Navigation – Plan du site

AccueilNuméros77Notes de lectureLe Journal de Gouverneur Morris p...

Notes de lecture

Le Journal de Gouverneur Morris pendant la Révolution française. Tome premier (1789)

Texte traduit et annoté par Gérard Hugues, Genève: Droz, 2018, tome I, 458 pp., ISBN 978-2-600-05837-7 et tome II, 2020, 478 pp., ISBN 978-2-600-05986-2
Carine Lounissi
Référence(s) :

MORRIS, GOUVERNEUR. Le Journal de Gouverneur Morris pendant la Révolution française. Tome premier (1789). Texte traduit et annoté par Gérard Hugues. Genève: Droz, 2018. 458 pp. ISBN 978-2-05986-2
2018

Texte intégral

  • 1 Melanie Randolph Miller, Envoy to the Terror: Gouverneur Morris and the French Revolution. Dulles ( (...)
  • 2 Emilie Mitran, « Gouverneur Morris, traducteur de la Révolution française, 1789-1793 », Thèse de do (...)
  • 3 Gérard Hugues, « Gouverneur Morris ou les ambiguïtés de l’universalisme révolutionnaire », XVII-XVI (...)
  • 4 Journal de Gouverneur Morris, 1789-1792, ministre plénipotentiaire des États-Unis en France [Texte (...)
  • 5 Gouverneur Morris. A Diary of the French Revolution. Ed. by Beatrix Cary Davenport. Boston : H. Mif (...)

1Gouverneur (de son prénom) Morris, avocat et homme d’affaires new-yorkais à la jambe de bois, membre de la Convention de Philadelphie en 1787, séjourne en France de 1789 à 1794, tout d’abord pour des motifs personnels, avant d’être nommé ministre plénipotentiaire par George Washington en janvier 1792. Le journal qu’il rédige assidument pendant son séjour français est une source importante pour ceux qui étudient l’ère des Révolutions. Aux États-Unis, le regain d’intérêt pour ce Père fondateur quelque peu négligé est dû surtout aux travaux de Melanie Randolph Miller dans les années 20001 en plein Founders’ chic, cette vague de publications d’ouvrages écrits par des universitaires et des journalistes sur les figures fondatrices des États-Unis. De ce côté-ci de l’Atlantique, la thèse récemment soutenue par Émilie Mitran a remis en lumière cette figure encore peu connue en France en dehors des cercles de spécialistes2. C’est dans ce contexte que Gérard Hugues, qui a consacré un article récent à Morris3, a choisi de proposer, en collaboration avec Émilie Mitran, une nouvelle traduction de l’ensemble du journal de Morris, dont les deux premiers tomes sont parus à ce jour. Cette version française est, en effet, nécessaire, la dernière édition en français datant de 2002, mais n’offrant qu’une sélection d’entrées du journal fondée sur la traduction déjà ancienne d’Ernest Pariset4. Cette nouvelle traduction permet de rétablir un certain nombre de passages biffés dans l’édition américaine du manuscrit censuré par la veuve de Gouverneur Morris et ce, grâce au travail éditorial de Melanie Randolph Miller sur la nouvelle version en anglais parue en 20115.

  • 6 Mémorial de Gouverneur Morris: homme d'état américain, ministre plénipoteniaire des États-Unis en F (...)

2Le journal de Morris est un document connu des Américanistes français, notamment de ceux qui étudient la Jeune Amérique, mais la traduction de l’intégralité du texte le rendra plus facilement accessible aux historiens. C’était déjà l’intention du premier traducteur, Augustin Gandais, qui a publié en 1842 la première traduction française qu’il considère alors comme un complément à la série de mémoires d’acteurs de la Révolution française publiée dans les années 1820 et 18306. La traduction de Gérard Hugues permettra également de faire connaître ce texte au grand public qui s’intéresse au 18e siècle, car sa compréhension est grandement facilitée par le riche appareil de notes. La lecture de ce journal est, en effet, facile et agréable, car la plume acérée de Morris produit souvent des passages cocasses, entremêlés, toutefois, de mauvais vers, de formulations répétitives et d’énumérations parfois fastidieuses d’événements du quotidien de Morris. Il n’en reste pas moins que ce journal ouvre une fenêtre sur la vie de l’aristocratie parisienne de l’Ancien Régime lors de ses derniers moments d’insouciance, mêlée d’inquiétude fébrile.

  • 7 Le Journal de Gouverneur Morris pendant la Révolution française. Tome premier (1789), texte tradui (...)
  • 8 Journal, I, p. 44 et p. 308 ; II, p. 14, p. 17, pp. 383-384.
  • 9 Gouverneur Morris. A Diary of the French Revolution, ed. by Beatrix Cary Davenport, II, p. 547.
  • 10 Journal, I, p. 35.
  • 11 Journal, II, p. 217.

3Ce journal est une source qui renseigne d’abord sur Morris lui-même. Outre les détails fournis sur ses désordres organiques et ses moments intimes avec Madame de Flahaut, il met volontiers en scène Morris comme fin politique et négociateur officieux, notamment auprès de Pitt le Jeune et du Duc de Leeds, respectivement au printemps et à l’automne 17907. Morris prend plaisir à rapporter des conversations au cours desquels il contredit ou surprend ses interlocuteurs, qu’ils soient français ou anglais8. Il tend à se donner le meilleur rôle et à se positionner en Socrate piquant les flancs de la cité. Il a également la capacité de passer sans aucune transition d’un sujet politique très sérieux à une remarque sur la météorologie par exemple, contrepoint, souvent comique, qui conclut presque systématiquement ses entrées. On ressent parfois une sorte d’amusement de la part de Morris à établir ce contraste volontaire. L’entrée laconique, et peut-être la plus emblématique de cette météorologie politique, devrait apparaître dans l’un des tomes suivants de la traduction de Gérard Hugues. Morris y commente l’abolition de la monarchie en France le 21 septembre 1792 en ces termes : « Nothing this day except that the Convention has met and declar’d they will have no king in France. The weather is foul »9. Morris semble cultiver, dans ces moments d’écriture intimes, une forme d’ironie ou d’humour à l’américaine qui fait écho à celle de Benjamin Franklin. Contrairement à ce dernier, Morris reconnaît toutefois au début de son séjour en mars 1789 lors de sa première visite à la cour de Versailles qu’il n’est « pas taillé pour y remporter quelque succès »10. Il s’agit là d’une allusion probable à la Franklinmanie qui entoura le premier ministre plénipotentaire américain de 1776 à 1785, réputation face à laquelle les autres Américains présents en France en même temps ou après lui eurent du mal à s’imposer. Si John Adams en souffrit, Morris profita en 1789 et 1790 de son relatif anonymat, en Grande-Bretagne notamment. En mai 1790, alors que Morris est à Londres, l’un de ses interlocuteurs écossais se réjouit de la Révolution française qu’il assimile à la Révolution américaine tout en ignorant qu’il parle à l’un de ces « rebelles » ; en bon narrateur, Morris se délecte de l’ironie dramatique de cette situation11.

  • 12 Journal, I, pp. 360-361 et II, pp. 20-21.
  • 13 Journal, I, p. 290 et II, p. 20.
  • 14 Journal, II, p. 244 et p. 29.
  • 15 Journal, I, p. 334 et p. 354.
  • 16 Journal, I, pp. 301-302 et II, p. 17.
  • 17 Journal, I, p. 337, pp. 108-109 et p. 317.

4Le journal de Morris est, par ailleurs, une source d’information précieuse sur la circulation des Français(es), des Anglais(es) et des Américain(e)s en France et en Europe, ainsi que sur les réseaux commerciaux, financiers, sociaux et politiques de la fin du 18e siècle. Il permet, par exemple, d’établir des dates de rencontre entre Lafayette et Talleyrand ou entre Paine et Chastellux12. Peu de ses fréquentations trouvent grâce aux yeux de Morris et son regard est plus volontiers sarcastique ou satirique. Morris se fait ainsi mémorialiste à la manière d’un Saint-Simon. Il brosse des portraits par touches et commente l’actualité politique, mais également sociale ou artistique. Tout en manifestant son amitié envers Lafayette, Morris se montre affectueusement critique à son égard : « Il ne veut de mal à personne, mais il a besoin de briller » ou « M. de La Fayette fait du monde entier son confident, le secret doit naturellement être gardé car il n’y a plus personne à mettre au courant »13. Morris est plus sévère quant aux capacités politiques de ce dernier14. Il n’est, en revanche, que mépris pour Necker (qu’il décrit à l’occasion comme le mari de Madame Necker)15. Il retranscrit en détail ses petits arrangements et conversations avec Talleyrand. Ce dernier, Morris et Adèle de Flahaut forme un trio politico-amoureux à partir de l’automne 1789 et les entrées à ce sujet ne manquent pas de truculence. Les femmes de l’aristocratie occupent, de fait, une place importante dans son journal. Morris découvre, en effet, une société où les femmes tiennent un rôle de premier plan et discutent ouvertement de questions politiques. Il se montre souvent autant sensible à leurs attraits qu’admiratif de leur capacité de jugement. C’est le cas notamment au sujet de Germaine de Staël16. Morris est aussi souvent pris d’une pitié émotive à leur propos : « pauvre femme », écrit-il au sujet de Madame de Chastellux ou de Marie-Antoinette17.

  • 18 Journal, I, p. 248.
  • 19 Journal, II, p. 113.
  • 20 Journal, II, p. 250.
  • 21 Journal, I, p. 253.
  • 22 Journal, II, p. 336.

5L’esprit de contradiction qui caractérise Morris le conduit à défendre la Révolution française auprès d’interlocuteurs et d’interlocutrices lorsqu’il se déplace en Europe, tout en exprimant à Paris son scepticisme sur ce sujet. En août 1789, alors qu’il dîne chez La Luzerne, ambassadeur de France à Londres, il corrige la vision de Lady Dunmore en lui démontrant que les Révolutions américaine et française ont été toutes les deux menées par « la grande masse du peuple »18. Lors d’un dîner à Amsterdam, en mars 1790, il réfute le point de vue réactionnaire de ses hôtes au sujet de la légitimité de la Révolution19. Dans le même temps, Morris considère que presque rien en France, en Angleterre, en Hollande ou en Allemagne, où il voyage en 1789 et 1790, ne souffre la comparaison avec les Etats-Unis. « La Tamise », constate-t-il, « est recouverte d’herbes, si bien que quoique ses eaux soient claires, elle ne peut rivaliser avec la Delaware en amont de Trenton »20. Morris prend ainsi une nouvelle revanche sur l’ancienne mère-patrie, déjà défaite par George Washington dans cette ville du New Jersey le 26 décembre 1776. « Les arbres » de Londres, ajoute-t-il, « semblent fort bien se porter, mais ils ne sont en rien comparables aux arbres américains »21, ce qui lui permet au passage de contredire implicitement la thèse de la dégénérescence américaine répandue par Buffon et de Pauw. L’une des seules entorses à cet exceptionnalisme patriotique se produit lors de son trajet vers Francfort le 24 octobre 1790 où il souligne que « des vergers semblables à ceux d’Amérique, avec de gros arbre solides »22 se dressent devant lui. On serait tenté d’y lire une manifestation, consciente ou non, de l’origine germanique de la Constitution britannique rapportée par Montesquieu dans L’Esprit des lois. La description de la nature ou des paysages que Morris croise a donc très souvent une dimension politique ou économique.

  • 23 Journal, I, p. 96
  • 24 Journal, I, p. 228.
  • 25 Journal, I, pp. 227-229 et II, pp. 85-90 et pp. 304-311.
  • 26 Journal, I, p. 77.
  • 27 Journal, I, p. 236.
  • 28 Journal, I, p. 238.
  • 29 Journal, II, p. 347.

6Morris est un esthète, capable de commenter un tableau de maître comme Rubens23 ou l’architecture d’une cathédrale comme celle de Rouen24, mais c’est un regard d’homme d’affaires qu’il pose sur les contrées qu’il traverse. Il voit les paysages en termes d’aménagements facilitant le commerce, notamment les voies de communication terrestres et fluviales. Il relève systématiquement la qualité et la couleur du sol pour jauger sa « fertilité » et donc son rendement potentiel. C’est le cas notamment dans la vallée de la Seine qu’il parcourt à la fin du mois de juillet 1789, mais également en Hollande où il passe en février et en septembre 179025. Alors qu’il traverse la vallée de la Marne, quelques mois plus tôt, en avril 1789, il note que la France devrait réformer « en même temps son agriculture et sa constitution »26, tandis que de l’autre côté de la Manche, il se réjouit du fait que « la science de l’agriculture est mieux comprise »27. Cependant, alors qu’il voyage entre Lewes et Londres, il constate que la terre n’est pas aussi bonne qu’en Amérique28. Le 30 octobre 1790, en longeant la vallée du Rhin pour rentrer en France, il envisage l’extension du territoire français comme nécessaire à son bonheur politique et économique29.

  • 30 Journal, I, p. 188.
  • 31 Journal, II, p. 373.
  • 32 Journal, I, p. 284.
  • 33 Journal, I, p. 44.
  • 34 Journal, II, p. 32.
  • 35 Journal, II, p. 153.

7S’il tend à louer la Révolution française ailleurs en Europe, Morris exprime fréquemment en France son scepticisme face aux événements dont il est la plupart du temps indirectement le témoin en 1789 et 1790. Morris déplore la forme de la nouvelle constitution en cours d’élaboration, insistant auprès de ses interlocuteurs et interlocutrices sur la nécessité de maintenir la noblesse, qu’il fréquente, comme contre-pouvoir. Il le fait notamment remarquer lors du dîner de célébration de l’Indépendance américaine le 4 juillet 1789 chez Jefferson, moment symbolique s’il en est30. Morris a une position proche de celle de Burke, dont il cite brièvement, mais élogieusement l’ouvrage paru en novembre 179031. Morris est, en effet, horrifié par la violence révolutionnaire. Dans le même temps, il considère que les demandes de changements des institutions françaises faites par les trois États sont légitimes, mais les méthodes et les résultats de ces réformes ne sont pas de son goût. Il confie à son journal et à ses ami(e)s parisien(ne)s son rejet du modèle unicaméral qu’il exècre en bon défenseur du gouvernement mixte et des checks and balances32. Dès le 16 mars 1789, avant même la réunion des États-Généraux, il note que tout autre système serait aussi mauvais que celui de la Constitution de Pennsylvanie de 177633, qui était alors, il faut le préciser, en passe d’être modifiée lorsque Morris quitta les États-Unis. Il ne comprend pas non plus le sens et la portée de la Déclaration des Droits de l’Homme d’août 1789. Sa logique constitutionnelle et politique lui échappe puisqu’il l’oppose au Bill of Rights américain qu’il juge meilleur34. Morris a été « fédéraliste » pendant la Convention de Philadelphie où il a connu son heure de gloire en écrivant le préambule de la Constitution de 1787, comme le rappelle Patrice Higonnet dans sa préface au tome I. Morris n’apprécie guère Jefferson qu’il fréquente pendant les premiers mois de son séjour avant que Jefferson ne quitte la France en septembre 178935. Le scepticisme de Morris sur la Révolution française était déjà partagé aux États-Unis par les fédéralistes ou anti-Jeffersoniens, tels John Adams et même George Washington. Leur hostilité à la Révolution française se muera ensuite en sentiment anti-français à partir de 1793-94 et deviendra une pierre de touche des débats partisans aux États-Unis dans les années 1790, culminant avec les Alien and Sedition Acts de 1798 et la Quasi-Guerre. Il faut garder cet élément à l’esprit lorsqu’on lit le journal de Morris.

  • 36 Journal, I, pp. 108-112 et p. 299.
  • 37 Journal, II, p. 367.
  • 38 Il est membre du club de Valois à partir du 27 mai 1789, Journal, I, p. 141.
  • 39 Journal, I, p. 109, p. 204, p. 207-208, p. 284, p. 309, p. 313 et II, p. 13 et p. 73.
  • 40 Journal, I, p. 112
  • 41 Journal, I, p. 169, pp. 172-173, pp. 201-209 et pp. 311- 318.

8Morris assiste à la Révolution comme à un spectacle. Il est présent dans les tribunes lors de l’ouverture des États-Généraux les 4 et 5 mai 1789 et il se rend également à l’Assemblée Nationale à plusieurs reprises, comme par exemple le 26 septembre 1789, où il estime que les débats sont désordonnés, bruyants et infructueux36. Le 13 novembre 1790, William Short, qui représente alors les États-Unis en France comme chargé d’affaires, lui donne un billet pour aller écouter l’éloge funèbre de Franklin par Condorcet le jour même, ce qui ne paraît pas soulever l’enthousiasme de Morris37. Dans une certaine mesure, on peut se demander si Morris ne conçoit pas toute la Révolution comme une représentation théâtrale. Il est, par ailleurs, plutôt témoin des échanges et des intrigues dans le milieu aristocratique qu’il fréquente38 que des événements eux-mêmes. Presque tout ce qu’il consigne dans son journal au sujet de ces événements lui est rapporté par ses contacts et fréquentations parisiens. Il les transcrit dans son journal par le biais de médiations et de formules telles que « elle me dit », « on dit que » ou « il s’y dit que »39. Lui-même se voit par moments comme « narrateur » d’un « récit » lorsqu’il rapporte en société certains faits40. Même si Morris fait souvent remarquer que ce qu’il entend est « exagéré », c’est sa principale source d’information. Les moments importants de la Révolution eux-mêmes occupent en fin de compte peu de place dans ces deux premiers tomes, et encore moins dans le second que dans le premier, puisque Morris est très souvent en voyage. Le 19 juin 1789, il note que le clergé se joint au Tiers, ce qui sonne le glas de la noblesse à ses yeux. Il mentionne très succinctement le Serment du Jeu de Paume sans en saisir l’importance. Ce qu’il sait sur la Prise de la Bastille et les Journées d’Octobre 1789 lui parvient par ses canaux d’information habituels. Avec une indignation burkéenne avant Burke, il ne retient du 14 juillet 1789 que les massacres. Il voit comme futile le point de départ des Journées d’Octobre, qui sont déclenchées « à cause de cette stupide histoire de cocardes à Versailles »41. On a le sentiment qu’il ne prend pas toujours la révolution au sérieux et qu’il y voit un badinage politique. On chercherait ainsi en vain sous sa plume des « scoops » sur ces événements majeurs, malgré ce que suggère Patrice Higonnet dans ses introductions.

  • 42 Journal, II, p. 25.
  • 43 Journal, II, pp. 43-51.

9Le journal de Morris est un document hybride et hétéroclite où la politique n’est pas l’objet principal. Il constitue davantage une mise en scène de l’ego morrisien commentant les jeux de pouvoir dans les cercles aristocratiques. Dans ces deux premiers tomes, c’est surtout le lien entre sociabilité et politique qui se donne à lire. Morris fait son apprentissage des codes de cette société aristocratique, parfois à ses dépens, comme il le reconnaît lui-même. « Cela induit un long débat dans lequel je m’engage plus qu’il n’en vaut la peine : mais la société ici fonctionne ainsi, et l’on doit s’y conformer ou la quitter », écrit-il le 11 janvier 1790 au sujet d’une conversation tenue chez Germaine de Staël42. La correspondance et les autres papiers de Morris contiennent souvent des développements intellectuels, politiques et commerciaux plus fouillés que son journal. Ils en sont le complément indispensable. C’est ce qui justifie le choix fait ici de conserver et de traduire les lettres qui figurent dans l’édition américaine de 1939. Par exemple, la lettre qu’il écrit à Washington le 24 janvier 1790 permet de mesurer, sur le plan politique notamment, l’écart entre les entrées peu précises des jours précédents et sa correspondance43. À condition, donc, de prendre le témoignage de Morris pour ce qu’il est, ce journal constitue une source précieuse et l’élégante traduction de Gérard Hugues et Émilie Mitran est amenée à en devenir l’édition française de référence.

Haut de page

Notes

1 Melanie Randolph Miller, Envoy to the Terror: Gouverneur Morris and the French Revolution. Dulles (Va.): Potomac books, 2005. Melanie Randolph Miller, An Incautious Man: the Life of Gouverneur Morris. Wilmington (Del.) : ISI books, 2008.

2 Emilie Mitran, « Gouverneur Morris, traducteur de la Révolution française, 1789-1793 », Thèse de doctorat en Etudes anglophones, sous la direction de Gérard Hugues, soutenue en juin 2019 à l’Université d’Aix-Marseille. Voir également, Émilie Mitran, « Reconstruire une vision américaine de la Révolution française : Gouverneur Morris, architecte d’une pensée anti-Jeffersonienne ? », XVII-XVIII [En ligne], 74 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 21 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/1718/834 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1718.834

3 Gérard Hugues, « Gouverneur Morris ou les ambiguïtés de l’universalisme révolutionnaire », XVII-XVIII [En ligne], 69 | 2012, mis en ligne le 15 juillet 2016, consulté le 21 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/1718/607 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1718.607

4 Journal de Gouverneur Morris, 1789-1792, ministre plénipotentiaire des États-Unis en France [Texte imprimé], Ed. établie par Anne Cary-Morris ; trad. de l'anglais par Ernest Pariset ; texte présenté et annoté par Antoine de Baecque. Paris: Mercure de France, 2002.

5 Gouverneur Morris. A Diary of the French Revolution. Ed. by Beatrix Cary Davenport. Boston : H. Mifflin, 1939, 2 vol. L’édition mise à jour est disponible en ligne : https://rotunda.upress.virginia.edu/founders/GRMS.html. Une édition de la suite, inédite, de son journal est également parue : The Diaries of Gouverneur Morris: European travels, 1794-1798, Melanie Randolph Miller, Hendrina Krol and Elizabeth Hines, eds. Charlottesvill : University of Virginia Press, 2011.

6 Mémorial de Gouverneur Morris: homme d'état américain, ministre plénipoteniaire des États-Unis en France, de 1792 à 1794; suivi d'extraits de sa correspondance et de ses papiers, contenant des détails nouveaux sur la révolution française, la révolution d'Amérique et l'histoire politique des États-Unis. Paris : Jules Renouard, 1842, 2 vol.

7 Le Journal de Gouverneur Morris pendant la Révolution française. Tome premier (1789), texte traduit et annoté par Gérard Hugues. Genève : Droz, 2018, tome II, pp. 206-207, et pp. 291-295.

8 Journal, I, p. 44 et p. 308 ; II, p. 14, p. 17, pp. 383-384.

9 Gouverneur Morris. A Diary of the French Revolution, ed. by Beatrix Cary Davenport, II, p. 547.

10 Journal, I, p. 35.

11 Journal, II, p. 217.

12 Journal, I, pp. 360-361 et II, pp. 20-21.

13 Journal, I, p. 290 et II, p. 20.

14 Journal, II, p. 244 et p. 29.

15 Journal, I, p. 334 et p. 354.

16 Journal, I, pp. 301-302 et II, p. 17.

17 Journal, I, p. 337, pp. 108-109 et p. 317.

18 Journal, I, p. 248.

19 Journal, II, p. 113.

20 Journal, II, p. 250.

21 Journal, I, p. 253.

22 Journal, II, p. 336.

23 Journal, I, p. 96

24 Journal, I, p. 228.

25 Journal, I, pp. 227-229 et II, pp. 85-90 et pp. 304-311.

26 Journal, I, p. 77.

27 Journal, I, p. 236.

28 Journal, I, p. 238.

29 Journal, II, p. 347.

30 Journal, I, p. 188.

31 Journal, II, p. 373.

32 Journal, I, p. 284.

33 Journal, I, p. 44.

34 Journal, II, p. 32.

35 Journal, II, p. 153.

36 Journal, I, pp. 108-112 et p. 299.

37 Journal, II, p. 367.

38 Il est membre du club de Valois à partir du 27 mai 1789, Journal, I, p. 141.

39 Journal, I, p. 109, p. 204, p. 207-208, p. 284, p. 309, p. 313 et II, p. 13 et p. 73.

40 Journal, I, p. 112

41 Journal, I, p. 169, pp. 172-173, pp. 201-209 et pp. 311- 318.

42 Journal, II, p. 25.

43 Journal, II, pp. 43-51.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carine Lounissi, « Le Journal de Gouverneur Morris pendant la Révolution française. Tome premier (1789) »XVII-XVIII [En ligne], 77 | 2020, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 02 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/1718/6412 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1718.6412

Haut de page

Auteur

Carine Lounissi

Université de Rouen-Normandie, ERIAC EA 4705

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search