Navigation – Plan du site
Notes de lecture - Ouvrages reçus

Jean Dixsaut, Frances Burney, Evelina

Paris, Atlande, 2013, « Clefs concours anglais », ISBN 978-2-35030-242-3
Samuel Baudry
p. 369-371
Référence(s) :

Dixsaut, Jean. Frances Burney, Evelina. Paris : Atlande, 2013. « Clefs concours anglais ». 157 pp. ISBN 978-2-35030-242-3

Texte intégral

1Ce bref ouvrage comporte des atouts qui ne sont pas négligeables. De nombreuses citations de livres publiés au xviiie siècle (Lord Chesterfield, Jane Austen, Beaumarchais, etc.) rappellent le contexte dans lequel se déploie cette œuvre ; des annexes très concises (arbre généalogique, synopsis, statistiques textuelles) encouragent une approche synthétique du roman ; et surtout, même si la complexité des questions posées par Evelina est rarement développée, des suggestions pertinentes pointent les ambiguïtés fondamentales du texte.

2Ainsi, dans les liens que tisse l’œuvre avec le théâtre (29-32), on voit comment la sphère culturelle, depuis l’opéra jusqu’au Cox Museum, devient, chez Burney, un terrain d’affrontement critique et d’affirmation individuelle ; dans ceux qu’elle tisse avec d’autres genres non-fictionnels (manuels de conduite [33-35], journaux intimes [55-60]), on voit comment l’hybridation des voix, les conversations rapportées, préfigurent le style indirect libre des romans de Jane Austen. Jean Dixsaut est, de plus, très sensible aux variations socio-linguistiques (les degrés de condescension [40], l’échelle qui va de vulgar à genteel en passant par low [71]). Représentatives de ces querelles – éthiques autant que sémantiques –, les louanges bilingues que Mr. Lovel prononce à la gloire de Ranelagh (75) : Lovel ne parvient à définir les qualités du lieu qu’en ayant recours au français, et ses termes ne sont que des périphrases creuses qu’il n’explicite nullement (« vrai goût […] gens comme il faut ») ; c’est finalement le roman tout entier qui va se charger d’en fixer le sens et les limites. Grande sensibilité également à la riche palette, à l’ambivalence, des émotions ressenties et, surtout, manifestées par les personnages (les larmes amères, le pénible bonheur d’Evelina [88], l’exaspération jusqu’à la folie des émotions de Sir John lorsqu’il retrouve sa fille, où la scène de reconnaissance confine au tragique [89]) ; bien vite, on comprend l’importance sociale (et non seulement morale ou psychologique) de ces réactions : elles transcrivent avant tout une prise de conscience de sa propre position (appropriée ou non, centrale ou périphérique) au sein du groupe (95).

3L’étude approfondie de deux scènes clefs – la confrontation de Lord Orville et de Sir Clement Willoughby (42-46 ; pages 344-47 dans l’édition du roman au programme), et lorsque Lord Merton aperçoit Evelina pour la première fois (74-75 ; page 107 dans le roman) – nous suggère la richesse et la complexité de la satire de Burney. Le dialogue inabouti entre les deux rivaux, où transparaît tout à la fois la rigidité des conventions qui règlent les conversations polies, l’approbation tacite par la société du comportement prédateur de Sir Clement, l’exacerbation des désirs inavouables d’Orville (« this young lady does not I believe see the dangers to which she is exposed, and I will own to you, I feel a strong desire to point them out » 346 ; c’est moi qui souligne), est précisément ce qui hâte la résolution de l’action. Le commentaire chuchoté de Merton, quant à lui, offre un abrégé des contraintes et des stratégies de contournement que le discours féminin doit emprunter au xviiie siècle. Déjà soumise à ce double-bind qui exige des jeunes femmes d’éviter toutes situations compromettantes (promiscuité, remarques et actions indécentes) tout en n’étant pas censées comprendre en quoi celles-ci pourraient être compromettantes (et l’on voit tout le danger de ces contraintes dans la scène où Willoughby raccompagne Evelina, pages 98-101), l’ingénue narratrice doit de plus parvenir à raconter ces situations. Aussi, lorsque Merton dit à voix basse – mais suffisamment fort pour être entendu de ses auditeurs (« an audible whisper » [107]) – son désir pour Evelina (« lovely creature »), elle condamne le geste (« very distressing and disagreable ») mais elle en fait bon usage, suggérant, d’un même trait, son inconfortable objectivation libidinale et, métaphoriquement, les pratiques de la romancière, qui, comme Merton, nous murmure à l’oreille des portraits immoraux.

4Contrairement à ce qu’annonce la quatrième de couverture, le candidat à l’agrégation d’anglais ne trouvera pas dans cet ouvrage de « fiches thématiques permettant de faire le point sur les acquis de la recherche » ; pour cela, il pourra préférer Lifting the Veil. Disruption and Order in Frances Burney’s Evelina, de Laure Blanchemain-Faucon, (Paris : PUF, collection CNED, 2013), qui présente les débats critiques les plus centraux avec une grande clarté d’exposition. Toutefois, comme outil de révision, le livre de Jean Dixsaut est le bienvenu. Il rappelle aux lecteurs d’Evelina quels en sont les enjeux et quelles sont les questions qu’ils doivent se poser. Il propose enfin quelques pistes de réflexion moins fréquentées : l’importance des paris (79), les correspondances entre la haute société et la famille Duval (80), les préjugés à l’égard des (pseudo-) Français (82), les traits stylistiques trop appuyés (84-85).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Samuel Baudry, « Jean Dixsaut, Frances Burney, Evelina », XVII-XVIII, 70 | 2013, 369-371.

Référence électronique

Samuel Baudry, « Jean Dixsaut, Frances Burney, Evelina », XVII-XVIII [En ligne], 70 | 2013, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 19 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/1718/565

Haut de page

Auteur

Samuel Baudry

Université Lumière Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals