Navigation – Plan du site
La France et les Français

That sweet enemy, France ?

Louis Roux
p. 23-28

Texte intégral

  • 1  Tombs & Tombs.

1Les poètes souvent trouvent les mots qui durent. Sir Philip Sidney, en 1591, dans le sonnet xli d’Astrophil and Stella, ne se doutait pas, on peut l’imaginer, que l’heureux oxymoron serait repris presque cinq cents ans plus tard dans le titre d’un ouvrage d’histoire, That Sweet Enemy : Britain and France, The History of a Love-Hate Relationship.1 Aurait-il pu seulement penser qu’une grande manifestation d’émulation sportive internationale à vocation universaliste pourrait raviver, pour des questions de contestation, voire d’accusations de tricherie, de vieilles rivalités, des rancœurs, des rancunes, et du dépit d’amour propre froissé ? En l’an de grâce 2012, c’est un Anglais qui, ayant remporté l’épreuve du Tour de France cycliste, parada, de jaune revêtu, sur l’Avenue des Champs Élysées de Paris, l’année même du Jubilé de la reine Élisabeth ii ! Un grand quotidien international américain, The International Herald Tribune, en date du 10 août, sous le titre « Olympics Entente Between Britain and France not so Cordiale » écrivait: « The London Games have reignited the traditional rivalry between the two nations with a cross-Channel spat over French claims that the triumphant British cycling team might have cheated », et le journal de s’interroger: « What is it about the French and British and that love-hate relationship? Although long-term partners and allies, it sometimes seems an ocean separates them rather than 20 miles of sea. It is as if the only thing they have in common is that both have ingrained stereotypes about the other ». Le poète Cowper au xviiie siècle parlait du Français comme « easy, debonair and brisk », Johnson, sentencieux, jugeait « A Frenchman must be always talking » et Addison notait les « honest prejudices which naturally cleave to the heart of a true Englishman ».

  • 2  Voir le volume de la Société Française Shakespeare, Shakespeare et la France, et s’agissant de la (...)
  • 3  Voir Odile Boucher-Rivalain et Catherine Hajdenko-Marshall, Regards des anglo-saxons sur la France (...)

2Où situer les données de la nature, de la culture, de l’histoire ? On peut penser comme Winston Churchill aux Communes en 1942: « The Almighty in His infinite wisdom did not see fit to create Frenchmen in the image of Englishmen », propos peut-être non dénué d’humour en ces circonstances-là. Mais le même Churchill, héritier de celui qui avait défait les Français à Blenheim, et qui allait s’allier à la France de l’ombrageux Général venu proclamer son honneur et sa fière liberté en Angleterre (où Charles d’Orléans fut prisonnier), savait bien que ces données sont largement le fruit de l’histoire, comme en attestent encore la mémoire et la sensibilité du Sud-Ouest de la France, et comme en témoigne déjà le théâtre de Shakespeare, contemporain de Sir Philip Sidney.2 Perceptions et représentations sont tributaires d’a priori, de filtres de transmission et de grilles d’interprétation qui s’élaborent et fonctionnent, préjugent, dans des cadres temporels donnés.3

3Au milieu du xviiie siècle, l’Angleterre et la France connaissent des troubles à certains égards comparables : problèmes économiques, sociaux, religieux, juridiques, politiques, révoltes, rébellion, Fronde, opposition d’ordres, pouvoir royal affaibli, etc. L’instabilité, sensible en Angleterre dès 1628 mais occultée par onze années de « tyrannie » de Charles I (c’est la terminologie des parlementaires), devient crise ouverte en 1640, puis hostilité déclarée en 1642. En 1649, Charles I est exécuté et la nouvelle colportée en fait frissonner l’Europe. La République succède à la monarchie et en 1653 le Protectorat de Cromwell succède à la République. C’est à cette même période que se succèdent en France la Fronde parlementaire, de 1648 à 1649, et la Fronde des princes, de 1649 à 1653. Les événements qui secouent Paris et les provinces, et qui ont inspiré une abondante littérature, sont répercutés et commentés de l’autre côté de la Manche, « The English Channel » (depuis 1553).

  • 4  Voir dans la continuité de l’histoire du journalisme les pages de ce volume consacrées à The Obser (...)
  • 5  Voir Olivier Lutaud, Les deux révolutions d’Angleterre.

4Laurent Curelly étudie ces répercussions et commentaires en particulier dans un organe de presse, le Mercurius Politicus. Entre juin 1650 et avril 1660, d’abord voix officielle du Commonwealth, ce journal devint après le coup d’état perpétré par Cromwell en 1653 l’organe de presse du Protectorat.4 Le Mercurius Politicus était réputé pour son traitement de l’actualité internationale. Le titre de l’article, « ‘The French, those Monkies of Mankind’ : The Fronde as Seen by the Newsbook Mercurius Politicus », donne une indication sinon de francophobie, du moins sur les préjugés et images attachés à la réputation des Français, dont le bestiaire est un exemple. Le journal s’en prend à la Cour de France (et, à travers elle à celle d’Angleterre en exil à Saint-Germain en Laye) et à ses mœurs dépravées. Le style donne dans le sensationnalisme, les lieux communs (légèreté, inconstance, frivolité, servilité des Français) et si les auteurs sont favorables à la Fronde, c’est une occasion de vanter le récit de la libération, de la révolution à l’anglaise.5 Le journal promeut le modèle d’émancipation anglais à l’intérieur et cherche à l’exporter : si les Anglais ont singé la mode des Français, ce sont ceux-ci qui maintenant les imitent et font passer la liberté de la main des tyrans dans celle du peuple : « For all the suspicion they had of the French, écrit L. Curelly, their assumption was that France and England shared a common destiny ». Ce thème aussi traversera l’histoire. Et c’est dans la référence historique que le Mercurius trouve d’autres justifications à l’occasion de l’Ormée de Bordeaux, car Bordeaux signifie le duché d’Aquitaine. Le journal voit dans la résistance bordelaise un signe encourageant que d’autres nations imiteront le modèle républicain anglais. Cependant les complexités, les incertitudes, les contraintes internationales pèsent : le rôle du Commonwealth dans la révolte de Bordeaux n’est pas clair. « From those Monkies of Mankind to the ‘Brave Bourdelais’, the judgement passed on the French by Mercurius Politicus writers ran the gamut of perceptions and emotions. From cultural prejudices these authors expressed ambivalent feelings which seemed to reflect the geostrategic uncertainties of the times as well as the Commonwealth’s ambiguous relations with France ».

  • 6  Voir Michel Baridon & Suzy Halimi, « Le débat britannique sur la Révolution française ».
  • 7  Voir Denis Lacorne, L’invention de la République, le modèle américain, et Luciano Canfora, Exporte (...)

5D’un siècle à un autre, d’une période révolutionnaire à une autre, quatre articles traitent de la perception et de la représentation de la France de 1776 à 1815. Le lexique parle de lui-même : admiration, embrasement, enthousiasme, envie, fascination, méfiance, rejet, répulsion, ressentiment, suspicion, tout porte à croire qu’il s’agit, autant que d’une histoire d’idées, de jugements, d’une histoire des passions.6 De 1789 à 1793, depuis l’essai de monarchie constitutionnelle jusqu’aux affres de la Terreur, Gérard Hugues étudie le témoignage d’un Américain à Paris : « Gouverneur Morris ou les ambiguïtés de l’universalisme révolutionnaire ». Un juriste brillant, spécialiste des questions financières, fort de l’expérience et de l’expertise de la Convention de Philadelphie, se pose la question de l’adaptabilité du républicanisme américain au peuple de France.7 Le modèle est universel mais il faut que la communauté à laquelle on le destine soit en mesure de s’y adapter, de l’adopter, comme il arrive que l’universalité de la loi ait à négocier avec différents contextes dans la mesure où ils ne sont pas contraires à son principe. Il faudrait, pour que le modèle de la république américaine telle que conçue par Morris, soit adaptée à la France, surmonter des obstacles éthiques et économiques, que se masculinise, se virilise cette France féminine qui cependant séduit l’austère et libre Governor Morris, aristocrate mondain. La lecture de Gérard Hugues et du journal de Governor Morris incite à relire Tocqueville.

  • 8  Voir E. P. Thompson, The Making of The English Working Class, Part I.

6De 1789 à 1795, Pierre Degott, dans son étude « Enthousiasme, méfiance ou rejet ? L’influence de la Révolution française sur le répertoire lyrique de la scène britannique » montre la perplexité engendrée par les événements, le brouillage dans la construction des stéréotypes, les effets de bipolarité (francophobie/francophilie) sur la scène théâtrale anglaise où se répercute l’écho du sentiment de xénophobie.8 De la célébration de la marche vers la liberté en 1789 ou de l’abolition du système féodal en 1790 au brouillage des repères nationaux en 1794, le théâtre donne à entendre des traditions différentes de révolution et de liberté. L’évolution va de l’euphorie aux années où la peur entre de nouveau en scène, et avec elle les clichés qui avaient été naguère déconstruits. Le spectacle, théâtre ou opéra, est la scène des vérités successives.

7Lawrence Aje, pour rester dans le champ sémantique, étudie « L’embrasement de Charleston à l’heure de la Révolution française et de Saint-Domingue », de 1789 à 1804. À mesure que se développe l’exportation des idéaux libertaires français, elle constitue une menace pour l’ordre social établi en Caroline du Sud au moment où l’État exprime un intérêt grandissant pour la main d’œuvre esclave. Après les fêtes civiques et les sociétés patriotiques de 1792, des divisions apparaissent en Janvier 1793 en liaison avec l’immigration de réfugiés français en provenance de Saint-Domingue. Les Américains redoutent la circulation des idées, l’idéologie radicale par nature séditieuse, la contagion de l’insurrection esclave. La présence des Français engendre des troubles à la sécurité de la ville et de l’État. Aux problèmes économiques s’entremêlent des enjeux raciaux et l’ensemble se complique de conséquences diplomatiques dont la moindre n’est pas un rapprochement américano-britannique. La méfiance à l’égard des Français fait place à du ressentiment. La remise en cause de l’ordre établi durcit les tensions de classes et la croissance de la population esclave entraîne la chute des revendications républicaines. En 1803, l’importation massive d’esclaves est décidée. Leur sort, et celui de l’Amérique, sera transformé par la technologie du traitement du coton.

  • 9  Voir RSÉAA XVII-XVIII 66, Territoires, 2009.

8Sur une durée plus longue, de 1776 à 1815, Maud Gallet-Guillon suit l’évolution de la perception de la France chez les marchands américains en voyage, entre gallophobie et gallomanie. Cette perception n’est pas le résultat d’une relation bipolaire, binaire, mais triangulaire puisque l’Angleterre y joue son rôle. « Le voyage en France à la fin de la période coloniale aide les Américains à confronter leurs stéréotypes à la réalité, à s’ouvrir à la culture française et à tisser des liens entre les deux pays, tendance qui va s’accélérer après 1778 ». L’image de la France connaîtra les phases de la suspicion, de l’admiration, de la fascination, de la répulsion. De parent adoptif à république sœur, puis à figure de modèle, l’idée de la France deviendra repoussoir et faire-valoir. Les marchands, écrivait Addison, « knit Mankind together in a mutual intercourse ». On entend là le credo du libéralisme commerçant. Mais le voyage du marchand colporteur ne s’arrête pas là ; il aide à définir un caractère national, à construire une « identité », pour soi et pour les autres. Après les périodes révolutionnaires, américaine et française, et les guerres napoléoniennes, « c’est en se mesurant aux Français, tout autant qu’aux Britanniques, que les Américains parviennent à appréhender leur spécificité et qu’ils comprennent qu’ils n’ont plus besoin de l’Europe pour se construire » (Gallet-Guillon), et c’est vers l’Ouest qu’ils se tournent.9

Haut de page

Bibliographie

Baridon, Michel, et Suzy Halimi. « Le débat britannique sur la Révolution française ». BSÉAA 27 (1988) : 7-24.

Boucher-Rivalain, Odile, et Catherine Hajdenko-Marshall. Regards des anglo-saxons sur la France au cours du long xixe siècle. Paris : L’Harmattan, 2008.

Canfora, Luciano. Exporter la liberté, Échec d’un mythe. 2007. Paris : Desjonquères, 2008.

Mayer, Jean-Christophe, ed. Representing France and the French in Early Modern English Drama. Newark : U of Delaware P, 2008.

Lacorne, Denis. L’invention de la République : le modèle américain. Paris : Hachette, 1991.

Lutaud Olivier. Les deux révolutions d’Angleterre. Paris : Aubier, 1978.

Dorval Patricia, et Jean-Marie Maguin, eds. Shakespeare et la France. Paris: Société Française Shakespeare, 2000.

Thompson, E. P. The Making of the English Working Class. London: Gollancz, 1963.

Tombs, Robert, Isabelle Tombs. That Sweet Enemy: Britain and France, The History of a Love-Hate Relationship. 2006. London: Vintage, 2008.

Haut de page

Notes

1  Tombs & Tombs.

2  Voir le volume de la Société Française Shakespeare, Shakespeare et la France, et s’agissant de la lecture du passé médiéval, Jean-Michel Déprats, Raymond Gardette, Gisèle Venet, et Jean-Christophe Mayer, eds., Representing France and the French in Early Modern English Drama.

3  Voir Odile Boucher-Rivalain et Catherine Hajdenko-Marshall, Regards des anglo-saxons sur la France au cours du long xixe siècle.

4  Voir dans la continuité de l’histoire du journalisme les pages de ce volume consacrées à The Observator de Roger L’Estrange, publié de 1681 à 1687.

5  Voir Olivier Lutaud, Les deux révolutions d’Angleterre.

6  Voir Michel Baridon & Suzy Halimi, « Le débat britannique sur la Révolution française ».

7  Voir Denis Lacorne, L’invention de la République, le modèle américain, et Luciano Canfora, Exporter la liberté : Échec d’un mythe.

8  Voir E. P. Thompson, The Making of The English Working Class, Part I.

9  Voir RSÉAA XVII-XVIII 66, Territoires, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louis Roux, « That sweet enemy, France ? », XVII-XVIII, 69 | 2012, 23-28.

Référence électronique

Louis Roux, « That sweet enemy, France ? », XVII-XVIII [En ligne], 69 | 2012, mis en ligne le 15 juillet 2016, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/1718/605 ; DOI : 10.4000/1718.605

Haut de page

Auteur

Louis Roux

Université Jean Monnet, Saint-Étienne

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals