Navigation – Plan du site

AccueilNuméros77Notes de lectureBRYAN WHITE, Music for St Cecilia...

Notes de lecture

BRYAN WHITE, Music for St Cecilia’s Day: from Purcell to Handel

Woodbridge : The Boydell Press, 2019, 382 pp., ISBN 978-1-78327-347-8
Pierre Degott
Référence(s) :

WHITE, BRYAN. Music for St Cecilia’s Day: From Purcell to Handel. Woodbrige: The Boydell Press, 2019. 382 p. ISBN 978-1-78327-347-8

2019

Texte intégral

  • 1 Voir notamment Robert MacCubbin, “A Critical Study of Odes for St Cecilia’s Day, 1683-1697” (PhD di (...)
  • 2 Voir William H. Husk, An Account of the Musical Celebrations on St. Cecilia’s Day in the Sixteenth, (...)
  • 3 Jonathan Swift, The Complete Poems, ed. by Pat Rogers (New Haven: Yale UP, 1983) 435 (“The Dean to (...)

1En dépit de l’existence de nombreux travaux universitaires relativement récents,1 l’étude de Bryan White est le premier ouvrage publié, depuis le livre de William Husk paru en 1857,2 à être exclusivement consacré aux célébrations musicales en l’honneur de Sainte Cécile qui eurent lieu dans l’Angleterre de la fin du xviie siècle et de la première moitié du xviiie. En effet, de Purcell à Haendel, tout ce que l’Angleterre comptait comme musiciens de renom (John Blow, Giovanni Battista Draghi, John Eccles, Maurice Greene, Daniel Purcell, etc.) eut l’occasion de composer une ode de circonstance à la sainte patronne de la musique, à partir du texte d’un poète en vue. Addison, Congreve, Dryden, D’Urfey, Pope, Shadwell, Tate, de nombreux autres encore se plièrent à l’exercice. Même si Bryan White, contrairement à son devancier, laisse de côté dans son étude les manifestations musicales sises ailleurs qu’en Grande-Bretagne, il synthétise dans son livre la somme colossale des travaux de recherche effectués depuis plus d’un siècle et demi. La contribution originale de l’auteur consiste essentiellement en ses découvertes sur le fonctionnement interne de la London Musical Society, l’organisme à l’origine des concerts qui, de 1683 à 1700, enchantèrent d’année en année le public londonien. Le rôle exact des stewards, les particuliers en charge de la mise en place de chacune des manifestations, est notamment étudié dans le plus grand détail. L’ouvrage est également le premier à se pencher sur un certain nombre de pièces musicale écrites sur un texte consacré à la figure de la sainte, mais données dans un cadre autre que celui des célébrations rituelles du 22 novembre organisées par la London Musical Society. De fait, l’étude de White est divisée en trois grandes sections, de longueur inégale : une première partie consacrée aux célébrations londoniennes de la fin du xviie siècle (chapitres 1 à 4) ; une seconde section (chapitre 5) dédiée aux manifestations qui eurent lieu en province (Oxford, Lincoln, Stamford, Winchester, Salisbury, Wells et Bristol, Canterbury, Gloucester, Hereford et Worcester, Dublin, Édimbourg et Aberdeen, Cambridge et York) ; un dernier chapitre consacrée aux odes céciliennes jouées à Londres après 1700, lorsque cessa l’action de la London Musical Society (chapitre 6). La première section, divisée en quatre chapitres, démarre sur un balayage rapide des circonstances générales liées aux premiers concerts londoniens. Certains des éléments qui y sont présentés ne sont pas sans faire l’objet, ultérieurement, de quelques redites, les trois chapitres suivants s’arrêtant sur des aspects plus spécifiques liés à ces manifestations musicales : leur organisation pratique (chapitre 2), l’analyse musicale détaillée des partitions aujourd’hui conservées (chapitre 3), les circonstances particulières du service religieux associé au concert à partir de 1693 (chapitre 4). Si la question problématique de la catholicité de la figure de Cécile ainsi célébrée est posée à plusieurs reprises, la réponse mettant en valeur la supposée sécularité de la sainte romaine n’est pas tout à fait satisfaisante, et l’on ne peut s’empêcher de penser que le problème a été quelque peu éludé. Swift, dans un poème de 1730, n’avait pas manqué de s’offusquer de la pratique qui consistait à faire jouer les odes céciliennes tous les 22 novembre : “To act such an opera once in a year / Is offensive to every true Protestant ear”.3

2Quoi qu’il en soit, on se délectera de la lecture de cet ouvrage magistral, qui constituera une étude majeure de la vie musicale anglaise du long dix-huitième siècle. Un de ses grands mérites du livre de Bryan White est notamment de s’interroger sur les liens non seulement entre les différentes odes à Sainte Cécile elles-mêmes, mais également sur ceux avec d’autres formes musicales de dimension similaire, telles les odes de cour ou les county odes dont de nombreux parallèles musicaux, thématiques ou structurels sont mis en exergue. Les remarques qui y sont faites conduiraient presque à douter de la pertinence de certaines appellations génériques traditionnelles, dans la mesure où les odes présentant une certaine thématisation de la musique pourraient tout ainsi bien être considérées comme des odes céciliennes à part entière. À cet égard, sans doute la question de la généricité de certaines pièces eût-elle pu faire l’objet de davantage de théorisation. On pourra par ailleurs regretter que la dimension littéraire des textes n’ait pas fait l’objet d’une analyse plus poussée, même si White ne manque pas d’évoquer ici ou là quelques travaux incontournables, notamment ceux qui concernent les deux textes de Dryden, le poème Song for St Cecilia’s Day de 1687 et surtout le célébrissime Alexander’s Feast ; Or, the Power of Musick de 1697 pour lequel White dénombre jusqu’à sept mises en musique différentes. Comme lui (p.6, n.16), nous appelons de nos vœux une édition scientifique de l’ensemble des poèmes dédiés à Sainte Cécile, lesquels gagneraient à faire l’objet d’une publication spécifique assortie d’un apparat critique approprié. En attendant, on se réjouira de l’existence de cette étude historique et musicologique rigoureusement documentée et solidement argumentée. Cette dernière ne pose pas moins un certain nombre de questions d’ordre politique et religieux, lesquelles, et l’on ne s’en étonnera pas connaissant la complexité de la période concernée, restent parfois sans véritable réponse.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment Robert MacCubbin, “A Critical Study of Odes for St Cecilia’s Day, 1683-1697” (PhD diss., U of Illinois, 1969); Richard Luckett, “The Legend of St Cecilia” (PhD diss., U of Cambridge, 1972); Charles Biklé, “The Odes for St. Cecilia’s Day in London (1683-1703)”, 4 vols. (PhD diss., U of Michigan, 1982); Tony Trowles, “The Musical Ode in Britain, c.1670-1800”, 2 vols. (PhD diss., U of Oxford, 1992); Matthew Gardner, Handel and Maurice Greene’s Circle at the Apollo Academy: the Music and Intellectual Contexts of Oratorios, Odes and Masques (Göttingen: V&R Unipress, 2008).

2 Voir William H. Husk, An Account of the Musical Celebrations on St. Cecilia’s Day in the Sixteenth, Seventeenth and Eighteenth Centuries. To Which is Appended a Collection of Odes on St. Cecilia’s Day (London: [s.n.], 1857).

3 Jonathan Swift, The Complete Poems, ed. by Pat Rogers (New Haven: Yale UP, 1983) 435 (“The Dean to Himself on St. Cecilia’s Day” [1730]).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Degott, « BRYAN WHITE, Music for St Cecilia’s Day: from Purcell to Handel  »XVII-XVIII [En ligne], 77 | 2020, mis en ligne le 30 décembre 2020, consulté le 06 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/1718/6367 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1718.6367

Haut de page

Auteur

Pierre Degott

Université de Lorraine – IDEA, EA 2338

Articles du même auteur

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search