Navigation – Plan du site

AccueilNuméros77La Force du commerceLa force du commerce

La Force du commerce

La force du commerce

Commerces, économie et dynamiques marchandes dans les mondes anglophones aux XVIIe et XVIIIe siècles
Elodie Peyrol-Kleiber et Cyril Selzner

Texte intégral

1Quand William Temple, ambassadeur anglais à La Haye, soutient que les Hollandais sont parvenus à surmonter leurs divisions religieuses par la « force du commerce » (the force of commerce), il n’emploie pas seulement le terme de commerce au sens classique d’interaction sociale, mais il implique aussi de manière centrale l’échange et la relation économique, comme il le montre abondamment dans ses Observations upon the United Provinces of the Netherlands (1673). Suggérant que ses compatriotes anglais gagneraient à imiter cet exemple, Temple décrit une société hollandaise engagée dans une profonde mutation dans laquelle l’économie marchande joue un rôle moteur, et pas seulement en tant que production et répartition (certes inégale) de richesses. En tissant des liens d’intérêt d’une densité nouvelle, l’essor de l’économie marchande transforme également la nature du lien social et de l’ordre politique en redistribuant le jeu de conflit et de coopération qui caractérise toute société humaine.

2La polysémie du terme de commerce, qui noue sociabilité et économie, met ainsi en relief à la fois la dimension économique de la sociabilité, et les enjeux culturels et civilisationnels, aux sens les plus forts de ces deux termes, de l’économie nouvelle. L’historien Steven Pincus a défendu la thèse selon laquelle les Britanniques, placés devant un choix de civilisation, auraient in fine adopté et adapté le modèle hollandais, à la fois progressivement au cours de la seconde moitié du XVIIe siècle, et spectaculairement après 1688. Ils auraient ainsi engagé décisivement les mondes anglophones, dès avant la révolution industrielle, sur la voie du capitalisme et d’un libéralisme économique en gestation dont la publication de la Richesse des nations par Adam Smith en 1776 marque conventionnellement le point d’émergence théorique. On pourra bien entendu s’interroger sur la validité d’une thèse aussi massive, qui fait écho par son ambition même à des débats historiographiques jamais totalement refermés (autour des thèses marxistes ou wébériennes, pour ne citer qu’elles).

3Le dossier réunit des contributions principalement issues du colloque SEAA XVII-XVIII tenu les 17 et 18 janvier 2020, qui analysent le commerce dans toutes ses dimensions en tant que puissance de changement, pour le meilleur ou pour le pire, dans les mondes anglophones des XVIIe et XVIIIe siècles en mettant particulièrement en valeur l’interaction de l’économie (au sens le plus large) et des autres dimensions de l’expérience humaine. Ainsi, on interroge la manière dont ces développements ont été perçus et réfléchis par les contemporains eux-mêmes, par exemple dans l’essor de la pensée économique aux XVIIe et XVIIIe siècles, et l’intégration croissante de considérations économiques dans la pensée politique ou philosophique, ainsi que dans les autres dimensions de la culture des mondes anglophones. Comment la littérature et les arts ont-ils été affectés dans leur diffusion ou dans leur nature même par l’émergence d’un marché des biens culturels ? Comment ont-ils digéré, pensé ou manifesté le nouveau monde commercial qui se dessinait, et dans certains cas, comment l’ont-ils activement favorisé, défendu ou promu ? Les dimensions intellectuelles, culturelles, voire religieuses ou esthétiques de la mutation marchande pourront ainsi recevoir toute l’attention qu’elles méritent en effet, en poursuivant dans la voie ouverte en France notamment par l’ouvrage collectif Commerce(s) en Grande-Bretagne au XVIIIe siècle publié sous la direction de Suzy Halimi en 1990.

4La thématique du dossier, « la force du commerce », renvoie toutefois explicitement à une autre dimension des nouvelles économies marchandes. Dès le début du XVIIe siècle, les marchands (et bientôt les compagnies constituées) n’hésitent pas à recourir à la force armée privée ou publique pour asseoir leur domination sur les populations locales ou pour écarter leurs rivaux. La rivalité commerciale joue un rôle croissant dans le déclenchement et le déroulement de conflits entre États, comme en témoignent les trois guerres navales anglo-hollandaises au XVIIe siècle. Plus tragiquement encore, la traite et l’économie esclavagiste en contexte colonial, qui se développent dans la seconde moitié du siècle et surtout au siècle suivant, mettent à nu le rôle de la coercition brutale dans l’avènement de la première mondialisation commerciale.

5Le commerce a pu ainsi devenir – d’une manière inédite par son ampleur – une « affaire d’État ». La force militaire, voire l’appareil d’État ont été mobilisés pour seconder les entreprises commerciales, et l’État a pu en retour tirer revenus et légitimité de leur succès. David Armitage nous rappelle quant à lui à quel point la nouvelle « raison économique d’État » a transformé la notion classique d’empire en jetant certaines des bases idéologiques de l’impérialisme colonial britannique, dont l’héritage ou les séquelles sont visibles encore aujourd’hui. La virilisation relative d’un commerce devenu agonistique (entre nations, entre individus), son entrelacement croissant avec la réussite sociale ou politique et le recours à la force invitent également à se pencher sur les aspects genrés de la mutation marchande, et ses conséquences sur la place des femmes et de l’identité féminine dans les sociétés anglophones de la période moderne. Au-delà du « doux commerce » souvent célébré au XVIIIe siècle comme facteur de paix et de prospérité générale, voire de liberté, un lien de causalité pourtant déjà contesté par Edmund Burke et bien d’autres contemporains (Pocock 199), la thématique du dossier invite à réfléchir à la relation que le commerce peut entretenir à différents niveaux avec la coercition, la domination, ou l’usage de la violence, jusques et y compris dans les lieux de sociabilité littéraire ou intellectuelle qui abritent cet autre commerce supposément plus pacifique.

6Ce numéro s’ouvre sur la contribution du conférencier invité au colloque, Simon Middleton. Axant son propos sur la politique économique à l’ère moderne, il questionne la manière dont les commentateurs de l’époque perçurent son développement. Analysant la pensée économique d’Adam Smith et celle, opposée, de Karl Marx, Simon Middleton se propose de revisiter l’idée selon laquelle le commerce n’est plus uniquement une question d’échanges de biens et de négociation de tarifs, mais qu’il s’agit aussi de générer du lien social et de la confiance entre les différents acteurs du commerce, et que la « force du commerce » n’est pas seulement de générer des profits et de la richesse mais qu’elle apporte le bonheur à la société concernée. Néanmoins, que faire de l’esclavage et du commerce des esclaves lorsque l’on parle de bonheur ? Que faire également des différentes formes de travail non libre ? Certains commentateurs de l’époque décrivaient en effet le commerce comme égoïste et avilissant, et nombreux étaient les détracteurs de la « force du commerce », comme d’autres articles de ce dossier s’attachent à le montrer. Simon Middleton met en valeur l’utilité de comparer et de confronter les pensées économiques d’Adam Smith et de Karl Marx dans un contexte différent, propice à produire de nouvelles pistes de recherche concernant l’avènement du capitalisme en lien avec la formation et le développement des empires coloniaux. Il propose des pistes de réflexions sur l’histoire de l’économie politique liée au bien commun à travers le commentaire de la récente historiographie sur l’éthique du capitalisme appliquée à l’Amérique coloniale. Simon Middleton explique comment la New History of Capitalism (NHC) pourrait être considérée comme initiant une résurgence des études marxistes mais aussi dans quelle mesure elle s’en dissocie dès lors qu’elle remet en question les définitions que Marx donne de l’esclavage et de sa place dans l’économie capitaliste. Ce positionnement historiographique de la part de la NHC a suscité de nombreuses réactions de la part de chercheurs tels que Scott Nelson, Eric Williams ou encore Peer Vries. Ainsi, la NHC, en se positionnant sur l’histoire du capitalisme et de la politique économique à l’époque moderne, a provoqué des débats, en étant critiquée à la fois pour n’avoir pas assez pris en compte la tradition marxiste mais aussi pour l’avoir sous-estimée.

7Des courants marxistes et certains de leurs adversaires ont cru parfois avoir découvert en James Harrington (1611-1677) un ancêtre de Marx. Si sa place au panthéon de la pensée républicaine et de la pensée politique anglaise du XVIIe siècle est bien établie, la tentation de déceler dans son œuvre la préfiguration d’un matérialisme historique de type marxiste, ancrant les modifications de la « superstructure » politique dans la dynamique dialectique d’une infrastructure économique, semble désormais abandonnée au profit d’un jugement généralement sévère sur son ignorance des réalités économiques de son temps. Luc Borot concède bien dans sa contribution intitulée « Empire, économie et mobilité sociale : une dynamique occultée de la pensée économique de James Harrington », la focalisation toute politique (et militaire) de Harrington sur la propriété de la terre comme substrat matériel de l’ordre politique, et note la place à la fois restreinte et subordonnée réservée aux considérations sur le commerce, mais il invite à réévaluer la pertinence de sa réflexion économique. Moins spectaculaire que celle de son disciple William Petty (notamment parce qu’elle se refuse toute quantification précise), elle n’est pourtant pas dénuée d’intérêt. Luc Borot souligne ainsi que l’utopisme de Harrington se veut pragmatique, attentif aux conditions modernes de la prospérité : l’arrangement institutionnel d’Oceana laisse ainsi la possibilité de s’enrichir sans entrave par le commerce (la capitale du Commonwealth ne s’appelle-t-elle pas Emporium ?) et la politique économique dirigée par le Conseil du commerce, si elle n’exclut pas l’interventionnisme, est celle d’un État et d’une société plus ouvertes que l’obsession des règlements contraignants de la loi agraire pourrait le laisser croire. De même, l’analyse de l’expansionnisme impérial et économique de ce Commonwealth for increase, bien que nourrie de références classiques à la république romaine, est également informée par des comparaisons avec des républiques commerçantes plus contemporaines, comme les Provinces-Unies ou Gènes, et c’est bien une telle intégration (même ancillaire) de l’économique à une réflexion politique qui constitue selon Luc Borot l’apport de Harrington au sujet qui nous occupe.

8Une des questions majeures que pose l’historiographie de la période, notamment marxiste mais pas uniquement, est celle du degré de continuité entre « l’âge du commerce » et le capitalisme industriel des siècles suivants : l’économie marchande de la première modernité, notamment transatlantique et coloniale, est-elle déjà « capitaliste » ou « proto-capitaliste » et si oui, comment ? Pierre Gervais propose d’aborder cette question par une analyse fine des réseaux commerciaux de la période moderne et de leurs modes de fonctionnement. Ils impliquaient une multitude d’acteurs économiques, d’experts et d’intermédiaires qui, avec les clients, devaient se faire confiance mutuellement. Comment par exemple être sûr, en tant que client, que la marchandise commandée sera de bonne qualité ? Les échanges fascinants entre marchands que Pierre Gervais analyse révèlent la création de réseaux de véritables experts de certains produits, expertise sur laquelle à la fois les clients et les marchands se reposaient pour espérer conclure de bonnes affaires. Mais si la qualité importait, le prix constituait un aspect déterminant dans la conclusion d’un échange commercial. Là encore, cet article montre l’apparition d’experts en prix, excellant dans l’art de déterminer des tarifs avantageux pour leurs commanditaires et pour eux-mêmes, puisqu’ils étaient commissionnés en récompense de leur expertise. De ces pratiques de plus en plus répandues à mesure que le commerce colonial se développait naquirent des oligopoles et oligopsones qui dominèrent bientôt les petits opérateurs, non sans s’affronter pour se faire une place sur les marchés. A travers des études de cas tirées des correspondances privées de marchands, d’experts et de clients, Pierre Gervais restitue ce modèle d’échanges qu’il affirme être représentatif et surtout spécifique de l’organisation économique du XVIIIe siècle, la course au contrôle des marchés se traduisant par l’avènement de réseaux d’experts tout-puissants qui parvenaient à imposer leurs exigences à la fois aux clients et aux autres commanditaires.

9Les rapports de force n’existaient pas uniquement dans la sphère commerciale, comme nous le montre Andy Cabot qui, à travers son étude des échanges politiques appuyés par un système législatif fort, entend faire la lumière sur les motivations réelles qui menèrent à l’abolition du commerce d’esclaves par les jeunes États-Unis d’Amérique, commerce qui illustre par excellence la présence de la coercition la plus extrême au cœur du commerce transatlantique. À l’aube de la Révolution américaine, le débat politique sur le maintien ou l’abolition du commerce triangulaire faisait rage, engageant, comme le montre Andy Cabot, des intérêts moraux mais surtout et avant tout économiques. Ainsi, malgré la position claire de certains nouveaux états (Massachusetts, Connecticut, Vermont et Pennsylvanie) qui, après s’être libérés du joug britannique, avaient aboli le commerce des esclaves, l’article I section IX de la Constitution des Etats-Unis d’Amérique interdit au Congrès d’abolir la traite puisqu’elle constitue une forme de commerce (et qu’elle génère donc des profits). En 1794, à force de pétitions et de pressions émanant de sociétés abolitionnistes, le Congrès parvint à entériner une loi, le Slave Trade Act, abolissant le commerce d’esclaves au niveau fédéral. Andy Cabot démontre à travers son article combien il fut difficile de faire respecter cette loi ainsi que celles votées par les États mentionnés plus haut. En effet, il était difficile d’empêcher les Américains de participer au commerce des esclaves puisqu’ils réclamaient leur part du gâteau. À l’image de John Brown ou James Waln, qu’Andy Cabot prend comme exemple dans son article, les marchands d'esclaves américains se demandaient pourquoi la Grande-Bretagne devait être la seule à tirer profit de ce commerce. L’auteur de l’article montre comment la lutte politique et économique incessante, loin de se résoudre en 1807 avec la loi abolissant le commerce d’esclaves, dévoile la nature profondément centrale de l’économie liée à l’esclavage dans les jeunes États-Unis d’Amérique.

10Si l’accent mis sur l’aspect moral comme motif principal à la fin du commerce triangulaire peut sembler un cliché historiographique, il en va certainement de même avec l’insistance sur la dimension religieuse dans le développement précoce de la Nouvelle-Angleterre. Agnès Delahaye propose de réexaminer des sources déjà très étudiées, à savoir les écrits de John Winthrop, notamment à travers les lettres présentes dans les Winthrop Papers, au prisme plus rarement exploité de l’ambition commerciale et entrepreneuriale du projet expansionniste de la Compagnie de la Baie du Massachusetts en Nouvelle-Angleterre. Cet article démontre que le paradigme puritain sur l’histoire et l’historiographie de cette région a longtemps dissimulé ou effacé les stratégies d’appropriation territoriale, de développement du commerce, de la gestion de la main-d'œuvre et de l’investissement. Comme le montre cet article, John Winthrop était en fait un fin stratège qui ambitionnait une réussite commerciale pour sa colonie, poussant les colons à développer une agriculture adaptée aux conditions climatiques de la colonie, à occuper un territoire de plus en plus large et à s’engager dans un commerce atlantique grandissant. Le célèbre discours que Winthrop prononça en 1630, « A Model of Christian Charity », n’était-il pas avant tout un contrat commercial qu’il établit ou imposa peut-être aux nouveaux colons, visant à assurer leur survie d’une part mais surtout à faire de la colonie embryonnaire un havre de tolérance religieuse prospère et rentable ? Agnès Delahaye prouve combien la lecture du développement de la colonie menée par Winthrop comme aventure et entreprise commerciales nuance le portrait figé et écaillé de la Nouvelle-Angleterre comme fondation d’une société religieuse.

11Les héritiers de Winthrop au siècle suivant eurent à cœur d’élargir l’horizon commercial des colonies américaines devenues États-Unis d’Amérique aux dimensions du monde. L’article de Marco Sioli nous amène ainsi à réfléchir aux processus commerciaux des XVIIe et XVIIIe siècles comme une première mondialisation, au sens plein du terme. À travers l’étude de cas des voyages de l’Empress of China et du Columbia Rediviva en Chine, Marco Sioli montre dans quelle mesure les deux principaux acteurs de ce nouveau réseau commercial, Samuel Shaw, consul américain à Canton et le capitaine Robert Gray développèrent une route reliant l’Amérique du Nord et l’Inde et la Chine, générant des profits juteux pour leur propre compte mais également pour la gloire de la jeune nation américaine. En effet, d’une part le thé, la porcelaine, la soie et les épices trouvaient rapidement preneurs en Amérique du Nord et d’autre part la clientèle cantonaise était friande des fourrures importées de la côte nord-ouest américaine, plaçant les Etats-Unis en position de « chevaucher le commerce du monde » (Appleby, Capitalism and a New Social Order 88). Les voyages commerciaux de ces navires et des hommes qui les commandaient mettent en lumière l’agentivité des différents acteurs du commerce international. C’est sous leur impulsion que des réseaux commerciaux complexes s'établissent entre l’Amérique, la Chine et l’Asie plus largement. Au travers de délicieux détails, tels que la nécessité pour Samuel Shaw d’expliquer aux marchands chinois la différence entre les Anglais et les Américains, qu’ils désignaient comme les « New People », Marco Sioli accentue le rôle du facteur humain dans la construction de cette première mondialisation marchande.

12L’essor progressif du commerce international n’a pas seulement favorisé la circulation d’hommes et d’objets matériels, mais aussi de signes et d’images ; comme le rappelle Anne-Marie Miller-Blaise, la mise à disposition de marchandises lointaines a été nourrie et accompagnée d’emblée par un « commerce des regards » (Mondzain) dont le spectaculaire n’a jamais été absent. Les premiers temples de la consommation dans les îles Britanniques comme le Royal Exchange et le New Exchange, ancêtres précoces des grands magasins, ont mis en scène dès les périodes élisabéthaine et jacobéenne l’exhibition marchande des produits exotiques, notamment chinois ou présentés comme tels, de manière à susciter l’émerveillement et le désir. La contribution d’Anne-Marie Miller-Blaise propose d’aborder cet aspect à travers l’examen stimulant d’un document exceptionnel, la cérémonie d’ouverture conçue par Ben Jonson pour l’inauguration du New Exchange le 11 avril 1609, en présence de Jacques Ier et de la reine Anne. Formation de compromis entre le spectacle de cour, la rhétorique classique et une ostentation toute nobiliaire et clientéliste (celle de Robert Cecil, promoteur du New Exchange), d’une part, et le nouveau monde économique et commercial en gestation de l’autre, le spectacle de Ben Jonson montre comment l’objet du commerce a pu être métamorphosé en signes et en images merveilleuses recyclant parfois l’aura des icônes, dans un cadre qui tient à la fois du cabinet de curiosité, de l’étal du marchand de foire et du potlatch. Anne-Marie Miller-Blaise souligne bien à quel point les promoteurs du New Exchange comme le dramaturge lui-même avaient conscience qu’un succès commercial pouvait reposer sur d’autres formes de commerce. Entertainment at Britain’s Burse ouvre ainsi une fenêtre privilégiée sur un moment de transition à la fois économique et civilisationnel, et illustre la manière dont les arts, loin de n’être que des échos affaiblis de leur temps, ont pu participer pleinement à la création de valeur dans la nouvelle économie du merveilleux.

13Deux autres contributions sont consacrées au champ littéraire, plus particulièrement à la littérature féminine de la fin du XVIIIe siècle au début du XIXe siècle, et elles se focalisent notamment sur l’œuvre de Jane Austen (1775-1817). Robert Clark s’attache tout d’abord à repérer les signes de changement d’époque dans le texte littéraire lui-même, et propose de lire dans le style indirect libre caractéristique de Jane Austen dans Emma un indice des mutations de la société en cours, en établissant des liens avec le spectateur impartial du Smith de la Théorie des sentiments moraux aussi bien qu’avec le Panopticon de Bentham. S’appuyant sur les analyses désormais classiques de Michel Foucault, de John Bender ou encore de Karl Polanyi, il suggère de lire dans la dialectique austénienne du sujet et de l’objet, et dans les jeux d’objectivation voire de réification de soi de personnages pris dans les stratégies du marché matrimonial de la société de classe une forme de percolation du monde de la marchandise, y compris à travers l’ironie mouvante qu’autorise le style indirect libre. Dans la « longue migration des valeurs » du féodalisme à la modernité capitaliste, la conscience objectivante et la marchandisation de soi accompagnent une société pour laquelle la régulation invisible du marché exige désormais de nouvelles formes de discipline et de contrôle, aussi bien extérieures qu’intériorisées par les acteurs eux-mêmes. Dans un monde où, comme l’évoquaient Marx et Engels dans une formule célèbre du Manifeste, « tout ce qui a de la consistance s’évapore en fumée », de nouvelles formes de relation à soi et aux autres se coagulent, dont la littérature porte la marque. Il n’est certes pas définitivement établi qu’Austen ait lu attentivement Smith ni Bentham, mais il demeure peu probable qu’elle ait ignoré leurs discours, tant ils imprègnent leur temps. Il devient ainsi possible selon Clark de lire l’œuvre d’Austen et ce, à plusieurs niveaux, comme une satire féroce de l’adoption progressive par la haute société et les classes moyennes anglaises du langage et des valeurs du capitalisme marchand.

14La littérature n’est pas qu’une chambre d’échos des grandes transformations, et il faut rappeler qu’elle est devenue, tout spécialement à partir du XVIIIe siècle, un champ économique et un marché de plein droit. Marie-Laure Masséi-Chamayou et Claire Pignol proposent de mettre en regard deux figures de la littérature féminine de la fin du siècle, Elizabeth Parsons (1739-1811) et Jane Austen, en soulignant notamment les résonances que leur propre situation économique d’auteures suscite dans leurs œuvres, et en réexaminant leur rapport complexe à la nouvelle société marchande. Héritières lointaines d’Aphra Behn qui fut selon Virginia Woolf la première femme de lettre professionnelle au XVIIe siècle, Parsons et Austen sont contemporaines de l’essor du roman féminin, dont la concomitance avec le développement d’une classe moyenne commerciale et industrielle en Angleterre a souvent été notée : le roman portait aussi la défense des valeurs nouvelles et de leur supériorité morale contre la domination des anciennes valeurs aristocratiques. Il n’allait toutefois pas de soi que la littérature puisse devenir « l’affaire de la vie d’une femme », et si des jugements paternalistes et moralisateurs pesaient encore en 1837, comme le montre la citation de Robert Southey qui donne son titre à la contribution, il en allait bien plus encore au moment où Parsons et Austen commençaient leur carrière littéraire. Le genre du Business Gothic, dans l’analyse qu’en donne Edward Copeland, plaçait faillites et difficultés économiques au cœur de l’intrigue, transformant l’économie en source de terreur pour des femmes initialement impuissantes, livrées par des hommes inconséquents ou tyranniques aux affres de la misère ou du travail contraint, miroir ambigu de la condition des femmes auteures elles-mêmes. Marie-Laure Masséi-Chamayou et Claire Pignol s’attachent alors à montrer comment, de manières très différentes, Parsons et Austen intègrent ces situations économiques à leurs œuvres de manière critique, par l’apologie du commerce et de ses valeurs chez Parsons, à travers la découverte de leur intérêt propre par les personnages féminins chez Austen, en rebattant les cartes de l’opposition simple du sentiment et du calcul. Au-delà de la promotion des valeurs nouvelles, ces auteures, par leur attention aiguë aux réalités économiques, préparent le terrain à d’autres femmes qui, comme Jane Marcet ou Harriet Martineau, investiront le champ de la théorie économique.

15Vers la fin de la période émergent en effet de nouvelles manières de penser l’économie et le commerce, dont le développement donnera à terme naissance à la science économique, mais aussi aux différents courants du libéralisme économique, et parfois à leurs critiques. Comment ces nouveaux cadres de pensée se sont-ils diffusés, souvent dans une intention polémique, au-delà des cercles intellectuels qui les ont vus naître, comment ont-ils été vulgarisés et popularisés ? La contribution d’Alexandra Sippel, intitulée « Jane Marcet’s lessons to the lesser educated about the political economy of foreign trade », s’attache à cette question relativement moins explorée que celle de la grande histoire intellectuelle à travers l’analyse de deux ouvrages de Jane Haldimand Marcet (1769-1858), dont elle rappelle qu’elle fut la seule femme membre du Political Economy Club : Conversations on Political Economy (1816) et John Hopkins’s Notions of Political Economy (1833). S’adressant aux femmes et aux classes laborieuses, Marcet entreprend de convaincre ces nouveaux publics du bien-fondé d’une approche rationnelle et « scientifique » de l’économie et du commerce international qui met à distance les jugements moraux, comme Mandeville l’avait scandaleusement suggéré en son temps. Croisant des débats traditionnels (sur le luxe par exemple), ou plus nouveaux comme ceux sur le boycott, sur les inégalités ou encore l’esclavage, Marcet prêche sans relâche un nouvel évangile économique qui déplace le regard et qui « dé-moralise » la sphère économique par l’adoption d’une forme de théorie du ruissellement et de l’intérêt général bien compris. Cette démoralisation aboutit également à une dépolitisation : en délégitimant l’action collective, Marcet contribue à couper à la racine les politisations naissantes de l’acte de consommation en les renvoyant à un « activisme sentimental » irrationnel et dépassé (Carey 619). Elle avance ainsi que l’esclavage disparaîtra de lui-même pour des raisons économiques : il serait contre-productif et inutile d’intervenir activement, notamment par le boycott du tabac et du sucre intimement liés à la traite et à l’esclavage atlantiques. Alexandra Sippel attire ainsi notre attention sur les dimensions idéologiques du recours à la raison et à la science dans le développement et la propagation de la nouvelle pensée économique à une période charnière de son histoire.

16Le dossier que nous présentons ici est constitué principalement d’articles issus de communications données lors du colloque annuel de la SEAA XVII-XVIII, tenu à la Maison des Sciences économiques de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne les 17 et 18 janvier 2020, avec le soutien du laboratoire PHARE (Philosophie, Histoire et Analyse des Représentations économiques) de Paris 1, du MIMMOC de l’Université de Poitiers, de l’Institut des Amériques ainsi que du GIS Sociabilités du long XVIIIe siècle, partenaire de la table ronde organisée autour du thème « Les deux commerces : commerce et sociabilité », avec des interventions de Perry Gauci, Laurent Jaffro, Alain Kerhervé et Arnaud Orain sous la houlette de Valérie Capdeville. Nous tenons à exprimer les plus vifs remerciements aux auteurs des articles ici présentés, aux participants du colloque dans leur ensemble ainsi qu’à toutes les institutions partenaires qui ont contribué au succès de l’événement. Nous remercions également le Musée national de la porcelaine Adrien Dubouché de Limoges et la Réunion des Musées Nationaux pour avoir permis la reproduction en couverture de ce numéro de la théière chinoise (Jingdezhen, vers 1775) issue des collections nationales.

Haut de page

Bibliographie

Appleby, Joyce. Economic Thought and Ideology in Seventeenth-century England. Princeton : Princeton UP, 1978.

Appleby, Joyce. Capitalism and a New Social Order : The Republican Vision of the 1790s. New York : New York UP, 1984.

Armitage, David. The Ideological Origins of the British Empire. Cambridge : Cambridge UP, 2000 [voir notamment chapitre 6 : « The political economy of empire »].

Berry, Christopher. The Idea of Commercial Society in the Scottish Enlightenment. Edinburgh : Edinburgh UP, 2013.

Copeland, Edward. Women Writing about Money : Women’s Fiction in England, 1790-1820. Cambridge : Cambridge UP, 1995.

Carey, Brycchan. British Abolitionism and the Rhetoric of Sensibility : Writing, Sentiment, and Slavery, 1760-1807. Houndsmills, Basingstoke : Palgrave MacMillan, 2005.

Delahaye, Agnès. Settling the Good Land : Governance and Promotion in John Winthrop’s New England (1620-1650). Leiden : Brill, 2020.

Finkelman, Paul. « Regulating the African Slave Trade ». Civil War History 54 : 4 (2008) : 379-405.

Finkelstein, Andrea. Harmony and the Balance, An intellectual History of Seventeenth-Century English Economic Thought. Ann Harbor : Michigan UP, 2000.

Force Pierre. Self-Interest before Adam Smith : A Genealogy of Economic Science. Cambridge : Cambridge UP, 2008.

Halimi, Suzy, ed. Commerce(s) en Grande-Bretagne au XVIIIe siècle. Paris : Publications de la Sorbonne, 1990.

Hirschman, Albert O. The Passions and the Interests, Political Arguments for Capitalism before Its Triumph [1977]. Princeton : Princeton UP, 1997.

Klein, Herbert S. The Atlantic Slave Trade (nouvelle édition). Cambridge : Cambridge UP, 2010.

Mondzain, Marie-José. Le Commerce des regards. Paris : Seuil, 2003.

Morgan, Kenneth O. Slavery, Atlantic Trade and the British Economy 1660-1800. Cambridge : Cambridge UP, 2008.

Pincus, Steven. « Neither Machiavellian Moment nor Possessive Individualism : Commercial Society and the Defenders of the English Commonwealth ». The American Historical Review 103 : 3 (juin 1998) : 705-36.

Pocock, J. G. A. Virtue, Commerce, and History. Cambridge : Cambridge UP, 1985.

Rasmussen, Dennis. The Problems and Promise of Commercial Society. Adam Smith’s Response to Rousseau. University Park : Pennsylvania State UP, 2008.

Roper, L. H. Advancing Empire, English Interests and Overseas Expansion, 1613-1688. Cambridge : Cambridge UP, 2017.

Smith, Adam. An Inquiry into the Nature and Causes of the Wealth of Nations [1776]. Ed. R. Campbell and A. Skinner. Indianapolis : Liberty Fund, 1981.

Soll, Jacob. « For a New Economic History of Early Modern Empire : Anglo-French Imperial Codevelopment beyond Mercantilism and Laissez-faire ». The William and Mary Quarterly 77 : 4 (octobre 2020) : 525-50.

Stern, Philip J. et Carl Wennerlind, ed. Mercantilism Reimagined. Oxford : Oxford UP, 2014.

Temple, William. Observations upon the United Provinces of the Netherlands. Londres, 1673.

Thirsk, Joan. Economic Policy and Projects : The Development of a Consumer Society in Early Modern England. Oxford : Clarendon Press, 1978.

Wrightson, Keith. Earthly Necessities : Economic Lives in Early Modern Britain. New Haven : Yale UP, 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elodie Peyrol-Kleiber et Cyril Selzner, « La force du commerce »XVII-XVIII [En ligne], 77 | 2020, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 01 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/1718/5932 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1718.5932

Haut de page

Auteurs

Elodie Peyrol-Kleiber

Elodie Peyrol-Kleiber est Maître de Conférences en civilisation américaine à l'Université de Poitiers. Elle est co-rédatrice du Journal of Early American History publié par Brill, secrétaire du RÉseau de Développement Européen de l’Histoire de la Jeune Amérique (REDEHJA) et membre du laboratoire MIMMOC (Poitiers). Ses recherches se concentrent sur le travail non-libre dans les colonies américaines et caribéennes, sur l’articulation législation/réalité des systèmes de travail forcé, particulièrement l’engagement et sur l’histoire des migrations (irlandaises entre autres) qui en découlèrent. Elle a publié une monographie intitulée Les premiers Irlandais du Nouveau Monde, une migration atlantique (1618-1705) aux Presses Universitaires de Rennes en 2016, un chapitre « La Compagnie de Virginie, entre succès et échec », dans Les premières compagnies dans l’Atlantique, 1600-1650, 1. Structures et modes de fonctionnement, dirigé par Éric Roulet (Aachen : Shaker Verlag, 2017), ou encore « Another brick to the wall : The unruly Irish nation within the civilized English empire, 17th century », dans Diasporas, n°34 – « Nations et empires », dirigé par Mathilde Monge et Susanne Lachenicht (Presses Universitaires du Mirail, 2019).

Articles du même auteur

Cyril Selzner

Cyril Selzner est Maître de Conférences en civilisation britannique et en anglais économique au Département des Langues de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et membre du laboratoire PHARE (Philosophie, Histoire et Analyse des Représentations Économiques) de Paris 1. Il s’intéresse à l’histoire des idées religieuses, morales et politiques en Angleterre aux XVIe et XVIIe siècles, et plus particulièrement aux mouvements religieux dissidents (protestants principalement, des premiers presbytériens anglais aux quakers). Sa recherche récente porte notamment sur le lien entre religion et pensée économique, en particulier autour la carrière de l’argument économique en faveur de la tolérance en Angleterre au XVIIe siècle.

Articles du même auteur

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search