Navigation – Plan du site

In memoriam : Anne Dromart (1966-2012)

Emmanuelle Peraldo

Texte intégral

1Anne Dromart nous a quittés le 5 août 2012 alors qu’elle était encore bien trop jeune et qu’elle avait encore tant de projets en tête. Collègue brillante, rayonnante et dynamique, elle travaillait à la préparation d’une HDR qui lui tenait tant à cœur sous la direction du Professeur Jean Viviès. Anne est partie dans la fleur de la maturité, et son départ laissera un grand vide pour sa famille, pour ses amis, mais également pour notre communauté universitaire.

2En effet, après avoir obtenu l’Agrégation d’anglais en 1989, Anne avait fait ses premiers pas dans l’enseignement au Lycée Saint-Just à Lyon tout en préparant un DEA sur l’arrivisme dans Moll Flanders et Roxana de Defoe. En 1991, elle entrait à l’École Normale Supérieure (Sciences) de Lyon en tant que PRAG tout en travaillant à sa thèse inscrite sous la direction de François Piquet à Lyon III sur « Individu et Société dans cinq romans de Daniel Defoe ». En 1996, elle obtenait un poste de Maître de Conférences à l’Université Jean Moulin – Lyon III qu’elle n’allait plus quitter.

3Au cours de ces quinze années passées à Lyon III en tant que MCF, Anne a beaucoup apporté aux étudiants, pour lesquels elle ne ménageait pas sa peine, notamment dans ses cours de littérature ou de version adressés aux agrégatifs. Les étudiants se souviennent de sa grande bienveillance et du soutien sans faille qu’elle apportait à ceux dont elle dirigeait les mémoires. Elle s’est impliquée avec une énergie débordante dans les activités de son département et de son université, et avait depuis peu accepté des responsabilités au Service des Relations Internationales. Elle fut membre du jury d’Agrégation et du concours d’entrée à l’École Normale Supérieure.

4Anne était également passionnée par son champ d’études privilégié : le dix-huitième siècle britannique. Douée d’une exceptionnelle capacité d’analyse, elle menait toujours plusieurs projets de front. Spécialiste de Defoe, elle publia également plusieurs articles sur Locke, Swift ou Fielding, avant de s’éprendre de Sterne auquel elle accorda une monographie publiée en 2007, Tristram Shandy (Neuilly : Éditions Atlande). En 2011, elle participa au colloque de la Société d’Études Anglo-Américaines des XVIIe et XVIIIe siècles en proposant une communication intitulée « Vérité, réalité et sincérité dans Tristram Shandy », parue dans le n° 68 de la Revue. Plus récemment, et alors qu’elle était déjà fatiguée, elle a travaillé sur l’humour chez Sterne, thématique qui lui correspondait bien : ceux d’entre nous qui ont eu le privilège de la côtoyer garderont en effet d’Anne le souvenir de son rire, de son sourire, de son humour, qu’elle aura su utiliser à maintes reprises pour affronter la maladie avec courage. Ces dernières années, Anne travaillait sur l’application de théories modernes comme l’écocritique aux textes du dix-huitième siècle, et elle s’intéressait beaucoup au paysage, à la représentation de la nature à l’époque pré-romantique. En 2011, elle a co-signé une traduction de L’Histoire naturelle de Selborne de Gilbert White avec Nicole Mallet (Le Mot et le reste, collection Attitudes).

5En juillet de la même année, nous avions toutes deux participé à un colloque organisé par la Defoe Society à Worcester dans un atelier sur les lectures écocritiques de Defoe : les sessions de travail en compagnie d’Anne étaient à la fois très fructueuses du fait d’échanges francs et sincères, mais aussi absolument délicieuses, car il s’agissait bien souvent de moments passés dans son jardin si agréable, dans la bonne humeur. Attentive aux autres, Anne était généreuse, et avait toujours quelque chose à faire découvrir, que ce soit un clafoutis à goûter, un nouveau livre à dévorer, ou une série à regarder… Anne était presque prodigieuse par son énergie et elle excellait dans tous les domaines de sa vie : enseignante passionnée, chercheuse exaltée, elle était aussi et surtout une épouse et une mère fantastique pour ses trois enfants Raoul, Clément et Irène, qui faisaient sa fierté. C’était enfin une amie dévouée et chaleureuse.

6Jusqu’au terme de sa trop brève vie, Anne Dromart a su être une femme dynamique et courageuse, et elle restera pour ceux qui l’ont bien connue un lumineux modèle à suivre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuelle Peraldo, « In memoriam : Anne Dromart (1966-2012) », XVII-XVIII [En ligne], 69 | 2012, mis en ligne le 15 juillet 2016, consulté le 19 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/1718/600

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals