Navigation – Plan du site

AccueilNuméros78In memoriam : Pierre Goubert (193...

Texte intégral

1Pierre Goubert nous a quittés. Il est parti, discrètement, le 4 janvier, à l'âge de quatre-vingt-dix ans. Né le 12 février 1930 à Vieux Rouen-sur Bresle, près d’Aumale, dans un petit village, il est le dernier enfant d'une fratrie de cinq enfants;  il vient au monde dans la maison d’école où son père est instituteur et secrétaire de mairie. Sa mère s’y occupe de l'école enfantine. Son père jardine aussi pour élever ses cinq enfants. De cette enfance normande « édénique », en contact avec les champs et les prés, il conserve un souvenir ensoleillé et par la suite, il a toujours du mal à s’habituer à une vie en ville.

2Il fait ses études secondaires à Elbeuf, où ses professeurs souhaitent lui faire préparer le concours de la rue d’Ulm; n'ayant pas fait de grec, il n’a aucune chance de succès; car telle est la pratique à cette époque. Court passage à Louis-le-Grand, puis études supérieures à Rouen et à Caen; séjour sous les drapeaux, et il se contente d'un poste de professeur certifié au lycée Corneille de Rouen. Puis le hasard lui fait préparer l'agrégation qu’il passe avec succès en 1965 (rang 3). Quand il fait sa thèse, Jane Austen Etude psychologique de la romancière, celle-ci est publiée par les Presses Universitaires de France en 1975. Rééditée en 2000, elle connaît les honneurs de la Pléiade. Sa carrière d'enseignant-chercheur se déroule comme assistant à Lille puis à Caen, enfin à Rouen, où il termine comme professeur en 1990.

3À l’âge de la retraite, il décide de se consacrer à la traduction des romans de Jane Austen pour Folio classique, qui reprend les traductions de la Pléiade, Orgueil et Préjugés (2007), le Cœur et la Raison (2009), Persuasion (2011), Emma. Son goût et son activité de traducteur ne s’arrêtent pas là. Il met aussi à la portée des lecteurs francophones La Morte d’Arthur de Thomas Malory (Atalante, 1994), qui connaît deux éditions sous le titre Le Roman du Roi Arthur et de ses chevaliers de la Table Ronde. Ses ouvrages sont des succès de librairie. Il faut aussi mentionner, pour le livre de Poche, les traductions de The Scarlet Letter de Hawthorne, Cranford d’Elizabeth Gaskell et Bartleby de Melville.

4Universitaire reconnu, grand traducteur à la plume féconde, Pierre Goubert parle avec une pointe de regret de ce qui était, en fait, « sa vocation première », la poésie. Il a publié trois recueils, en 2000, 2009 et 2011 ; succès d’estime auprès de ses amis et collègues. Il confie volontiers qu’il a aussi toujours été attiré par la composition musicale, deux facettes de sa personnalité qui auront, sans nul doute, contribué à la qualité du style de ses traductions.

5Ayant croisé le chemin de Pierre Goubert alors qu’il venait rencontrer ses éditeurs, j’ai eu le privilège de recevoir en hommage un recueil d’histoires courtes intitulé Germaine au long des jours publié aux Lettres du Monde en 2007. Lorsque ses proches m’ont annoncé son décès, ils m’ont aussi appris qu’il avait souhaité me confier le soin d’écrire cette notice nécrologique. Je conserverai le souvenir de notre grand spécialiste français de Jane Austen, d’un traducteur de talent, d’un amoureux de la beauté sous toutes ses formes, qui eût fait sien cet acte de foi de Keats : « A thing of beauty is a joy for ever ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Suzy Halimi, « In memoriam : Pierre Goubert (1930-2020) »XVII-XVIII [En ligne], 78 | 2021, mis en ligne le 31 décembre 2021, consulté le 27 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/1718/6550 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1718.6550

Haut de page

Auteur

Suzy Halimi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search