Navigation – Plan du site
Notes de lecture - Ouvrages reçus

Ann Radcliffe, Les Mystères de la forêt

Edition de Pierre Arnaud. Traduction de François Soulès, revue par Pierre Arnaud. Paris : Gallimard, 2011. « Folio classique ». 547 pp. ISBN 978-2-07-030421-9
Annie Cointre
p. 288-290
Référence(s) :

RADCLIFFE, ANN. – Les Mystères de la forêt. Edition de Pierre Arnaud. Traduction de François Soulès, revue par Pierre Arnaud. Paris : Gallimard, 2011. « Folio classique ». 547 pp. ISBN 978-2-07-030421-9

Texte intégral

1Les éditeurs nous font actuellement redécouvrir les traductions françaises des romans anglais du XVIIIe siècle et notamment ceux d’Ann Radcliffe. On ne peut que s’en réjouir, d’autant que les œuvres de cette romancière, si décriées de ce côté-ci de la Manche par les critiques de son époque au nom du « bon goût » français, ne sont plus affublées des qualificatifs « frénétiques », « noirs » ou « terrifiants », contresens qui les dépréciaient en les limitant au suspense.

2Plutôt que de retraduire son troisième roman, encore mal connu en France, Pierre Arnaud a choisi de conserver dans l’ensemble la traduction de 1794 par François Soulès, tout en en modifiant le titre, La Forêt ou l’Abbaye de Saint-Clair ; le premier mot du sous-titre, ajouté par le traducteur selon une pratique courante, annonçait à la vente un roman « gothique ». Pierre Arnaud n’indique pas pourquoi il a préféré l’édition de 1830 qui, bien qu’elle s’appuie sur celle de 1794, supprime, notamment dans la dernière partie, des descriptions de paysages que la romancière introduit pour révéler l’état d’esprit des personnages. Même si elle s’est inspirée de récits de voyage pour les écrire, ce ne sont pas uniquement la terreur et l’obscurité qui créent le sublime mais également la contemplation de la grandeur et de la majesté de la nature qui inspirent les sentiments les plus élevés. Les éditeurs du XIXe siècle, persuadés que les lecteurs étaient surtout avides de connaître rapidement le déroulement de l’intrigue et le dénouement, faisaient disparaître ce qui leur semblait superflu.

3Dans la préface à sa traduction, postérieure, du roman d’Agnes Musgrave, Edmond de la forêt, le seul prétexte qu’il ait écrit pour une traduction de roman, Soulès affirme qu’il se veut « une glace fidèle » des ouvrages qu’il traduit et qu’il entend en montrer les beautés mais aussi les défauts. Cette méthode n’était cependant pas encore totalement la sienne quatre ans auparavant. S’il suit d’assez près l’original, au prix de quelques maladresses et lourdeurs, il n’est pas insensible à la poésie de certaines phrases et compense ensuite la platitude de ses expressions par une élévation du niveau de langue. De même, il rachète sa suppression des citations, notamment les épigraphes qui annoncent la teneur de chaque chapitre, en devenant lui-même poète et en donnant une imitation en alexandrins des poésies attribuées à l’héroïne. Il donne parfois plus de vivacité à la description des explorations de La Motte en remplaçant les phrases longues d’Ann Radcliffe soucieuse de communiquer les causes et les conséquences des mouvements du personnage, par des phrases courtes au présent de narration. Sans doute par respect des normes littéraires françaises et par souci d’unité du langage, il calque sur celui de ses maîtres le langage familier du domestique Peter qui est pourtant une source de « comic relief » que la lectrice assidue de Shakespeare introduit dans ses romans. Cependant, c’est peut-être pour des raisons politiques que Soulès supprime « the persecution of the laws » censée s’ajouter à la poursuite des créanciers de La Motte, ou qu’il renforce la dénonciation des couvents en rendant « votaries », qui qualifie les religieuses qui y habitent, par « victimes ».

4Selon le schéma établi pour cette collection, l’ouvrage comporte une préface sur la vie d’Ann Radcliffe, son entourage, sa culture artistique et littéraire ainsi que ses opinions politiques. Pierre Arnaud replace ses romans dans le cadre des courants romanesques de l’époque, et analyse les différents aspects des Mystères de la forêt. Il y joint une notice sur le traducteur et sur la traduction. Celle-ci est suivie d’un dossier contenant une chronologie des événements marquants de la vie d’Ann Radcliffe et de sa famille ainsi que de l’arrière-plan historique et littéraire, un important apparat de notes expliquant non seulement les termes tombés en désuétude, mais aussi les influences et emprunts en particulier à Burke, Gilpin et Rousseau, les similitudes et références littéraires et les thèmes favoris d’Ann Radcliffe, une bibliographie des études sur le roman « gothique », sur la romancière, sur cette œuvre en particulier et ses différentes traductions, y compris celle qui a précédé celle-ci de quelques mois. Soulès manquerait-il de chance même posthume ? Sa traduction de Clara et Emmeline d’Elizabeth Helme s’était déjà trouvée en concurrence avec une autre, publiée elle aussi en 1788… Elles ne semblent pas avoir plus de succès l’une que l’autre. Espérons que cette fois-ci les lecteurs lui accorderont le succès que mérite cette édition. Certes sa rivale est plus complète car tout y est traduit, mais elle est un peu moins poétique. Il faut cependant reconnaître que, même si nous lisons ces traductions d’un œil sévère, les romans d’Ann Radcliffe ne sont pas toujours faciles à traduire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie Cointre, « Ann Radcliffe, Les Mystères de la forêt », XVII-XVIII, 69 | 2012, 288-290.

Référence électronique

Annie Cointre, « Ann Radcliffe, Les Mystères de la forêt », XVII-XVIII [En ligne], 69 | 2012, mis en ligne le 16 juillet 2016, consulté le 22 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/1718/655

Haut de page

Auteur

Annie Cointre

Université de Lorraine

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals