Navigation – Plan du site

AccueilNuméros77Notes de lectureHELENE IBATA, The Challenge of th...

Notes de lecture

HELENE IBATA, The Challenge of the Sublime. From Burke’s Philosophical Enquiry to British Romantic Art

Manchester : Manchester University Press, 2018, 336 pp. ISBN 978-1526117397
Isabelle Baudino
Référence(s) :

IBATA, HELENE. The Challenge of the Sublime. From Burke’s Philosophical Enquiry to British Romantic Art. Manchester: Manchester University Press, 2018. 336 pp. ISBN 978-1526117397

Texte intégral

  • 1 B. Saint-Girons, Fiat Lux. Une philosophie du sublime, Paris : Quai Voltaire, 1993.
  • 2 W.J.T. Mitchell, Picture Theory, Chicago : University of Chicago Press, 1994.

1Hélène Ibata nous invite à relire la Recherche philosophique d’Edmund Burke afin d’en évaluer la portée au-delà du xviiie siècle, jusqu’au cœur du romantisme britannique. S’appuyant sur les études burkiennes les plus récentes, elle formule une proposition originale, celle d’une influence directe du sublime sur les artistes visuels. À rebours des analyses qui, dans le sillage de Burke lui-même, prétendent que le sublime burkien exclut la peinture, l’auteure envisage comment la publication de cet ouvrage réactiva la rivalité séculaire entre poésie et peinture, stabilisée depuis la Renaissance par la formule ut pictura poesis. Là où Baldine Saint-Girons1 avait décelé des risques du sublime, Hélène Ibata perçoit un défi lancé aux peintres par les théories de Burke. Dans le sillage de W. J. T. Mitchell2, elle explore comment le sublime cristallisa les évolutions esthétiques nourrissant des interrogations sur les frontières de la représentation visuelle et l’exploration du non-mimétique ou du non-fini. Se fondant sur l’association entre sublime et irreprésentable, formulée dans les théories critiques postmodernes, elle examine comment la diffusion de la conception burkienne du sublime engagea les artistes à repousser les limites de l’image peinte. Divisée en trois parties, sa démonstration s’articule de manière chronologique au fil de neuf chapitres qui couvrent plus d’un siècle (de la réception de Longin dans les premières décennies du xviiie à la fin de la carrière de Turner).

2La première partie situe le texte de la Recherche philosophique de manière généalogique par rapport aux diverses appropriations britanniques du Peri Hupsous de Longin, afin de mettre en évidence la radicalisation opérée par Burke pour qui le sublime n’est plus le superlatif du beau. Hélène Ibata retrace comment le sublime de Burke, centré sur la terreur, ouvert sur l’irrationnel, engagea les peintres britanniques à illustrer un nouveau répertoire plus sombre et plus effrayant. Elle analyse ainsi comment les premiers membres de la Royal Academy of Arts, nombreux à entretenir des liens d’amitié ou de sociabilité avec Burke, cultivèrent les sujets terrifiants ou lugubres, les greffant sur des représentations classiques du sublime auxquels ces artistes avaient été formés. Elle termine cette partie en examinant au prisme de l’esthétique paradoxale de Burke le corpus iconographique apocalyptique mis en valeur par l’exposition « Gothic nightmares : Fuseli, Blake and the Romantic Imagination », présentée par Martin Myrone à la Tate Britain en 2006.

3La deuxième partie aborde l’influence transformatrice du sublime sur les pratiques artistiques. L’auteure replace des innovations visuelles, telles que l’Eidophusikon de Philippe-Jacques de Loutherbourg ou le panorama de Robert Barker, dans le contexte de la quête de la sublimité suscitée par les théories de Burke. Que ce soit dans les illustrations de Blake ou dans les salles dévolues aux grands spectacles visuels du tournant du siècle, elle décèle la même remise en cause des limites de la représentation bidimensionnelle, la même proposition vertigineuse de transgression des cadres. Dans le paysage, au-delà de l’évolution des vues topographiques vers des sujets de plus en plus sublimes, elle trouve chez les aquarellistes les premières expérimentations de l’illimité, de l’infini et de l’informe.

4La troisième partie en vient au sublime émancipateur, repartant de Blake et de l’énergie créatrice qu’il déploie pour surmonter l’irreprésentable sublime. L’étude des stratégies élaborées par l’illustrateur pour se libérer des contraintes de la page conduit l’auteure à envisager un déplacement du sublime dans le geste artistique lui-même. Elle poursuit cette libération du trait et de la forme dans la peinture de Turner pour montrer que le sublime burkien s’exprime davantage dans l’énergie intrinsèque du médium pictural que dans le choix du sujet ou dans ses associations.

5Menée avec rigueur et érudition, cette étude est servie par une iconographie abondante (5 planches en couleurs et 33 illustrations en blanc et noir insérées dans le texte) présentée dans un volume élégant. Comme elle l’explicite fort bien dans son introduction, l’auteure avance l’idée d’une influence particulière du sublime de Burke et la défend tout au long de l’ouvrage. Ce choix d’examiner l’évolution artistique du Royaume-Uni au prisme de cette conception particulière du sublime la conduit logiquement à ne pas situer certains thèmes dans une temporalité plus longue (par exemple l’expérimentation qui caractérise la pratique picturale britannique dès le début du xviiie siècle, ou bien la quête d’expériences visuelles immersives qui se développe dès les années 1740 avec la popularité des vues d’optique et des zograscopes). C’est aussi dans cette démarche que réside l’intérêt spécifique d’un ouvrage qui engage non seulement à relire la Recherche philosophique, mais à jeter un regard nouveau sur la peinture britannique.

Haut de page

Notes

1 B. Saint-Girons, Fiat Lux. Une philosophie du sublime, Paris : Quai Voltaire, 1993.

2 W.J.T. Mitchell, Picture Theory, Chicago : University of Chicago Press, 1994.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Baudino, « HELENE IBATA, The Challenge of the Sublime. From Burke’s Philosophical Enquiry to British Romantic Art  »XVII-XVIII [En ligne], 77 | 2020, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 27 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/1718/6377 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1718.6377

Haut de page

Auteur

Isabelle Baudino

ENS de Lyon, IRHIM

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search