Navigation – Plan du site
La France et les Français

L’évolution de la perception de la France et des français en Caroline du Sud à l’heure des révolutions française et de Saint-Domingue 1789-1804

Lawrence Aje
p. 85-116

Résumés

Cet article s’intéresse à la perception de la France et des Français en Caroline du Sud entre 1789 et 1804, en étudiant comment, à Charleston en particulier, celle-ci évolue au gré de la radicalisation des révolutions française et de Saint-Domingue. Il analyse la façon dont les idéaux égalitaires d’inspiration française s’exportent en Caroline du Sud et sont accueillis par la population locale, avant d’examiner combien ils fragilisent l’ordre socio-racial établi, déjà fortement contesté par la crise démocratique que l’État traverse. Il montre enfin que bien qu’elles déstabilisent la Caroline du Sud, les révolutions française et de Saint-Domingue surviennent au moment où l’État exprime un fort regain d’intérêt pour la main-d’œuvre esclave dans laquelle il voit un moyen d’assurer non seulement sa réussite économique, mais également son unification politique et idéologique.

Haut de page

Texte intégral

1Rejet de l’arbitraire monarchique, droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, affirmation des libertés individuelles : autant de principes acquis par les révolutions française et américaine qui permettent, en 1789, de placer l’histoire révolutionnaire des deux républiques sœurs en miroir. Or, si, dans un premier temps, la Révolution française est accueillie avec enthousiasme aux États-Unis, elle prend un tour radical qui conduit bientôt de nombreux Américains, y compris ses plus farouches défenseurs, à se désolidariser de la France, l’ancien allié. Craignant d’être entraînés dans les guerres révolutionnaires qui opposent les grandes nations européennes, les États-Unis sont soucieux de préserver leur commerce et affirment très tôt leur neutralité en refusant de prendre parti. L’exportation du conflit européen jusqu’aux frontières de la jeune nation américaine déstabilise fortement les États-Unis sur le plan politique et économique. En raison de sa situation géographique, politique, économique et démographique, la Caroline du Sud, plus que tout autre État, est profondément bouleversée par les effets de la Révolution française et l’internationalisation de ses principes égalitaires.

  • 1  Élise Marienstras, dans « Révoltes, révolution, radicalisme », détaille les différentes interpréta (...)
  • 2  À ce jour, l’étude la plus complète sur les effets de la Révolution française en Caroline du Sud e (...)

2Malgré la richesse de l’historiographie sur la Révolution française et de Saint-Domingue, et la manière dont elles se sont exportées,1 les études qui mesurent leurs effets à une échelle locale et combien elles influencent la façon dont les Français et la France sont perçus, font défaut.2 En se concentrant sur une aire géographique restreinte, à savoir la Caroline du Sud, et plus particulièrement Charleston, cet article analyse la réaction des Charlestoniens face aux événements révolutionnaires en France et dans la Caraïbe, entre 1789 et 1804, et s’attache à montrer combien la perception de la France et des Français évolue au gré de la radicalisation de la Révolution française et de Saint-Domingue. S’appuyant sur des sources primaires et une synthèse de nombreuses études, il explique les raisons de la désaffection progressive des Charlestoniens pour la Révolution française, pour les Français et pour la France, en montrant qu’elle résulte de la conjonction de plusieurs phénomènes sociaux, politiques, diplomatiques et économiques, jusque-là traités de manière séparés. Enfin, il met en évidence que si la Révolution française et de Saint-Domingue posent des dangers politiques, en cela qu’elles fragilisent l’ordre socio-racial établi de Caroline du Sud, elles confortent, paradoxalement, l’État dans son choix d’adopter une société esclavagiste, contribuant ainsi à son unification idéologique.

Charleston la patriote

3Deux personnages sont désormais devenus emblématiques de la politique diplomatique révolutionnaire de la France aux États-Unis dans les années 1790. En effet, l’histoire d’Edmond Charles Genêt, le ministre plénipotentiaire français aux Amériques, et du consul Bernard Mangourit est bien documentée (Alderson Bright Era, Mantoux, Moisy). Rappeler, à grands traits, les faits les plus saillants de leur expérience diplomatique américaine est nécessaire pour comprendre dans quelles conditions la Révolution française s’exporte aux États-Unis, et plus particulièrement à Charleston.

  • 3  Il rencontre également Thomas Pinckney, Charles Cotesworth Pinckney, Christopher Gadsen, John Rutl (...)

4Dès son arrivée à Charleston en avril 1793, Genêt est accueilli par Mangourit, le consul français qui est en poste dans la ville depuis un an. Mangourit lui présente les dirigeants politiques de Caroline du Sud, au premier rang desquels figure le gouverneur William Moultrie (Citoyen Genêt au citoyen Lebrun 16 avril 1793, Rapport du citoyen Genêt 7 Octobre 1793, de Witt 520, 542, Alderson Bright Era 32, Fraser Charleston 136-38).3 Le citoyen Genêt s’est vu confier la mission d’internationaliser les idéaux révolutionnaires en vue d’affaiblir les puissances coloniales espagnoles et britanniques (Mémoire de Witt 510-15). Grisé par son succès populaire et les ovations qui ponctuent son voyage qui le mène par voie terrestre jusqu’à Philadelphie, Genêt prend l’initiative d’armer des navires civils qu’il engage dans une guerre de course contre les intérêts marchands britanniques (SG 17 janvier 1794, Citizen Mangourit to Citizen Monge 29 mai 1793, Murdoch 4). Bientôt, les Français font de nombreuses prises, au grand dam des armateurs anglais, qui n’osent plus sortir des ports américains (Citoyen Genêt au citoyen Lebrun, Charleston 16 avril 1793, Philadelphie 18 & 31 mai 1793, Rapport du citoyen Genêt 7 octobre 1793, de Witt 520, 522-23, 542).

5Comment expliquer la popularité dont jouissent les émissaires du Comité du salut public à Charleston ? La Caroline du Sud n’est pas épargnée par la ferveur révolutionnaire qui touche la France après 1789. Dans les rues de la ville, près d’un habitant sur dix porte une cocarde tricolore (Palmer « Revolutionary » 486). Dans les célébrations publiques, la France et les États-Unis sont décrites comme des républiques sœurs, liées par un destin commun. Pour les Charlestoniens, soutenir les révolutionnaires français est de bon ton (SG 15 novembre 1792, Kennedy « French Jacobin »). N’avaient-t-ils pas, à l’instar des Américains, brisé le joug monarchique pour embrasser des idéaux libertaires que l’on espérait devenir universels ?

6Il faut dire qu’à Charleston, l’idéologie révolutionnaire républicaine se développe sur un terreau idéologique et culturel fertile. La ville s’est distinguée par son activisme politique au moment de la Révolution américaine. Cet engagement vaut aux patriotes de Charleston de payer un lourd tribut lors de l’occupation de leur ville par les troupes britanniques (Fraser Charleston 135-50, 162-68). De même, en raison de l’immigration huguenote massive au lendemain de la révocation de l’Édit de Nantes, Charleston compte une population d’origine française qui a de bonnes raisons de se réjouir de la fin de la monarchie. Enfin, comme de nombreux Américains, les Charlestoniens voient d’un œil méfiant la présence de forces espagnoles et britanniques stationnées aux frontières de leur jeune nation et éprouvent une sympathie naturelle pour leur ancien allié français. D’autres, à l’image d’Alexander Moultrie ou de Stephen Drayton, pratiquent un républicanisme plus intéressé et œuvrent avec les habitants de l’arrière-pays dans l’espoir que le projet français d’expulser les Espagnols et les tribus indiennes hostiles des territoires de l’Ouest leur permettra de réaliser de belles affaires, notamment dans le domaine de la spéculation foncière ou dans le commerce lucratif de peaux (Klein 207-08).

  • 4  Pour attirer davantage de membres, la société fait de la publicité dans la presse locale. Pierre L (...)

7Très tôt les Français de Charleston s’organisent en société pour soutenir le projet révolutionnaire. Ainsi, la Société patriotique française est créée au mois de janvier 1792 pour célébrer l’acceptation de la constitution par Louis xvi (SG 15 novembre 1792, CG 18 mai 1795, Kennedy « French Jacobin » 7).4 Outre l’organisation de collectes de fonds pour soutenir l’armée française, l’objet principal de la société est de célébrer des événements de nature patriotique (Alderson Bright Era 41- 43, Kennedy « French Jacobin » 19). Ainsi, on fête, tour à tour, la chute de la Bastille, l’exécution de Louis xvi et la prise de Toulon par l’armée de la convention. Malgré la tournure violente que prend la Révolution française, notamment après l’exécution du roi qui choque profondément l’opinion publique et pousse certain républicains américains à se désolidariser de la cause révolutionnaire, les hauts dignitaires de Caroline du Sud sont conviés à ces célébrations qui font l’objet de publicité plusieurs jours à l’avance dans la presse locale (SG 17 janvier 1793, Kennedy « French Jacobin » 18, Fohlen 28, Moisy 148).

  • 5  Le 17 janvier 1793, lors des célébrations républicaines, le consul Mangourit arrête la procession (...)
  • 6  Des fêtes civiques similaires ont lieu à Philadelphie et à New York (Moisy 161, 245).

8Une journée de célébration patriotique se déroule généralement comme suit. Une salve de coups de canons annonce le début des festivités. Puis, les républicains, français et américains, qui arborent fièrement des cocardes tricolores, défilent dans les rues de Charleston en chantant des hymnes patriotiques comme Ah ! Ça ira ou La Marseillaise, avant de se rendre à l’église protestante huguenote ou à l’église épiscopale St. Philip’s pour assister à un sermon passionné, délivré par Jean Paul Coste, un pasteur protestant, également membre de la société patriotique française.5 Le service est habituellement suivi d’un banquet, lors duquel il n’est pas rare que les deux drapeaux des républiques sœurs soient hissés côte à côte et que les convives, français ou américains, se coiffent à tour de rôle du bonnet phrygien en s’appelant « citoyen » tout en portant des toasts à la santé de la république ou de la guillotine (Kennedy « French Jacobin » 18, Fraser Reminiscences 39-41, Cobbett 423-424, SG 17 janvier 1793, CG 16 juillet 1793, 21 janvier 1795 & 23 janvier 1795).6

  • 7  Stephen Drayton est le président de la Republican Society. Sur les sociétés démocratiques républic (...)

9Après 1793, la nature radicale ou modérée des toasts portés lors de ces fêtes civiques illustre les différences de sensibilités politiques des républicains de Charleston, qui sont divisés au sujet du cours emprunté par la Révolution française. Au sein de la communauté française de Charleston, les désaccords idéologiques à propos de l’évolution de la Révolution s’expriment dès janvier 1793, lorsque le consul Mangourit organise une fête concurrente à celle de la société patriotique pour célébrer la victoire de la Convention nationale sur le despotisme monarchique. Soucieux d’affaiblir l’influence politique de la Société patriotique française, quelques mois plus tard, le consul participe à la création d’une autre société républicaine qui compte de nombreux Américains : la Republican Society of South Carolina (Alderson Bright Era 44, 56-58).7 Comment expliquer ces divergences d’opinion ?

  • 8  En raison de leur proximité géographique, les villes portuaires de la côte Atlantique (Philadelphi (...)

10Si, dès l’automne 1791, on assiste à une première vague d’immigration de réfugiés français en provenance de Saint-Domingue, après la chute du Cap Français en juin 1793, ils sont nombreux à élire domicile à Charleston et à venir grossir les rangs de la Société patriotique.8 Si ces colons avaient souhaité la fin de l’exclusif commercial avec la métropole, ils étaient loin d’imaginer que leurs revendications conduiraient, à terme, à l’abolition de l’esclavage dans les colonies françaises par la Convention Nationale le 4 février 1794. En raison des épreuves qu’ils ont traversées au moment de la révolution de Saint-Domingue, ces réfugiés français dénoncent l’administration girondine présidée par Jacques Pierre Brissot, l’un des cofondateurs de la Société des amis des noirs, et du même coup Genêt et Mangourit, les émissaires du gouvernement français, qu’ils jugent responsables de leurs infortunes (Kennedy « French Jacobin » 16, Alderson Bright Era 96, White Encountering 107-08).

11À maintes reprises, Mangourit s’indigne des campagnes de diffamation menées par les contre-révolutionnaires qui se sont réfugiés aux États-Unis. Le consul dénonce les « aristocrates coloniaux » et les Français venus de métropole, ces « ennemis de la liberté mais aussi de l’égalité », qui n’hésitent pas à former des alliances avec les Britanniques pour reprendre le contrôle des Antilles françaises (CH 17 décembre 1793, Citizen Mangourit to Citizen Monge, 29 mai 1793 in Murdoch 9-10, Kennedy « French Jacobin »).

  • 9  Tous les consuls qui ont pris part à l’armement des corsaires sont démis de leurs fonctions.

12En définitive, bien plus que les manœuvres de discréditation fomentées par leurs détracteurs sur le sol américain, ce sont les différentes maladresses diplomatiques de Genêt, comme l’incitation au soulèvement des Canadiens contre la monarchie britannique, l’armement des Kentuckois et la préparation d’une expédition maritime pour prendre la Nouvelle-Orléans, qui, entre autres, précipitent la chute du ministre et plusieurs consuls français en poste aux États-Unis (19 juin 1793, 15 août 1793, de Witt, 524, 531). Toutes ces initiatives compromettent la neutralité des États-Unis qui demandent le renvoi de Genêt. En effet, dès avril 1793, alors que se déclenchent les guerres révolutionnaires qui opposent la France au Royaume-Uni et à l’Espagne au lendemain de l’exécution de Louis xvi, George Washington déclare la neutralité de la jeune nation américaine. En octobre 1793, à la faveur d’un changement politique, le Comité de salut public, passé sous l’administration des montagnards, désavoue la politique menée par Genêt et les consuls français, qui sont destitués (Arrêté du Comité de salut public, 16 octobre 1793, de Witt 557-58).9 Conformément aux souhaits de George Washington, qui désire voir fermer toutes les sociétés républicaines démocratiques aux États-Unis, mais également sous l’impulsion du remplaçant de Mangourit, Victor-Marie Dupont de Nemours, qui fait appliquer la nouvelle constitution française, après 1795, Charleston ne compte plus de société républicaine (Kennedy « French Jacobin » 17, Alderson Bright Era 174). Toutefois, les erreurs de jugement commises par Genêt et Mangourit n’expliquent pas à elles seules la désaffection progressive des Charlestoniens pour les républicains français et pour la France.

Les réfugiés de Saint-Domingue ou l’internationalisation de la Révolution française

13En raison de la proximité géographique de l’État avec la Caraïbe, la classe marchande de Caroline du Sud souhaite développer un partenariat commercial avec les Antilles françaises tout en conservant intacts ses liens commerciaux avec la Grande-Bretagne, dont elle dépend pour un grand nombre de produits manufacturés mais également pour l’exportation de son coton (Rossignol Ferment 149). Or, ce libre-échangisme doit rester confiné à la sphère économique. Après 1792, les Américains redoutent la libre circulation des idées, notamment l’idéologie révolutionnaire radicale qui, par sa nature séditieuse, bouleverserait l’ordre socio-racial. Alors qu’en France l’avènement de la Terreur marque le durcissement de la Révolution, le flot incessant de réfugiés de Saint-Domingue et l’éventualité de la contagion de l’insurrection esclave sur le sol continental nord-américain ne laissent pas de préoccuper les Américains au-delà des lignes partisanes.

  • 10  Soit environ 3,5 % de la population totale de la ville. Nous ne disposons cependant pas de précisi (...)

14Des centaines de réfugiés transitent par le port de Charleston. En 1796, la ville compte six cents résidents réfugiés français (Hunt 107, Davies 148).10 Dans un premier temps, les Caroliniens du Sud éprouvent des affinités avec les révolutionnaires blancs de Saint-Domingue qui souhaitent s’affranchir de la tutelle royale. Émus par leur sort, les Charlestoniens n’hésitent pas à les héberger. On organise des concerts à leur profit (Butler 55-56, 186, Fraser Reminiscences 44, 61). Un comité de charité se mobilise et récolte la somme de 12 500 dollars pour leur venir en aide (Consul of the French Republic at Charleston to the Citizen Minister of Foreign Relations, 10 octobre 1793, Murdoch 77 ; Pierce 155, Hunt 43). En Caroline du Sud, les soubresauts de la révolution de Saint-Domingue sont si palpables qu’entre 1791 et 1793, on débat des événements lors des séances parlementaires de l’assemblée de l’État. En décembre 1791, on autorise même un réfugié et ancien membre de l’assemblée coloniale de Saint-Domingue, le docteur Jean Louis Polony, à venir plaider la cause des réfugiés français devant les parlementaires caroliniens. Sollicitant l’aide matérielle de l’Assemblée, Polony raconte avec effroi les infortunes qui ont frappé l’île, une véritable tragédie : « an event to which the History of America affords no comparison of misery » (Morales 2, Murdoch 76). Sensible aux arguments qui lui sont présentés, l’Assemblée vote l’adoption d’une aide financière pour pallier les premières nécessités des exilés. Cependant, elle suit les recommandations du Gouverneur Charles Pinckney et juge plus souhaitable de maintenir la milice de l’État en Caroline du Sud, pour mater avec promptitude tout soulèvement d’esclave, que de l’envoyer à Saint-Domingue, comme l’implore Polony (Matthewson 22-23, White « A Flood » 94).

15Charleston vit au rythme des événements révolutionnaires. Ainsi, le coiffeur Pierre Dubard, un « violent sans-culotte », qui se trouve à Paris au moment de l’exécution de Marie-Antoinette, tient ses clients en haleine en les divertissant avec le récit des événements (Fraser Reminiscences 42-43). En 1795, le Duc de la Rochefoucauld Liancourt note que Charleston est rempli de colons de Saint-Domingue et de corsaires français. Et de s’étonner que malgré leurs divergences de vues, les aristocrates forcenés et les sans-culottes se réunissent autour des mêmes tables dans les tripots français de la ville (La Rochefoucauld-Liancourt70).

  • 11  Cependant, comme le notent James Hagy et Bertrand Van Ruymbeke, ces journaux publiés en langue fra (...)
  • 12  Lorsque le théâtre français ferme en raison d’une série de scandales, Placide prend la tête du thé (...)

16À bien des égards, l’arrivée massive d’autant de Français bouleverse la physionomie culturelle de Charleston. Dans les années 1790, un francophone a toutes les chances de se tenir informé en lisant les trois journaux en langue française que compte la ville (Robertson 16, Hagy 139-144, Hunt 53).11 Dans le domaine artistique, en avril 1794, John Sollée, un réfugié de Saint-Domingue, fonde le théâtre français, aussi connu sous le nom de la Comédie française. Sollée est accompagné dans son projet par Alexandre Placide, pantomime et danseur de ballet français, ainsi que par une troupe de comédiens français. Ce lieu de spectacle entre en compétition directe avec le théâtre de Charleston, communément appelé le théâtre fédéraliste (Butler 135-36, 186, Fraser Charleston 183-84, Fraser Reminiscences 44). Lors des représentations du théâtre français, les Charlestoniens sont impressionnés par les corsaires qui accompagnent l’orchestre en chœur au moment de La Marseillaise. Parmi les nombreux spectacles proposés par les comédiens français, on trouve La prise de Toulon par l’armée française, de même qu’une pantomime en deux actes qui revient sur la prise de la Bastille. Les représentations se veulent parfois plus légères. Ainsi, propose-t-on également Le médecin malgré lui de Molière ou des opéras comiques d’André Grétry (CG, 11 & 13 mai 1795, 18 juin 1795, 14 juillet 1795, Fraser Reminiscences 44, Fraser Charleston 184, Butler 235).12

  • 13  Ainsi, entre 1791 et 1795, Jean Paul Coste, le pasteur de l’église huguenote, est aussi professeur (...)

17Les réfugiés français contribuent aussi à améliorer la qualité des représentations musicales qui sont données à Charleston. Dans les années 1790, un orchestre symphonique, deux orchestres de théâtre et une chorale d’opéra voient le jour. Au reste, les immigrés français œuvrent dans l’industrie de la mode et importent un savoir-faire prisé, notamment dans la confection de robes (Fraser Charleston 184). Par ailleurs, ils officient dans le domaine de l’enseignement, que ce soit de la langue française, de l’étiquette, du dessin ou de la danse, pour la plus grande satisfaction des Charlestoniens qui, auparavant, devaient se rendre à l’étranger pour suivre ces cours (CG 12 juillet 1797, Kennedy « French Jacobin » 18, Fraser Reminiscences 42-43, 106).13

18Or, si les Charlestoniens se félicitent de cet apport culturel, on assiste progressivement à un revirement de l’opinion publique à l’égard des Français à mesure que leur présence devient synonyme de troubles à la sécurité de la ville et de l’État. Outre les intrigues fomentées par les diplomates français qui nuisent à la neutralité des États-Unis, un ensemble de facteurs contribuent à dégrader la réputation des Français auprès des Charlestoniens. En 1793, il n’est pas rare que les marins britanniques et français s’affrontent en pleine rue. Le climat de tension est tel que les corsaires français indiquent au consul Mangourit que, dorénavant, ils ne se promèneront plus en ville sans être armés (Murdoch 9). Les Charlestoniens éprouvent un respect mêlé de crainte à la vue de ces groupes de marins français qui paradent dans les rues, en arborant de longs sabres à leur ceinture (Fraser Reminiscences 39). À mesure que les corsaires français gagnent en assurance, ils deviennent plus difficiles à contrôler.

19Ainsi, un soir de mars 1794, deux marins français sont mis à la porte du théâtre en raison de leur état d’ébriété. Indignés par leur expulsion, ces derniers reviennent bientôt avec trente de leurs amis du navire Las Casas. Brandissant leurs dagues, les marins français s’attaquent de façon indiscriminée aux spectateurs qui fuient « dans toutes les directions » (Col.G. 28 mars 1794). La garde municipale ne parvient pas à maîtriser les corsaires français. Seul le ralliement massif de Charlestoniens en armes, alertés par le son de l’alarme, permet d’arrêter les « agitateurs » (rioters) qui seront, plus tard, jugés. Afin d’éviter pareilles déconvenues à l’avenir, on préconise d’interdire aux marins de porter des armes lorsqu’ils débarquent de leur navire (CG 19 mars 1793, Col.G. 28 mars 1794, Alderson Bright Era 124-25). Cette mesure reste sans effet. Pour preuve, le mois suivant, après avoir sillonné les rues de Charleston en exhibant fièrement les couleurs de la république, un groupe de corsaires français poignarde trois marins d’un vaisseau qui refusent d’embraser la cocarde tricolore. À nouveau, seule l’intervention de citoyens charlestoniens permet d’appréhender les marins français qui sont incarcérés (CG 30 avril 1793).

La peur de la contagion

20Si la conduite des corsaires français constitue un trouble à l’ordre public, c’est sans commune mesure avec la vive réaction de peur que suscite l’arrivée de réfugiés d’un genre particulier à Charleston. Outre la fuite de milliers de colons blancs, les navires en provenance de Saint-Domingue débarquent de nombreux réfugiés de couleur, libres ou esclaves. Entre 1791 et 1795, près de douze mille esclaves originaires de Saint-Domingue sont importés aux États-Unis par leurs propriétaires (Egerton 44). Si elle ne voit pas d’inconvénient à porter secours aux réfugiés blancs, la population de Caroline du Sud ne tarde pas à exprimer son opposition devant l’arrivée massive de personnes de couleur originaires de Saint-Domingue. Les événements sur l’île ne démontraient-ils pas avec force les conséquences désastreuses nées du mécontentement de la population de couleur ?

  • 14  « […] do not presume to hope that they shall be put on an equal footing with the Free White Citize (...)

21Dès janvier 1791, un événement vient conforter la crainte des Caroliniens sur les risques encourus à laisser grandir de façon incontrôlée la population de couleur de l’État. Quatre ans après l’adoption de la constitution américaine, et au moment même où Vincent Ogé prend la tête d’une armée de libres de couleur à Saint-Domingue qui se disent prêts à mourir pour obtenir l’égalité politique, des hommes de couleur libres de Charleston adressent une pétition au sénat de Caroline du Sud dans laquelle ils exigent « humblement » que certaines iniquités dont ils s’estiment être les victimes cessent. Réparer ces injustices, poursuivent-ils, s’avère d’autant plus nécessaire que le nombre des représentants au Congrès est calculé en prenant en compte la population de citoyens libres de chaque État. Et d’ajouter que les libres de couleur sont comptés parmi les résidents libres de Caroline du Sud. Ceci permet donc à l’État de bénéficier d’une représentation politique plus importante. En outre, soulignent-ils, depuis l’indépendance des États-Unis, ils se sont toujours acquittés de leurs impôts sans se faire prier. Si les signataires de couleur précisent qu’ils ne « présument pas être placés sur un même pied d’égalité avec les citoyens blancs libres »,14 ils souhaitent néanmoins voir abrogé le Code noir de 1740 qui leur porte préjudice. Le sénat n’accède pas à la demande des libres. Bien que les pétitionnaires de couleur libres n’exigent pas le droit de vote, il est toutefois intéressant de noter qu’ils évoquent les thèmes de l’imposition et de la représentation politique. N’était-ce pas là rappeler au bon souvenir des sénateurs de Caroline du Sud les griefs à l’origine de la Révolution américaine ?

22Alors que le conflit à Saint-Domingue se durcit, les Caroliniens du Sud redoutent pour leur propre sécurité physique et pour celle de leurs biens matériels, constitués en partie d’esclaves. Témoins privilégiés de la violence qui sévit sur l’île, les Caroliniens blancs souhaitent impérativement que cesse cet élan révolutionnaire. Dès 1792, l’État interdit l’importation d’esclaves en provenance de la Caraïbe. Par mesure de sécurité, on préconise d’augmenter les effectifs de la garde municipale de Charleston. Pour financer la hausse de son coût de fonctionnement, on exige des libres de la ville, âgés de seize à cinquante ans, qu’ils s’acquittent d’une capitation qui s’élève à deux dollars (Kennedy Braided Relations 61, Brimelow & Stevens). L’Assemblée reçoit de nombreuses pétitions de citoyens inquiets qui se plaignent de la présence de réfugiés de couleur. En 1793, le mécontentement des Charlestoniens se manifeste lors d’une réunion publique dans laquelle ils appellent à l’expulsion des « nègres français » (« French Negroes ») et exigent que des mesures législatives soient immédiatement adoptées (Berlin 36). Cédant à la pression populaire, William Moultrie fait une déclaration publique dans laquelle il indique qu’en raison du caractère dangereux de nombreux libres de couleur parmi les réfugiés de Saint-Domingue, il lui incombe, en sa qualité de gouverneur, de mettre en œuvre des mesures de précaution pour prévenir tout dessein nuisible à la sécurité de l’État. Aussi a-t-il décidé d’expulser toutes les personnes de couleur qui ont immigré en Caroline du Sud depuis moins d’un an. Moultrie leur donne dix jours pour quitter l’État (Alderson Charleston 98-99, Hunt 110). Au même moment, la municipalité de Charleston promulgue une ordonnance visant à contrôler de façon plus stricte les « nègres et autres esclaves », en obligeant notamment tous les hommes blancs de 18 à 45 ans à participer aux travaux de la milice. En 1794, la Caroline du Sud interdit l’immigration de toute personne de couleur en provenance de la Caraïbe. Cette même année, les rassemblements d’esclaves et de libres de couleur sont proscrits (Condy 50, Ordinances 67).

23La réaction du gouverneur ne participe pas d’un souci démagogique de pacifier ses électeurs. Que Moultrie craigne véritablement pour la sécurité de la population blanche de Caroline du Sud semble justifié au regard des nombreux incendies qui embrasent régulièrement la ville à partir de 1793. Le gouverneur reçoit même des renseignements de la part des autorités virginiennes lui indiquant que près de six mille hommes de couleur de Caroline du Sud, parmi lesquels se trouvent deux cents « nègres » du Cap Français, se tiennent prêts à prendre les armes. L’inquiétude de Moultrie grandit lorsqu’il reçoit une lettre prétendument envoyée par un Noir libre de Charleston qui lui intime l’ordre de redoubler de vigilance et de maintenir les gardes municipaux déployés dans la ville. Parce qu’elle le suspecte d’être mêlé à l’insurrection qui couve, la milice perquisitionne le domicile de Peter B. Mathewes, l’un des signataires de couleur de la pétition de 1791. Hormis la découverte d’un vieux pistolet, d’une épée cassée et d’un coutelas, aucun document incriminant ne peut établir sa culpabilité (Alderson Bright Era 93-96, Murdoch 15-16). La défiance envers la population de couleur ne se dissipe pas pour autant. En décembre 1793, Moultrie est le destinataire d’un communiqué signé de la main de Thomas Jefferson, le secrétaire d’État. Ce dernier l’avertit que la France utilise des agents infiltrés de couleur pour promouvoir des sentiments séditieux au sein de la population esclave de l’État. On enjoint donc les autorités locales à particulièrement surveiller l’arrivée de deux Français mulâtres, un certain Castain et un dénommé Lachaise (Alderson « Charleston » 103, Powers 28). Malgré les rumeurs alarmantes qui courent, la révolte d’esclaves, qui tient la population blanche de Charleston en émoi, n’a pas lieu.

24Quoi qu’il en soit, redoutant un effet de contagion de la révolution, l’État ferme ses frontières. Placés en quarantaine, les nouveaux migrants de couleur en provenance de Saint-Domingue sont retenus au Fort Johnson dans l’attente qu’on les expulse. Rien n’y fait. En mai 1794, la tension est telle que dans les rues de la ville des groupes de Charlestoniens font la chasse aux Noirs originaires de Saint-Domingue. Quelques mois plus tard, un groupe de vingtaine-deux « nègres français » en provenance de la Caraïbe sont arrêtés alors qu’ils tentent de débarquer à Charleston. Dix-sept hommes sont incarcérés à la maison des travaux forcés. Dans l’attente que le navire quitte les eaux caroliniennes, on maintient à bord les cinq autres personnes restantes : des femmes et des enfants de couleur libres que les autorités jugent probablement moins dangereuses pour la sécurité publique (White « A Flood » 229-30).

25Désormais, les discours républicains ne sont plus les bienvenus à Charleston. Pour preuve, en avril 1794, alors que le remplaçant du consul Mangourit prend ses nouvelles fonctions, les fidèles de l’église huguenote renvoient le pasteur Jean Paul Coste, au motif qu’il a inclus des chants patriotiques français lors d’une célébration (Klein 210-11, Edgar 271, Alderson Bright Era 170). Mais dans la ville, la tension ne faiblit pas. Chaque demeure embrasée par un incendie criminel fait craindre l’imminence d’une révolution comme celle qu’a connue Saint-Domingue. La population blanche reste sur ses gardes et scrute tout mouvement inhabituel de la part des personnes de couleur (« Témoignages de plusieurs citoyens de Charleston » & « Message du Gouverneur Vanderhost », 24 novembre 1795).

Une rupture consommée

26À partir de 1795, on assiste à un revirement généralisé de l’opinion publique à l’égard de la France et des Français. Ainsi, la relation entre les Charlestoniens et les réfugiés de Saint-Domingue se dégrade. Le Duc de la Rochefoucauld-Liancourt retrace les raisons de ce phénomène lorsqu’il décrit les Charlestoniens comme des êtres « obligeans » et « polis » qui savent recevoir « les étrangers avec empressement et franchise ». Et d’ajouter qu’ils ont « été d'une bienfaisance, d’une hospitalité remarquable pour les Français échappés des îles ». Cependant, le Duc regrette que « la conduite des obligés n’a pas toujours été digne de celle des bienfaiteurs ; que l’inconséquence trop commune au peuple colon, a tiré un profit peu utile de l’assistance qu’ils ont reçue, et a pour ainsi dire forcé les habitans de Charles-town de changer de conduite, quoique beaucoup de secours soient encore continués ». Et de conclure en déplorant que partout dans la ville on trouve des « Français qui disent du mal des Américains, qui les détestent, et aussi souvent on trouve des Américains qui les ont obligés avec loyauté, et qui ne s’en sont lassés que par de trop bonnes raisons » (La Rochefoucauld-Liancourt11).

27L’hostilité grandissante des Caroliniens du Sud pour les Français est également l’expression de tensions diplomatiques nées au lendemain de la ratification du Traité de Jay en 1795. Celui-ci vise à normaliser les relations économiques entre le Royaume-Uni et la jeune nation américaine et à aplanir les différends diplomatiques qui demeurent depuis la fin de la guerre d’Indépendance. Le traité garantit le dédommagement financier des propriétaires de bâtiments américains saisis par la marine britannique dans les eaux de la Caraïbe entre 1793 et 1794, au motif qu’ils commerçaient avec les îles françaises. Il octroie également aux navires marchands américains le droit de commercer avec l’Inde et les colonies britanniques des Antilles. Au regard de ces bonnes nouvelles, comment expliquer la levée de boucliers que suscite l’adoption de ce traité aux États-Unis, et en Caroline du Sud en particulier ? La Charleston City Gazette n’hésite pas à le qualifier de « dangerous to the political existence and destructive to the agricultural, commercial and shipping interests of the people of the United States » (14 juillet 1795, cité dans Phillips 736).

  • 15  « Provided always that the said American vessels do carry and land their Cargoes in the United Sta (...)

28La raison est assez simple. Certes, l’article XII du traité autorise les navires marchands américains dont la cargaison n’excède pas soixante-dix tonnes à commercer avec les Antilles britanniques. Mais il leur interdit d’exporter de la mélasse, du sucre, du café, du cacao et du coton en provenance des îles de Sa Majesté ou des États-Unis dans quelque partie du monde, sauf à destination des États-Unis. Cet article révolte de nombreux Américains qui le perçoivent comme une nouvelle forme de Navigation Acts. Il indigne particulièrement la Caroline du Sud et la Géorgie dont l’économie, dans les années 1790, repose de façon grandissante sur la culture du coton. Nous y reviendrons. L’amertume des Sudistes à la lecture du Traité de Jay est d’autant plus grande qu’une des revendications qui leur était chère, la compensation des esclaves confisqués par les Britanniques pendant la guerre d’indépendance, n’est pas satisfaite (Combs 152-53).15

29Ainsi, aux États-Unis, et particulièrement en Caroline du Sud, le traité de Jay ravive le sentiment antibritannique. Sur le plan politique, il contribue surtout à creuser davantage les divisions idéologiques entre les Fédéralistes anglophiles – partisans d’une centralisation forte du pouvoir, d’une banque nationale et d’un rapprochement commercial et diplomatique avec le Royaume-Uni – et les Démocrates républicains francophiles – défenseurs du droit des États, d’une politique agrarienne et des petits fermiers – qui redoutent que cet accord place les Américains sous le joug de la monarchie britannique et favorise le développement d’une aristocratie dirigeante. Cependant, le ressentiment des Américains contre la Grande-Bretagne, au lendemain de l’entrée en vigueur du Traité de Jay est de courte durée. Ce pacte signé entre les États-Unis et leur ancienne patrie de tutelle est perçu comme un acte de déloyauté par le Directoire français qui autorise bientôt des actes de piraterie sur les navires marchands américains à travers le monde (Rodigneaux 116-17).

  • 16  Qualifié par les Caroliniens du Sud de vol, il semble qu’en réalité ces esclaves aient pris la fui (...)

30Que la France s’en prenne aux intérêts marchands des Américains, soit. Mais que par ses manœuvres politiques déstabilisatrices elle mette en péril la sécurité domestique de l’État, la Caroline du Sud ne peut s’y résoudre. Lorsqu’en 1795 un vaisseau de guerre battant pavillon français prend le large avec à son bord des esclaves de Charleston et que même le feu nourri du Fort Sumter ne suffit pas à l’arrêter, c’en est trop. Les Caroliniens du Sud, à l’image de « Caution » qui signe un billet dans le Columbian Herald, se plaignent par voie de presse auprès des autorités françaises.16 Outre le vol d’esclaves, leur crainte principale s’exprime en termes de contagion et d’immunité :

Free blacks and mulattoes may come here from the French islands on board their ships of war, endeavor to instill into our slaves the same principles, which prevail and produce the same horrors which have been committed there, and when any attempts shall be made to arrest and punish them, they will be protected by the national flag and carried away in triumph and laugh at our fort. (CH 14 août 1795)

  • 17  Comme le note Philippe Girard, en 1796, un tiers de tous les officiers guadeloupéens et sept huiti (...)
  • 18  « Some Free Negroes have been seen on board French vessels with the national cockade. What effect (...)

31Et l’article de poursuivre, sur le ton de l’indignation, en demandant si on n’avait pas récemment vu à bord de vaisseaux français des « nègres libres » qui arboraient des cocardes tricolores ?17 Quel effet un tel spectacle peut-il produire sur les esclaves de la ville qui s’autorisent déjà davantage de liberté depuis les événements du Cap Français ? Selon « Caution », les deux fléaux à craindre des îles françaises sont, à n’en pas douter, la « fièvre jaune et les libres jaunes » (CH 14 août 1795, Ardouin 65).18

32Tandis que les prédations que subit la flotte américaine aux mains des corsaires français se multiplient – trois cents attaques pour la seule année de 1797, celles-ci se déroulant parfois même dans le port de Charleston – la colère des Charlestoniens envers la France et les Français ne cesse de grandir alors que l’on attribue au radicalisme de la Révolution française la paternité des différentes tentatives de soulèvements d’esclaves qui défraient régulièrement la chronique (Cobbett 422, Ratzlaff 113, Rodigneaux 116-17). Ainsi, lorsqu’en 1797, les autorités déjouent un complot servile, deux esclaves originaires de Saint-Domingue sont pendus. Ces derniers n’en étaient pas à leur coup d’essai. Lors de leur procès, ils ont dit vouloir reproduire les mêmes exactions qu’ils avaient commises sur l’île, avant de réduire Charleston en cendres (Powers 28-29, Davies 162). En novembre 1797, l’inquiétude des Charlestoniens grandit davantage lorsque sept personnes de couleur françaises qui s’apprêtent à incendier la ville sont interpellées et que les autorités soupçonnent des Français blancs originaires des Antilles d’être leurs complices (Cobbett 420-21, Diary 11 décembre 1797, Newport Mercury 12 décembre 1797). Dans la presse, au lendemain du procès des meneurs présumés, un article intitulé « French Setting Fire to Charleston » fustige les Charlestoniens qui ne doivent s’en prendre qu’à eux-mêmes au regard des scènes de patriotisme qui avaient eu lieu dans la ville autrefois. En effet, depuis le début de la guerre révolutionnaire en Europe, poursuit l’éditorialiste, les habitants de Charleston ont fait preuve « d’une folie excessive et d’une partialité pour les abominables Français » (Cobbett 422).

  • 19  On assiste également à un retournement de l’opinion publique dans l’arrière-pays. Ainsi, en 1797, (...)

33Si, dans un premier temps, la désaffection des Américains pour les réfugiés français se traduit par une forme d’indifférence, l’ingérence de Pierre Auguste Adet, l’ambassadeur français, lors de l’élection présidentielle américaine de 1796, le scandale provoqué l’année suivante par l’affaire XYZ ajoutés à la promulgation par le Directoire de mesures attentatoires à la liberté de circulation des mers pour les nations neutres, participent de la détérioration sans précédent des rapports entre la France et les États-Unis, qui conduit à la Quasi-guerre de 1798. Cette année-là, lors d’une réunion publique organisée dans l’église épiscopale St. Michael’s de Charleston, les jeunes hommes s’indignent du refus des autorités françaises de laisser Charles Cotesworth Pinckney, un Charlestonien, prendre ses fonctions d’ambassadeur à Paris. Ils dénoncent le manque de reconnaissance de la France et se disent prêts à entrer en guerre (CG 15 juin 1798, Fraser Reminiscences 46-47). Dans l’éventualité d’un conflit, deux forts militaires sont construits dans la rade de Charleston, Castle Pinckney et Fort Mechanic. Si l’édification du premier est rendu possible par des fonds fédéraux, le second, comme son nom l’indique, est à l’initiative et le fruit du labeur des artisans de Charleston, jadis ardents francophiles républicains (Fraser Reminiscences 47, Rosen 63).19

34Alors que la crise diplomatique favorise un rapprochement entre les Américains et les Britanniques, l’animosité envers les Français croît. Ces derniers sont particulièrement visés par les lois d’exception que le Congrès, majoritairement fédéraliste, adopte lors de l’été 1798, au premier rang desquelles figure l’Alien and Sedition Act. Celui-ci semble trouver son utilité immédiate lorsqu’au mois de janvier 1799, le secrétaire d’État américain, Timothy Pickering, adresse une lettre au gouverneur de Caroline du Sud pour l’inciter à la plus grande vigilance. En effet, selon Pickering, quatre agents du directoire français, « munis de missives de nature hostile à la paix […] des États-Unis » (Salem Gazette 12 mars 1799) ont embarqué à Hambourg et s’apprêtent à débarquer à Charleston. Pickering communique le nom du navire, l’identité ainsi que la description physique des passagers. Il ajoute que les suspects voyagent avec des malles à double fond qui dissimulent des lettres et des documents séditieux. Lorsque le navire fait son entrée dans le port, il est accueilli par les agents des forces de l’ordre. Les passagers suspects, ainsi que les malles au contenu sensible, sont rapidement identifiés. Sans autre forme de procès, des esprits courroucés souhaitent jeter les interpellés par-dessus bord. Seule l’intervention de gentilshommes, qui participent à l’opération de police, permet de l’empêcher. Trois mulâtres, un homme blanc et une femme blanche forment la bande des présumés comploteurs. Ils sont incarcérés au Fort Pinckney (Salem Gazette 12 mars 1799). Quatre jours plus tard, on se rend compte que les Français ne sont pas des agents du Directoire. Il s’agit en réalité de simples voyageurs qui, accompagnés de leurs serviteurs mulâtres, comptaient rendre visite à des connaissances à Charleston. Naturellement, ils sont libérés (Centinel of Freedom 26 mars 1799). Comme cet exemple le montre, les Français ne sont plus dans les bonnes grâces des Américains et font désormais l’objet de toutes les suspicions.

35En 1800, à la fin de la présidence de John Adams, la signature du Traité de Mortefontaine permet en effet d’apaiser les tensions diplomatiques entre les États-Unis et la France. Cependant, les visées impérialistes et les victoires répétées de la France, alors que Napoléon Bonaparte poursuit son irrésistible ascension politique, suscitent une vive inquiétude aux États-Unis, particulièrement dans les États du Sud, où l’on craint que la reconquête des Antilles ne constitue le prélude à une expansion continentale nord-américaine. Comme Charles Pinckney, devenu Sénateur au Congrès, de nombreux Sudistes estiment même qu’il serait moins dangereux de soutenir Toussaint-Louverture et l’indépendance de Saint-Domingue plutôt que de permettre aux Français de disposer d’un avant-poste militaire pour attaquer les États du Sud (Matthewson 67-68, Girard 406-09).

36En définitive, malgré la crainte de ses habitants, et la détection ça et là de complots d’esclaves, qui sont parfois fomentés par des réfugiés contre-révolutionnaires dans le but de pousser les États-Unis à intervenir militairement dans la Caraïbe, les révolutions française et de Saint-Domingue ne se sont pas exportées en Caroline du Sud. Il n’en demeure pas moins que ces événements marquent un tournant majeur dans l’histoire de l’État qui est contraint de repenser la politique sécuritaire de gestion de sa population de couleur, tout en pacifiant les tensions sociales grandissantes que nourrit la ferveur républicaine radicale.

La remise en cause de l’ordre social établi

37Comme nous l’avons vu, aux États-Unis, on s’inquiète très tôt du pouvoir de déstabilisation politique de la Révolution française (Marienstras & Wulf 122-25). Ceci est d’autant plus vrai qu’en Caroline du Sud, la Révolution française ravive des tensions de classes qui menacent l’ordre établi.

  • 20  Comme le notent Élise Marienstras et Naomi Wulf, les cinquante-cinq constituants qui se réunissent (...)

38Si des sociétés républicaines voient le jour à Charleston, elles sont organisées par des petits marchands ou des artisans (Schoenbachler 241-42). Malgré le ressentiment qu’ils éprouvent à l’égard des Anglais, en raison de la perte de milliers d’esclaves pendant la guerre d’indépendance, les grands planteurs et les négociants de Charleston, qui sont nombreux à être endettés auprès de maisons anglaises, restent très attachés à l’Angleterre et professent « après dîner que des propos très fédéralistes » (La Rochefoucauld-Liancourt 14). Pour l’élite dirigeante de Caroline du Sud, la perspective que le gouvernement central assume la lourde dette de l’État constitue un argument fédéraliste très convaincant (Phillips 732). Malgré l’indépendance américaine, la survie économique de la Caroline du Sud dépend donc étroitement, comme autrefois, du Royaume-Uni, pays vers lequel l’État exporte ses produits agricoles mais dont il est aussi tributaire pour l’importation de ses biens manufacturés. Dans ces conditions, l’assemblée de Caroline du Sud, qui est dominée par les avocats et les planteurs du Lowcountry, la région côtière du sud de l’État, ne s’oppose pas au retour des marchands britanniques et des Caroliniens du Sud convaincus de loyalisme. La classe dirigeante voit d’un très mauvais œil la remise en cause de la hiérarchie socio-raciale qu’engendrerait l’introduction d’une idéologie révolutionnaire radicale en Caroline du Sud (Palmer Age 529-530, Kennedy « French Jacobin » 7, La Rochefoucauld-Liancourt 13, « Citoyen Genêt au citoyen Lebrun, Charleston 16 avril 1793 » in De Witt 520). La crainte paraît d’autant plus justifiée qu’aux États-Unis, et en Caroline du Sud en particulier, la Révolution américaine n’a pas produit de véritables bouleversements dans la hiérarchie socio-raciale. Au contraire, elle a permis de conforter l’ordre établi, élitiste et conservateur (Dorigny 112, Marienstras & Wulf 109-10, Marienstras « Révoltes » 5, Fraser Charleston 171-73, Edgar 245-65).20

39De façon légitime, les classes laborieuses de Charleston voient dans la Révolution française une occasion de réitérer des revendications égalitaristes qui n’ont pas été réalisées grâce à la lutte d’indépendance américaine, en raison de la confiscation du pouvoir politique par une aristocratie dirigeante (Fraser Charleston 150-51). L’activisme militant des ouvriers blancs de Charleston n’est pas un phénomène nouveau. Dès les années 1760, les artisans manifestent bruyamment dans les rues de la ville et dénoncent les mesures britanniques qui les pénalisent sur le plan économique. Ils soutiennent activement le boycott des produits manufacturés anglais et n’hésitent pas à, parfois, s’en prendre physiquement aux Charlestoniens loyalistes aisés. En 1776, lors de la convention provinciale qui se tient à Charleston, les représentants des travailleurs blancs, à l’instar de Christopher Gadsen, sont les premiers à demander l’indépendance de la colonie, à la grande inquiétude de l’élite dirigeante de la ville (Walsh, Fraser Charleston 140-52). Au lendemain de la Révolution américaine, la mobilisation politique des petits blancs se poursuit et s’organise. Ainsi, les membres de la Marine Anti-Britannic Society, une société composée d’artisans, d’ouvriers, de marins et de travailleurs saisonniers, fustigent les anciens loyalistes, mais aussi l’élite patriote de Charleston, qu’ils accusent de compromission avec l’ennemi britannique (Fraser Charleston 140-152 , 171, Kennedy Braided Relations 47, 57, Phillips 535, Alden 111, Rochefoucauld-Liancourt 14).

  • 21  Dans les années 1790, la majorité des esclaves de Caroline du Sud sont concentrés dans les plantat (...)

40Si la classe dirigeante fédéraliste craint la violence de la mobocracy qui prend parfois la forme d’émeutes dans les rues de Charleston, elle s’inquiète également du mouvement de fronde qui gagne en intensité dans l’arrière-pays (Marienstras & Wulf 127, Edgar 247-48). Dans les années 1790, la majorité des habitants de l’intérieur des terres, qui représentent les quatre-cinquièmes de la population blanche de l’État et dont le nombre ne cesse de croître, possèdent peu ou pas d’esclaves et sont des républicains jeffersoniens francophiles.21À leur grand désarroi, comme la distribution des sièges de l’Assemblée s’effectue selon des critères d’imposition fiscale et non pas démographiques, le pouvoir politique est concentré entre les mains de l’oligarchie du Lowcountry qui dispose des trois-quarts des sièges de l’Assemblée. En 1786, la décision de déplacer la capitale de l’État dans l’intérieur des terres, à Columbia, est avant tout une mesure symbolique. Elle ne suffit pas à faire taire les revendications des résidents de l’arrière-pays qui exigent davantage de représentation politique à l’assemblée d’État. Pour se faire entendre, en 1794, les habitants de l’intérieur fondent la Representative Reform Association qui compte bientôt de nombreuses sociétés à travers l’État appelant toutes à une plus grande proportionnalité dans la composition de l’assemblée législative (Deyle 41, Edgar 251, 258-259, Fraser Charleston 151, Alden 146-52).

41Ainsi, alors que le flot de réfugiés de Saint-Domingue, qu’ils soient blancs ou de couleur, ne tarit pas et entraîne dans son sillage l’embrasement régulier de Charleston, laissant craindre le renversement du régime esclavagiste, la formation de sociétés démocratiques républicaines ajoutée à la montée de l’activisme politique des travailleurs blancs de la ville et dans l’arrière-pays contribue à aggraver l’antagonisme entre les classes sociales. Dans ce contexte politique et social hautement volatil, l’élite dominante redoute que le républicanisme d’inspiration française ne se transforme bientôt en une attaque dirigée contre la classe des maîtres-planteurs (Kennedy Braided Relations 47, 57, Fraser Charleston 171, Alden 111, Rochefoucauld-Liancourt 14, Marienstras & Wulf 127, Phillips 529-30, Edgar 247). Soucieuse de défendre ses intérêts, la classe dirigeante fédéraliste plaide en faveur d’un républicanisme débarrassé de toute revendication sociale. Plutôt que d’embrasser des idéaux de libération universels des peuples qui incluraient les esclaves, la classe politique souhaite désamorcer les conflits socio-raciaux susceptibles de naître des demandes égalitaristes formulées par les petits blancs et consent bientôt à démocratiser davantage l’accession à la propriété servile.

  • 22  Entre 1775 et 1883, on estime que la Caroline du Sud a perdu entre vingt et trente mille esclaves.
  • 23  De même, la constitution américaine avalise la pratique de l’esclavage avec le compromis des trois (...)
  • 24  Cette situation n’est pas spécifique à la Caroline-du-Sud. Comme le note Marie-Jeanne Rossignol, p (...)

42En 1785, au lendemain de la Révolution américaine, pour compenser la perte de près du tiers de leur main-d’œuvre asservie pendant la guerre d’indépendance, les Caroliniens du sud font l’acquisition de près de six mille esclaves, au prix d’un lourd endettement (Edgar 244-46, La Rochefoucauld-Liancourt 14, Morgan 92, Fraser Charleston 171).22 En 1787, lors de la ratification de la constitution à Philadelphie, les quatre délégués de Caroline du Sud, tous des avocats planteurs, et ceux de Géorgie, font reconnaître le particularisme économique du Sud et obtiennent l’autorisation de poursuivre la traite négrière internationale jusqu’en 1808 (Edgar 251).23 Toutefois, la même année, en raison de la crise économique qui frappe la Caroline du Sud, l’assemblée législative interdit l’importation d’esclaves pendant cinq ans.24 L’interdiction est renouvelée à plusieurs reprises et reçoit le soutien politique des grands planteurs du Lowcountry qui redoutent que la réouverture de la traite entraîne la dépréciation de leur main-d’œuvre servile. Malgré leur opposition, la demande est telle que, dans les années 1790, le commerce en esclaves, notamment en provenance des Antilles, reprend sous la forme de contrebande (Mancall 624, Phillips 539, Goldfarb 27, Fraser 185).

43Il faut dire qu’après 1793, rien ne semble pouvoir freiner le regain d’intérêt des Caroliniens du sud pour la main-d’œuvre esclave. En effet, comment ignorer et ne pas tirer profit de l’invention d’Eli Whitney qui voit le jour cette année-là ? Ce dernier, en imaginant l’égreneuse à coton, révolutionne la façon de traiter la plante et permet aux habitants de l’arrière-pays de Caroline du Sud de cultiver une variété à fibre courte, différente de celle que l’on trouve dans le Lowcountry, le coton du Sea Island. La demande en esclaves croît, alors que l’intérieur des terres et l’Ouest s’ouvrent à la production du coton dont les profits sont multipliés par l’innovation de Whitney (Mancall, Rosenbloom & Weiss 616).

  • 25  La Caroline du Sud se spécialise d’abord dans la culture du tabac et de l’indigo. Après 1815, le t (...)

44Outre son intérêt économique, l’engouement de tous les Caroliniens du Sud pour la main-d’œuvre asservie offre un autre avantage de taille : la diffusion homogène de la pratique esclavagiste à travers l’État. Considéré à une époque comme un haut lieu d’activité abolitionniste en raison de l’appartenance de ses résidents à des dénominations religieuses progressistes, l’arrière-pays voit sa population esclave augmenter de 60 % entre 1790 et 1800 (Edgar 259, 261). Le premier boom du coton, entre 1794 et 1819, enrichit significativement ceux qui le cultivent.25Les planteurs de l’intérieur acquièrent davantage de terres et d’esclaves et tissent des liens économiques, politiques et personnels avec l’élite de la côte (Klein 210-11). Ainsi, le développement de l’esclavage dans toutes les parties de l’État et l’enrichissement de l’arrière-pays font disparaître les divisions politiques articulées selon des lignes géographiques (Edgar 261-62).

  • 26  Si les sénateurs votent majoritairement pour la reprise de la traite négrière internationale, les (...)

45Devant le besoin criant en main-d’œuvre esclave, la Caroline du Sud, sous la pression des planteurs de l’arrière-pays dont le poids politique grandit à l’Assemblée, est le seul État à rouvrir la traite en 1803.26 Si elle contribue à l’unification politique et idéologique de l’État, cette décision participe également de la volonté d’étendre la pratique esclavagiste à tout le sud des États-Unis. En effet, après 1803, l’acquisition de la Louisiane offre la possibilité d’introduire l’esclavage dans les nouveaux territoires de l’Ouest. Sur le plan de la politique nationale, en raison du compromis des trois-cinquièmes et ses effets de redistribution en sièges à la Chambre des représentants, l’expansion de l’esclavage offre l’avantage d’assurer la représentation des intérêts sudistes au Congrès. Pour les Sudistes, conserver un contrepoids politique au Sénat est indispensable, alors que, depuis les années 1780, les États du Nord, sous l’effet conjugué du développement du mouvement abolitionniste et de l’industrie, abandonnent progressivement le recours à l’esclavage avec la mise en place d’une émancipation graduelle.

  • 27  À cette date, la ville compte 9 630 blancs et 10 843 personnes de couleur (Nixon 3).

46Entre le mois de janvier 1804 et le mois de décembre 1807, près de 39 000 esclaves transitent par la Caroline du Sud (Nixon 141). Pendant cette période, la population esclave du territoire augmente de près de 90 000 personnes, soit une croissance de près de 83 % (U. S. Bureau of the Census 339). La généralisation de la main-d’œuvre servile s’accompagne d’un durcissement des lois qui régissent la population de couleur, libre ou esclave. Dès 1800, au lendemain du soulèvement avorté de Gabriel Prosser en Virginie et alors que, pour la première fois de son histoire, la population blanche de Charleston se trouve en situation d’infériorité numérique par rapport à la population de couleur de la ville,27 l’État interdit les émancipations privées et renouvelle l’interdiction pour les personnes de couleur de se réunir sans la présence d’un Blanc (McCord 442-43, Digest 32).

47En Caroline du Sud, à mesure que la population esclave croît, l’heure n’est plus à la formulation de revendications républicaines radicales. Pour preuve, au mois de juillet 1804, John James Negrin, un réfugié de Saint-Domingue et imprimeur installé à Charleston, est arrêté au motif qu’il vend la Déclaration d’indépendance de la colonie française de Saint-Domingue rédigée par Dessalines. Parce qu’on l’accuse d’exciter l’insurrection parmi la population esclave et de troubler l’ordre public, Negrin est incarcéré et on lui confisque tout son matériel d’imprimerie qui est vendu aux enchères publiques (Hunt 111, Hagy 142-43). En choisissant de massivement importer des esclaves après 1803, la Caroline du Sud conforte un choix de société et, sans le savoir, pose les prémices d’une révolution d’une autre nature dont elle ignore encore le nom : la sécession.

Haut de page

Bibliographie

Abréviations :

CG : City Gazette
Col.G 
: Columbia Gazette
CH 
: Columbian Herald
SG
 : State Gazette

Sources Primaires

1. Correspondance diplomatique

« Documents historiques ». Thomas Jefferson, Étude historique sur la démocratie américaine. Cornelis De Witt. 3è édition. Paris : Didier et compagnie, 1864. 393-559.

Murdoch, Richard K. « Correspondence of French Consuls in Charleston, South Carolina, 1793-1797 ». The South Carolina Historical Magazine 74.1 (1973): 1-17. 

Murdoch, Richard K. « Correspondence of French Consuls in Charleston, South Carolina, 1793-1797 (Continued) ». The South Carolina Historical Magazine 74.2 (1973): 73-79.

2. Journaux

Centinel of Freedom. Newark, New Jersey, 5 octobre 1796- 30 décembre 1800.

City Gazette & Daily Advertiser. Charleston, South Carolina, 2 janvier 1792 - décembre 1800.

Columbia Gazette. Columbia, South Carolina, 28 janvier 1794 - 9 décembre 1795.

Columbian Herald. Charleston, South Carolina, 27 juillet 1793 - (?) septembre 1795.

Diary. New York, New York, 1 février 1796 - 18 mars 1797.

Newport Mercury. Newport, Rhode Island, 30 janvier 1759 - 30 décembre 1800.

State Gazette. Charleston, South Carolina, 28 mars 1785 - 31 décembre 1793.

3. Autres

Cobbett, William. Porcupine's Works; Containing Various Writings and Selections, Exhibiting a Faithful Picture of the United States of America; of their Government, Laws, Politics, and Resources; of the Characters of their Presidents, Governors, Legislators, Magistrates, and Military Men; and of the Customs, Manners, Morals, Religion, Virtues and Vices of the People: Comprising also a Complete Series of Historical Documents and Remarks, from the End of the War, in 1783, to the Election of the President, in March, 1801. Volume 7. London: Cobbett & Morgan, 1801.

Condy, Thomas D. A Digest of the Laws of the United States & the State of South-Carolina now of force, relating to the Militia. Charleston: A.E. Miller, 1830.

Digest of the Ordinances of the City Council of Charleston, from the Year 1783 to 1818. Charleston: Archibald E. Miller, 1818.

McCord, David J., ed. The Statutes at Large of South Carolina. vol. 7, Containing the Acts Relating to Charleston, Courts, Slaves, and Rivers. Columbia, SC: A.S. Johnston, 1840.

Nixon, J.B. Census of the city of Charleston, South Carolina, for the year 1848. Charleston, 1849.

Ordinances of the City Council of Charleston. Charleston: Young W.P, 1802.

« Témoignages de plusieurs citoyens de Charleston & Message du Gouverneur Vanderhost », 24 novembre 1795, S165009, message 0650, South Carolina Department of Archives and History, Columbia, South Carolina.

Thomas Cole and other Free Men of Colour, 13 janvier 1791, S165015, ND# 00181, Petitions to the General Assembly, South Carolina Department of Archives and History, Columbia, South Carolina.

U.S. Bureau of the Census. Seventh Decennial Census of the United States, 1850. Statistical View of the United States: embracing its territory, population—white, free colored, and slave—moral and social condition, industry, property, and revenue; the detailed statistics of cities, towns and counties; being a compendium of the seventh census, to which are added the results of every previous census, beginning with 1790, in comparative tables, with explanatory and illustrative notes, based upon the schedules and other official sources of information, by J.D.B. De Bow, superintendent of the United States Census. Washington D.C.: Beverley Tucker, Senate Printer, 1854.

Sources Secondaires

Alden, John R. The South in the Revolution, 1763–1789. Baton Rouge: Louisiana State UP, 1957.

Alderson, Robert J. This Bright Era of Happy Revolutions: French Consul Michel-Ange-Bernard Mangourit and International Republicanism in Charleston, 1792-1794. Columbia: U of South Carolina P, 2008.

Alderson, Robert J. « Charleston’s Rumored Slave Revolt of 1793 ». The Impact of the Haitian Revolution in the Atlantic World. Ed. David P. Geggus. Columbia, S.C.: U of South Carolina P, 2001.

Ardouin, Beauburn. Études sur l'histoire d'Haïti. Paris : Dezobry & Magdeleine, 1853.

Baur, E. John, « International Repercussions of the Haitian Revolution ». The Americas 26,4 (1970): 394-418.

Berlin, Ira. Slaves without Masters: The Free Negro in the Antebellum South. New York: Pantheon, 1975.

Brimelow, M. Judith & Michael E. Stevens. State Free Negro Capitation Tax Books Charleston, South Carolina, 1811-1860. South Carolina Department of Archives and History, Columbia.

Combs, Jerald A. The Jay Treaty; Political Battleground of the Founding Fathers. Berkeley: U of California P, 1970.

Davies, John. « Class, Culture, and Color: Black Saint-Dominguan Refugees and African-American Communities in the Early Republic ». Diss. U. of Delaware, 2008.

Deyle, Steven. « The Irony of Liberty: Origins of the Domestic Slave Trade ». Journal of the Early Republic 12.1 (1992): 37-62.

Dorigny, Marcel. Révoltes et révolutions en Europe et aux Amériques, 1773-1802. Paris : Belin, 2004.

Edgar, Walter B. South Carolina: A History. Columbia, S.C.: U of South Carolina P, 1998.

Egerton, Douglas R. He Shall Go out Free: The Lives of Denmark Vesey. Lanham, Md.: Rowman & Littlefield, 2004.

Fohlen, Claude. « Les Pères fondateurs et la Révolution française ». Les États-Unis face aux Révolutions : de la Révolution française à la victoire de Mao en Chine. Éd. Pierre Mélandri & Serge Ricard. Paris : L’Harmattan, 2006. 25-36.

Foner, S. Philip. The Democratic-Republican Societies, 1790-1800: A Documentary Sourcebook of Constitutions, Declarations, Addresses, Resolutions, and Toasts. Westport, Conn.: Greenwood, 1976.

Fordham, Monroe. « Nineteenth-century Thought in the United States: Some Influences of the Santo Domingo Revolution ». Journal of Black Studies, 6.2 (1976): 115–26.

Fraser, Charles. Reminiscences of Charleston. Charleston: J. Russell, 1854.

Fraser, Walter J. Charleston! Charleston! The History of a Southern City. Columbia, S.C.: U of South Carolina P, 1989.

Gaspar, David Barry & David Patrick Geggus, eds. A Turbulent Time: The French Revolution and the Greater Caribbean. Bloomington: Indiana UP, 1997.

Geggus, David. « Jamaica and the Saint-Domingue Slave Revolt, 1791-1793 ». The Americas 38.2 (1981): 219-33. 

Geggus, P. David., ed. The Impact of the Haitian Revolution in the Atlantic World. Columbia: UP of South Carolina, 2001.

Girard, Philippe R. « Rêves d’Empire: French Revolutionary Doctrine and Military Interventions in the Southern United States and the Caribbean, 1789-1809 ». Louisiana History: The Journal of the Louisiana Historical Association 48.4 (2007): 389-412.

Goldfarb, Stephen J. « An Inquiry into the Politics of the Prohibition of the International Slave Trade ». Agricultural History 68.2 (1994): 20-34.

Hagy, James W. & Bertrand Van Ruymbeke. « The French Refugee Newspapers of Charleston ». The South Carolina Historical Magazine 97.2 (1996): 139-48.

Hunt, Alfred N. Haiti's Influence on Antebellum America: Slumbering Volcano in the Caribbean. Baton Rouge: Louisiana State UP, 1988.

Kennedy, Cynthia M. Braided Relations, Entwined Lives: The Women of Charleston's Urban Slave Society. Bloomington: Indiana UP, 2005.

Kennedy, Michael L. « A ‘French Jacobin’ Club in Charleston, South Carolina, 1792-1795 ». The South Carolina Historical Magazine, 91.1 (1990): 4-22.

Klein, Rachel N. Unification of a Slave State: The Rise of the Planter Class in the South Carolina Backcountry, 1760-1808. Chapel Hill: U of North Carolina P, 1990.

La Rochefoucauld-Liancourt, François-Alexandre-Frédéric. Voyage dans les États-Unis d'Amérique, Fait en 1795, 1796 et 1797. Paris : Du Pont, 1799.

Lemarchand Guy, « À propos des révoltes et révolutions de la fin du xviiie siècle », Annales historiques de la Révolution française 340 (avril-juin 2005) : 145-74. 11 juillet 2012.
<http://ahrf.revues.org/2236>

Link, Eugene Perry. Democratic-Republican Societies, 1790-1800. New York: Columbia UP, 1942.

Mancall, Peter C., Joshua L. Rosenbloom, & Thomas Weiss. « Slave Prices and the South Carolina Economy, 1722-1809 ». The Journal of Economic History 61.3 (2001) : 616-39.

Mantoux, Paul. « Le Comité de Salut public et la mission de Genet aux États-Unis ». Revue d'histoire moderne et contemporaine (1899-1914) 13.1 (1909/1910) : 5-35.

Mantoux, Paul. « Révoltes, révolution, radicalisme ». Transatlantica 2 (2006). 12 juillet 2012.
<http://transatlantica.revues.org/1143>.

Marienstras Élise & Naomi Wulf. Révoltes et révolutions en Amérique. Paris : Atlande, 2005.

Matthewson, Tim. A Proslavery Foreign Policy : Haitian-American Relations During the Early Republic. Westport, Conn. : Praeger, 2003.

Melandri, Pierre & Serge Ricard, eds. Les États-Unis face aux Révolutions : de la Révolution française à la victoire de Mao en Chine. Paris : L’Harmattan 2006.

Moisy, Claude. Le citoyen Genet, la Révolution française à l’assaut de l’Amérique. Toulouse : Privat, 2007.

Morales, Jose. « Fleeing the Nightmare: French Émigrés in Cuba and Louisiana during the Haitian Revolution, 1791-1810 ». MACLAS Latin American Essays 14 (2000).

Morgan, Philip D. « Black Society in the Low Country, 1760-1810 ». Slavery and Freedom in the Age of the American Revolution. Ira Berlin & Ronald Hoffman eds. Charlottesville: United States Capitol Historical Society by the UP of Virginia, 1983. 83-141.

Palmer, R. Roswell. « A Revolutionary Republican: M. A. B. Mangourit ». The William and Mary Quarterly 9.4 (1952): 484-96.

Palmer, R. Roswell. The Age of the Democratic Revolution. Princeton, N.J.: Princeton UP, 1959.

Phillips, Ulrich B. « The South Carolina Federalists, I ». The American Historical Review 14.3 (1909): 529-543.

Phillips, Ulrich B. « The South Carolina Federalists, II ». The American Historical Review 14.4 (1909): 731–43.

Pierce, J. Jennifer, « Discourses of the Dispossessed: Saint-Domingue Colonists on Race, Revolution and Empire, 1789-1825 ». Diss. Binghamton U, 2005.

Powers, Bernard Edward. Black Charlestonians: A Social History, 1822-1885. Fayetteville: U of Arkansas P, 1994.

Ratzlaff, K. Robert. John Rutledge, Jr.: South Carolina Federalist, 1766-1819. New York: Arno, 1982.

Robertson, David. Denmark Vesey. New York: Knopf, 1999.

Rodigneaux, Michel. La Guerre de Course en Guadeloupe, xviiie-xixe siècles, ou, Alger sous les Tropiques. Paris: L’Harmattan, 2006.

Rosen, Robert N. A Short History of Charleston. San Francisco: Lexikos, 1982.

