Navigation – Plan du site
Notes de lecture - Ouvrages reçus

Pascale Drouet et Yan Brailoswsky (éds), Le Bannissement et l’exil en Europe aux xvie et xviie siècles

Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2010. 270 pp. ISBN 978-2-7535-1244-3
Jean-Jacques Chardin
p. 257-260
Référence(s) :

Drouet, Pascale et Brailoswsky, Yan, éds. – Le Bannissement et l’exil en Europe aux xvie et xviie siècles. Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2010. 270 pp. ISBN 978-2-7535-1244-3

Texte intégral

1L’ouvrage dirigé par Pascale Drouet et Yan Brailowsky rassemble des contributions d’anglicistes, d’historiens et de francisants ainsi que de spécialistes de philosophie. Il se présente sous la forme d’un livre avec avant-propos, division en chapitres et index. Une bibliographie sélective aurait utilement complété l’ensemble. Remarquablement unifié au plan thématique, l’ouvrage est intégralement rédigé en français, ce qui renforce sa cohérence sans pour autant rendre toujours justice à la pensée de collègues dont le français n’est pas la langue maternelle. L’introduction rédigée par Pascale Drouet, théorique et efficace, cerne avec intelligence les concepts de bannissement et d’exil. La mise au ban est une sentence prononcée à l’encontre d’un individu considéré comme dangereux. Édit ou énoncé performatif, le bannissement témoigne d’un pouvoir qui s’exerce en premier lieu par le verbe, comme celui de Richard ii qui bannit Mowbray et Bolingbroke au premier acte de la pièce de Shakespeare. Conséquence du bannissement, l’exil se définit comme une expérience de « déterritorialisation » (Deleuze et Guattari) par laquelle le condamné est mis à l’écart de son environnement familier. Les deux concepts sont évidemment connexes et on pourrait ajouter que les juristes anglais du début du xviie siècle avaient parfois tendance à les assimiler, tel John Cowell pour qui le bannissement n’est autre qu’une forme d’exil : « This punishment [banishment] is also of our moderne Civilians called (bannimentum) which was aunciently tearmed (deportatio), if it were perpetuall, or (relegatio in insulam,) if for a time » (The Interpreter, Cambridge, 1607). Cette définition précise bien deux modalités différentes du bannissement auxquelles les auteurs du volume font souvent référence, l’éloignement au-delà des frontières (deportatio), comme dans le cas d’Ovide condamné par Auguste, et l’exil intérieur (relegatio in insulam) dans un ghetto ou, peut-être pire encore, dans les tréfonds du cœur.

2Le caractère punitif et pédagogique du bannissement est souligné par Jason P. Coy qui rappelle que dans l’Allemagne du xvie siècle, et à Ulm en premier lieu, étaient principalement mis au ban les pauvres et les étrangers, souvent identifiés à des maladies ou des épidémies, ainsi que les citoyens récalcitrants ou aux mœurs jugées légères. Le bannissement donnait lieu à une démonstration de ritualisation à laquelle la communauté était invitée à participer. Dans la Venise de la Renaissance (Giorgos Plakotos), la mise au ban hors des murs de la cité était prononcée à l’encontre des homosexuels, des mendiants et des pauvres, surtout s’ils étaient étrangers. Plus insidieux était le bannissement intra muros imposé par l’Inquisition aux juifs, aux prostituées et aux femmes marginales. L’Inquisition chercha de plus le concours de la population vénitienne dans la dénonciation des marranes, soupçonnés de ne pas se conformer aux rites catholiques. En Allemagne comme à Venise, il s’agissait bien d’exercer un contrôle sur la société en purgeant les déviances. Le bannissement est aussi un moyen de canaliser la violence, c’est l’argument mis en avant par Jennifer Tamas qui opère un rapprochement entre le cloître et la maison close au xviie siècle français. La claustration est prononcée dans les deux cas par une parole performative, celle du roi ou celle de l’entourage qui s’efforce ainsi de préserver la société des maux qui en menacent la cohésion. Jennifer Tamas ne fonde toutefois sa conception du cloître au xviie siècle que sur un seul ouvrage, La Religieuse de Diderot, fiction publiée à la fin du xviiie siècle et qui offre de la vie religieuse une vision très négative. Le versant théologique du bannissement est l’excommunication dont Ionut Untea offre une analyse intéressante chez Hobbes. Pour le philosophe, seul le souverain chrétien est à même de prononcer une excommunication, celle-ci relevant donc exclusivement du pouvoir politique.

3L’exil n’est pas toujours imposé par une force contraignante extérieure à l’être, il peut aussi être embrassé librement (John Cowell le souligne bien dans The Interpreter). Yan Brailowsky examine à cet effet le cas des exilés protestants sous Marie Tudor, peu nombreux, qui quittèrent l’Angleterre de leur plein gré dès 1553, avant les premières persécutions. Ces apatrides eurent le sentiment de rejouer le martyre des Chrétiens de l’Église primitive et conçurent l’exil comme mise à l’épreuve de leur foi. Les querelles furent vives entre ceux qui, au moment de l’accession d’Élisabeth, acceptèrent d’obéir à l’ordre nouveau et ceux qui, plus contestataires, mettaient en question l’autorité de la souveraine. Partant de la constatation que le savant de la Renaissance, admiré et redouté, choisit fréquemment de se mettre à l’écart du monde de ses contemporains qui jettent sur lui le regard de la suspicion, Mikaël Popelard tisse un beau parallèle entre John Dee et le Dr Faustus de la pièce de Marlowe, illustrations croisées de la problématique de l’exclusion volontaire.

4La littérature s’est emparée de la topique de l’exil pour en offrir une vision souvent exacerbée par le travail de l’imaginaire. La tradition court d’Ovide à Shakespeare, passant par Marot et Du Bellay pour le XVIe siècle français (Claire Bottineau-Sicard). Comme le poète des Tristes et des Pontiques, les deux auteurs vivent l’exil principalement comme dépossession de la langue, à l’image aussi de Mowbray dans le Richard ii de Shakespeare, et s’efforcent de reconstruire leur discours sur des modalités neuves. La supplique de l’exilé s’adresse chez Marot moins à son roi qu’à son Dieu et prend la forme chez Du Bellay d’une invocation à Marguerite de France. Plus nettement programmatique, le théâtre de Georges de Scudéry met en scène une série de variations sur la figure du banni (Sabine Houmard). À celui contre qui a été prononcée une sentence d’expulsion, s’ajoutent des exilés volontaires et des migrants. Triomphe avec ce théâtre, miroir de son époque, l’axiologie propre au xviie siècle français, absolutisme royal et idéal de l’honnête homme qui, pour être banni, n’en finit pas moins par être reconnu par ses pairs.

5Le théâtre anglais du tournant du xviie siècle est, quant à lui, moins pétri d’idéologie. Selon Jane Kingsley-Smith, A Woman Killed with Kindness de Thomas Heywood (1603) et Othello de Shakespeare (1603-4), où l’exil marital est mis en scène, jettent un regard critique sur la législation élisabéthaine concernant le divorce (qui signifiait souvent la destitution de l’épouse) tout en s’inscrivant dans l’idéal protestant du mariage conçu comme compagnonnage. Pauline Blanc s’intéresse à The Entertainment de George Gascoyne ainsi qu’à deux pièces de Shakespeare, Cymbeline et As You Like It. Shakespeare repense la convention pastorale qui tend à opposer de façon binaire la cour et la nature, la noblesse et la barbarie, et structure ses pièces autour de jeux de catoptrique dont l’effet est de relativiser les concepts et d’introduire de subtiles distinctions entre civilité apparente et noblesse intérieure. Pauline Blanc souligne aussi l’évolution de la notion de « civility » au xviie siècle. Richard Hillman oppose la comédie shakespearienne où le bannissement est présenté comme régénérateur à la tragédie où il est vécu sur le mode mortifère. Mais le bannissement ne marque-t-il pas aussi, selon Richard Hillman, l’émergence d’une tragédie séculière dont le point focal serait la prise de conscience par le héros de sa subjectivité ? Claire Guéron paraît lui répondre en indiquant que la métaphore du bannissement est souvent utilisée dans les tragédies de Shakespeare à l’encontre de ceux qui ont prononcé la sentence, inversant ainsi la punition. Elle montre également que chez Shakespeare la problématique du bannissement s’intériorise jusqu’au point où le sentiment du moi paraît insaisissable.

6Les bannis et les exilés ont souvent utilisé l’écriture comme viatique pour adoucir la disgrâce. Selon Mathieu Lemoine, le maréchal de Bassompierre, embastillé douze ans sur ordre de Richelieu, conquiert par l’exil une liberté de parole qu’il consigne dans ses Mémoires, expression de l’urgence du devoir de révolte. Chez Henri de Rohan, défenseur du parti protestant mis au ban après la paix d’Alès en 1629, l’exil suscite un désir de réhabilitation qui donne naissance à des écrits très fortement engagés sur l’art de la guerre et la géopolitique européenne (Pierre Bonnet). Rohan propose même une conception séculière des relations entre les États d’Europe.

7Cet ouvrage intéressant et bien construit, fruit d’une collaboration heureuse entre universitaires issus d’horizons divers, dresse un bilan fouillé de la question du bannissement et de l’exil dans l’Europe des xvie et xviie siècles. Il présente les garanties d’une publication universitaire de bonne tenue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Jacques Chardin, « Pascale Drouet et Yan Brailoswsky (éds), Le Bannissement et l’exil en Europe aux xvie et xviie siècles », XVII-XVIII, 69 | 2012, 257-260.

Référence électronique

Jean-Jacques Chardin, « Pascale Drouet et Yan Brailoswsky (éds), Le Bannissement et l’exil en Europe aux xvie et xviie siècles », XVII-XVIII [En ligne], 69 | 2012, mis en ligne le 15 juillet 2016, consulté le 19 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/1718/629

Haut de page

Auteur

Jean-Jacques Chardin

Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals