Navigation – Plan du site

AccueilNuméros77In memoriam : Bernard Cottret (19...

In memoriam : Bernard Cottret (1951-2020)

Bertrand Van Ruymbeke

Texte intégral

1Le 13 juillet 2020, Bernard Cottret nous a quittés, bien trop tôt. Universitaire au savoir encyclopédique, d’une profonde et immense culture, à l’esprit brillant, au grand talent et à la très grande ouverture d’esprit, il n’était pas seulement tout cela mais aussi et surtout généreux et bienveillant. Nombre d’entre nous, que ce soit en séminaire, en colloque, en soutenance de thèse ou d’habilitation à diriger des recherches, par courriel ou lors d’une conversation téléphonique ou encore chez lui car il recevait bien volontiers, ont bénéficié de ses conseils judicieux, de son écoute attentive et de sa gentillesse sans cesse renouvelée.

2Né en 1951 à Boulogne-Billancourt, Bernard Cottret a étudié à l’ENS de Saint-Cloud (1971-1976), dont une année passée comme lecteur à l’Université d’Oxford (Merton College), et a obtenu l’agrégation d’anglais en 1976. Il a soutenu une thèse d’Etat intitulée « Bolingbroke. Exil et écriture au siècle des Lumières. Angleterre-France (vers 1715-vers 1750) » en 1988 à l’Université de Nanterre (publiée en 1992 chez Klincksieck), alors qu’il occupait un poste d’assistant à l’Université de Paris IV (Sorbonne Université). L’année suivante, il était élu professeur de civilisation britannique à l’Université de Lille III, où il resta trois ans avant de rejoindre l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines en 1992, qui venait d’être créée et où tout restait à faire dans le domaine des études anglo-américaines. Bernard Cottret y restera jusqu’à sa retraite en 2012, soit vingt ans. Clairement, cette institution doit beaucoup à l’énergie, à la clairvoyance et à la générosité de Bernard Cottret, qui ne ménagea jamais ses efforts bien au-delà du seul département des Humanités qu’il fonda. Y ayant moi-même enseigné de 1993 à 1996, je me souviens que le département, alors que le bâtiment principal de l’université se situait à Guyancourt, occupait un préfabriqué en bordure du parc de la Bièvre. Une toute nouvelle université dans une ville nouvelle, quel projet stimulant! Certes, mais, sans nul doute, ce sont l’enthousiasme et la chaleur de Bernard Cottret qui rendaient ces lieux véritablement accueillants. Clin d’oeil de l’histoire, l’administration de l’université se situe à Versailles, dans la rue du Refuge, sujet de son premier livre, Terre d'exil : l'Angleterre et ses réfugiés XVIe-XVIIe siècles. Quel destin!

3La personnalité, la carrière et l’oeuvre de Bernard Cottret ne peuvent être classées en rubriques tant elles sont riches et variées. Chacun d’entre nous, hormis son épouse Monique, elle-même grande historienne du XVIIIe siècle qui a fait sa carrière universitaire à Nanterre, ne connaissons ou n’avons lu qu’une partie de celles-ci. J’ai eu l’extrême bonheur de rencontrer Bernard Cottret alors que je commençais à peine ma thèse de doctorat sur le Refuge huguenot en Caroline du Sud. Ce fut une chance car j’ai pu bénéficier de ses conseils, de son amitié et de sa gentillesse pendant vingt-huit ans. Mon premier souvenir est notre rencontre à la Bibliothèque Nationale en 1992 alors que j’étais en poste à l’Université de Charleston, en Caroline du Sud. Du fait de mes recherches, j’avais lu Terre d'exil, publié au moment du tricentenaire de la Révocation de l’Edit de Nantes (1685-1985). Bernard Cottret savait excellemment situer son œuvre dans les préoccupations de son temps, tout en suivant son propre chemin intellectuel, ses idées et ses convictions. Comme il arrivera à de nombreux autres universitaires à l’aube de leur carrière, il m’écouta, me conseilla et me présenta à des chercheurs chevronnés et spécialistes des questions sur lesquelles je travaillais. Il vint même me rendre visite à Charleston avec Monique l’année suivante! Bernard Cottret aimait converser et aider les étudiants, les doctorants et les jeunes chercheurs. Bien que nous ayons vécu une amitié, proche et solide, de près de trente ans, nous ne pourrions pourtant prétendre connaître tous ses livres (sans même parler de ses innombrables articles), ni embrasser toute sa personnalité intellectuelle tant elle fut multiple. Il y a des pans entiers de sa pensée que nous connaissons à peine. En revanche, nous avons beaucoup – et de très près- lu ses écrits sur la Réforme protestante, l’Edit de Nantes, le Refuge huguenot, l’Angleterre des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, et la « Glorieuse révolution », tout comme sur la Révolution américaine, Rousseau et les Lumières.

4Nous aborderons ici quelques-uns de ses nombreux travaux qui nous ont le plus marqué en tant que lecteur et universitaire ou influencé notre propre recherche. Lorsque Bernard Cottret publie son Terre d’exil chez Aubier en 1985, il existe peu d’études sur le Refuge huguenot et aucune récente. Le sujet, beaucoup travaillé au XIXe siècle et surtout à l’étranger, avait été abandonné. Alors qu’il s’attelait au travail de sa thèse de doctorat sur Bolingbroke, il trouva l’énergie de publier ce livre en parallèle! Son approche ne fut pas de compter le nombre des réfugiés, d’autres le firent depuis, mais d’insérer les réfugiés huguenots et wallons -ces étrangers, tout comme l’indique le premier sous-titre de l’introduction « Pour une histoire des étrangers »- dans le complexe et évolutif tissu politique, social, religieux et théologique de l’Angleterre des XVIe et XVIIe siècles. C’est un livre puissant qui nous en apprend autant sur les réfugiés et le protestantisme français que sur l’Angleterre. Cet ouvrage révèle l’attrait - fort- pour le XVIe siècle de Bernard Cottret, une attirance et un intérêt qu’il nous confia plus tard. Dans 1598. L’Edit de Nantes. Pour en finir avec les guerres de religion, publié chez Perrin en 1997, republié en 2016 avec une préface si opportune et si éclairante sur notre temps intitulée « La laïcité peut-elle mourir? », nous comprenons mieux les protestants du XVIe siècle – dans une réflexion où se mêle toujours un brin d’humour comme dans ce titre de chapitre « “Provinces-Unies” du Midi. Un Etat RPR », par allusion à l’acronyme Religion Prétendue Réformée qui désignait alors les protestants et à ce parti politique de notre vie contemporaine –, Henri IV et les conditions de la signature et de la promulgation de l’Édit de Nantes, mais aussi et surtout son contenu, son sens et sa portée dans l’histoire du protestantisme français et dans l’histoire de la France. Un XVIe siècle que nous retrouvons dans sa biographie de Thomas More, sous-titrée La face cachée des Tudors, publiée chez Tallandier en 2012 et dans ses écrits sur les Tudors eux-mêmes, Les Tudors. La démesure et la gloire (Perrin, 2019), sa biographie d’Elisabeth IèreLa royauté au féminin. Elisabeth Ière d’Angleterre (Fayard, 2009) et son Henry VIII. Le pouvoir par la force (Payot, 1999), sans oublier sa synthèse sur la période, La Renaissance, 1492-1598. Civilisation et barbarie (Éditions de Paris, 2000) et, à cheval sur les deux siècles, son Le siècle de l’Édit de Nantes. Catholiques et protestants à l’âge classique (CNRS Editions, 2018). À titre personnel, 1598. L’Edit de Nantes. Pour en finir avec les guerres de religion nous a fait comprendre que pour bien interpréter l’édit de révocation de 1685 et les motivations politiques et religieuses de Louis XIV, il fallait en fait lire très attentivement l’Édit de 1598 car, pour le roi et ses conseillers, la Révocation est en germe dans ce texte et aurait dû être décidée bien plus tôt. Une vue éclairante de la Révocation qui avait été esquissée dans la très belle préface de Terre d’exil rédigée par Emmanuel Le Roy Ladurie et qui sera reprise avec le titre « Honteuse Révocation, glorieuse Révolution ». Ce texte introductif, issue de l’amitié entre les deux historiens, met aussi en exergue l’intérêt de Bernard Cottret pour la Révolution anglaise de 1688/89, dite « glorieuse », et cet attrait qu’il avait pour l’histoire en miroir, surtout de chaque côté de la Manche. Il nous confia d’ailleurs qu’il aurait beaucoup aimé écrire une biographie de Jacques II (comme d’ailleurs, pour une autre période et un autre monde, de Benjamin Franklin). L’occasion ne s’est jamais présentée mais il a publié un – pour une fois – petit ouvrage sur la « Glorieuse Révolution » dans la belle collection Archives Gallimard (désormais Folio Histoire) qui tisse ensemble des documents et les analyses de l’historien, au titre de La Glorieuse Révolution d’Angleterre, 1688, republié en 2013 dans une édition remaniée et dont le premier chapitre s’intitule précisément « 1688/1789 ». Toujours ce miroir reflétant l’espace et le temps. Parcourir les siècles, Bernard Cottret le fit dans son Histoire de l’Angleterre. De Guillaume le Conquérant à nos jours, publiée chez Tallandier en 2007, puis en poche chez Texto en 2011, un ouvrage pour lequel il a choisi de remonter le temps jusqu’au Moyen-Âge! Un jour que nous travaillions ensemble à la British Library en 2004, il me fit venir à ses côtés et me montra, souriant, la première phrase de ce qui était alors qu’un manuscrit: « L’Angleterre n’est pas une île ». Il me regarda et éclata de rire. Bernard Cottret aimait les formules choc, surprendre le lecteur, et attachait beaucoup d’importance aux premières phrases d’ouvrage ou de chapitre, tout comme aux titres de ses livres et des chapitres.

5Avec La Révolution américaine. La quête du bonheur 1763-1787, publiée en 2003, puis en poche chez Tempus l’année suivante – signe du succès immédiat de cet ouvrage – Bernard Cottret quitta l’Angleterre et la France pour une brève incursion en territoire nord-américain. Il avait séjourné, communiqué, enseigné même aux États-Unis (à Charleston, en Caroline du Sud) et au Canada. Il s’intéressait à l’Amérique, aux Treize Colonies et à la Nouvelle-France. Mais il ne s’est jamais revendiqué ou proclamé américaniste. Et c’est ce qui fait, à nos yeux, un des intérêts de ce livre. Bernard Cottret l’a écrit en tant qu’historien des îles Britanniques, du protestantisme et des Lumières, notamment françaises. Cet ouvrage lui permit de mettre en relief l’approche triangulaire à laquelle il était très attaché - et dont la justesse nous apparaît de plus en plus clairement au fil de nos propres travaux- qui lie la France, la Grande-Bretagne et les États-Unis. La Grande-Bretagne mais aussi la France ne sont ainsi jamais absentes de ce bel ouvrage. Sur ce livre placé à la fois parmi son propre parcours intellectuel et l’historiographie française de la Révolution américaine, nous recommandons d’ailleurs la lecture du bel entretien conduit par Ghislain Potriquet pour la revue américaniste en ligne Transatlantica en 2017, « ‘Tis not time to part! French historians of the American Revolution: An interview with Bernard Cottret » (Transatlantica, 2 | 2017). Enfin, notons ce titre audacieux, courageux même, en pleine intervention des Etats-Unis en Irak. Quête du bonheur? Bernard Cottret dut souvent défendre ce choix de titre lors de conférences publiques ou sur les ondes.

  • 1 J. J. Calet, A True and Minute Account of the Destruction of the Bastile: by Jean-Jacques Calet (Lo (...)

6« Le 14 juillet 1789, Jean-Jacques Calet, protestant français, sortait de la Bastille. Il s’enfuyait immédiatement en Angleterre, terre de liberté, et y vilipendait tour à tour l’Ancien Régime et la Révolution. Terre ancestrale du papisme et de l'arbitraire, la France s’était contentée de troquer le despotisme d’un seul contre la tyrannie de la multitude. Ainsi pensait Jean-Jacques Calet et il le faisait savoir à qui voulait l’entendre. Or Jean-Jacques Calet n’a jamais existé. Il est un être composite et imaginaire, né de la fièvre contre-révolutionnaire. Vous prenez un cheval et vous l’affublez d’une corne et vous obtenez une licorne. Ou encore, un buste de femme et un corps de poisson donnent une sirène. Jean-Jacques Calet, pareillement, est un fantasme hybride, né de l’union d’une ville et d’un penseur, Jean-Jacques et Calais. Jean-Jacques Rousseau et Calais sont les deux mots qui évoquent la France pour un Anglais du XVIIIe siècle. S’y adjoint immédiatement le souvenir huguenot, avec sa forte charge émotionnelle ». Ainsi écrivait Bernard Cottret dans un article que nous avons co-signé, « Le destin huguenot, entre l’universel et le singulier » (in J-P Jessenne, éd., L’image de l'autre dans l'Europe du Nord-Ouest à travers l’histoire, Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1996, 149-162).1 Il avait toujours été intrigué par ce personnage fictif et intéressé par le vrai Jean-Jacques. En 2005, il a ainsi co-écrit avec Monique Cottret une magistrale, enthousiasmante et imposante (900 pages) biographie de Rousseau, Jean-Jacques Rousseau en son temps (Perrin). Tout est dans la formule « en son temps », car Bernard et Monique ont mis un point d’honneur à nous parler de Genève, de Paris, de la France et de l’Angleterre que connut Rousseau et de replacer le philosophe et son œuvre – trop souvent étudiée d’un point de vue théorique, regrettait Bernard – pleinement dans son époque.

7Bernard Cottret a écrit (et co-écrit dans le cas de J-J Rousseau) six biographies (Cromwell [médaille d’argent de l’Académie française], Calvin, Rousseau, T. More, Henry VIII et Marx). Un format aimé des éditeurs et du grand public – et de certains universitaires dont nous faisons partie – qui non seulement seyait idéalement à son talent de conteur mais lui permettait surtout d’ouvrir une immense fenêtre sur un monde et une époque. Les ouvrages de Bernard Cottet, notamment ses biographies, ont connu un fort succès à l’international et il était heureux et fier de nous montrer son Calvin en géorgien ou en japonais, ou encore son Karl Marx en turc. Ajoutons à cette esquisse d’un cheminement personnel à travers son œuvre qu’un des chapitres de sa biographie de Thomas More, « La foi et l’histoire », fait écho à sa contribution, profonde et intime (l’essai que nous recommandons à quiconque souhaiterait mieux connaître Bernard Cottret), intitulée « L’appel » – Bernard aimant beaucoup l’expression anglaise calling – incluse dans le collectif dirigé par Jean Delumeau, L’historien et la foi (Fayard, 1996).

8Nous aimerions terminer cet hommage par un clin d’œil à son grand humour: ses commentaires, éclairés et subtiles, diffusés en direct, du mariage du prince Harry et de Meghan Markle sur la chaîne BFM TV le 19 mai 2018. Une exposition télévisuelle à un moment de très grande écoute qu’il devait à sa profonde connaissance de la monarchie anglaise et de ses figures féminines (voir son ouvrage Ces reines qui ont fait l'Angleterre: De Boadicée à Élisabeth II, publié cette même année chez Tallandier), de l’Angleterre et du Royaume-Uni.

Haut de page

Notes

1 J. J. Calet, A True and Minute Account of the Destruction of the Bastile: by Jean-Jacques Calet (Londres, 1789).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bertrand Van Ruymbeke, « In memoriam : Bernard Cottret (1951-2020) »XVII-XVIII [En ligne], 77 | 2020, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 06 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/1718/6437 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1718.6437

Haut de page

Auteur

Bertrand Van Ruymbeke

Articles du même auteur

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search