Rossignol, Marie-Jeanne. Le ferment nationaliste : aux origines de la politique extérieure des États-Unis, 1789-1812. Paris : Belin, 1994.

Rossignol, Marie-Jeanne. « Les États-Unis face à la Révolution haïtienne ». Les États-Unis face aux Révolutions : de la Révolution française à la victoire de Mao en Chine. Paris: L’Harmattan, 2006.

Schoenbachler, Matthew. « Republicanism in the Age of Democratic Revolution: The Democratic-Republican Societies of the 1790s ». Journal of the Early Republic 18.2 (July 1998): 237-61.

Walsh, Richard. « The Charleston Mechanics: A Brief Study, 1760-1776 ». The South Carolina Historical Magazine 60.3 (1959): 123-44.

White, Ashli. « ‘A Flood of Impure Lava’: Saint Dominguan Refugees in the United States, 1791-1820 ». Diss. Columbia U, 2003.

White, Ashli. Encountering Revolution: Haiti and the Making of the Early Republic. Baltimore: Johns Hopkins UP, 2010.

Haut de page

Notes

1  Élise Marienstras, dans « Révoltes, révolution, radicalisme », détaille les différentes interprétations et débats autour de la Révolution américaine. Pour un bilan historiographique des nombreuses études publiées lorsque la question des révoltes et des révolutions en Europe et aux Amériques, de 1773 à 1802 était au programme des concours de recrutement des enseignants du second degré d’histoire (2004-07), voir Lemarchand. Sur les effets de la Révolution française dans les Antilles, voir Gaspar & Geggus, Geggus, Girard. Sur l’exportation de la révolution de Saint-Domingue dans le monde atlantique et aux États-Unis, voir Hunt, Geggus The Impact of the Haitian Revolution et White Encountering Revolution.

2  À ce jour, l’étude la plus complète sur les effets de la Révolution française en Caroline du Sud et à Charleston est celle d’Alderson. Cependant elle se concentre principalement sur l’histoire du Consul Mangourit pendant ses deux années de fonction à Charleston entre 1792-1794. Si Klein consacre un chapitre aux effets de la Révolution française en Caroline du Sud, son analyse porte essentiellement sur des questions politiques.

3  Il rencontre également Thomas Pinckney, Charles Cotesworth Pinckney, Christopher Gadsen, John Rutledge, Ralph Izard et Alexander Gillon. En 1773, John Rutledge, Charles Cotesworth Pinckney et Christopher Gadsen, qui représentent respectivement les intérêts des marchands, des planteurs et des artisans, ont joué un rôle majeur dans l’opposition de la Caroline du Sud au Tea Act.

4  Pour attirer davantage de membres, la société fait de la publicité dans la presse locale. Pierre Luby est élu président de la société. La société compte 30 membres à la mi-janvier 1792. La société change de nom à deux reprises en 1793 et en 1794 ; elle s’appelle d’abord la Société des amis de la liberté et de l’égalité puis la Société des sans-culottes.

5  Le 17 janvier 1793, lors des célébrations républicaines, le consul Mangourit arrête la procession devant l’église huguenote et se décoiffe en signe « d’expiation des persécutions de Louis xiv » (Fraser Reminiscences 41).

6  Des fêtes civiques similaires ont lieu à Philadelphie et à New York (Moisy 161, 245).

7  Stephen Drayton est le président de la Republican Society. Sur les sociétés démocratiques républicaines aux Etats-Unis, voir Link, Foner et Schoenbachler.

8  En raison de leur proximité géographique, les villes portuaires de la côte Atlantique (Philadelphie, Norfolk, New York, Baltimore) ou de la région du Golfe du Mexique, notamment la Nouvelle-Orléans, accueillent un nombre important de réfugiés de la Caraïbe (Fordham 116, Davies 43, Baur 394-418).

9  Tous les consuls qui ont pris part à l’armement des corsaires sont démis de leurs fonctions.

10  Soit environ 3,5 % de la population totale de la ville. Nous ne disposons cependant pas de précision sur l’appartenance raciale ni sur le statut juridique des réfugiés. On estime qu’en 1809, près de 75 personnes de couleur libres originaires de Saint-Domingue ont élu domicile à Charleston. A cette même date, on recense 175 esclaves et 500 blancs originaires de Saint-Domingue dans la ville. À titre de comparaison, à la même date, la Nouvelle-Orléans compte près de 10 000 réfugiés de Saint-Domingue. Parmi ces derniers se trouvent 3 225 libres de couleur et 3 100 esclaves (Davies 148).

11  Cependant, comme le notent James Hagy et Bertrand Van Ruymbeke, ces journaux publiés en langue française sont à l’initiative d’éditeurs originaires de Saint-Domingue qui comptent sur les souscriptions de réfugiés pour leur fonctionnement. En raison du faible nombre de lecteurs français et de l’indigence des réfugiés, ces journaux ont une espérance de vie très courte.

12  Lorsque le théâtre français ferme en raison d’une série de scandales, Placide prend la tête du théâtre de Charleston.

13  Ainsi, entre 1791 et 1795, Jean Paul Coste, le pasteur de l’église huguenote, est aussi professeur de français au collège de Charleston. En 1807, les treize enseignantes d’étiquette de la ville, qui instruisent les jeunes Charlestoniennes dans l’art des bonnes manières, sont toutes d’origine française.

14  « […] do not presume to hope that they shall be put on an equal footing with the Free White Citizens of this State » (Thomas Cole and other Free Men of Colour).

15  « Provided always that the said American vessels do carry and land their Cargoes in the United States only, it being expressly agreed and declared that during the Continuance of this article, the United States will prohibit and restrain the carrying any Melasses, Sugar, Coffee, Cocoa or Cotton in American vessels, either from His Majesty's Islands or from the United States, to any part of the World, except the United States […] » (British-American Diplomacy : The Jay Treaty ; November 19, 1794. 17 septembre 2012 <http://avalon.law.yale.edu/18th_century/jay.asp#art12>).

16  Qualifié par les Caroliniens du Sud de vol, il semble qu’en réalité ces esclaves aient pris la fuite avec l’assistance du capitaine.

17  Comme le note Philippe Girard, en 1796, un tiers de tous les officiers guadeloupéens et sept huitièmes des soldats de l’île sont noirs. De nombreux navires de course guadeloupéens, battant pavillon français, comptent un équipage composé de personnes de couleur. Quinze de ces bâtiments ont même un capitaine noir (Girard 395).

18  « Some Free Negroes have been seen on board French vessels with the national cockade. What effect must this produce on our slaves, already become very licentious, since the affair of the Cape […]. There are two great sources of evil we have to dread from the French islands, the yellow fever and the yellow freemen ». Le qualificatif « jaune » est parfois utilisé dans les îles de la Caraïbe pour désigner les mulâtres.

19  On assiste également à un retournement de l’opinion publique dans l’arrière-pays. Ainsi, en 1797, lors des célébrations de la fête nationale du 4 juillet de Pendleton, une ville de l’intérieur, les habitants portent un toast à la santé du Général La Fayette mais refusent de boire à la santé de la France. L’année suivante, lors des mêmes festivités, ils condamnent ouvertement la façon dont la France a traité les envoyés américains et les attaques répétées que subissent les navires américains de la part des corsaires français (Klein 235).

20  Comme le notent Élise Marienstras et Naomi Wulf, les cinquante-cinq constituants qui se réunissent à Philadelphie en 1787, pour ratifier la constitution, sont issus de l’élite locale possédante et sont peu représentatifs des quatre millions d’Américains. En effet, selon Dorigny, la guerre d’indépendance américaine est avant tout une révolution politique et non une révolution sociale et économique.

21  Dans les années 1790, la majorité des esclaves de Caroline du Sud sont concentrés dans les plantations du Lowcountry où ils représentent plus du deux-tiers de la population totale (Alden 42-43, 146, Edgar 259).

22  Entre 1775 et 1883, on estime que la Caroline du Sud a perdu entre vingt et trente mille esclaves.

23  De même, la constitution américaine avalise la pratique de l’esclavage avec le compromis des trois-cinquièmes qui permet de comptabiliser les esclaves dans le nombre de sièges alloués aux États esclavagistes à la Chambre des représentants.

24  Cette situation n’est pas spécifique à la Caroline-du-Sud. Comme le note Marie-Jeanne Rossignol, pour des raisons politiques et économiques, aux « […] États-Unis, les années 1780, marquent plutôt une phase où l’esclavage régresse » (« États-Unis » 41).

25  La Caroline du Sud se spécialise d’abord dans la culture du tabac et de l’indigo. Après 1815, le territoire se tourne presque exclusivement vers la culture du riz mais surtout du coton qui s’avère plus rémunératrice.

26  Si les sénateurs votent majoritairement pour la reprise de la traite négrière internationale, les représentants sont divisés sur la question. Comme en 1787, la majorité des représentants du Lowcountry, qui préservent jalousement leurs intérêts et leur domination économique, sont opposés à l’importation d’esclaves. L’issue favorable de ce vote est rendue possible par le soutien unanime des représentants de l’arrière-pays à cette mesure mais également au ralliement des représentants de deux districts du Lowcountry, Beaufort et Colleton (Goldfarb 29, Fraser Charleston 188).

27  À cette date, la ville compte 9 630 blancs et 10 843 personnes de couleur (Nixon 3).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lawrence Aje, « L’évolution de la perception de la France et des français en Caroline du Sud à l’heure des révolutions française et de Saint-Domingue 1789-1804 », XVII-XVIII, 69 | 2012, 85-116.

Référence électronique

Lawrence Aje, « L’évolution de la perception de la France et des français en Caroline du Sud à l’heure des révolutions française et de Saint-Domingue 1789-1804 », XVII-XVIII [En ligne], 69 | 2012, mis en ligne le 15 juillet 2016, consulté le 21 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/1718/610 ; DOI : 10.4000/1718.610

Haut de page

Auteur

Lawrence Aje

Université de Versailles-Saint Quentin en Yvelines

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals