais du terme), selon lequel le concept est vide de sens car il n’y eut tout simplement pas d’absolutisme (1). C. Cuttica et G. Burgess proposent, non pas d’élaborer un nouveau point de vue général et englobant, mais plus modestement, d’analyser la pensée politique de la première modernité telle qu’elle s’exprimait dans divers pays d’Europe, dans des contextes historiques variés. Il ne s’agit donc pas de découvrir ce qui constituerait l’« essence » de l’« absolutisme » mais d’en interroger les configurations possibles, selon les lieux, les époques et les penseurs, en replaçant la notion dans le champ beaucoup plus vaste du lexique politique au sein duquel elle se définit, par comparaison et confrontation avec d’autres termes. Les « éditeurs » prennent d’entrée de jeu la précaution méthodologique de rappeler, en citant Lovejoy, que les mots en -isme sont des composés complexes agrégeant différents éléments de signification et non des termes simples au sens figé et univoque.

2L’ouvrage comporte quatorze études, organisées en quatre parties qui croisent approches thématique, chronologique, et géographique. On constate toutefois avec un certain étonnement que cette division, qu’annonce pourtant clairement la table des matières, n’est pas reprise dans le corps même du livre, où les articles se suivent en continu, sans qu’il soit jamais signalé que l’on passe d’une partie à l’autre. Pour s’arrêter encore un instant sur la question de l’organisation du volume, on peut regretter que les articles dont la teneur est la plus nettement théorique (ceux de Johann P. Sommerville et de Glenn Burgess) ne figurent que dans la troisième partie, alors qu’il eût semblé plus logique et plus éclairant de les placer juste après l’introduction. Sur les quatorze articles que compte le recueil, sept concernent l’Angleterre ou la Grande-Bretagne, et même si les considérations comparatistes n’en sont évidemment pas absentes (l’espace considéré est bien celui de l’Europe), c’est à ceux-là que nous nous intéresserons.

3Comme son titre l’indique, l’ensemble de la première partie concerne bien l’Angleterre, mais pas seulement l’Angleterre du xviie siècle. Le premier article, dû à Janet Coleman, porte en effet essen-tiellement sur le xive siècle, et spécifiquement sur le règne controversé de Richard ii. Dans « Royalist Absolutism in the 1650s : The case of Robert Sheringham » (33-46), Edward Vallance se livre à une étude de cas extrêmement minutieuse, pour montrer les redoutables ambiguïtés que recèlent les termes de « royalisme » et d’« absolutisme ». Dans le cas de Sheringham, ni l’une, ni l’autre de ces étiquettes, qui lui sont pourtant couramment attribuées et qui sont corrélées l’une à l’autre, ne permet vraiment de définir adéquatement la place qui était la sienne dans le paysage politique : plutôt « political Presbyterian » (39) que vraiment royaliste, et trop respectueux de la common law pour être véritablement absolutiste, Sheringham échappe aux classifications faciles. E. Vallance conclut de cet examen qu’il est impossible de soutenir qu’il y aurait un lien naturel, et symbiotique, entre royalisme anglais et absolutisme (46). Pour sa part, Gaby Mahlberg se concentre sur deux grandes figures du républicanisme anglais, Algernon Sidney et Henry Neville, pour souligner, d’une part leur commune opposition au patriarcalisme filmérien, et pour montrer d’autre part que par-delà leurs divergences, tous deux défendaient l’idée qu’un pouvoir monarchique dûment borné et contrôlé par des lois n’était pas incompatible avec la république (« Patriarchalism and the Monarchical Republicans », 47-60).

4Dans un article très argumenté et très dense (« Early Modern Absolutism in Practice and Theory », 117-30), Johann P. Sommerville revient sur le débat historiographique concernant la nature de l’absolutisme. À la vision traditionnelle qui voit dans l’absolutisme une forme absolue du pouvoir royal et d’un pouvoir qui n’aurait eu de cesse de réduire et d’asservir les élites locales, il préfère la vision plus récente qui souligne à l’inverse que les rois dits absolus, à commencer par Louis xiv, s’appuyèrent toujours sur les relais traditionnels au sein de la société pour asseoir leur pouvoir. En gardant à l’esprit la distinction fondamentale entre lieu de la souveraineté et cours ordinaire de l’administration du royaume, Sommerville relit des auteurs censément « absolutistes » (Hobbes, Bodin, Filmer, Cardin Le Bret et Bossuet) pour montrer que, s’ils s’accordent tous pour voir dans la monarchie le siège de la souveraineté, ils n’en concluent pas pour autant que le roi devrait dépouiller les élites traditionnelles de leur rôle de conseil dans l’administration du royaume. Examinées de près, les théories « absolutistes » du xviie siècle rejoignent donc les conclusions les plus récentes des historiens concernant le fonctionnement des monarchies dites absolues. Il n’est pas certain que Cesare Cuttica, auteur de la contribution suivante (« An Absolutist Trio in the Early 1630s : Sir Robert Filmer, Jean-Louis Guez de Balzac, Cardin le Bret and their Models of Monarchical Power », 131-146), ait été convaincu par les conclusions de J. P. Sommerville, et son article peut être lu comme le contrepoint exact du précédent : pour C. Cuttica, l’existence de doctrines absolutistes ne fait pas de doute, et son propos est de montrer qu’il en existait plusieurs variétés. Les trois auteurs qu’il étudie se singularisent par des approches spécifiques qui peuvent être qualifiées respectivement d’« absolutisme patriarcal » (Filmer), d’« absolutisme machiavélien » (Balzac), et d’« absolutisme hobbésien » (Le Bret). L’étude de Glenn Burgess (« Tyrants, Absolute Kings, Arbitrary Rulers and the Commonwealth of England : Some Reflections on Seventeenth-Century English Vocabulary », 147-158) se présente très modestement comme une simple « esquisse » (147) dans le domaine de l’histoire conceptuelle. Comme G. Burgess le rappelle, les mots n’existent et ne prennent sens que pour autant qu’ils sont en relation, et en interaction, avec d’autres termes au sein de champs lexicaux (148). L’auteur prend les exemples successifs du terme « commonwealth », pour montrer comment il se leste progressivement de connotations républicaines et antimonarchiques, puis de « absolute monarchy », qui du sens premier de monarchie pure, dérive ensuite vers celui de tyrannie et de monarchie arbitraire. Il s’agit là de deux exemples particulièrement significatifs des glissements de sens qui ont marqué le vocabulaire politique anglais dans les années 1640.

5Dernier article à traiter d’un auteur anglais, celui de Ioannis Evrigenis (177-85) s’inscrit dans une perspective comparatiste : la conception de l’état de nature selon Hobbes y est relue et critiquée à la lumière de la conception que s’en faisait Rousseau.

6Il ne fait pas de doute que cet ouvrage important a sa place dans la bibliothèque de quiconque s’intéresse à la philosophie politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Lurbe, « Cesare Cuttica & Glenn Burgess, eds., Monarchism and Absolutism in Early Modern Europe », XVII-XVIII, 70 | 2013, 356-359.

Référence électronique

Pierre Lurbe, « Cesare Cuttica & Glenn Burgess, eds., Monarchism and Absolutism in Early Modern Europe », XVII-XVIII [En ligne], 70 | 2013, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 22 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/1718/550

Haut de page

Auteur

Pierre Lurbe

Université Paul Valéry – Montpellier 3

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals