Navigation – Plan du site
Notes de lecture - Ouvrages reçus

Maria Semi, Music as a Science of Mankind in Eighteenth-Century Britain

Farnham, Ahsgate, 2012, ISBN 978-1-4094-2868-8
Pierre Degott
p. 367-369
Référence(s) :

Semi, Maria. – Music as a Science of Mankind in Eighteenth-Century Britain. Trans. Timothy Keates. Farnham : Ahsgate, 2012. 192 pp. ISBN 978-1-4094-2868-8

Texte intégral

1À une époque où de plus en plus d’universitaires revendiquent l’appartenance de la musicologie aux sciences humaines et sociales davantage qu’au domaine des arts à proprement parler, il est intéressant de se plonger dans ce nouvel ouvrage consacré à la représentation intellectuelle de la musique dans la culture britannique du xviiie siècle. C’est en effet la thèse de ce livre – traduction vers l’anglais d’un doctorat soutenu à l’université de Bologne – que de démontrer comment les différents traités sur la musique publiés au xviiie siècle en Angleterre, autant de textes à visée plutôt esthétique, parfois mais plus rarement, technique, relèvent en réalité des sciences dites « de l’homme » – « Science of Mankind » –, au sens où pouvaient l’entendre les grands philosophes de l’époque comme au premier chef Locke ou Shaftesbury. On ne niera pas que les hommes de lettres des xviie et xviiie siècles trouvaient essentiellement dans la musique une façon de percevoir et de comprendre le monde environnant, les sons musicaux étant perçus avant tout comme générateurs de sensations, d’idées et d’émotions. Le rapport véritablement anthropologique entre la musique et les philosophies de l’esprit est donc présenté dans cet ouvrage comme un jalon essentiel dans la construction d’une « Science de l’Homme », vaste projet impliquant non seulement l’étude de la nature humaine, mais également la création de cet idéal absolu que l’Homme du xviiie siècle était alors censé incarner, ou du moins vers lequel il était supposé vouloir tendre. L’objectif de cet ouvrage est donc de montrer à quel point les diverses réflexions philosophiques menées à l’époque des Lumières ont fini par créer cette nouvelle science musicale appelée à devenir ce qui est aujourd’hui la musicologie.

2L’ouvrage de Maria Semi se divise en deux grandes parties parfaitement équilibrées. La première, consacrée à la contribution de l’art musical à la « Science de l’Homme », débute sur un chapitre rappelant les fonctions sociale, éthique et morale de la musique. Il donne l’occasion d’évoquer les écrits bien connus d’Addison et de Steele, mais aussi de Shaftesbury et de John Dennis. Ce dernier en particulier redoutait les effets néfastes de la musique profane, dont l’audition était susceptible, selon lui, d’abaisser l’homme et de le détourner des nobles aspirations auxquelles il était par définition destiné. Dans un tel contexte, l’opéra italien, générateur de plaisir hédoniste et non d’élévation spirituelle, était particulièrement mal perçu par certains. Une deuxième sous-partie synthétise les théories anthropologiques et psychologiques liées aux phénomènes de l’émotion et de la sympathie naturelle, de même qu’elle permet de faire ressortir le débat sur la mimesis, l’imitation et l’expression musicale. Y réapparaissent les travaux souvent étudiés de Lord Kames, Daniel Webb, Thomas Twining et Adam Smith.

3La deuxième partie, sans doute la plus innovante des deux, met plus particulièrement l’accent sur le lien avec les contextes intellectuels dans lesquels ont pu jaillir de telles théories musicales. Le chapitre consacré à la connaissance de la musique et de l’homme se penche ainsi sur les écrits moins connus du très lockéen Alexander Malcolm, de même que sur l’ouvrage The Art of Musick du compositeur John Frederick Lampe. Dans un tel contexte, le traité de Charles Avison An Essay on Musical Expression, récemment présenté dans une remarquable édition critique par Pierre Dubois, fait presque figure de « classique ». Le dernier chapitre de l’ouvrage, sur « musique et histoire », retrace avec Hawkins et Burney les premiers pas de l’historiographie musicale, ou de ce qu’on a appelé également la musicographie. Le lien privilégié entre ces écrits précurseurs et la nouvelle manière d’envisager l’écriture de l’histoire suite à la redécouverte et à l’engouement pour l’Antiquité constitue, à n’en pas douter, un des angles les plus originaux de cette étude.

4Les sources étudiées recoupent presque entièrement celles de Pierre Dubois dans son ouvrage La Conquête du mystère musical dans la Grande-Bretagne des Lumières, paru aux Presses Universitaires de Lyon en 2009. Le plan chronologique privilégié par notre collègue permettait davantage au lecteur d’apprécier la dynamique des évolutions épistémologiques évoquées dans son ouvrage. Le livre de Maria Semi, tout à fait convaincant lui aussi dans ses démonstrations, se trouve quelque peu pénalisé par ce que le lecteur non spécialiste de philosophie percevra comme un soupçon d’aridité. Pour les spécialistes d’histoire des idées, il constituera une contribution indispensable à la compréhension du rôle et de la place de la musique, et surtout du discours sur la musique, dans l’Angleterre du xviiie siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Degott, « Maria Semi, Music as a Science of Mankind in Eighteenth-Century Britain », XVII-XVIII, 70 | 2013, 367-369.

Référence électronique

Pierre Degott, « Maria Semi, Music as a Science of Mankind in Eighteenth-Century Britain », XVII-XVIII [En ligne], 70 | 2013, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/1718/562

Haut de page

Auteur

Pierre Degott

Université de Lorraine

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals