Navigation – Plan du site

Texte intégral

  • 1  Le colloque, co-organisé par de nombreuses institutions, s’est tenu à l’Université Lumière-Lyon 2 (...)

1Ce livre est issu d’un colloque1 organisé par six enseignants-chercheurs de la région Rhône-Alpes, qui ont tous côtoyé Alain Bony, comme étudiants, doctorants et collègues. Leurs institutions de rattachement témoignent du rayonnement de la carrière d’Alain Bony depuis sa région d’origine, l’Université Lyon 2, bien sûr, à laquelle sont rattachés Samuel Baudry, Stéphanie Gourdon et moi-même, mais aussi l’ENS de Lyon (Isabelle Baudino, ainsi que Nathalie Zimpfer en tant qu’ancienne élève), et l’Université de Saint-Étienne (où Emmanuelle Peraldo était en poste en 2012). Ce rayonnement a grandement facilité la recherche de fonds pour l’organisation du colloque, aussi bien auprès des collectivités locales que sont la ville de Lyon, le Département du Rhône et la Région Rhône-Alpes qu’auprès des laboratoires de recherche (LCE, auquel je suis rattaché, l’UMR LIRE de Samuel Baudry, et le CELEC d’Emmanuelle Peraldo à Saint-Étienne). En hébergeant ce colloque, l’Université Lyon 2 et, grâce à Isabelle Baudino, l’ENS de Lyon, ont témoigné activement de la reconnaissance inspirée par les services qu’Alain Bony a pu leur rendre au fil de ses années de carrière. Son seul nom, comme on a pu le constater à l’occasion d’une longue année de préparatifs, a ouvert toutes grandes les portes de plus d’une institution, à un moment où l’on pouvait encore, in extremis, solliciter certains fonds qu’il n’est déjà plus possible de briguer en cette année 2013.

2Les organisateurs du colloque appartiennent au groupe informel « R2R » (« Renaissance to Romanticism ») fondé par Michèle Vignaux avec le concours de Suzy Halimi, qui entend faire vivre dans la région Rhône-Alpes les études dix-sept- et dix-huitièmistes britanniques. Fabrice Malkani et Maria Semilla Durán ont apporté une aide efficace, en tant que directeurs successifs du laboratoire LCE, à la bonne organisation du colloque et à la conservation des fonds récoltés pour la publication. Je tiens à remercier Guyonne Leduc et la Société XVII-XVIII pour l’aide apportée à la publication.

3Ce colloque n’aurait pas pu avoir lieu sans le parrainage bienveillant de son comité scientifique. Suzy Halimi a généreusement accepté de mettre sa compétence au service de la définition de son axe de recherche, de même que Frédéric Ogée et Jean Viviès, qui ont répondu avec précision aux sollicitations de chercheurs moins expérimentés qu’eux.

4Je tiens à remercier Madame Claire Bony de m’avoir si sponta­nément ouvert ses archives personnelles, ce qui a grandement facilité l’établissement de la bibliographie d’Alain Bony. Merci également à Denis Reynaud pour ses recherches bibliographiques.

5Les articles de ces actes ont été relus avec beaucoup d’attention et de célérité par Samuel Baudry et Emmanuelle Peraldo, qui ont émis de nombreuses et précieuses remarques et accompli des prouesses de mise en page en respectant des délais plus qu’exigeants. Merci à Nathalie Collé-Bak pour ses remarques affûtées. La couverture du volume est l’œuvre de Brigitte Friant-Kessler, à partir du beau travail accompli par Françoise Notter-Truxa pour le programme et les affiches du colloque. Je remercie enfin vivement Anne Bandry-Scubbi, rédactrice de la revue XVII-XVIII, pour son aide précieuse, ses conseils avisés, ainsi que ses réponses précises à mes innombrables questions.

Haut de page

Notes

1  Le colloque, co-organisé par de nombreuses institutions, s’est tenu à l’Université Lumière-Lyon 2 puis à l’ENS de Lyon les 14, 15 et 16 juin 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Baudouin Millet, « Remerciements », XVII-XVIII, HS3 | 2013, 9-10.

Référence électronique

Baudouin Millet, « Remerciements », XVII-XVIII [En ligne], HS3 | 2013, mis en ligne le 15 juillet 2016, consulté le 23 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/1718/667

Haut de page

Auteur

Baudouin Millet

Baudouin MILLET est Maître de conférences en littérature britannique à l’Université Lumière-Lyon 2 et membre du laboratoire LCE (Langues et Cultures Européennes, EA 1853). Il a publié un ouvrage issu de sa thèse, soutenue en novembre 2004 sous la direction d’Alain Bony, sous le titre « Ceci n’est pas un roman » : L’évolution du statut de la fiction en Angleterre de 1652 à 1754 (Leuven, Paris, Dudley, Mass. : Peeters, 2007). Ses recherches actuelles portent sur l’histoire et les théories de la fiction narrative en prose au cours de la période néoclassique, de Bunyan à Sterne en passant par Richardson, Fielding et Smollett. Son dernier article, à paraître dans le prochain numéro de XVII-XVIII, s’intitule « Le rire interdit : portraits d’hommes d’Église chez Fielding, Smollett, Sterne et Goldsmith ».

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals