Navigation – Plan du site
Notes de lecture - Ouvrages reçus

Delphine Lemonnier-Texier & Guillaume Winter (éds.), Lectures du Roi Lear de William Shakespeare

Rennes : PUR, 2008. 258 pp. ISBN : 978-2-7535-0692-3
Danièle Berton‑Charrière
p. 248-252
Référence(s) :

LEMONNIER-TEXIER, Delphine, et WINTER, Guillaume (éds.), Lectures du Roi Lear de William Shakespeare. Rennes : PUR, 2008. 258 pp. ISBN : 978-2-7535-0692-3

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif publié dans la collection DIDACT ANGLAIS s’inscrit dans la préparation aux concours de l’enseignement. Il propose à ce type de public étudiant, entre autres destinataires ciblés, des lectures combinées émanant de praticiens et historiographes du théâtre et d’universitaires, spécialistes de la période et du corpus shakespearien. Le rapport dialogique qu’entretiennent les deux formes herméneutiques enrichit l’étude de leur complémentarité.

2L’ouvrage comprend un avant-propos (G. Winter), seize contributions de divers auteurs et la transcription d’une table ronde (B. Prost), le tout organisé en deux parties. La seconde, plus particulièrement axée sur l’interprétation scénique, est essentiellement le fruit d’une rencontre intitulée « La mise en scène de Shakespeare : autour du Roi Lear » qui s’est tenue à Rennes en mars 2008 (F. Le Pillouër ; J-F. Sivadier ; B. Prost, D. Lemonnier-Texier ; C. Guidicelli). Cette manifestation entrait dans le cadre du partenariat qui unit le Théâtre National de Bretagne (TNB) et les départements d’anglais et des arts du spectacle de l’Université Rennes 2.

3Le public, les enseignants et chercheurs présents ce jour-là ont échangé leurs points de vue avec l’équipe artistique de la production TNB – qui donne lieu à un compte rendu (189-200) – composée de Jean-François Sivadier le metteur en scène, de Véronique Timsit son assistante et de Pascal Collin le traducteur. Ce spectacle créé dans la Cour d’Honneur du Palais des Papes au festival d’Avignon en 2007 a, semble-t-il, donné sa thématique à ce recueil publié par les Presses Universitaires de Rennes. Interrogé par le comédien-journaliste Jean-François Perrier, Jean-François Sivadier indiquait à l’époque :

Lear c’est tout le théâtre à partir de rien. En posant ce mot au cœur du plateau au début de la pièce, Cordélia offre inconsciemment à son père, qui possède tout, de se confronter à l’épreuve du manque. N’est-ce pas l’essence même du théâtre de devoir tout réinventer ? Elle lui offre un désert pour qu’il découvre l’homme caché sous la couronne du roi. Les personnages dans la pièce passent leur temps à changer de place et d’identité.1

4L’introduction des Lectures du Roi Lear de William Shakespeare rappelle ce qui sous-tend la production théâtrale associée et précise que, dans l’ouvrage, la pièce est étudiée dans sa représentation et dans son interprétation du « rien », motif structurant autour duquel s’articulent divers discours et métadiscours philosophiques, sociopolitiques, esthétiques et théâtraux. La large palette sémantique du signifiant nothing – « du théologique au vulgaire » (D. Levin, 69) –, de ses homophones et de ses synonymes se décline en camaïeu au fil des examens critiques du recueil.

5La première partie est consacrée à l’analyse de la tragédie elle-même (dix articles, 13-176) et la seconde à sa mise en scène, sous forme originale, traduite ou adaptée.

6L’historiographie théâtrale rappelle aux lecteurs diverses productions et met tout particulièrement en relief l’influence de Jan Kott sur le travail de Peter Brook et de Georges Lavaudant –« exemples fondateurs » (C. Guidicelli, 233) –, sur le traitement du « vide de la scène » par Giorgio Strehler, ou sur l’« impression de vide » créée par André Engel, entre autres. Scénographie du thème et rappel de la convention du plateau nu, le retour à l’espace vide remet le texte au centre d’un théâtre dit brut et philosophique. Le langage et ses jeux tragiques ou absurdes, son sens littéral et ses dérivés magnifient les stratégies rhétoriques et la théâtralité.

7La vacuité est l’objet de toutes les attentions et le compte-rendu du King Lear donné au Globe Theatre de Londres en 2008 analyse l’absence interprétative, parti pris de Dominic Dromgoole (G. Winter, 169). Si le regard porté sur ce travail et sur les options qui le démarquent apparaît quelque peu subjectif, il est à noter que la description du ton, des déplacements, du choix des costumes et de la musique ainsi que celle de la performance des acteurs est explicite. Des clichés noir et blanc accompagnent et illustrent le propos.

8Le métadiscours au centre duquel se trouvent le corps du comédien et son jeu est à l’image – réfractée – du corps brisé, épuisé, négligé, harassé, mutilé, torturé des personnages errants au cœur du vide et du néant, perdus dans le chaos d’un monde dégénérescent. La double nature du roi ainsi que les institutions politiques, religieuses et sociales sont revisitées par le biais de la quête de l’identité tragique (S. Lefait 95, D. Lemonnier-Texier 215). Le genre même soumet ses rôles et ses intrigues à une combinatoire où l’absurde, le grotesque, la farce ne sont pas absents (P. Blanc 53).

9L’Histoire, qu’elle soit extra-contextuelle ou inhérente à la diégèse, est source d’informations à la lumière desquelles le texte shakespearien se découvre dans sa complexité.

10Ainsi, le tout premier article de l’ouvrage (R. Wilson 13) recon-textualise l’écriture du drame au sein même d’une période troublée par les conflits politico-religieux. Les complots fomentés par les catholiques au début du règne de Jacques vi-i et leurs espoirs en des jours conformes à leur idéologie mettent en perspective la réception spectatorielle de cette tragédie et de son contenu, sujet à interprétation et à controverse. La mise en miroir des quarto et folio suggère que William Shakespeare se serait vraisemblablement autocensuré et aurait préféré passer sous silence les passages des chroniques et des sources relatives à la France, entre autres.

11Les contributions relèvent et approfondissent les notions d’écart, de paradoxe et « l’expérience des contraires » (C. Guidicelli 233) qu’offre le texte shakespearien, véritable page blanche ouverte à l’interprétation de la phénoménologie du délire (B. Prost, 201) et de l’excès.

12Plusieurs analyses démontrent comment cette pièce s’inscrit dans l’évolution de l’écriture tragique, tant dans sa rhétorique et sa structure que dans le traitement de ses concepts clés (I. Cocoual 33, W. Ribeyrol 109, J.-J. Chardin 119, A. Sabatier 131). Le glissement notable qui s’opère hors du schéma aristotélicien, hors du modèle de la Renaissance amène une réflexion et un questionnement sur la condition humaine, la catharsis, la cruauté, le providentialisme et le message éthique véhiculé par cette œuvre dramatique. Les réseaux imagiers et mythographiques, complétés par leurs corollaires et décryptés dans leur usage inversé ou détourné, donnent sens à la chute de l’Homme, à la décadence du roi-soleil Lear, pré-chrétien et chrétien à la fois, et à « la place des dieux et de Dieu » (C. Bardelmann, 166) dans l’univers tragique.

13L’ouvrage dont l’objectif pédagogique est clair reprend tous les éléments essentiels du Roi Lear tels que la folie, le néant, le chaos, l’identité et la quête de soi, la mort… mais chaque étude dépasse le cadre des fondamentaux et apporte un éclairage et une profondeur supplémentaires, références classiques, contemporaines à l’écriture et ultérieures à l’appui. Sémiologie et linguistique s’interpellent et se répondent, mêlant outils et savoirs des études théâtrales et shakespeariennes : le spectaculaire, la théâtralité et la densité textuelle sont sur le métier des contributeurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Danièle Berton‑Charrière, « Delphine Lemonnier-Texier & Guillaume Winter (éds.), Lectures du Roi Lear de William Shakespeare », XVII-XVIII, 69 | 2012, 248-252.

Référence électronique

Danièle Berton‑Charrière, « Delphine Lemonnier-Texier & Guillaume Winter (éds.), Lectures du Roi Lear de William Shakespeare », XVII-XVIII [En ligne], 69 | 2012, mis en ligne le 15 juillet 2016, consulté le 25 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/1718/622

Haut de page

Auteur

Danièle Berton‑Charrière

Université Blaise Pascal - Clermont-Ferrand 2

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals