Navigation – Plan du site

Préfaces

Claire Bony, Frédéric Ogée et Baudouin Millet
p. 11-17

Texte intégral

1Au nom de mes enfants et de mes petits-enfants, dont l’une, Manon, a souhaité être présente aujourd’hui, je vous remercie d’être venus, de très loin (parfois) partager, à travers ce colloque, un moment très émouvant.

2Lorsque je regarde ce programme très élégant et si riche en interventions, je suis consciente que ce projet émane d’une concertation serrée entre d’anciens étudiants, amis et collègues proches d’Alain.

3Le choix que vous avez fait de cette photo me tient à cœur ; c’est celle que j’ai envoyée à quelques-uns d’entre vous en 2006. Son origine : Alain répond à un journaliste à propos du logo de l’université Lumière-Lyon 2. Alain était alors, en 1986, vice-président chargé de la commu­nication sous la présidence de Michel Cusin, aujourd’hui disparu, lui aussi… Une photo très significative des différentes fonctions qu’Alain a assumées pendant sa carrière.

4Cette photo se trouve actuellement dans notre grande bibliothèque victorienne aux côtés d’une autre, envoyée par le groupe des agrégatifs de 2003, de deux aquarelles peintes par Amélie Junqua, d’un vase qui contenait les fleurs envoyées à l’hôpital par Nathalie Zimpfer, diverses cartes postales sur les jardins… autant de témoignages affectueux qui ont beaucoup compté pour Alain et pour moi.

5À ces témoignages, je dois ajouter les séjours sympathiques des uns et des autres à Beaurières, ce petit village du Diois où Alain repose maintenant. Sur ce village, propice au bien-être et à la réflexion, Alain a écrit deux ouvrages. Il a compulsé de nombreuses archives et, dans la maison de son arrière-grand-père – qui lui a été transmise en 2002 – a découvert de nombreuses lettres qui lui ont donné l’occasion d’écrire, pour sa famille cette fois : Les Aventures de Fanny… cette petite digression pour vous dire que son activité littéraire ne s’est pas cantonnée au domaine universitaire.

6Je pense que la richesse de sa vie intellectuelle lui a été d’un grand secours dans les épreuves qu’il a rencontrées. Cela lui a permis de tisser des liens d’une amitié profonde et fidèle avec nombre d’entre vous… et, aujourd’hui, vous avez su le remercier en organisant ce colloque sur le xviiie siècle britannique, son champ de prédilection.

7J’aimerais rapporter deux anecdotes qui illustrent le retentissement de la vie professionnelle d’Alain sur notre vie familiale.

8Dans la première scène, nous et nos enfants étions chez Roland Tissot, américaniste et ami très proche. Nous avons entendu le petit Jean-Michel Tissot poser une question inquiète « Tu crois que si on n’écrit pas une thèse, on va en prison ? » silence. C’est dire la pression qui régnait… Ni les enfants Tissot, ni nos filles n’ont écrit de thèse, preuve que ce n’est pas un passage obligé…

9La deuxième scène se déroule dans notre appartement. Hélène, 8 ans, la troisième des filles, fait irruption dans la cuisine, lieu privilégié des confidences… Elle me dit, d’une voix grave, « J’ai quelque chose à te dire, Maman… Papa a quelqu’un d’autre dans sa vie »… Elle avait feuilleté l’agenda d’Alain et découvert que tous les mardis, il rencontrait… qui ? Une certaine PAMELA. Je me souviens avoir éclaté de rire, je me souviens aussi qu’elle a été mortifiée : comment sa mère pouvait-elle prendre cette nouvelle à la légère et faire si peu de cas de cette trahison ? Pourquoi son Papa ne lui avait-il pas raconté les aventures de Pamela ?...

10En vous relatant ces deux anecdotes, j’ai, bien sûr, voulu ménager une transition et revenir au colloque.

11En ébauchant ces quelques souvenirs, j’ai voulu tous vous remercier de l’amitié et de l’affection que vous nous avez témoignées à Alain et à sa famille.

12Merci
Claire Bony

*

13J’ai connu trois Alain Bony.

14Le premier fut l’auteur de cette époustouflante thèse d’État sur le Spectator d’Addison, que j’eus le privilège de découvrir pendant mon propre travail doctoral. Puisant avec sélectivité et agilité dans les travaux les plus importants de la grande critique littéraire (le plus souvent américaine) sur la littérature augustéenne, mais aussi dans les écrits théoriques les plus récents de la narratologie, ou de la psychana­lyse, cette étude propose une lecture lumineuse d’un texte méconnu mais fondateur de notre modernité (création et manipulation de l’opinion publique, exploitation de tous les registres de l’énonciation, auto-promotion, image making, spin doctoring, etc.). Ce fut pour moi une double révélation : celle du périodique, bien sûr, mais peut-être surtout, pour l’angliciste naissant que j’étais, celle d’une vision séduisante et offensive des études dix-huitiémistes, résolument interdisciplinaire, en prise directe avec les enjeux philosophiques et sociologiques de notre temps, et aux antipodes de certaines « pontifiances » poussiéreuses souvent dominantes à l’époque.

15Le deuxième fut le collègue au CNU. Pendant 4 années nous avons siégé ensemble dans cette instance si utile à notre profession. Comme une sorte de rite liminaire, nous avons chaque année déjeuné ensemble le premier jour Place de l’Odéon, à quelques dizaines de mètres du lieu de réunion. Tout au long de ces quatre années, en privé ou en séance, j’ai appris d’Alain des choses essentielles sur notre profession, sur nos collègues, sur la diversité des parcours et des carrières. Sa bienveillance était aussi généreuse que son exigence était rigoureuse, il était aussi méfiant et souvent peiné quand les logiques de clan l’emportaient sur la justice ou l’excellence. Sa vision de notre métier et de sa communauté était aiguë, sa force de proposition, son dévouement institutionnel et sa créativité professionnelle furent remarquablement efficaces, comme l’Université Lyon 2 a pu le mesurer. Il est dommage que la Société XVII-XVIII n’ait pas su faire appel à lui quand il s’est proposé pour en mener le destin.

16Le troisième fut le collègue et l’ami. Avec le temps, sans nous voir souvent, nous avons développé une vraie complicité, non seulement en participant à de nombreux jurys de soutenance ensemble (toujours précédés par une solide quenelle), mais surtout en co-signant un cours d’Agrégation sur Joseph Andrews, en faisant campagne ensemble pour l’inscription du Spectator au programme de littérature de l’Agrégation – pour lequel il publia une étude magistrale – et en projetant ensemble une édition française des principaux essais critiques d’Addison, projet qu’Alain finit par mener à bien tout seul, tant sa compétence dépassait la mienne, mais aussi parce que l’urgence qu’il pressentait ne m’autorisait pas à le retarder. L’une de mes satisfactions, à travers ces deux ouvrages sur Addison, est d’avoir réussi à le convaincre de publier et de rendre ainsi accessible à tous la substantifique moelle de sa séminale thèse d’état. Je regrette que ces travaux ne soient accessibles qu’en français, tant ils seraient utiles à la recherche anglophone sur ces sujets.

17Tous me manquent.
Frédéric Ogée

*

18Les souvenirs qu’Alain Bony m’a laissés comme étudiant et jeune collègue ont révélé plus d’une facette. Il y a d’abord, assurément, le sérieux et le professionnalisme. J’ai maintes fois pu constater, notamment quand il m’ouvrait ses archives, que ses cours, rédigés avec un soin scrupuleux, balayaient un champ d’une ampleur impressionnante, allant du cours de civilisation britannique (consciencieusement dispensé à l’attention des tout jeunes étudiants fraîchement arrivés à Lyon 2) à la version agrégative (où il faisait l’admiration de son auditoire par l’élégance de ses traductions), en passant bien sûr par ses cours de spécialité, autour du xviiie siècle britannique, qu’il renouvelait constamment. Nombreux sont ceux qui se souviennent encore de ses annotations copieuses et magistrales, sur des devoirs dont on était sûr qu’ils avaient été lus avec toute l’attention que l’on pouvait souhaiter.

19Ce sérieux s’étendait également à la direction de ses étudiants en thèse, dont il suivait pas à pas la progression à travers les méandres de la création littéraire augustéenne. C’est bien avant les relectures finales que l’on pouvait prendre la mesure de son professionnalisme. La constitution du moindre dossier était l’occasion pour lui de faire preuve d’un zèle tout à fait impressionnant quand l’avenir d’un de ses doctorants était en jeu. Ses lettres de recommandation dûment remplies se déployaient sur de vastes pages A4 tapuscrites pour être solidement arrimées au dossier que l’on préparait : c’est que les cases dévolues par l’administration à l’« avis du directeur de thèse » étaient généralement d’une exiguïté indigente à ses yeux, et il n’hésitait pas à rédiger ses recommandations avec autant de verve qu’il en mettait à écrire un article de recherche.

20Un autre aspect marquant de sa personnalité était son dévouement, un dévouement discret mais efficace. Ainsi, le jour de mon arrivée à Lyon 2, je me fis l’impression d’être un invité de prestige participant à un colloque international : pour m’accueillir, Alain Bony avait rassemblé dans une chemise en carton aux couleurs de l’université quantité d’informations utiles pour faciliter mes démarches et mon installation. J’avais eu par ailleurs droit à une invitation à partager le repas de midi, au cours duquel il avait eu la délicatesse d’inviter Nathalie Zimpfer, inscrite en thèse un an avant moi, afin que nous fassions connaissance. D’emblée, le souci d’une bonne entente entre ses doctorants, dont le noyau initial allait bientôt être augmenté de Stéphanie Pillot et d’Amélie Junqua, se faisait clairement percevoir.

21Cette attention à l’égard de ses étudiants était aussi remarquable que le dévouement dont il faisait preuve envers les institutions qu’il servait, le Département d’anglais, l’Université Lyon 2, le CNU, et bien d’autres. Cependant, elle outrepassait nettement ce qu’un thésard était en droit d’escompter de la part de son directeur, car elle était aussi empreinte d’une grande sollicitude. Alain Bony prenait très à cœur le devenir de ses étudiants, non pas seulement en s’estimant quitte de ses obligations une fois qu’il les avait « casés » quelque part, mais aussi en se souciant d’eux de façon plus personnelle, sans jamais pour autant se faire indiscret. Je garde un souvenir ébloui de ce weekend à Beaurières passé à relire intensément les épreuves de ma thèse, tout en arpentant les paysages somptueux du « bonyois », sa retraite addisonienne. Quelques jours avant ma soutenance en novembre 2004, à laquelle il avait tenu à participer malgré la maladie, il passa une partie de son séjour à l’hôpital à effectuer dans l’urgence les dernières relectures du manuscrit de ma thèse, sans même faire passer ce dernier par le processus de stérilisation que les médecins avaient prescrit, page par page, ce qui aurait pris trop de temps selon lui. Autre signe de cette attention discrète envers ses étudiants : on peut lire dans la dédicace si personnelle de Leonora, Lydia et les autres, une pensée adressée « À mes étudiants et doctorants ».

22Le dernier aspect que j’aimerais évoquer est l’humour dont il ne cessait de pimenter ses relations avec tous ceux qu’il côtoyait. Agnès Derail-Imbert, ma tutrice à l’École Normale Supérieure, qui me l’avait recommandé en 1999 pour la direction de ma thèse en des termes dithyrambiques, m’avait d’emblée précisé qu’il était « très pince-sans-rire ». Je n’allais pas tarder à le vérifier. Notre toute première conversation téléphonique fut programmatique : nous étions convenus de nous donner rendez-vous dans une bibliothèque parisienne. « Attendons-nous en salle 1. Décrivez-vous un peu, à quoi ressemblez-vous ? », m’avait-il lancé. Un peu désarçonné, je réponds que je suis plutôt grand, vaguement blond, avec des lunettes. J’étais ainsi confronté pour la première fois, déjà, à cet humour « pince-sans-rire ».

23Cet humour apparaissait également quand il parlait de « son » Dennis. Dans cette même bibliothèque où nous fîmes connaissance, il était venu restituer les deux pesants tomes des œuvres du jadis célèbre John Dennis, l’un des plus grands critiques de l’âge néoclassique anglais. Il les avait coupablement conservés chez lui pendant plusieurs années sans qu’aucun autre chercheur ne vienne les réclamer. En concevait-il des regrets ? Pas le moins du monde. Il se plaisait à l’idée de conserver chez lui les œuvres complètes d’un Dennis auquel peu de chercheurs (français aussi bien qu’anglophones) s’intéressaient. Cela ne diminuait en rien son ardeur à la recherche. S’agissant des livres qu’il fréquentait assidûment, il avait d’ailleurs un sens très inclusif de la propriété, ne sachant pas toujours si tel ouvrage appartenait au fonds du Département d’anglais, à celui de son centre de recherches (le ceran) ou encore à sa propre bibliothèque.

24Enfin, l’humour d’Alain Bony pouvait passer par des jeux de mots espiègles, et ce n’est pas seulement dans ses articles de recherche mais aussi dans la vie qu’il se plaisait à détourner une expression ou à en exploiter les divers sens possibles. Ainsi, je m’étais mis en contact avec lui pour remplir un dossier de demande d’une « allocation couplée avec un monitorat ». J’aspirais donc à devenir, pour une durée de trois ans, un « allocataire couplé » : c’est en tout cas ce qu’avait conclu Alain Bony en forgeant cette expression judicieusement détournée d’un vocabulaire administratif plutôt poussif. Les connotations toutes poétiques du terme d’« allocataire couplé » le réjouissaient bien davantage que l’expression officielle. « Couplé, soit, mais avec quoi, avec qui ? » s’était-il demandé, avec une lueur taquine dans le regard. Cet humour dont il ne se départait jamais a toujours agrémenté nos relations, et il désamorçait les éventuelles tensions que les années de thèse peuvent créer, surtout quand il s’agissait de lui remettre des pages qui allaient être lues avec une impitoyable acuité. Il constitue lui aussi, assurément, une partie de notre héritage.
Baudouin Millet

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Bony, Frédéric Ogée et Baudouin Millet, « Préfaces », XVII-XVIII, HS3 | 2013, 11-17.

Référence électronique

Claire Bony, Frédéric Ogée et Baudouin Millet, « Préfaces », XVII-XVIII [En ligne], HS3 | 2013, mis en ligne le 15 juillet 2016, consulté le 22 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/1718/668

Haut de page

Auteurs

Claire Bony

Frédéric Ogée

Articles du même auteur

Baudouin Millet

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals