Navigation – Plan du site
Notes de lecture - Ouvrages reçus

Sandrine Parageau, Les Ruses de l’ignorance : La contribution des femmes à l’avènement de la science moderne en Angleterre

Paris : Presses Sorbonne Nouvelle, 2010. 360 pp. ISBN 978-2-87854-484-8
Laurent Curelly
p. 260-262
Référence(s) :

PARAGEAU, Sandrine. – Les Ruses de l’ignorance : La contribution des femmes à l’avènement de la science moderne en Angleterre. Paris : Presses Sorbonne Nouvelle, 2010. 360 pp. ISBN 978-2-87854-484-8

Texte intégral

1Inspiré de sa thèse de doctorat, le bel ouvrage de Sandrine Parageau retrace la contribution de deux intellectuelles anglaises du xviie siècle, Margaret Cavendish et Anne Conway, aux débats philosophiques de leur temps. Il s’ouvre sur une étude des facteurs qui permirent à ces deux femmes autodidactes d’assouvir leur goût pour la philosophie naturelle et de développer une pensée originale. C’est ainsi au contact de réseaux européens de sociabilité savante, encore fortement dominés par une culture de l’oralité, qu’elles purent nourrir leurs réflexions philosophiques. Au fil de pages bien informées, l’auteure plonge le lecteur au cœur des cercles intellectuels que fréquentèrent Cavendish et Conway. S’appuyant principalement sur leur correspondance et leurs traités philosophiques, elle montre avec conviction que l’autodidaxie de ces deux femmes contribua largement à l’élaboration de leurs thèses philosophiques.

2Dans sa deuxième partie, elle expose la méthode philosophique de Cavendish et de Conway, toutes deux adeptes du « bricolage » érudit hérité de la « docte ignorance » chère à Nicolas de Cues. Cette méthode et le discours scientifique qu’elle imprègne reposent sur ce que Sandrine Parageau nomme le dialogisme, en référence à Bakhtine. Recourant à des dialogues d’inspiration platonicienne et caractérisés par une forte empreinte intertextuelle, les écrits philosophiques de Cavendish et de Conway sont en effet des lieux d’échanges intellectuels qui mettent en scène une pluralité de voix. Ils empruntent en particulier à la pensée éclectique, approche encyclopédique héritée de l’Antiquité consistant à rassembler en une explication unique du monde des doctrines différentes, voire opposées. C’est au fond la coincidentia oppositorum cusaine qui paraît le mieux définir la méthode et le discours scientifiques des deux femmes, démarche intellectuelle marquée par une certaine forme d’hybridité mise au service d’une quête de l’ordre. Ordre cosmique d’abord, tant l’unité que recherchent Cavendish et Conway est fragilisée par la nouvelle épistémè. C’est pourquoi ces femmes philosophes recourent volontiers à l’analogie comme mode d’appréhension du réel et élément structurant de leur discours scientifique, alors que la métaphore, associée à l’imagination trompeuse, ne permet pas, selon elles, d’embrasser la vérité. C’est aussi, d’après l’auteure de l’ouvrage, un certain ordre politique, religieux et social qu’elles s’efforcent de retrouver. Le lecteur restera quelque peu sur sa faim quant à la nature précise de cet idéal : certes, des écrits de Cavendish transparaît le désir d’un retour à la monarchie Stuart et de son garant religieux, l’anglicanisme, offrant un rempart contre la menace sectaire ; mais que dire alors de Conway qui, dans l’Angleterre de la Restauration, se convertit au quakerisme, dont elle épouse même le langage égalitaire ?

3Dans une troisième et dernière partie riche et nuancée, l’auteure dissèque méticuleusement les thèses philosophiques de Cavendish et de Conway en les situant dans leur contexte intellectuel, puis elle évalue l’apport de ces deux femmes aux débats contemporains autour du vitalisme et du mécanisme. Ainsi, se distinguant du dualisme cartésien et du matérialisme hobbesien, leurs théories vitalistes seraient une réponse apportée à la vision mécaniste de l’univers qui commence à s’imposer dans la seconde moitié du xviie siècle. Proposant un « monisme de la relation », fondé sur un système de correspondances entre les éléments naturels, ces thèses garantiraient l’unité d’un monde gagné par la fragmentation et l’intégrité du corps social et politique d’une Angleterre fracturée par des années de guerre civile. Précisément, la première Révolution anglaise, qui se solda par l’exécution du roi et par l’établissement d’une république oligarchique, puis par l’instauration du régime cromwellien, apparaît en filigrane de l’ouvrage de Sandrine Parageau, mais elle est curieusement peu présente dans l’analyse que propose l’auteure des théories philosophiques de Cavendish et de Conway. On aurait en effet aimé en savoir plus sur la façon dont s’articule la philosophie naturelle de ces deux femmes philosophes avec leur vision politique et religieuse du monde. Vision qu’elles partagent, de façon plus prégnante qu’il y paraît, avec les sectes radicales des années 1640-1650. Dans un de ses textes, cité par Sandrine Parageau, Margaret Cavendish décrit la nature en des termes non dénués d’accents jusnaturalistes, voire égalitaires : « Nature, who made all things in Common, She made not some men to be Rich, and other men Poor » (261). Voilà assurément des propos que n’aurait pas désavoués le Digger Winstanley, pour qui la nature était un trésor commun, propriété de tous les hommes.

4Nonobstant, Les Ruses de l’ignorance constitue une contribution érudite et sans artifice à l’histoire intellectuelle ainsi qu’à celle des femmes de l’Angleterre de la première modernité, et redonne à des auteures dites mineures la place qui leur est due dans l’histoire de la pensée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Curelly, « Sandrine Parageau, Les Ruses de l’ignorance : La contribution des femmes à l’avènement de la science moderne en Angleterre », XVII-XVIII, 69 | 2012, 260-262.

Référence électronique

Laurent Curelly, « Sandrine Parageau, Les Ruses de l’ignorance : La contribution des femmes à l’avènement de la science moderne en Angleterre », XVII-XVIII [En ligne], 69 | 2012, mis en ligne le 15 juillet 2016, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/1718/631

Haut de page

Auteur

Laurent Curelly

Université de Haute-Alsace (Mulhouse)

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals