Navigation – Plan du site
Notes de lecture - Ouvrages reçus

Myriam-Isabelle Ducrocq, Aux Sources de la démocratie anglaise. De Thomas Hobbes à John Locke

Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2012, ISBN 978-2-7574-0384-6
Louis Roux
p. 359-362
Référence(s) :

Ducrocq, Myriam-Isabelle. – Aux Sources de la démocratie anglaise. De Thomas Hobbes à John Locke. Villeneuve d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion, 2012. 289 pp. ISBN 978-2-7574-0384-6

Texte intégral

1L’ouvrage, thèse faite livre, offre en couverture, comme en galerie, quatre portraits, quatre visages de la pensée anglaise, Harrington, Hobbes, Locke, Sidney, appartenant à un même contexte, de 1588 à 1704. Le contexte, dense et riche, est marqué par « les troubles révolutionnaires dans lesquels se débattit l’Angleterre » (F. Lessay, Avant-propos 13). Il s’agit d’un travail d’histoire des idées dans le cadre d’un siècle (« Le siècle de Hobbes, de Harrington, de Sidney, de Locke ») qui « fut une matrice essentielle de la modernité politique » (Lessay 15).

2L’ouvrage comprend une introduction (19-40), cinq chapitres respectivement consacrés aux fondements historiques du corps politique, aux fondements rationnels du corps politique, au corps politique, créature nécessaire et redoutable, au corps politique à l’épreuve du temps, à l’étendue du pouvoir civil et à la naissance des libertés, et une conclusion qui interroge sur le déclin de l’absolutisme anglais. Le chapitre iii est le plus court (vingt pages), la conclusion (six pages) est densifiée autour de « l’essence même du pouvoir » et « l’image de cheminements parcourus en sens inverse mais qui finissent par se rencontrer » : d’un côté, celui de Hobbes, le tenant d’un pouvoir absolu du roi ou d’une assemblée, trouve dans des considérations sur la nature humaine la limite du pouvoir souverain ; de l’autre, celui des partisans d’une constitution équilibrée entre plusieurs instances pour protéger les individus contre les abus du pouvoir, qui admettent l’impérieuse nécessité de doter chacune d’elles d’un pouvoir plein et entier (262).

3L’introduction pose une problématique complexe et claire, méthodologique, historique et sémantique en situant les enjeux et les thèmes dans une Angleterre-laboratoire où les débats sont multiples (ceux de Putney ne sont pas mentionnés, ni l’habeas corpus) et où s’élaborent toutes sortes de théories politiques, utopiques et autres. Les auteurs-acteurs protagonistes sont clairement présentés, ainsi que le cadre historique (1642-1688 et au-delà), avec ses épisodes et ses ruptures constitutionnelles. Les auteurs aussi sont en rupture avec la pensée idéaliste des Anciens, la théorie de la monarchie de droit divin et avec la pensée de la raison d’État. Ils ont un commun souci de réalisme dans l’observation et dans la compréhension des lois du politique mais se querellent sur la façon de procéder (37). Ils ont lu Machiavel et connaissent l’histoire de Venise.

4Le chapitre 1 évoque l’héritage de l’humanisme civique (43). On remarque, avec l’« invention » de l’histoire à la Renaissance, un nouveau rapport au temps, le rejet par Hobbes de l’autorité des Anciens, le rapport paradoxal de Locke à l’histoire. Des pages particulières sont consacrées à Harrington et Sidney face à l’histoire nationale et à la doctrine de l’ancienne constitution. Ếtudiant Behemoth et l’histoire brûlante de l’Angleterre (p. 65 et suivantes) M.-I. Ducrocq examine « comment Hobbes articule son œuvre historique et son œuvre théorique ». L’histoire « constitue assurément l’un des traits essentiels de l’anatomie politique » pratiquée par les quatre auteurs qui sont des observateurs attentifs des mutations économiques et sociales de leur temps (98). Voir les questions de l’imposition, du commerce, du travail et de la valeur, de la propriété, du chômage, etc.

5Au chapitre 2 sont examinés tour à tour Hobbes et la théorie du droit naturel, Harrington au miroir du réalisme machiavélien, l’impossible état de nature, le moment du contrat, les notions d’autorisation et de représentation, la notion de consentement, le transfert de droit. Ce sont ces thèmes en particulier qui ont pu faire classer Hobbes, rarement invoqué par les penseurs de la démocratie, parmi les auteurs aux sources de la démocratie anglaise. Cette thèse n’est pas partagée par tous : voir, récemment encore à ce sujet David Runciman, « Lighting Leviathan » (T.L.S., March 1, 2013, p. 3) et Jonathan Israel, « How the light came in » (T.L.S., June 21, 2013, p.10).

6Le chapitre 3 est consacré au corps politique (le De Corpore Politico ne figure pas dans la bibliographie, il est vrai « sélective » mais méthodique et substantielle [263-80]), « créature nécessaire et redoutable » (143), ce qui soulève la lourde question de la place de la peur dans l’organisation démocratique. Sont analysées les questions du pouvoir un et indivisible dans Leviathan, et celles de la prérogative royale à la souveraineté populaire chez Sidney.

7Le chapitre 4 traite du temps, objet de tourment essentiel au xviie siècle, inscrit par Marvell dans la mémoire culturelle et poétique, donnée à laquelle le politique n’échappe pas puisque Léviathan est un dieu mortel et qu’il faut préserver la République. Il s’ensuit une réflexion sur les lois fondamentales de préservation, les lois civiles, les remèdes extraordinaires dont la prise en considération du « peuple » n’est pas absente (voir l’importante entrée à l’index). L’auteure conclut ce chapitre en mettant en évidence « l’idée qu’au-delà de positions parfois radicalement différentes sur des questions aussi fondamentales que l’autorisation, la divisibilité de la souveraineté ou le droit de révolte, il se dégage de leur construction théorique une vision commune » (212). C’est du pouvoir qu’il est question.

8C’est au chapitre 5 qu’est précisément abordée la question du pouvoir civil et de la naissance des libertés, essentielle pour la démocratie, et avec elle la question connexe et centrale de la souveraineté et de la liberté de conscience, sujet fondamental en pays protestant non encore stabilisé.

9Cette thèse, argumentée et personnelle, couvre un champ multiple, celui du politique, focalisé sur des composantes pré-démocratiques. Elle le fait de façon savante : les notes, abondantes et riches, témoignent d’une documentation étendue et réfléchie. Elle tente de relever le défi de l’Histoire des idées, essentialisant in fine une idée traitée dans un contexte historique un et multiple, dans quatre incarnations, chez quatre auteurs dont aucun n’eut, avec les pouvoirs en place, que des rapports tranquilles (exil, persécution, prison). Ce livre-thèse constitue un apport et un éclairage importants pour la compréhension du xviie siècle anglais.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louis Roux, « Myriam-Isabelle Ducrocq, Aux Sources de la démocratie anglaise. De Thomas Hobbes à John Locke », XVII-XVIII, 70 | 2013, 359-362.

Référence électronique

Louis Roux, « Myriam-Isabelle Ducrocq, Aux Sources de la démocratie anglaise. De Thomas Hobbes à John Locke », XVII-XVIII [En ligne], 70 | 2013, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 19 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/1718/553

Haut de page

Auteur

Louis Roux

Université Jean Monnet, Saint-Étienne

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals