Navigation – Plan du site
La France et les Français

Entre gallophobie et gallomanie : la perception de la France chez les marchands américains en voyage, 1776 - 1815

Maud Gallet‑Guillon
p. 117-136

Résumés

Alors que les colonies américaines proclament en 1776 leur rupture politique avec la Mère Patrie, la France propose aux insurgés une coopération militaire et commerciale. Les marchands américains sont au cœur des nouveaux réseaux d’échanges franco-américains, et un séjour dans le pays leur permet de dépasser leurs a priori, nouer des contacts et définir l’identité nationale de la jeune République. Comment la France est-elle perçue dans les récits des marchands en voyage entre les deux guerres d’Indépendance (1776-1815) ? L’ennemi de toujours devient un partenaire économique, une « république-sœur » en 1789 et un nouveau modèle culturel. Mais alors qu’à partir de 1793 la France s’enfonce dans la Terreur, les guerres révolutionnaires puis napoléoniennes, l’admiration fait place à la suspicion et à la répulsion. Les voyageurs américains prennent conscience qu’ils ne forgeront pas leur identité en imitant l’Europe, mais en s’en détachant.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  « The plain sense of mankind will see the difference between [the American and French Revolutions] (...)

1Lorsqu’en 1796, le marchand de Boston Thomas Handasyd Perkins est reçu par George Washington à Mount Vernon, il ne manque pas d’observer un portrait du Général La Fayette ainsi que l’une des clés de la Bastille sur les murs de sa chambre (Perkins 200). Ce sont là deux illustrations des innombrables liens qu’ont su tisser la France et les États-Unis entre la fin du xviiie siècle et le début du siècle suivant. Cependant, l’entente n’a pas toujours été cordiale, comme peuvent en témoigner les propos de John Quincy Adams dans la préface d’un ouvrage de Friedrich von Gentz qui compare les révolutions américaine et française : Adams nie toute ressemblance entre les deux événements, allant même jusqu’à affirmer que la première représente le bien quand la deuxième incarne le mal.1 Ces deux exemples traduisent combien les relations franco-américaines ont été mouvementées au cours de la période, nourries successivement de suspicion, d’admiration, de fascination et de répulsion.

  • 2  « By the breach with Britain, our national affections were partly […] transferred to France. She b (...)
  • 3  « The French Revolution was the most influential international event in the emergence of a distinc (...)
  • 4  1797 summer edition of the Williamsburg Virginia Gazette (Hale 148).

2Il s’agit ici d’examiner l’évolution de la perception de la France à travers les témoignages de plusieurs marchands américains en voyage entre les deux guerres d’Indépendance, de 1776 à 1815. Quel est le rôle joué par la France dans la construction de l’identité de la jeune République américaine? Comme l’a montré Linda Colley, tout individu se construit en opposition par rapport à un « Autre » qui, pour les Américains, est avant tout britannique (Colley 5-6). Cependant, la France, en tant qu’allié militaire, partenaire économique et nouveau modèle culturel, intervient pleinement dans ce processus. Pour reprendre l’image utilisée par un Américain en 1798 dans la Gazette de Philadelphie, la France devient un « parent adoptif » vers lequel les colonies reportent leur affection après avoir été trahies par leur mère indigne et cruelle.2 Lorsqu’en 1789 la France fait à son tour sa révolution, l’Amérique toute entière s’enthousiasme et y voit le triomphe des principes universels d’égalité et de liberté qui ont vu le jour aux États-Unis et se propagent à présent au Vieux Continent (Ziesche 7). Cependant, cet engouement retombe peu à peu : à partir de 1793, la France de la Terreur, régicide et excessive, divise la population américaine en deux camps – Fédéralistes anglophiles contre Républicains gallomanes – qui s’affrontent autour de la signification des événements français et, au-delà, du sens à donner à leur propre révolution et aux institutions qui en ont découlé.3 Le cosmopolitisme des années 1790 cède alors la place à un patriotisme qui sort renforcé à chaque crise impliquant les deux grandes puissances européennes, et pousse les Américains à proclamer haut et fort la spécificité et la supériorité de leur modèle républicain. La norme est désormais américaine et les États-Unis se définissent en tournant le dos à la fois à l’Angleterre et à la France, comme le déclare un Américain anonyme en 1797 dans la Gazette de Virginie : « I am neither a Frenchman nor an Englishman, but a real native American ».4 Il apparaît clairement que c’est au contact de la France – tout autant que celui de la Grande-Bretagne – que l’identité américaine se précise et se renforce.

3Dans ce contexte, le séjour en France prend tout son sens puisqu’il offre aux visiteurs américains la possibilité de façonner une nouvelle image du pays en mettant à mal les stéréotypes hérités de la période coloniale, d’encourager les liens d’affaires et d’amitié, et même d’adopter certains traits nationaux, ou au contraire d’exacerber les différences qui subsistent entre les deux pays. À travers la description de la France dans les témoignages des voyageurs, se dessine également un portrait en creux de l’Amérique qui conforte le visiteur et ses lecteurs dans un sentiment de fierté nationale, faisant ainsi du voyage et de son récit un formidable outil dans l’émergence d’une conscience américaine.

  • 5  Peterson 585-88 ; Nettels 4-6. Pour un exemple concret, consulter The Papers of Henry Laurens qui (...)

4Un mot sur le choix des marchands comme objet d’étude. Certes moins connus que les diplomates comme Benjamin Franklin, John Adams ou Thomas Jefferson, les marchands ont toutefois été au cœur des réseaux d’échanges franco-américains. Leur séjour en France avait avant tout un objectif commercial : il s’agissait de nouer ou consolider des contacts avec les maisons françaises, de rechercher de nouveaux marchés et de défendre les intérêts économiques du pays, notamment en plaidant en faveur d’un commerce libre.5 Certains d’entre eux étaient également des industriels ou des planteurs, et portaient une attention toute particulière aux machines et tout autre progrès technique dont ils espéraient faire bénéficier leur jeune nation. Leurs centres d’intérêt ne se limitaient pas pour autant aux seuls aspects économiques de la France : dignes représentants des Lumières, leur curiosité était presque sans limites et leur connaissance souvent encyclopédique. À la fois philosophes, scientifiques, amateurs d’art ou hommes de lettres, ils étaient animés d’un profond désir de découvrir les richesses du pays et ont été, à ce titre, des intermédiaires culturels de premier ordre.

  • 6  Adam Smith défend la même idée dans La Richesse des Nations : «The proprietor of stock is properly (...)

5Quels liens économiques ces marchands ont-ils développé outre-Atlantique? Quelle attitude adoptèrent-ils face aux diverses crises politiques qui ont ponctué la période ? Quel impact le voyage eut-il sur leur vision des deux pays ? Les visiteurs reviennent-ils en Amérique plus tolérants ? Nous tenterons d’apporter des réponses à ces questions. Rappelons qu’au xviiie siècle, les marchands sont parfois décrits comme des citoyens du monde : en pratiquant des échanges commerciaux à travers le monde, ils font partie d’une même communauté qui dépasse toute frontière nationale. Joseph Addison écrit ainsi dans The Spectator: « Factors in the Trading World are what Ambassadors are in the Politick World; […] [Merchants] knit Mankind together in a mutual intercourse » (Addison 264).6 Dans quelle mesure les marchands américains séjournant en France se comportent-ils en dignes voyageurs cosmopolites ?

6Nous procéderons de manière chronologique, en commençant par examiner la perception de la France chez les marchands à la fin de la période coloniale : pétris de culture britannique, les visiteurs ont alors une piètre opinion du pays, qu’ils corrigent grâce à leur séjour. Au fur et à mesure que le conflit progresse, la méfiance fait place à la gratitude. Les marchands patriotes en mal de partenaires commerciaux s’emploient à faire fructifier les échanges avec la France et sont à l’origine de nombreux transferts technologiques et culturels. Nous observerons néanmoins les premiers signes de divergences qui témoignent de la fragilité de ce rapprochement. Nous nous intéresserons pour finir à l’attitude de rejet des visiteurs après la Terreur : les marchands américains se perçoivent comme radicalement différents des Français et ne cherchent plus qu’à tirer profit de leur neutralité dans les guerres européennes afin de faire prospérer leur nation.

  • 7  S’il est indéniable que les Fédéralistes trouvent leur principal soutien dans les milieux d’affair (...)

7Une dernière remarque concernant l’identité des marchands étudiés : une quinzaine de voyageurs ont été sélectionnés. Ils font tous partie de l’élite de la société américaine mais ne bénéficient pas des mêmes ressources financières. Certains sont de véritables « princes marchands », gravitant dans les cercles les plus influents, quand d’autres ont des revenus beaucoup plus modestes et connaissent de sévères revers de fortune. S’ils voyagent avant tout pour affaires, ils se comportent aussi en touristes, et leur séjour en Europe n’a parfois rien à envier au Grand Tour qu’affectionne l’aristocratie européenne. En ce qui concerne leur appartenance politique, les visiteurs en France pendant la guerre d’Indépendance sont en majorité des Patriotes, peu de Loyalistes en exil se risquant en territoire ennemi. Entre 1783 et 1815, ils se répartissent de manière égale entre Fédéralistes et épublicains, ce qui ne reflète pas la situation en Amérique puisque les négociants rejoignent pour la plupart les rangs du parti fédéraliste (Nettels 126).7 Entre 1785 et 1800, les aléas de la situation politique de la France révolutionnaire, puis les relations diplomatiques tendues au moment de la « quasi-guerre », rendent périlleux le voyage. Certains marchands se risquent néanmoins en France après la chute de Robespierre pour tirer profit des conflits européens. Ils sont également quelques-uns à faire le déplacement au tout début du xixe siècle, notamment pendant la courte période de la paix d’Amiens, mais leur nombre chute à nouveau après les blocus économiques et l’embargo de 1806-1807, et ce jusqu’à la fin des conflits en 1815.

8Les sources utilisées sont des récits de voyage, des correspondances et des mémoires.

*

9Qu’en est-il de la vision des marchands à la fin de la période coloniale ? Il apparaît clairement que les visiteurs partagent les stéréotypes anti-français de leurs concitoyens britanniques. Ainsi, Jabez Maud Fisher (1750-1779), jeune Loyaliste et marchand quaker de Philadelphie, est frappé dès son arrivée sur le sol français en 1776 par un profond sentiment d’étrangeté, qui se renforce à mesure qu’il part à la découverte dans le pays. L’altérité est telle qu’il peine à l’intégrer :

France fills me with a thousand droll Ideas. The Novelty of the Thought, the Novelty of the Scene, the difference of the People in their Behaviour, Appearance, Manner, Custom and Language, the drollery of their Furniture, the oddness of their houses and every thing is so different, so new, that I have not yet had time to expand my Imagination for the conception of the variety of objects that crowd upon it. (Fisher 270-71)

10Le voyageur n’a rien ressenti de tel en Angleterre. Au contraire, tout ce qu’il observe en France lui paraît risible, à commencer par la diligence dans laquelle il monte à Calais qu’il dépeint comme étant « grossière, maladroite et grotesque ». S’ensuit une liste de préjugés anti-français on ne peut plus classiques : il rejette la religion catholique et ses rituels « superstitieux », critique l’iniquité du système judiciaire où tout est contrôlé par le Roi, se moque de la puissance militaire française pendant la guerre de Sept Ans en mentionnant un plan d’attaque de l’Angleterre « trop ridicule pour être exécuté » et il trouve la mode française peu à son goût, avec ses vêtements « coûteux et trop voyants » (Fisher 271-78). Il s’attaque également aux conditions de vie déplorables des paysans qui n’ont ni charbon ni bois de chauffage et dont les enfants sont réduits à la mendicité. Dans la plus pure tradition des voyageurs britanniques en France, il note cependant chez ces « pauvres miséreux » une certaine insouciance et une joie de vivre, qui devraient, selon lui, encourager les Anglais à ne plus se plaindre de leur sort, bien plus enviable que celui de leurs voisins :

Without the enjoyment of Liberty or Competence, [the Frenchmen] smile at Grief and bid Defiance to Care, while an Englishman with every blessing that heaven has in Store poured on him with unlimited Profusion is perpetually murmuring at his fate, unhappy while Peace and Plenty flow in upon him. (Fisher 272)

11On sait que l’anticatholicisme et la gallophobie sont des éléments clés de l’identité britannique au xviiie siècle (Colley 5). Le voyage en France donne donc aux colons l’occasion de réaffirmer, à travers leurs témoignages, leur fierté d’appartenir à l’empire, qui incarne à leurs yeux les valeurs de justice, de liberté et de tolérance.

12La suite du séjour permet-elle à Jabez Maud Fisher de remettre en question ses préjugés ? Son journal ne fournit pas plus de détails, mais il reçoit, en 1777, la lettre d’une jeune Française, par qui on apprend qu’il vient de passer plusieurs mois dans la capitale. Le jeune Quaker aurait finalement succombé aux doux plaisirs de la vie parisienne, comme le suggère ce court extrait : « Gai éprouve la plus douce satisfaction Mon cher ami à la réception de votre charmante lettre, gai lu avec plaisir que vous panse a moi et rien ne me plairait tant que de croire a toutes les galanteries que vous me dites » (Fisher 6 décembre 1777 Papers).

  • 8  Depuis la création des empires coloniaux en Amérique du Nord, les Britanniques et les Français – a (...)

13On retrouve un sentiment de méfiance voire de franche hostilité vis-à-vis de la France chez les marchands loyalistes en exil, mais aussi chez certains négociants patriotes au tout début du conflit révolutionnaire. Rappelons que la collaboration militaire franco-américaine avait de quoi surprenante et susciter bien des craintes : les insurgés s’alliaient à une monarchie de droit divin, qui, de surcroît, était un adversaire de longue date et une grande puissance catholique.8 Pour le marchand loyaliste Samuel Curwen (1715-1802) en exil à Londres, la signature du traité d’alliance franco-américain sonne le glas de tout l’empire britannique : « The coup de grace is given to British glory ; its Sun is set ! […] [America] allied itself to her natural, professed, and most dangerous enemy” (Curwen 432-34).

  • 9  « With absolute certainty I can say, if France was to give America one million sterling per year, (...)

14Le patriote William Lee (1739-1795), marchand de Virginie envoyé à Nantes par le Congrès, redoute pour sa part les « visées impérialistes » de la France et dénonce ce qui apparaît à ses yeux comme la malhonnêteté des négociants français, qui refusent d’accorder des prêts aux Américains en dépit des immenses bénéfices qu’ils retirent du commerce avec les États-Unis.9

  • 10  « I have hitherto found Traveling in France, in all respects much easier, and abundantly more plea (...)

15Si les visiteurs de la période débarquent tous en France avec des a priori négatifs, ils repartent toutefois globalement satisfaits de leur séjour. En 1772, le planteur et marchand de Caroline du Sud Henry Laurens (1724-1792), d’origine huguenote, trouve son périple dans le sud et l’ouest du pays « extrêmement plaisant et instructif » et moins pénible que ne le présageaient les mises en garde de ses hôtes Britanniques.10 Il se délecte de cuisses de grenouilles (considérées comme le plat national) et apprécie la douceur du climat, la bonne qualité de l’air, ainsi que l’extrême politesse des Français qu’il ne retrouve pas Outre-Manche (Laurens 413). Le visiteur ne se contente pas d’être témoin, il se fait également passeur de savoirs : il envoie à son frère plusieurs pieds de vignes et d’oliviers qu’il espère introduire en Caroline du Sud et examine avec la plus grande attention les canaux français dans l’espoir d’en faire bénéficier sa colonie. Toutefois, si transferts de technologie il y a, le voyageur ne mentionne aucune transaction avec des négociants français. En effet, les Lois de Navigation britanniques interdisaient aux colons tout échange avec des puissances étrangères. Si un trafic interlope s’était développé avec les Antilles françaises (notamment la contrebande de sucre), il faudra néanmoins attendre la rupture des échanges avec la Grande-Bretagne pour voir apparaître une collaboration franco-américaine officielle (Johnson 125-49 ; Tyler ; Matson 206, 213).

16Le voyage en France à la fin de la période coloniale aide donc les Américains à confronter leurs stéréotypes à la réalité, à s’ouvrir à la culture française et à tisser des liens entre les deux pays, une tendance qui va s’accélérer après 1778.

*

  • 11  Voir par exemple la lettre de Jonathan Williams aux commissionnaires américains à Paris, écrite le (...)

17Dès 1777, les premiers agents commerciaux nommés par le Congrès débarquent en France et sont chargés d’approvisionner l’armée américaine. Jonathan Williams (1750-1815) achemine ainsi depuis Nantes et Lorient des vivres, des vêtements, chaussures et couvertures, des armes et munitions, ou encore des ouvrages de stratégie militaire.11 Cette aide s’avère cruciale pour les colonies qui affrontent alors l’une des armées les plus puissantes au monde, sans aucune industrie lourde, usine d’armement ou industrie textile. Ces agents sont rejoints par des négociants américains en quête de nouveaux marchés, comme Elkanah Watson (1758-1842), marchand de Providence, qui s’associe à un Français en 1779 pour échanger du tabac de Virginie et du Maryland contre des produits manufacturés et des articles de luxe français. Peu de temps après son arrivée, le jeune Américain écrit à son ancien employeur John Brown qu’il est ravi de ses perspectives d’avenir: « every thing has as yet succeeded to my most sanguine wishes, & I have a pleasing alluring field open’d for accumulating wealth, combin’d in the pursuit of refin’d pleasure » (Elkanah Watson to John Brown, Nantes, 1st October 1779 Papers).

18Toutefois, la coopération ne se limite pas aux domaines économiques : la France offre également un nouveau modèle culturel qui aide les anciens colons à rompre avec leur héritage britannique et à se construire un caractère national distinct. Watson encourage ses concitoyens à se détacher des manières anglaises qu’il juge « gauches, froides et distantes », pour adopter l’élégance, l’aisance et la gaieté françaises :

I trust, that our alliance and intercourse with France may enable us, as a nation, to shake off the leading-strings of Britain, – the English sternness and formality of manner; retaining, however, sufficient of their gravity, to produce, with French ease and elegance, a happy compound of national character and manners, yet to be modelled. (Watson Men and Times 104)

19La France est devenue une deuxième patrie pour ce marchand qui, on l’a compris, est un Républicain convaincu. Cet engouement pour les manières françaises est partagé par le négociant fédéraliste William Bingham (1752-1804) et son épouse Anne qui séjournent en France en 1785. Cette dernière semble avoir parfaitement intégré les usages du pays puisque, selon les dires de la jeune Abigail Adams, elle se poudre à l’excès le visage (Adams 50). Elle voue par ailleurs une profonde admiration aux Parisiennes tenant salon et envie l’influence politique qu’elles exercent sur la société. À Thomas Jefferson qui accuse ces femmes d’être frivoles et superficielles, Anne Bingham répond :

  • 12  Thomas Jefferson to Anne Willing Bingham, Paris, Feb. 7 1787 and Anne Willing Bingham to Thomas Je (...)

In what other Country can be found a Marquise de Coigny, who, young and handsome, takes a lead in all the fashionable Dissipation of Life, and at more serious moments collects at her House an assembly of the Literati, whom she charms with her Knowledge and her bel Esprit. The Women of France interfere in the politics of the Country, and […] have obtained that Rank and Consideration in society, which the Sex are intitled to, and which they in vain contend for in other Countries.12

20À leur retour à Philadelphie, les Bingham s’emploient à copier tout ce luxe aristocratique, depuis les vêtements à la dernière mode parisienne à la porcelaine de Sèvres, en passant par les papiers peints ou tapisseries des Gobelins, et ils font même annoncer le nom de leurs invités par des serviteurs selon l’usage à la cour (Brown 296-308).

  • 13  Une lettre d’Elkanah Watson au marchand John Brown, datée du 1er octobre 1779, atteste de la dimen (...)
  • 14  Les ouvrages examinant la popularité et l’impact de Benjamin Franklin ou encore Thomas Jefferson e (...)
  • 15  « So much is your name respected that I hear the Ladies of Nantes about making an addition to thei (...)

21Le rapprochement avec la France se fait également sur le plan politique, et ce, dès le début de la guerre d’Indépendance. Elkanah Watson observe à son arrivée en 1779 l’enthousiasme suscité par la Révolution américaine et la popularité dont il fait l’objet en tant que « brave Bostone », comme les Français identifient à l’époque tous les rebelles. Le voyage en France permet ainsi aux Américains de saisir pleinement la portée universelle de leur révolution.13 Ce cosmopolitisme se double cependant d’un fort sentiment de fierté nationale : le séjour devient en effet prétexte à célébrer l’influence des grands Américains dans le Vieux Monde. Les marchands rendent hommage à John Adams, Thomas Jefferson, sans oublier bien sûr Benjamin Franklin, cet « Ambassadeur électrique », comme le surnommait la reine Marie-Antoinette, vénéré dans toute l’Europe.14 Jonathan Williams, qui n’est autre que son petit-neveu, est le témoin direct de cette « franklinomanie » : la dernière mode à Nantes en janvier 1777, rapporte-t-il, consiste pour les dames à se faire coiffer « à la Franklin » de façon à imiter la célèbre toque de fourrure.15

  • 16  Jonathan Williams to Benjamin Franklin, February 9 1781 ; William Temple Franklin to Jonathan Will (...)
  • 17  William Lee to Richard Henry Lee, Bruxelles, 30 October 1779 (Lee Letters vol. 3, 761).

22Malgré ces divers exemples de coopération franco-américaine, de nombreuses différences subsistent entre les deux peuples et présagent de la détérioration des relations à venir. Les marchands en voyage se heurtent à certaines lois françaises: Jonathan Williams, par exemple, est contraint en 1781 de se séparer de son fidèle serviteur noir suite à un décret interdisant de faire venir toute personne de couleur sur le territoire français.16 Les visiteurs se plaignent également de l’attitude méfiante de la communauté marchande qui hésite à leur prêter de l’argent, ce qui décide William Lee à renvoyer en Amérique le neveu qu’il avait placé en apprentissage dans une maison française.17 Les obstacles sont également d’ordre culturel: l’anti-catholicisme est toujours de mise, et les critiques sur l’immoralité des Français abondent, mettant en valeur, par là même, la vertu des Américains. Enfin, tous les voyageurs se heurtent à la barrière de la langue et particulièrement de sa prononciation: lors d’une soirée mondaine en 1780, Elkanah Watson souhaite faire compliment à une invitée sur son visage joliment fardé. Il prépare sa phrase avec le plus grand soin et lui déclare « Mademoiselle, vous avez une fesse bien rouge » (Watson 24 April 1780 Journals, Papers).

*

  • 18  De nombreux Américains l’imitent, comme le note Jonathan Williams en février 1783 : « now that we (...)
  • 19   Watson fait faillite en 1783 à la suite de la décision de la Banque de France de suspendre ses pa (...)
  • 20  Si le gouvernement de Shelburne, désireux de restaurer le plus rapidement possible les échanges av (...)
  • 21  Jonathan Williams to Benjamin Franklin, June 15th 1782 ; Jonathan Williams to William Temple Frank (...)
  • 22  C’est ce que constate le marchand Joshua Johnson, qui écrit à un client du New Hampshire en 1783 : (...)

23Voyons à présent comment évolue la situation à la fin de la guerre d’Indépendance: on constate un premier échec sur le plan économique pour la France qui ne parvient pas à détrôner la Grande-Bretagne dans ses échanges avec les Etats-Unis. En août 1782, les accords préliminaires de paix ne sont pas encore signés qu’Elkanah Watson effectue déjà un voyage de reconnaissance à Londres.18Il est frappant de constater que, sur les quatre marchands étudiés qui se sont installés à Nantes pendant la guerre, pas un seul ne prolonge son séjour à l’issue du conflit.19Tous les négociants américains aspirent à la reprise des relations commerciales avec l’Angleterre, à condition qu’elles se fassent à égalité, comme c’était le cas avec la France. Mais en l’absence d’un pouvoir fédéral fort, le gouvernement américain est bien en peine de défendre les intérêts nationaux face aux grands empires mercantilistes européens.20 Comment dès lors expliquer l’échec de la coopération économique avec la France? Car échec il y a : selon Jacques Godechot, au plus fort de la guerre en 1781, l’Angleterre exporte toujours deux fois plus de marchandises vers l’Amérique que la France et Curtis Nettels estime qu’entre 1784 et 1790, les importations françaises vers l’Amérique ne représentent pas plus de cinq pour cent des importations britanniques (Nettels 45-60, 222-30 ; Godechot 32 ; Fohlen 93-115). Jonathan Williams identifie plusieurs obstacles : le monopole des Fermiers Généraux, notamment sur le tabac, des taxes exorbitantes sur les produits d’exportation américains et la complexité des formalités douanières en France.21 Il faut ajouter à cela que les négociants français n’avaient qu’une connaissance superficielle de l’offre et de la demande sur les marchés américains, et que les produits britanniques étaient préférés aux articles français, plus chers et de qualité moindre.22 D’autre part, les négociants américains avaient leurs habitudes auprès des entreprises britanniques, ils se sentaient plus à l’aise, partageaient la même langue et les mêmes coutumes. Enfin, la Grande-Bretagne proposait des crédits sur douze voire dix-huit mois, bien plus intéressants que ceux des Français, qui se méfiaient de l’instabilité des monnaies américaines (Marzagalli 378-79). Comme le remarque Nicole Fouché (43-53), à la fin de la guerre d’Indépendance, la France n’a pas la résistance économique, la frappe commerciale, ni la volonté politique pour accorder des privilèges commerciaux aux Américains.

24La situation évolue quelque peu à partir de 1786 lorsqu’une période de disette contraint la France à importer des céréales américaines, et plus encore en 1792 lorsque débutent les guerres révolutionnaires, qui offrent aux navires neutres américains l’occasion rêvée d’assurer le ravitaillement entre les belligérants et leurs colonies des Caraïbes, ainsi que l’essentiel du cabotage européen (Marzagalli 381). Prenons l’exemple du Bostonien Thomas Handasyd Perkins (1764-1854): depuis la fin de la guerre, l’entreprise familiale a mis en place des relations avec Saint-Domingue où sont échangés farine, poisson séché, chevaux et esclaves contre du sucre, de la mélasse, du rhum et du café. Le marchand se rend en France dès la fin de la Terreur en 1794 pour développer avec succès ses réseaux de réexportation depuis les Antilles (Seaburg et Paterson 105-16, Peterson 7-31). Cependant, après 1806, la situation se complique pour les négociants américains: l’effet cumulé des blocus britannique et français, auquel s’ajoute l’embargo américain, met fin à une période de prospérité sans précédent.

25Sur le plan politique, la Terreur marque le début d’une prise de distance, voire d’un rejet du modèle français. Les marchands qui débarquent en France après 1794 sont animés d’une curiosité macabre et partent sur les traces des événements les plus sanglants de la Révolution française. À Paris, ils se pressent devant les ruines de la Bastille ou encore sur la célèbre Place de la Révolution. C’est l’occasion pour le marchand fédéraliste John Godfrey en 1795 de rappeler toutes les exécutions qui y ont été perpétrées :

[There] stood the guillotine […] where the blood of Innocent victims has been so wantonly & profusely shed, where Mothers & Daughters, & the nearest connections at the nod of a Tyrant were led to the Scaffold & not even acquainted with the Crime for which they died. (Godfrey December 3rd and 16th 1795)

  • 23  « This kind of management in a legislative assembly is most certainly wrong and disgraceful ; at l (...)

26Les gouvernements qui se succèdent de la chute de Robespierre à celle de Napoléon n’échappent pas à la critique acerbe des voyageurs. Thomas Handasyd Perkins est ainsi profondément choqué par les débats houleux qui se tiennent au Conseil des Cinq-Cents sous le Directoire, qu’il juge indignes d’une république.23 Force est de constater que le concept de liberté n’est pas le même dans les deux pays, comme le marchand de Boston William Lee (1772-1840) en fait la douloureuse expérience dans un théâtre de Bordeaux en 1796:

There is no distinction of persons. You must sit down with a smutty rascal, who stinks of garlic enough to knock a horse down, and who, if you do not look sharp, will pick your pockets. I begin to dislike this liberty and equality. (Lee A Yankee Jeffersonian 12)

27De ces témoignages critiques de la France émerge un portrait en creux de l’Amérique des plus élogieux: le cosmopolitisme a cédé la place au discours nationaliste, où la France fonctionne comme un faire-valoir, permettant de célébrer la grandeur de la République américaine et de lui prédire un avenir radieux (Marienstras 95). L’aristocratie française, naguère copiée, provoque à présent la pitié des visiteurs: faute d’être rompue aux principes de prudence et d’économie, elle leur semble condamnée à la ruine et la corruption (Godfrey December 3rd 1795). Si les monuments de la capitale forcent toujours l’admiration des marchands en voyage, ils sont désormais l’occasion de critiquer les dépenses excessives du gouvernement de l’Ancien Régime, qui a détourné à son profit l’argent qui revenait de droit au peuple. Lors d’une visite à Versailles en 1796, William Lee en fait le constat en ces termes :

The marble pillars, colonnades, statues, water works, &c. […] would make even a man accustomed to a luxurious style of life sigh at the depravity of human nature, and weep for the misery millions of his fellow creatures must endure to support the vices of a set of robbers, generally called nobles. (Lee A Yankee Jeffersonian 27)

28Témoins de la confiance grandissante de l’Amérique sur la scène internationale, les marchands américains éprouvent de moins en moins de complexes d’infériorité vis-à-vis de la France et de l’Europe en général ; tout est jugé à l’aune d’une nouvelle norme américaine : en 1800, le marchand de Philadelphie James Oldden (1782-1832) avoue sa déception en découvrant la Seine, qui ne serait qu’un petit ruisseau en Amérique. En 1820, le commerçant de Charleston Ebenezer Smith Thomas n’hésite pas à dénigrer les bâtiments de l’Assemblée nationale, qui lui paraissent bien inférieurs à ceux de la nouvelle capitale américaine (Oldden 125, Thomas 177). C’est donc avec un bonheur infini que tous ces voyageurs retrouvent leur terre natale. Ils n’envient plus les richesses ni le raffinement des palais européens, mais leur préfèrent la « médiocrité confortable et heureuse » des fermes américaines, selon les termes du marchand Joseph Sansom (1767-1826) en 1802 (Sansom 276).

*

  • 24  William Lee écrit ainsi à James Monroe, alors secrétaire d’État, le 12 mars 1815 : « The glorious (...)

29En conclusion, au lendemain de ce qu’on a surnommé à juste titre la deuxième guerre d’Indépendance, le gouvernement américain a obtenu la reconnaissance de sa souveraineté et est à présent respecté en Europe.24 La nation a gagné en maturité et s’est affirmée à travers sa première génération d’écrivains, d’artistes, de scientifiques et d’inventeurs, comme en témoigne en 1820 Ebenezer Smith Thomas : au Conservatoire des arts et métiers de Paris, où sont exposées les plus belles prouesses technologiques existantes, trônent, au premier rang, deux modèles de charrues américaines. Le voyageur note, en toute impartialité bien sûr: « they far surpassed all others in the immense collection, both in form and finish » (Thomas 201). 

30Il apparaît donc que le voyage des marchands a rempli plusieurs missions. Il a contribué à un regard différent sur la France et ce, quelque soit l’affiliation politique du visiteur ou le contexte international. S’il est indéniable que les marchands fédéralistes se montrent plus critiques que les Républicains, aucun d’entre eux ne rejette entièrement le pays et sa culture. Le séjour en France a permis à tous d’adopter un point de vue beaucoup plus nuancé que celui prévalant sur le territoire américain, notamment dans les années 1790 lorsque s’affrontaient violemment Anglophiles et Gallomanes.

31Le voyage a également été à la source d’échanges commerciaux, même s’ils connurent un succès inégal. Les guerres révolutionnaires et napoléoniennes ont permis aux négociants d’accumuler d’immenses profits et au pays de consolider son développement économique et d’entamer sa montée en puissance.

32Pour finir, le voyage a aidé les visiteurs marchands à définir leur caractère national. Le rapprochement culturel avec la France à la suite de la rupture des liens coloniaux représente une première étape, essentielle, dans la construction de leur identité. C’est en se mesurant aux Français, tout autant qu’aux Britanniques, que les Américains parviennent à appréhender leur spécificité et qu’ils comprennent qu’ils n’ont plus besoin de l’Europe pour se construire. Leur séjour, effectué en début de carrière, fonctionne à la manière d’un voyage initiatique. À leur retour, ils se lancent à la découverte de leur propre continent et reviendront de leurs périples dans l’Ouest confortés dans leur identité et leur confiance dans l’avenir exceptionnel de la nation américaine (Rossignol 281-82, 321).

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires

Adams, Abigail Smith. Journal and Correspondence of Miss Adams, Daughter of John Adams. Ed. C. A. S. De Windt. New York: Wiley and Putnam, 1841.

Addison, Joseph. The Spectator, No. 69, Saturday, May 19 1711. London: J. Nunn, 1816.

Curwen, Samuel. The Journal of Samuel Curwen, Loyalist. Ed. Andrew Oliver. Cambridge: Harvard UP, 1972.

Fisher, Jabez Maud. Fisher Family Papers, 1761-1889, ms. Historical Society of Pennsylvania, Philadelphia.

Fisher, Jabez Maud. An American Quaker in the British Isles, The Travel Journal of Jabez Maud Fisher, 1775-79. Ed. Kenneth Morgan. Oxford: Oxford UP, 1992.

Godfrey, John W. Journal from Philadelphia to England, Holland, Brabant, Flanders & France in the Years 1795 & 1796, ms. Historical Society of Pennsylvania, Philadelphia.

Jefferson, Thomas. The Papers of Thomas Jefferson. Ed. Julian P. Boyd. vol. 11: 1 January to 6 August 1787. Princeton: Princeton UP, 1955.

Laurens, Henry. The Papers of Henry Laurens. Eds. George C. Rogers Jr. and David R. Chesnutt. vol. 8 and 9. Columbia, SC: U of South Carolina P, 1979, 1981.

Lee, William (1739-1795). Letters of William Lee, Sheriff and Alderman of London, Commercial Agent of the Continental Congress in France, and minister to the courts of Vienna and Berlin, 1766-1783. Ed. Worthington Chauncey. vol. I, Brooklyn, New York: Historical Printing Club, 1891.

Lee, William (1772-1840). A Yankee Jeffersonian, selections from the diary and letters of William Lee of Massachusetts written from 1796 to 1840. Ed. Mary Lee Mann. Cambridge, Mass.: Belknap Press of Harvard UP, 1958.

Oldden, James Jr. Diary, 1800-1801, ms. Historical Society of Pennsylvania, Philadelphia.

Perkins, Thomas Handasyd. Memoir of Thomas Handasyd Perkins, Containing Extracts from his Diaries and Letters. Ed. Thomas G. Cary. Boston: Little, Brown and Company, 1856.

Sansom, Joseph. Travels from Paris through Switzerland & Italy, in the years 1801 & 1802, with Sketches of the Manners & Characters of the Respective Inhabitants. By a native of Pennsylvania. London: Printed for Richards Phillips, 1808.

Smith, Adam. An Inquiry into the Nature and Causes of the Wealth of Nations. A Penn State Electronic Classics Series Publication: The Pennsylvania State U, 2005.

Thomas, Ebenezer Smith. Reminiscences of the Last Sixty-Five Years, Commencing with the Battle of Lexington, Also Sketches of his Own Life and Times. Hartford: Case, Tiffany & Burnham, 1840.

Von Gentz, Friedrich. The Origin and Principles of the American Revolution, compared with the Origin and Principles of the French Revolution, translated from the German, by an American Gentleman. Philadelphia: Asbury Diekins, 1800.

Watson, Elkanah. Journal of Travels in France, Journal of Travels in Europe. Elkanah Watson Papers, ms. New York State Archives, Albany.

Watson, Elkanah. Men and Times of the Revolution; or, Memoirs of Elkanah Watson, Including Journals of Travels in Europe and America, from 1777 to 1842. Ed. Winslow C. Watson. New York: Dana and Company, 1856.

Williams, Jonathan. Letters to Benjamin Franklin (1772-1785). Franklin Papers. Digital Edition by the Packard Humanities Institute, sponsored by the American Philosophical Society and Yale University, 2006. 16/11/2012.
<http://franklinpapers.org>

Sources secondaires

Brown, Margaret L. « Mr and Mrs William Bingham of Philadelphia: Rulers of the Republican Court ». The Pennsylvania Magazine of History and Biography. 61.3 (July 1937): 286-324.

Dull, Jonathan R. A Diplomatic History of the American Revolution. New Haven: Yale UP, 1985.

Flavell, Julien. When London was Capital of America. New Haven: Yale UP, 2010.

Fohlen, Claude. « The Commercial Failure of France in America ». Two Hundred Years of Franco-American Relations. Eds. Nancy L. Roelker and Charles K. Warner. Papers of the Bicentennial Colloquium of the Society for French Historical Studies in Newport, Rhode Island, Sept 7-10 1978. 93-118.

Fouche, Nicole. Benjamin Franklin et Thomas Jefferson, Aux sources de l’amitié franco-américaine, 1776-1808. Préface de Claude Fohlen. Paris : Michel Houdiard, 2000.

Godechot, Jacques. « Les Relations Économiques entre la France et les États-Unis de 1778 à 1789 ». French Historical Studies 1.1 (1958): 26-39.

Hale, Matthew Rainbow. « ‘Many Who Wandered in Darkness’: The Contest over American National Identity, 1795-1798 ». Early American Studies: an Interdisciplinary Journal. 1.1 (Spring 2003): 127-75.

Johnson, Victor L. « Fair Traders and Smugglers in Philadelphia, 1754-1763 ». The Pennsylvania Magazine of History and Biography 83.2 (April 1959): 125-49.

Kaspi, André. Les Américains. Naissance et essor des États-Unis (1607-1945). Paris: Seuil, 1986.

Kramer, Lloyd S. « The French Revolution and the creation of an American political culture ». The Global Ramifications of the French Revolution. Eds. Joseph Klaits and Michael H. Haltzel. Cambridge: Woodrow Wilson Center and Cambridge UP, 1994. 26-54.

Leith, James A. « Le culte de Franklin en France avant et pendant la Révolution française ». Annales historiques de la Révolution française, n° 226, 48ème année (oct-déc 1976) : 543-71.

Lerat, Christian. « Condorcet sur Franklin : un éloge funèbre ou un auto-portrait ? », L’Amérique et la France, Deux Révolutions. Textes réunis par Élise Marienstras. Paris : Publications de la Sorbonne, 1990. 83-91.

Marienstras, Élise. Les Mythes fondateurs de la nation américaine, essai sur le discours idéologique aux États-Unis à l’époque de l’Indépendance (1763-1800). Paris : Éditions Complexe, 1976.

Marzagalli, Silvia. « Guerre et création d’un réseau commercial entre Bordeaux et les États-Unis, 1776-1815. L’impossible économie du politique ». Guerre et Économie dans l’espace atlantique du xvie au xxe siècle. Sous la direction de Silvia Marzagalli et Bruno Marnot. Bordeaux : PU de Bordeaux, 2006. 375-393.

Matson, Cathy. Merchants & Empire, Trading in Colonial New York. Baltimore: John Hopkins UP, 2002.

Nelson, John R. Jr. Liberty and Property: Political Economy and Policymaking in the New Nation, 1789-1812. Baltimore: Johns Hopkins UP, 1987.

Nettels, Curtis P. The Emergence of a National Economy, 1775-1815. vol. 2. New York : Harper Torchbooks, 1969.

Papenfuse, Edward C. In Pursuit of Profit, The Annapolis Merchant in the Era of the American Revolution, 1763-1805. Baltimore: The John Hopkins UP, 1975.

Peterson, Mark. « Boston à l’heure française : religion, culture et commerce à l’époque des révolutions atlantiques ». Annales historiques de la Révolution française 1 (2011) : 7-31.

Peterson, Merrill D. « Thomas Jefferson and Commercial Policy, 1783-1793 ». The William and Mary Quarterly. Third Ser. 22.4 (Oct. 1965) : 584-610.

Potofsky, Allan. « French Lumières and American Enlightenment during the Atlantic Revolution ». Revue française d’études américaines 92 (2002) : 47-67.

Rossignol, Marie-Jeanne. Le Ferment nationaliste : Aux origines de la politique extérieure des États-Unis, 1789-1812. Paris : Belin, 1994.

Schiff Stacy. La Grande Improvisation : Benjamin Franklin, la France et la naissance des États-Unis. Paris : Grasset, 2005.

Seaburg, Carl & Stanley Paterson. Merchant Prince of Boston, Colonel T. H. Perkins, 1764-1854. Cambridge: Harvard UP, 1971.

Stowe, William W. Going Abroad: European Travel in Nineteenth-Century American Culture. Princeton, New Jersey: Princeton UP, 1994.

Tyler, John W. Smugglers and Patriots, Boston Merchants and the Advent of the American Revolution. Boston: Northeastern UP, 1986.

Wood, Gordon S. The Americanization of Benjamin Franklin. New York: Penguin, 2004.

Ziesche, Philipp. Cosmopolitan Patriots, Americans in Paris in the Age of Revolution. Charlottesville and London: U of Pennsylvania P, 2010.

Haut de page

Notes

1  « The plain sense of mankind will see the difference between [the American and French Revolutions] – The difference between right and wrong » (Von Gentz 3-4).

2  « By the breach with Britain, our national affections were partly […] transferred to France. She became our adopted parent, and under that title performed many acts of maternal duty » New-Hampshire Gazette, 5 juin 1798 (Hale 169).

3  « The French Revolution was the most influential international event in the emergence of a distinctive American political culture in the 1790s. It played a major role in helping or forcing Americans to define their place in the world » (Kramer 26-27). Voir également Rossignol 169.

4  1797 summer edition of the Williamsburg Virginia Gazette (Hale 148).

5  Peterson 585-88 ; Nettels 4-6. Pour un exemple concret, consulter The Papers of Henry Laurens qui détaillent ses efforts pour négocier un traité commercial anglo-américain en 1782-1783, visant à obtenir pour les navires nord-américains un accès libre à tous les marchés britanniques, sur une base de réciprocité.

6  Adam Smith défend la même idée dans La Richesse des Nations : «The proprietor of stock is properly a citizen of the world, and is not necessarily attached to any particular country » (Smith 697).

7  S’il est indéniable que les Fédéralistes trouvent leur principal soutien dans les milieux d’affaires urbains, il n’en demeure pas moins que les différences entre les partisans des deux partis sont complexes et ne sauraient se limiter à des critères sociaux ou géographiques (Nelson 90-99, Rossignol 81). Certains négociants sont en effet des Républicains convaincus : le corpus choisi pour cet article offre deux exemples, William Lee du Massachusetts et Elkanah Watson.

8  Depuis la création des empires coloniaux en Amérique du Nord, les Britanniques et les Français – alliés à certaines tribus indiennes et aux Espagnols – s’affrontent dans une lutte de pouvoir et les guerres européennes s’exportent dans les colonies. Ce n’est qu’au terme de la guerre de Sept Ans en 1763 que la menace française disparaît pour les colons britanniques (Kaspi 90-92).

9  « With absolute certainty I can say, if France was to give America one million sterling per year, she would be overpaid in the advantages she at present receives in the monopoly of American commerce, which they shackle in a most shameful manner. […] Congress should immediately repeal the resolution prohibiting the importation of British or Irish manufactures. It will ruin America if continued » (William Lee to Richard Henry Lee, Nantes, 18 September 1777, Lee Letters 250).

10  « I have hitherto found Traveling in France, in all respects much easier, and abundantly more pleasant than I had been taught to expect from the Representations which were made to me in London » (Henry Laurens to Richard Oswald, Lyon, 10th June 1772, Laurens 366-67). Voir également la lettre à son frère James Laurens du 6 août 1772 : « It was an extreame pleasant journey and afforded much information in affairs of Agriculture & improvement of Lands, and I found opportunities of adding some good & valuabe Men to the Number of such of my acquaintance as may be serviceable to my Son » (Laurens 395).

11  Voir par exemple la lettre de Jonathan Williams aux commissionnaires américains à Paris, écrite le 4 mars 1777 depuis Nantes (Franklin Papers). Trois agents commerciaux sont successivement envoyés à Nantes pendant le conflit : en 1776, le Congrès nomme Thomas Morris, mais ce dernier passant plus de temps à boire qu’à s’occuper des prises de navires ennemis ou des commandes pour l’armée américaine, il est décidé d’envoyer un co-agent, William Lee, frère du Virginien Arthur Lee, qui rejoint Nantes en juin 1777. En attendant la relève, les commissionnaires américains à Paris, Benjamin Franklin et Sileas Deane, décident de nommer leur propre agent en la personne de Jonathan Williams, petit-neveu de Franklin, qui prend ses fonctions en janvier 1777. Suite à de nombreuses tensions entre Williams et Lee, le premier est relevé de ses fonctions en 1778, alors que le second est envoyé à la cour de Berlin, de Vienne et de Prusse. Quant à Morris, le malheureux meurt d’alcoolisme la même année (Dull 86-87).

12  Thomas Jefferson to Anne Willing Bingham, Paris, Feb. 7 1787 and Anne Willing Bingham to Thomas Jefferson, Philadelphia, 1 June 1787 (Jefferson Papers 122-24, 392-94).

13  Une lettre d’Elkanah Watson au marchand John Brown, datée du 1er octobre 1779, atteste de la dimension universelle de la révolution américaine : « We have from the beginning enthusiastically affirm’d ours was the cause of mankind in general but I find it really verified : all the oppress’d nations of the Europe look up to our land, for an asylum » (Watson Papers).

14  Les ouvrages examinant la popularité et l’impact de Benjamin Franklin ou encore Thomas Jefferson en France sont pléthore : citons Nicole Fouché, Benjamin Franklin et Thomas Jefferson, aux sources de l’amitié franco-américaine, 1776-1808 ; Stacy Schiff, La Grande Improvisation, Benjamin Franklin, la France et la naissance des États-Unis ; Gordon S. Wood, The Americanization of Benjamin Franklin ; Christian Lerat, « Condorcet sur Franklin : un éloge funèbre ou un auto-portrait ? » ; James A. Leith, « Le culte de Franklin en France avant et pendant la Révolution française ».

15  « So much is your name respected that I hear the Ladies of Nantes about making an addition to their heads in imitation of your Hair Cap, which they intend to call a la Franklin » (Jonathan William to Benjamin Franklin, 25 January 1777, Franklin Papers).

16  Jonathan Williams to Benjamin Franklin, February 9 1781 ; William Temple Franklin to Jonathan Williams, February 20 1781 ; Jonathan Williams to William Temple Franklin, February 29 1781, Franklin Papers. Williams n’est pas le seul Américain à faire venir ses esclaves ou serviteurs noirs libres en Europe, Benjamin Franklin, Henry Laurens, Thomas Jefferson ou encore John Jay l’imitent, ce qui leur attire parfois des ennuis, car les slave codes ne s’appliquent ni en Grande-Bretagne ni en France. Un débat est lancé dans les années 1770 par les abolitionnistes britanniques pour déterminer si un esclave américain est considéré comme tel sur le territoire nationale et lors du procès opposant Stewart à son esclave Somerset en 1772, le juge Lord Mansfield déclare qu’un esclave est libre dès lors qu’il débarque dans un pays où la traite n’est pas autorisée (Flavell 39-49).

17  William Lee to Richard Henry Lee, Bruxelles, 30 October 1779 (Lee Letters vol. 3, 761).

18  De nombreux Américains l’imitent, comme le note Jonathan Williams en février 1783 : « now that we are at Peace the Americans are flocking to England » (Jonathan Williams to Benjamin Franklin, 23 February 1783, Franklin Papers).

19   Watson fait faillite en 1783 à la suite de la décision de la Banque de France de suspendre ses paiements pendant un an, et retourne en Amérique en ayant tout perdu. Jonathan Williams échappe à la liquidation grâce à l’intervention de son grand-oncle et retrouve sa terre natale, tout comme William Lee qui regagne ses plantations de Virginie. Quant à Joshua Johnson (1742-1802), marchand du Maryland, il transfère son entreprise à Londres dès 1783.

20  Si le gouvernement de Shelburne, désireux de restaurer le plus rapidement possible les échanges avec les anciennes colonies, est prêt à négocier un traité commercial basé sur la réciprocité en mars 1783, leurs propositions sont rejetées par l’opposition et lorsque Charles Fox succède au poste de secrétaire des affaires étrangères peu de temps après, il n’est plus question de la moindre concession aux Américains, qui doivent désormais se plier aux Lois de Navigation britanniques. La France tarde à créer les ports francs promis dans son traité d’amitié et de commerce en 1778 et ne remet pas en question le monopole des Fermiers Généraux sur le tabac (Peterson 588-89, 593-99).

21  Jonathan Williams to Benjamin Franklin, June 15th 1782 ; Jonathan Williams to William Temple Franklin, Nantes, March 22 1783 ; Jonathan Williams to Benjamin Franklin, April 2nd 1783, Franklin Papers.

22  C’est ce que constate le marchand Joshua Johnson, qui écrit à un client du New Hampshire en 1783 : « we find that our Countrymen are looking back to England for her manufactories » (Papenfuse 125, 139).

23  « This kind of management in a legislative assembly is most certainly wrong and disgraceful ; at least it appears so to an American spectator » (Perkins 67). William Lee, marchand de Boston, est lui aussi très critique en 1796 : « the present government is as despotic as that of Algiers […] a more turbulent assembly I never saw […]. There is neither decency nor deliberation in their debates, and the languages resembles flashes of lightning from a troubled sky » (Lee A Yankee Jeffersonian 25-26).

24  William Lee écrit ainsi à James Monroe, alors secrétaire d’État, le 12 mars 1815 : « The glorious news of the defeat of the British before New Orleans has reached us and sheds new luster on our Government, which is now admired and respected throughout Europe. Scarcely a political tract appears without holding our institutions and conduct up to view as a model for the rest of the world » (Lee A Yankee Jeffersonian 167-68).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maud Gallet‑Guillon, « Entre gallophobie et gallomanie : la perception de la France chez les marchands américains en voyage, 1776 - 1815 », XVII-XVIII, 69 | 2012, 117-136.

Référence électronique

Maud Gallet‑Guillon, « Entre gallophobie et gallomanie : la perception de la France chez les marchands américains en voyage, 1776 - 1815 », XVII-XVIII [En ligne], 69 | 2012, mis en ligne le 15 juillet 2016, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/1718/612 ; DOI : 10.4000/1718.612

Haut de page

Auteur

Maud Gallet‑Guillon

Université de Paris III – Sorbonne Nouvelle

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals