Skip to navigation – Site map

HomeNuméros77Notes de lectureCESARE CUTTICA et MARKKU PELTONEN...

Notes de lecture

CESARE CUTTICA et MARKKU PELTONEN dir., Democracy and Anti-democracy in Early Modern England, 1603-1689

Leiden : Brill, 2019, 303 pp., Index, ISBN 978-90-04-38598-6
Christopher Hamel
Bibliographical reference

CUTTICA, Cesare et Markku PELTONEN, dir. Democracy and Anti-Democracy in Early Modern England, 1603-1689. Leiden: Brill, 2019. 303 pp. ISBN 978-90-04-38598-6

Full text

1Issu d’un Workshop qui s’est tenu en 2017 à l’Université de Erfurt, ce volume collectif s’inscrit dans le prolongement des travaux, relativement récents, qui s’intéressent à la notion de popularity dans l’Angleterre des débuts de l’époque moderne (voir pour la bibliographie pertinente l’article de 2019 écrit par C. Cuttica sur cette notion). L’introduction des deux responsables éditoriaux, C. Cuttica et M. Peltonen, présente les objectifs de l’ouvrage, qui rassemble treize études. Partant du constat que les démocraties contemporaines sont en crise, Cuttica et Peltonen posent le caractère salutaire d’une étude historique des discours démocratiques et anti-démocratiques visant ultimement à alimenter une « philosophie civile contemporaine » (p. vi, viii, 1, 133). Mais à rebours d’une tendance historiographique dominante, qui n’étudie l’histoire de la démocratie qu’en se demandant comment les auteurs ont anticipé (ou échoué à anticiper) les idéaux démocratiques contemporains, et s’intéresse en conséquence fort peu à l’Angleterre du 17e siècle, cet ouvrage entend au contraire résister aux charmes et aux pièges des approches rétrospectives et d’examiner les discours que les auteurs de cette époque tenaient sur cette notion (Intro., p. 4, 10). Or, toute entreprise de cartographie conceptuelle constitue un véritable défi tant ces études rendent compte d’un impressionnant foisonnement de caractérisations de la démocratie : le plus souvent extrêmement dépréciatives, comme lorsqu’elle est assimilée par les absolutistes au règne d’une foule irrationnelle, passionnée et bestiale, déterminée à abattre toutes les distinctions et vouée par conséquent à l’anarchie et à l’autodestruction (C. Cuttica, ch. 6 ; J. West, ch. 9 ; G. Mahlberg ch. 13), mais parfois étonnamment laudatives, comme quand elle est assimilée par le républicain radical John Streater au gouvernement des élus du peuple, et tout bonnement décrite comme le « meilleur de tous les gouvernements », débarrassé des fardeaux de la royauté et de la Chambre des Lords (p. 183), ou redéfinie de façon originale par James Harrington par l’exercice de la souveraineté des représentants du peuple appelés à choisir les lois – mais pas à les élaborer (R. Hammersley, ch. 8, p. 185). S’il établit de façon indiscutable que la démocratie a été une préoccupation majeure de la pensée politique du XVIIe siècle anglais (Intro., p. 13), cet ouvrage conduit par moments aussi à douter que la démocratie ait eu un noyau notionnel stable au-delà de la référence au rôle politique du peuple : être démocrate, pour ceux qui s’en effraient comme pour ceux qui le revendiquent, est-ce simplement émettre des critiques visant la monarchie et de ses prérogatives (p. 135) ? reconnaître une valeur au « jugement subjectif » dans l’organisation des églises (p. 154, 157-8) ? affirmer l’indépendance des églises vis-à-vis de l’État (p. 175) ? défendre le droit individuel d’exprimer ses opinions (p. 135) ou le pouvoir constitutionnel des Communes (p. 140-1) et leur capacité à représenter le peuple (p. 77) ? se soucier des intérêts du peuple (A. Cromartie, ch. 2) ? défendre la théorie de la résistance au pouvoir tyrannique (p. 116) ? prétendre niveler toutes les hiérarchies (p. 152) ? Un point de bascule particulièrement intéressant illustre la labilité de la notion de démocratie : d’abord accusés à la fin du XVIe siècle de promouvoir la démocratie parce qu’ils réclamaient des limites au pouvoir royal et la reconnaissance du consentement et de l’élection dans l’organisation des églises (p. 175-9 ; P. Lake, ch. 7), les Presbytériens vont retourner le reproche aux Indépendants pendant la guerre civile mais se voir bientôt à leur tour critiqués pour ne pas être suffisamment démocrates par un certain nombre de républicains qui, appelant de leurs vœux une « démocratie réglée (regular democracy) », se maintiennent toutefois à distance de sa version niveleuse et anarchique (Hammersley ch. 8)… Il est vrai cependant qu’au regard de l’image, prégnante et officiellement reconnue par Charles I dans son Answer to the XIX propositions of both Houses of Parliament (1642), de l’Angleterre comme régime mixte composé du meilleur des trois régimes (monarchie, aristocratie, démocratie) dépourvu de leurs défauts, l’abolition de la monarchie et de la chambre des Lords en 1649 exigeait pour ainsi dire de voir dans le nouveau régime une démocratie (M. Peltonen ch. 3). Mais cette observation redouble la difficulté en nous confrontant à une aporie dont n’est d’ailleurs pas sortie la théorie politique démocratique contemporaine et dont cet ouvrage nous montre l’ancienneté : la démocratie doit-elle n’être que la chambre d’enregistrement de la volonté populaire (majoritaire) quelle qu’elle soit – y compris lorsque cette volonté est largement hostile à la liberté de conscience (A. Cromartie, ch. 2) ou à la république elle-même, comme l’illustre l’événement même de la Restauration ? Ou bien doit-elle au contraire être définie par des finalités substantielles – telle la poursuite du bien commun (H. Dawson, ch. 4, p. 98-105), les intérêts rationnels, c’est-à-dire objectifs, des citoyens, voire leurs droits (A. Cromartie ch. 2, p. 48, 59) – qui ont pour vocation à limiter l’exercice légitime de la volonté populaire ? Cette aporie est encore illustrée par l’exigence d’inclusivité, au cœur des questionnements démocratiques contemporains et qui semble motiver les études de la 3e partie : qu’il s’agisse de reconstruire le débat entre Roger Williams et John Cotton sur la tolérance religieuse dans le contexte d’une réflexion sur l’appartenance des Indiens d’Amérique à l’humaine communauté morale (C. Boisen, ch. 10), de montrer comment l’implacable « politique d’exclusion » qui anime la pensée de Milton dérive de principes métaphysiques et moraux (M. Dzelzainis, ch. 11), de souligner que la présence des femmes dans les mobilisations sociales et politiques autour des années 1640 ne doit pas être interprétée trop vite comme leur entrée dans la participation politique (E. Vallance, ch. 12), ou d’examiner le genre littéraire satirique par lequel les absolutistes moquent la démocratie en dépeignant la fiction d’un « Parlement de femmes » (G. Mahlberg, ch. 13), la question est de savoir si « les principes démocratiques » (Intro, p. 16) tels qu’ils ont été défendus et critiqués au XVIIe siècle contenaient déjà en eux-mêmes ou non cet idéal d’inclusivité que désigne aujourd’hui cet idéal. De fait, il semblerait que les démocrates les plus résolus de l’époque s’en soient tous plus ou moins nettement démarqués. Au-delà même de l’irremplaçable utilité d’une restitution des logiques à l’œuvre dans les formes d’argumentation des ennemis du peuple, c’est peut-être ici que réside le principal enjeu du travail délicat d’histoire contextualisée des usages de la catégorie de démocratie (et d’anti-démocratie) que propose cet ouvrage : inviter le lecteur à s’interroger, à l’aide de l’histoire, sur ce que signifie, présuppose et implique de se réclamer d’un idéal politique affirmant, selon les mots de The Government of the People of England (1650) écrit par un certain John Parker dont on ne sait pas grand-chose, que : « all government is in the people, from the people, and for the people ».

Top of page

References

Electronic reference

Christopher Hamel, CESARE CUTTICA et MARKKU PELTONEN dir., Democracy and Anti-democracy in Early Modern England, 1603-1689XVII-XVIII [Online], 77 | 2020, Online since 31 December 2020, connection on 03 March 2021. URL: http://journals.openedition.org/1718/6361; DOI: https://doi.org/10.4000/1718.6361

Top of page

About the author

Christopher Hamel

Université Rouen-Normandie, ERIAC EA 4705

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search