Navigation – Plan du site
Notes de lecture - Ouvrages reçus

Anne Dunan-Page & Beth Lynch (éds.), Roger L’Estrange and the Making of Restoration Culture

Aldershot : Ashgate, 2008. 236 pp. ISBN 978-067546-5800-9
Louis Roux
p. 268-273
Référence(s) :

Dunan-Page, Anne & LYNCH, BETH, éds. – Roger L’Estrange and the Making of Restoration Culture. Aldershot : Ashgate, 2008. 236 pp. ISBN 978-067546-5800-9

Texte intégral

1Le terme de « culture » faisant partie du titre de ce recueil de dix contributions, précisons que l’ouvrage traite de politique, de journalisme, de religion, de relations internationales, de littérature, de texte et de texte imprimé en particulier, de musique : les autres arts et le champ scientifique ne sont pas abordés.

2Roger L’Estrange, né sous le règne de Jacques i (en 1616, année de la mort de Shakespeare) est mort sous celui de la reine Anne (en 1704, année de la mort de Locke). Témoin et acteur d’un siècle largement dominé par la dynastie Stuart, il en a connu les grandes turbulences. Dans leur chapitre introductif, Beth Lynch et Anne Dunan-Page évoquent une figure controversée, omniprésente, obstinée à défendre et promouvoir ses convictions royalistes dans des circonstances politiques changeantes. Né dans la gentry campagnarde, ayant eu une solide éducation, il a pendant la guerre civile eu des activités douteuses, été condamné à mort, emprisonné à Newgate (en 1644), dont il s’est évadé ; il a connu l’exil et coulé, après 1653, des jours discrets sous Cromwell pour reprendre une violente activité pamphlétaire sous Charles ii, au service de la cause royale, au point de devenir embarrassant pour celle-ci. Il s’est « illustré » comme policier de la presse et de l’impression, censeur préventif des œuvres dans les locaux des imprimeurs et des libraires sur simple suspicion. Pourchasseur zélé et obsessionnel de toute non-conformité, il s’est tout aussi bien attaqué à des poètes penseurs et politiques « engagés » comme Milton, de huit ans son aîné (un titre plus que douteux n’honore pas sa mémoire) ou Marvell, de cinq ans son cadet, et à leurs imprimeurs. Il fut un journaliste de combat et de propagande, récompensé par un titre de noblesse par Jacques ii. Ce qui valut à son image (c’est un homme de « réputation », la sienne et celle de ses adversaires désignés qu’il fabrique et défait d’une plume brillante et féroce) un surcroît de rumeurs de crypto-catholicisme et de surnoms peu flatteurs. Pour parfaire l’image, il fut traducteur, linguiste et musicien (« virtuoso », dit North, au sens instrumentiste). A l’image de ce siècle multiple, cette figure appelle une approche multiple et interdisciplinaire, qui fait l’objet du présent recueil.

3Sur le mode de l’opposition, Nicholas Von Maltzahn situe L’Estrange par rapport à Milton, en plusieurs phases : de chasse aux républicains, Indépendants et Presbytériens, de censure et d’interdiction d’au moins un texte de Milton, et la dernière phase coïncidant avec la période de la crise dite de l’« exclusion », cruciale pour l’image de Milton dans le discours des Whigs. Au début, le contraste est flagrant : « Milton has enjoyed lasting fame for having spoken truth to power ; L’Estrange has suffered infamy for having spoken power to truth » (27). Ils ont été censeurs tous les deux mais l’un fut laxiste et l’autre impitoyable. L’un se définissait par rapport à une éthique, l’autre en termes d’efficacité politique. Et derrière les principes et les fins, les hommes et les styles : ton prophétique, cohérence, complexité, vision du monde intégrative ; écriture de satire, joueuse et dévastatrice, une même culture du combat, du conflit et deux virtuoses du texte. « L’Estrange did more than any other writer to popularize and sustain the view that Milton was a monster of sedition » (34).

4Sur le mode de l’opposition encore, Martin Dzelzainis présente une investigation : « L’Estrange, Marvell and the ‘Directions to a Painter’ : The Evidence of Bodleian Library, MS Gough London 14 ». L’Estrange était un policier dans l’âme qui tenait à jour la liste de ses « ennemis », les imprimeurs et libraires plus que les auteurs, en particulier ceux qui clandestinement avaient justifié résistance et régicide dans les années quarante. « They that write in fear of the law » sont obligés d’avoir recours à l’ambiguïté et à l’allusion, et Marvell joua avec L’Estrange au chat et à la souris (54). Les poèmes de 1666-67 sont de loin les poèmes politiques les plus importants de la décennie. L’enquête de Dzelzainis conduit aux réseaux de littérature clandestine, aux trajets souterrains des manuscrits et des imprimés. L’étude d’un manuscrit de la Bodléienne, des variantes, corrections, datations, des citations et de leurs contextes, des passages obscurs fait ressortir « the sheer potency of Marvellian satire » (66) et l’engagement risqué des transmetteurs occultes dans l’exercice de l’esquive, figure de combat. La culture de la Restauration est idéologique.

5Dans « Roger L’Estrange’s Observator and the Exorcism of the Plot », Mark Goldie écrit : « Rumbustious and vitriolic, satiric and savage […] The Observator corroded the foundations of whiggery » (67). Le journaliste exorciste veut lever l’état de possession dans lequel la nation est tombée. Il libère un torrent de railleries et d’insultes et des grossièretés en cascade : « Toryism at its most unbuttoned and vulgar » (68). Le flot oral se transcrit en texte de capitales, de caractères gras, d’italiques, de tirets. Sont visés pêle-mêle l’hystérie du complot, les Dissenters, les Trimmers, la monarchie mixte, la démocratie. A quel lectorat ce torrent était-il destiné ? L’ Observator était l’ancêtre d’une certaine presse pour l’opinion d’une sphère publique en gestation : « a paper for the coffee-houses, taverns, church porches, jury rooms and wardmotes of London » (71). Rien n’arrête ces forces de destruction : « just as L’Estrange prepared the dossier against Oates, so too he engineered the trial that shocked many : in 1686, Baxter was imprisoned for seditious phrases in his Paraphrase on the New Testament, and he remained in jail for 18 months, expecting to die there » (80). Son conservatisme réactionnaire et autoritaire fait penser à Filmer et Hobbes. Mark Goldie cite un texte proche de Hobbes : « The law takes no cognisance of the conscience itself, let it be never so erroneous, for there’s no bringing of a thought or an opinion to the pillory, or the whipping post » (82). L’Estrange était convaincu de la fragilité de l’ordre social et politique et du caractère effrayant de l’anarchie. Il écrivait pour l’éphémère et le présent sans cependant que l’historien en lui renonce à y voir des documents pour l’histoire (88).

6L’article de Peter Hinds, « Tales and Romantick Stories : ‘Impostures,’ Trustworthiness and the Credibility of Information in the Late Seventeenth Century » plonge le lecteur dans une atmosphère chaude de roman policier où, à partir de la mort mystérieuse d’un juge, s’amplifie un climat violent dans une période de virulente politique partisane. C’était un moment de vives controverses sur fond de références bibliques et sur le mode épique : « An Age when there was No Place, No Security for Truth, No Refuge for Innocence, and No Protection for Common Justice » (L’Estrange, cité 92) autour d’un (prétendu ?) complot papiste. Est évoquée l’atmosphère détestable des propos de café dont se distingue L’Estrange, interprète avisé et scrutateur attentif de toutes sortes de textes et de leur production et qui, sous la surface, cherchait à révéler les sens cachés (103) ; il avait une profonde défiance à l’égard des discours et de l’information sur le « complot papiste ». L’Estrange se méfiait de la profession et du commerce du livre, décomposait tout, fragmentait les mécanismes, identifiait les délinquants, flairait les masquages (106). Peter Hinds souligne son caractère et la continuité tenace, imaginative, énergique de sa défense de l’Eglise d’Angleterre, du roi et de la succession ainsi que sa peur que la nation ne retombe dans les désordres des années 1640-1650 ; il rend hommage à un homme de principes et à ses « strong conservative social, religious and political ideals » (107) sous le signe des Stuarts.

7Soupçonné d’être un anglican crypto-catholique, L’Estrange s’en fut chercher refuge en Hollande, terre de rassemblement protestant et (ironie de la Providence ?) laboratoire d’édition et d’impression subversives.

8Anne Dunan-Page examine le lien entre L’Estrange, traducteur de l’Apologie pour les Protestants et le protestantisme français. Cette traduction s’inscrit dans un contexte de compétition entre Anglicans et Dissidents pour s’assurer l’appui du protestantisme continental en pleine période de réaction tory. Plutôt que de lien, il vaudrait mieux parler d’influences, d’entrecroisements, du rôle et des dangers des traductions, des réceptions biaisées, des malentendus, dans un contexte de relations franco-anglaises complexe et délicat (130) : « L’Estrange was fully aware that his translation of the Apologie would be read by his enemies as a proof of his popish sympathies » (126).

9En son grand âge, un an avant les Pensées sur l’éducation de Locke, L’Estrange publie sa traduction des Fables d’Esope. L’article de Line Cottegnies, « The Uses of the Fable in Roger L’Estrange’s Aesop’s Fables » (1692), montre comment le vieux sage stoïcien retiré de la vie publique, traducteur de Sénèque, se lança dans ce genre flexible avec sa lucidité critique (Cf. Baudoin Millet in RSEAA XVII-XVIII 68 [2011] : 63-82). Ses fables ne sont pas pour les enfants. Elles ont une coloration morale sombre, pessimiste (141). Il est piquant de noter : « the pedagogical topos which he borrowed from his predecessors allowed him to circumvent potential censorship and to defuse criticism » (148). Peut-être « l’homme mélancolique et vieillissant » retrouvait-il aussi l’humeur d’une partie de l’Angleterre Stuart de sa jeunesse contrastant avec l’hédonisme parfois débridé de la Restauration.

10La musique pour L’Estrange était affaire d’héritage et de climat familial. Andrew Ashbee, dans son article « ‘My Fiddle is a Bass Viol’ : Music in the Life of Roger L’Estrange », écrit : « Although an amateur, in music too he was happy to perform in public and show his great prowess on a bass viol where most contemporaries rather hid their skills […] Music for him was a lifetime’s passion, both as performer and as listener » (166).

11Harold Love, à la mémoire de qui ce livre est dédié, signe (post mortem) la contribution intitulée « L’Estrange, Joyce and the Dictates of Typography ». Laissons la plume, pour la présenter, aux rédactrices de l’Introduction :

As both licenser and author, L’Estrange was exceptionally preoccupied with the printed page, in materiality as well as in content : through experiments with engravings, and especially with typography, his published writings test, and sometimes close the interface between text and image while the printed page is a recurrent concern throughout these essays, L’Estrange’s “printed voice” is the subject of a groundbreaking essay on the typography of the Observator (5).

12Recherche qui ouvre sur l’écriture en tant que création sémiotique et tentative de transcription de la pulsion orale et de l’intensité sonore, pour tenir le lecteur en constante alerte, en inquiétude soutenue.

13Le volume se termine par une bibliographie des œuvres de L’Estrange par Geoff Kemp, « a definitive research tool for the continued reassessment of this complex and significant figure » (5). Ce volume aussi aide à mieux connaître, à travers un personnage complexe, le moment de la Restauration, la violence et la cruauté de ses passions politiques et religieuses, la diversité d’une « culture » conservatrice et pré-moderne, qui annonce des développements futurs des xviiie et xxe siècles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louis Roux, « Anne Dunan-Page & Beth Lynch (éds.), Roger L’Estrange and the Making of Restoration Culture », XVII-XVIII, 69 | 2012, 268-273.

Référence électronique

Louis Roux, « Anne Dunan-Page & Beth Lynch (éds.), Roger L’Estrange and the Making of Restoration Culture », XVII-XVIII [En ligne], 69 | 2012, mis en ligne le 15 juillet 2016, consulté le 19 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/1718/638

Haut de page

Auteur

Louis Roux

Université Jean Monnet, Saint-Étienne

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals