Navigation – Plan du site
Notes de lecture - Ouvrages reçus

Christophe Tournu, Un Penseur républicain à l’époque de la première révolution anglaise : John Milton, Areopagitica (1644), The Tenure of Kings and Magistrates (1649) | Christophe Tournu, – Un Penseur républicain à l’époque de la première révolution anglaise : John Milton, Areopagitica : for the Liberty of Unlicens’d Printing (1645), The Tenure of Kings and Magistrates (1649)

Paris : CNED-Armand Colin, 2007. 181 pp. ISBN 978-2-200-35005-5 | Préface de Monique Vénuat. Clermont-Ferrand : CERHAC-Université Blaise Pascal, 2009. 125 pp. ISBN : 978-2-84516-419-2
Cornelius Crowley
p. 263-268
Référence(s) :

TOURNU, Christophe. – Un Penseur républicain à l’époque de la première révolution anglaise : John Milton, Areopagitica (1644), The Tenure of Kings and Magistrates (1649). Paris : CNED-Armand Colin, 2007. 181 pp. ISBN 978-2-200-35005-5

TOURNU, Christophe. – Un Penseur républicain à l’époque de la première révolution anglaise : John Milton, Areopagitica : for the Liberty of Unlicens’d Printing (1645), The Tenure of Kings and Magistrates (1649). Préface de Monique Vénuat. Clermont-Ferrand : CERHAC-Université Blaise Pascal, 2009. 125 pp. ISBN : 978-2-84516-419-2

Texte intégral

1Dans son introduction à la première de ces deux publications, Christophe Tournu précise que le livre a été écrit à l’occasion de l’inscription à l’agrégation 2008 et 2009 de « John Milton, républicain », à travers deux écrits majeurs, Areopagitica (1644) et The Tenure of Kings and Magistrates (1649). Il nous informe que « la dernière fois que Milton était au programme remonte à 1990, soit une génération, mais il s’agissait du poète, plus exactement des poèmes mineurs de Milton » (1). L’année 2008 était par ailleurs le 400e anniversaire de la naissance de John Milton à Londres. Ainsi ces deux publications prennent place dans des circonstances précises : le concours national qu’est l’agrégation d’anglais et le calendrier des commémorations d’un auteur de statut « canonique ». Or si ce moment est désormais passé et si l’occasion qu’offrira le concours ne se reproduira pas avant « une génération », que nous apprend la lecture tardive de ces deux volumes consacrés à la prose politique de Milton ?

2D’abord que, s’agissant de Milton, bien plus que pour d’autres auteurs du canon, la question du moment et des circonstances s’avère incontournable : il s’agit d’une condition préalable à toute lecture et interprétation de l’œuvre en prose. Christophe Tournu entame donc son commentaire par l’étude de l’« occasion immédiate des textes » (CNED 9). Car si les écrits du commentateur répondent à l’impératif institutionnel du concours, ceux de Milton prennent place dans le contexte des années 1642-1649, où la chose privée et la chose publique s’engrènent : vie privée d’un homme devenu en 1642 l’époux de Marie Powell, « daughter of a Royalist squire » (164), qui « au bout d’un mois de mariage […] abandonne le domicile conjugal pour revenir chez ses parents, avec la permission de son mari » (5). Ce fait occasionnera la publication par Milton de The Doctrine and Discipline of Divorce en 1643. Puis, l’année suivante, comme par une induction dans la sphère publique des libertés revendiquées dans la sphère privée, la publication d’Areopagitica, qui questionne les fondements d’une instance se prétendant habilitée à l’autorisation préalable des publications. Enfin la publication de The Tenure of Kings and Magistrates, quelques semaines après l’exécution du roi Charles Ier, événement qui ébranle jusqu’au fondement même de la chose publique. Ce complexe engrenage entre les réalités de la sphère privée et la chose publique ne cessera pas avec sa mort en 1674, mort intervenue après la Restauration de 1660, qui fait de la période 1642-1660 une parenthèse ayant duré à peine une génération, et après la publication de Paradise Lost (1668), poème épique à visée canonique et intemporelle, comme si l’éclipse du moment républicain à la fois contraignait et autorisait John Milton à se réfugier dans l’invention poétique. Depuis lors, ce complexe engrenage organise les différentes interprétations qui feront autorité, selon l’époque et le contexte où on lira Milton, passant d’un Milton « libéral » à un Milton « républicain », deux facettes que Christophe Tournu s’efforce de peser et de concilier.

3Se pliant aux consignes données pour le sujet mis au programme de l’agrégation, au prix donc d’exigences didactiques propres à l’exercice (l’alternance entre chapitres en anglais et en français, l’obligation de proposer une lecture détaillée des deux textes et un exposé des grands motifs structurants, « Tyrannie & tyrannicide chez John Milton » [CERHAC 25], « Knowledge and Power » [41]), Christophe Tournu situe la prose de Milton dans les circonstances d’ordre privé et public de sa rédaction. Cela le conduit à s’interroger sur l’évolution politique de Milton entre 1642 et 1649, sur l’éventualité d’un glissement, voire d’une contradiction, entre le Milton soucieux de la libre détermination des êtres de raison dans la sphère privée puis le Milton défenseur de la libre publication des écrits, jugée le plus sûr garant de la manifestation de la vérité, et un Milton qui en 1649 défendra le droit d’une minorité délibérante, réunie au sein d’un Parlement épuré de ses voix discordantes, de décider de la déposition et de l’exécution de son Magistrat, désormais qualifié de tyran.

4Or c’est le propre des (rares) périodes de révolution politique que de contraindre les acteurs à une continuelle révision des positions, au gré des circonstances et de leurs possibilités politiques, que les actions et discours progressivement dégagent. Il en résulte une inévitable discordance entre des textes successifs, qu’exposera toute lecture « longitudinale ». Ces périodes d’exception comportent une autre propriété : l’effacement de l’habituelle séparation entre les acteurs de la vie politique et ses commentateurs en retrait. Par son œuvre en prose, Milton est pleinement un acteur de ce moment de refondation politique. S’imprimant dans des circonstances d’exception, ses écrits appellent donc une analyse contextuelle, attentive à l’occasion immédiate et aux effets pratiques. Il s’ensuit un lourd contrat, que Christophe Tournu s’efforce de remplir dans ces deux livres. En son rôle de commentateur il doit : 1) exposer la conception miltonienne de la chose publique, telle qu’elle est formulée dans The Tenure, avec l’appui de quatre exempla, de statut très divergent, à la disposition des Européens lettrés du xviie siècle : l’histoire du peuple d’Israël, accessible par les saintes écritures ; l’antiquité classique, grecque et latine, convoquée par Milton notamment à travers des références à Euripide ou à Sénèque ; l’histoire de l’Angleterre, notamment depuis Guillaume le Conquérant ; l’histoire des royaumes et des états européens depuis la Réforme ; 2) assurer à cet exposé des fondements de la chose publique son « amont » textuel chez Milton, à savoir Areopagitica et, en filigrane, The Doctrine and Discipline of Divorce ; 3) faire œuvre de contextualisation politique, en présentant les épisodes de la période qui va de la convocation du Long Parliament en 1640 à la Restauration de 1660, en passant par l’événement-charnière de l’exécution du roi en 1649. À cet égard, Christophe Tournu écrit : « the English Republic is a dérapage in history » (CNED 75). L’affirmation mériterait d’être commentée. Elle pourrait être justifiée par invocation de la contingence et par la labilité des moments révolutionnaires, qui ouvrent, parfois à partir de facteurs en apparence anodine, sur de possibles reformulations des fondements de la chose publique; 4) exposer l’historiographie du English Commonwealth, en se montrant attentif aux résonances ultérieures de cet événement dans l’histoire et dans l’historiographie révolutionnaire françaises, chez Mirabeau, Chateaubriand, Guizot, notamment ; enfin 5) mettre en relation la prose politique miltonienne et les débats de la philosophie politique et de l’historiographie de la modernité sur la liberté des anciens et des modernes, sur les « deux concepts de la liberté » que distingue Isaiah Berlin, ou sur la place qu’on accordera au paradigme du républicanisme classique chez Milton et, plus généralement, dans la compréhension de la période 1642-1660.

5Ainsi Christophe Tournu doit faire œuvre d’historien de la période 1640, de commentateur des écrits politiques, de lecteur des textes théologiques, en mesure donc d’appréhender la difficile articulation entre le dogme théologique de la chute et le postulat d’une liberté s’accomplissant à travers une possibilité de Prohairesis effective (CNED 112), chez des sujets humains dotés de raison.

6Inévitablement, Christophe Tournu sera conduit à pointer les tensions et désarticulations des textes miltoniens. L’art du commentaire l’y oblige. C’est dans le chapitre intitulé « Milton and Freedom » (CNED, 69-88) qu’il souligne les tensions entre la liberté revendiquée dans la sphère privée et les exigences impérieuses de la vertu dans la sphère publique : « Now modern liberalism regarded liberty as pertaining to the private sphere, as opposed to what belonged to the common good – the public sphere. It is apparently Milton’s conception in Areopagitica where he solemnly asks Parliament to grant him liberty to print his mind. On the other hand, some people (Hannah Arendt) could not think of liberty as free from politics. It is obviously Milton’s conception in The Tenure of Kings and Magistrates where he links liberty with the choice by the people of their own government » (CNED, 71). Dans le volume publié par le CERHAC, la tension entre ces deux conceptions de la liberté est postulée de manière plus brutale : « ([Milton] a défendu ‘la république militaire’ de Cromwell ; pire il revendique le droit de la minorité vertueuse – antimonarchique – à prendre le pouvoir alors que la ‘multitude déréglée’ demande le retour de la monarchie » (CERHAC 20). Christophe Tournu poursuit par la citation du passage suivant de The Ready and Easy Way to Establish a Free Commonwealth (1660), dans la traduction de Renée Guillaume, John Milton : Écrits politiques, 1640-1660 (Lausanne : L’Âge d’Homme, 2007, 348) : « Ceux qui ne cherchèrent rien qu’une juste liberté, la leur, ont toujours le droit de la gagner et de la préserver, quand ils en ont le pouvoir, quel que soit le nombre de voix qui s’y opposent ». Et Christophe Tournu de commenter : « Le totalitarisme n’est pas loin ; d’un autre côté, la démocratie est aussi respect du droit des minorités » (21), avant de conclure : « On peut donc très bien, comme Milton, être à la fois républicain et libéral [….] Milton nous invite aujourd’hui à revisiter deux termes que l’on considère, à tort, comme radicalement antithétiques » (21). L’invocation de la notion de totalitarisme me semble anachronique dans l’exposé des fondements et des tensions d’un républicanisme « néo-classique » à ce moment de l’Europe du xviie siècle. Au terme du chapitre intitulé « Milton as an Iconoclastic Reformer » dans le livre publié par le CNED, Christophe Tournu parviendra à une conclusion qui pointe chez Milton des qualités d’équilibrisme : « Milton, as a Puritan humanist, proposes to fight with his own weapons, reason. His Puritanism comes into one with his humanism. All his life, from Of Reformation (1641) to Of True Religion (1673), he has been a wonderful funambulist, wavering between strict Calvinism and Arminianism, between faith and reason, between religion and nature, sometimes leaning towards one, sometimes tilting towards another, but never departing from the one or the other. What is more, because he integrates two radically opposed logics, he eventually makes the perfect balance between man and God, between theologism and rationalism. Milton’s theocentricity leads him away from humanist secularism ; his faith in man severs him from the radical Puritanism of his contemporaries. This is why Milton cannot be classified » (125).

7Si malgré tout on devait catégoriser, ce serait en indiquant que John Milton, s’invente et se nourrit de la complexité de la Réforme et de ce qu’elle autorise: l’emploi de la langue vernaculaire, chez lui disciplinée par la syntaxe du latin, la polémique avec les auteurs de la contre-réforme catholique et de l’absolutisme de l’autorité civile, un socle que Christophe Tournu nomme « theocentricity » ; l’explication avec la maxime sola scriptura, l’habilitation ou « empowerment » qu’autorise la doctrine de sacerdoce universel. Avec comme antidote aux écueils d’un enthousiasme ou sectarisme chrétiens, le contrepoids d’un classicisme « humaniste » : « A Seventeenth-Century Radical caught between Humanism and Puritanism » (CNED 93).

8Christophe Tournu s’autorise, dans le dernier paragraphe du volume publié par le CERHAC, un propos d’ordre très général : « C’est à chacun, peuple ou individu, de choisir sa vie. […] Or, la liberté a un prix qu’il faut être prêt à payer. Ce prix n’est rien d’autre que le refus de la facilité. C’est en cela que l’on ne devient que plus humain » (111). Conclure la présentation de Milton « penseur républicain» par une admonition adressée aux lecteurs, en invoquant une puissance d’affirmation et de détermination qui constituent le birthright des humains est à la fois juste et utile. Milton serait-il voué à attendre « une génération » à l’écart du programme de concours, il restera un passage obligé pour toute exploration de la modernité anglaise et européenne, toute interrogation sur l’articulation entre la sphère publique et la sphère privée, ou pour toute compréhension des enjeux relatifs à l’autorisation ou à la régulation préalables, ou non, des publications de la cybersphère, pour la compréhension du brouillage actuel des démarcations entre le domaine privé et le domaine public, pour les débats sur la tolérance, ou pour tout débat portant sur la révocabilité et sur le congédiement des « magistrats ». Si le poème prétend à une intemporalité de l’art, la prose polémique est faite pour nourrir le faire politique. Indépendamment de la temporalité des concours, les étudiants, anglicistes et autres, énoncent des interrogations propres à notre modernité tardive. Ces questionnements sont formulés dans des catégories visitées par, ou issues de, ces siècles-charnière : xviie et xviiie siècles. Milton, « penseur républicain », que nous présente Christophe Tournu, ne donne pas des « clés » et en donner n’est pas la finalité de l’étude universitaire. Mais nos étudiants apprennent beaucoup de la confrontation formatrice avec la prose miltonienne. Cela peut nous dé-dogmatiser et faire de la participation à « the slow-moving reformation which we labour under » (Areopagitica) le paradoxal fondement d’une éthique de la connaissance et d’une participation à la chose publique à laquelle tous sont appelés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cornelius Crowley, « Christophe Tournu, Un Penseur républicain à l’époque de la première révolution anglaise : John Milton, Areopagitica (1644), The Tenure of Kings and Magistrates (1649) | Christophe Tournu, – Un Penseur républicain à l’époque de la première révolution anglaise : John Milton, Areopagitica : for the Liberty of Unlicens’d Printing (1645), The Tenure of Kings and Magistrates (1649) », XVII-XVIII, 69 | 2012, 263-268.

Référence électronique

Cornelius Crowley, « Christophe Tournu, Un Penseur républicain à l’époque de la première révolution anglaise : John Milton, Areopagitica (1644), The Tenure of Kings and Magistrates (1649) | Christophe Tournu, – Un Penseur républicain à l’époque de la première révolution anglaise : John Milton, Areopagitica : for the Liberty of Unlicens’d Printing (1645), The Tenure of Kings and Magistrates (1649) », XVII-XVIII [En ligne], 69 | 2012, mis en ligne le 15 juillet 2016, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/1718/633

Haut de page

Auteur

Cornelius Crowley

Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals