Navigation – Plan du site

AccueilNuméros77Notes de lectureQUENTIN SKINNER, Visions Politiqu...

Notes de lecture

QUENTIN SKINNER, Visions Politiques, Volume 1: Sur la Méthode

Traduit de l’anglais par Christopher Hamel, Genève : Droz, 2018, 273 pp., ISBN 978-2-600-00565-4
Frédéric Herrmann
Référence(s) :

SKINNER, QUENTIN. Visions Politiques, Volume 1: Sur la Méthode. Traduit de l’anglais par Christopher Hamel. Genève : Droz, 2018. 273 pp. ISBN 978-2-600-00565-4

Texte intégral

1Cette traduction de l’ouvrage de Quentin Skinner, Visions of Politics, Volume 1: Regarding Method, publié par Cambridge University Press en 2002, vient combler un manque important dans les bibliographies en langue française sur l’analyse de la pensée politique et son histoire. Elle sera d’une très grande utilité pour les lecteurs et lectrices non-anglicistes, mais aussi pour les anglicistes spécialistes qui prendront plaisir à revisiter les propositions stimulantes de l’historien politiste de Cambridge, la comparaison en vis-à-vis avec le texte original et la réflexion sur les choix de traduction offrant de nombreuses nouvelles pistes de réflexion. Le traducteur, Christopher Hamel, maître de conférences en philosophie politique à l’Université de Rouen, a déjà montré, à travers son étude de la pensée politique d’Algernon Sidney, L’esprit républicain : droits naturels et vertu civique chez Algernon Sidney (Classiques Garnier, 2011), et ses nombreux articles sur les écrits politiques de John Milton, qu’il possédait une excellente connaissance des outils conceptuels et méthodologiques élaborés par Quentin Skinner. Cette publication reflète de manière plus globale un certain engouement que l’on a vu en France, certes avec un décalage dans le temps par rapport au Royaume-Uni, pour la pensée skinnerienne, tant pour ses propositions méthodologiques que pour sa contribution au courant de pensée républicain, dans le sillage de Philip Pettit et dans une moindre mesure de Michael Sandel.

2Le volume pourrait de prime abord faire figure de simple compilation de plusieurs articles publiés sur une période de trente ans, depuis le très célèbre « Meaning and Understanding in the History of Ideas » de 1969, souvent considéré comme étant le « manifeste » de l’École contextualiste de Cambridge jusqu’aux réflexions plus récentes, contemporaines d’un autre essai également très remarqué La liberté avant le libéralisme à la fin des années 1990 (paru au Royaume-Uni en 1998, mais dont la traduction en français – une nouvelle fois – devra attendre 2016). Il n’en est pourtant rien. Quentin Skinner a remanié les textes ici réunis, dans certains cas les a augmentés (ou, inversement, tronqués) ; un texte inédit constitue le chapitre VIII ; et certains réagencements ont été opérés dans le souci de donner une cohérence d’ensemble à ce qui peut donc se lire comme un livre au propos continu. Par de nombreux renvois aux différents chapitres, Quentin Skinner accompagne le lecteur dans la structure de son travail, ce qui est très appréciable.

3Et cette lecture continue de Visions Politiques permet de mesurer à sa juste valeur quelle a été l’originalité de la pensée de Quentin Skinner dans le domaine de l’histoire de la pensée politique. Son approche se caractérise comme un rejet de l’histoire des idées traditionnelle telle qu’elle se pratique à partir de la fin du XIXe siècle et dont Arthur Lovejoy est un représentant, mais aussi du positivisme sous ses formes multiples. À la première, il reproche d’entretenir l’illusion d’une « philosophia perennis » constituée d’objets transhistoriques quasi éternels (« élémentaires » chez Lovejoy, page 110) et d’un dialogue qu’il juge purement fictif entre des « grands auteurs » ou canons de la pensée politique, ou « cimes » débattant entre elles des questions fondamentales de la philosophie, en ne prenant aucun compte du contexte immédiat de production (dans l’espace et dans le temps) des écrits étudiés, de l’intentionnalité de ceux qui les produisent, de même que de l’horizon de réception qu’ils visent. Pour autant, se réclamant de la pensée antinaturaliste de Ludwig Wittgenstein, Quentin Skinner récuse l’idée que l’on puisse constituer une science causale qui prédirait l’action sociale. Il rejette le « culte du fait », que ce soit chez le renommé historien britannique Sir Geoffrey Elton (chapitre II), ou chez les émules de l’École française des Annales (chapitre III). Et il n’accorde que peu de crédit à l’explication positiviste du comportement humain par les grandes causalités sociales. Les conditions générales extérieures ne permettent pas d’avoir accès à l’intention précise d’un auteur à un moment précis. Quant au concept marxiste d’« idéologie », qui suppose que les principes philosophiques professés ne sont rien d’autre qu’une rationalisation ex post facto d’intérêts économiques et sociaux particuliers, il est fondamentalement erroné (chapitre VIII). Le danger est de « fournir nous-mêmes des croyances au lieu d’identifier ce qu’ils [les agents dans l’histoire] croyaient » (page 68).

4Quentin Skinner oppose à ces systèmes de pensée une compréhension radicalement différente, inspirée du concept wébérien de « légitimité » (chapitres VII et VIII). Les actions politiques et sociales des individus sont à la fois justifiées et limitées par un ordre socio-historique, discursif et symbolique précis dont il faut, en tant qu’historien, connaître les conventions si l’on veut que les textes prennent sens. On retrouve bien ici la méthodologie de l’étude des controverses, telle que Quentin Skinner la mit en pratique dans son ouvrage le plus connu, Les Fondements de la Pensée Politique Moderne (1978, traduction française 2001). Au sein de ce « contexte d’énonciation » hérité, même si les principes professés viennent servir des intérêts personnels, il est nécessaire, pour ceux qui les professent, « que leur action fût en réalité motivée par un principe acceptable », révélant chez les individus une quête permanente de la légitimation ; et même dans le cas potentiel d’un cynisme politique extrême, « ils se trouveront contraints de se comporter de façon à ce que leurs actions demeurent compatibles avec la prétention que leurs principes déclarés les ont réellement motivés » (page 200), le contexte d’énonciation circonscrivant l’action sociale. Intérêts et principes se retrouvent ici réconciliés. Ainsi, les idées politiques ne sont pas de simples épiphénomènes ou bien uniquement des produits au sein de la réalité sociale. Elles produisent également cette réalité sociale.

5Pour comprendre comment opèrent les conventions de l’espace discursif, de même que les stratégies et les luttes qui visent à en établir la légitimité à l’intérieur du registre de la controverse, Quentin Skinner nous invite à analyser les textes politiques comme des actes de langage, proposition qui sous-tend l’ensemble de sa pensée. Ici encore se fait ressentir l’influence de la philosophie du langage de Wittgenstein. Plus précisément, toutefois, ce sont les théories de J. L. Austin qui sont convoquées : il faut savoir rendre compte du potentiel et de la force illocutoires des textes, c’est-à-dire non seulement ce que les auteurs du passé disaient, mais aussi ce qu’ils « étaient en train de faire en les écrivant » (page x de la Préface Générale), formule résumant sans doute le principe méthodologique absolu chez les disciples de Quentin Skinner. Il ne s’agit donc pas de ne considérer que l’intention des auteurs, mais également d’évaluer la performativité des textes, deux approches qui peuvent faire aboutir à des conclusions radicalement différentes (chapitre VI).

6Quentin Skinner a conscience que ses méthodes ont elles-mêmes pu générer des controverses. Deux des chapitres (III et VI) répondent à l’accusation de réduire l’écriture de l’histoire de la philosophie politique à une activité d’« antiquaire », mais aussi à celle d’avoir trop rapidement écarté le contexte social de la production des idées. Dans le chapitre X, il se défend de la critique, qui n’est reprise qu’à demi-mot, selon laquelle sa thèse de l’existence d’un courant républicain homogène et cohérent rival du libéralisme, dans la lignée de J. G. A. Pocock, et telle qu’il l’a formulée dans La liberté avant le libéralisme, irait paradoxalement contre les principes méthodologiques qu’il a lui-même érigés (page 231). Ces débats passionnés continuent d’animer le monde universitaire, notamment en France. Ils révèlent peut-être que du statut de commentateur, Quentin Skinner est à présent véritablement passé au statut d’auteur, ce que vient confirmer la publication en français de ce livre. Et dans ce cadre, on peut dire que l’apport majeur de sa pensée est d’avoir prôné le décloisonnement disciplinaire, comme le soulignent très justement Chloé Gaboriaux et Arnault Skornicki dans Vers une histoire sociale des idées politiques (Presses Universitaires du Septentrion, 2017), ouvrage collectif donnant la part belle à Quentin Skinner et établissant un pont entre la pensée de l’histoire et de la philosophie comme langages d’un côté et les sciences sociales de l’autre.

7Le travail minutieux de traduction de Christopher Hamel peut d’une certaine façon aussi entrer dans cette catégorie de « commentaire » de l’œuvre skinnerienne. Le traducteur qu’il est entend respecter en tout point le désir de Quentin Skinner de donner une cohérence à des textes composites, mais il nous invite aussi à plusieurs moments du livre à méditer sur des termes clé comme « agency », « speech act », « speech act potential », « embedded », par exemple. Christopher Hamel a aussi le souci louable d’indiquer dans la bibliographie les éditions françaises les plus récentes des sources citées par Quentin Skinner, mais, de traduire lui-même les citations issues de ces sources, pour rendre le propos le plus explicite possible. La lecture de cette traduction permettra donc sans nul doute aux lecteurs et lectrices d’enrichir leur réflexion sur la pensée politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Herrmann, « QUENTIN SKINNER, Visions Politiques, Volume 1: Sur la Méthode »XVII-XVIII [En ligne], 77 | 2020, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 02 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/1718/6347 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1718.6347

Haut de page

Auteur

Frédéric Herrmann

Université Lumière Lyon 2, UMR 5206 Triangle

Fr

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search