Navigation – Plan du site
Notes de lecture - Ouvrages reçus

Orla Smyth & Jeffrey Hopes (éds.), Discours critique sur le roman 1670-1850

Mont-Saint-Aignan : Publications des universités de Rouen et du Havre, 2010. 198 pp. ISBN 978-2-87775-498-9
Isabelle Bour
p. 276
Référence(s) :

SMYTH, ORLA et JEFFREY HOPES, éds. – Discours critique sur le roman 1670-1850, Mont-Saint-Aignan : Publications des universités de Rouen et du Havre, 2010. 198 pp. ISBN 978-2-87775-498-9

Texte intégral

1Ce beau volume, issu d’un colloque tenu en 2004, rassemble des études consacrées à des thèmes explicités par les titres de ses trois parties : « Les grilles de lecture critique à la fin du xviie siècle : entre condamnation morale et valorisation mondaine », « À la recherche de modèles : l’entrecroisement dynamique de l’évaluation critique et de la définition du genre » et « Romanciers aux prises avec la critique ». Un seul article concerne le domaine germanique, les autres étant dévolus aux littératures française et anglaise.

2La critique française du roman, qu’on la trouve dans les périodiques, dans les préfaces, dans les correspondances ou encore au sein même des romans, apparaît comme marquée plus durablement et plus profondément par la poétique aristotélicienne et, partant, comme plus dogmatique. En Europe, la critique normative à fondement religieux, représentée ici par la Mythoscopia Romantica de Gotthard Heidegger (1698), était, quant à elle, en voie de disparition, ce qui n’empêcha pas d’innombrables exégètes, auteurs et hommes d’Église de continuer à déplorer pendant des décennies le danger que représentait la fiction pour la morale et pour les bonnes mœurs. Plus néo-classique, donc, la critique française utilisait souvent à propos du roman des catégories si générales (telle la vérité des caractères ou le naturel des passions) qu’elle pouvait passer à côté de la spécificité d’un genre en pleine mutation. La critique anglaise, plus soucieuse de l’évaluation de la poétique du novel, s’attachait dans une certaine mesure à caractériser la modernité du genre. Mais, en particulier du fait de l’influence du roman anglais sur son homologue français, le discours critique présupposa de plus en plus l’existence d’une tradition romanesque commune à la France et à l’Angleterre. Les réécritures du Don Quichotte de Cervantes furent l’occasion d’une réflexion sur l’évolution du genre, sur le type de mimesis qu’il proposait.

3L’angliciste trouvera dans ce volume bienvenu des analyses d’œuvres anglophones allant du roman de la Restauration à Walter Scott et, dans le champ francophone, de La Princesse de Clèves aux romans de Balzac et de George Sand.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Bour, « Orla Smyth & Jeffrey Hopes (éds.), Discours critique sur le roman 1670-1850 », XVII-XVIII, 69 | 2012, 276.

Référence électronique

Isabelle Bour, « Orla Smyth & Jeffrey Hopes (éds.), Discours critique sur le roman 1670-1850 », XVII-XVIII [En ligne], 69 | 2012, mis en ligne le 15 juillet 2016, consulté le 18 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/1718/642

Haut de page

Auteur

Isabelle Bour

Université de la Sorbonne nouvelle

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals