Navigation – Plan du site
Modernité du (nouveau) roman

« Gulliver, Robinson et les autres… » : espace du texte et textualisation de l’espace au XVIIIe siècle

Emmanuelle Peraldo
p. 91-111

Texte intégral

Le discours est voyage, raconté ou lu, en conformité avec l’étymologie qui le définit comme ‘déplacement’. Discourir, digresser, métaphoriser, c’est toujours la même chose, la même errance au fil du langage. (Bony, Discours et vérité dans Les Voyages de Gulliver 22).

1Le titre de mon article renvoie au bel ouvrage d’Alain Bony intitulé Discours et vérité dans Les Voyages de Gulliver (2002) sur les errances de ce célèbre personnage éponyme, ouvrage qui fait le lien entre le discours, le récit, le texte d’une part, et le voyage, le déplacement et l’espace d’autre part. Alain Bony y cite Michel de Certeau pour lequel « tout récit est un récit de voyage – une pratique de l’espace » (De Certeau 170). L’espace, la géographie et la cartographie sont au cœur de cette relecture du grand classique de Jonathan Swift, comme en témoignent les titres de l’introduction « la place du roi », du premier chapitre « l’espace du texte », ou encore du deuxième chapitre « le texte et ses lisières », mais aussi du quatrième « le texte, l’espace et le temps dans les Voyages ». Tout dans cet ouvrage semble mettre l’espace au centre du dispositif d’écriture du récit swiftien. Mais mon titre fait aussi écho à un deuxième ouvrage d’Alain Bony publié en 2004, Leonora, Lydia et les autres : Étude sur le (nouveau) roman anglais du xviiie siècle. Y est présentée la mutation qui affecte la fiction dans l’Angleterre du xviiie siècle à partir de micro-analyses de plusieurs grands auteurs comme Swift, Defoe, Fielding, Richardson ou Sterne afin de faire ressortir ce qui constitue la singularité de la production littéraire au xviiie siècle en Angleterre.

2Le but de mon article dont le titre appelle le croisement entre une réflexion sur l’espace dans le cadre d’un récit de voyage et sur le « (nouveau) roman anglais » est de partir des réflexions d’Alain Bony dans ces deux ouvrages et de réfléchir à l’intersection entre espace réel et espace textuel, entre discours géographique et discours littéraire, à l’évolution et à la définition des formes narratives anglaises du xviiie siècle autour du concept d’espace et de géographie. La question que je souhai­terais soulever ici est la suivante : le récit de voyage et le « (nouveau) roman anglais », ou novel, sont-il des « récits d’espace », pour citer le titre d’un chapitre de L’Invention du quotidien de Michel de Certeau, et peut-on redéfinir le « (nouveau) roman anglais » comme un « roman-géographe », pour citer cette fois le titre de l’ouvrage de Marc Brosseau, Des Romans-géographes (1996) ?

3Une question chère à Alain Bony était : quel discours tenir sur le dix-huitième siècle et quelle modernité en faire émerger ? Mon travail entend mobiliser des outils interdisciplinaires empruntés à la géographie et à la géocritique pour questionner la modernité du « (nouveau) roman anglais » au xviiie siècle, et voir si on peut l’envisager comme terrain de rencontre entre l’esthétique et la géographie. La production littéraire au xviiie siècle en Angleterre peut-elle être une nouvelle façon de penser l’espace ? Peut-on parler d’une contribution d’auteurs comme Defoe à la géographie et inversement, y a-t-il un sens à parler de contribution de la géographie, comme discipline et comme langage, au discours littéraire et romanesque en Angleterre au xviiie siècle ?

Contribution de la géographie à la production littéraire et au « (nouveau) roman anglais »

  • 1  Le motif de l’espace dans le roman britannique du xviiie siècle a été étudié par Cynthia Wall (387 (...)

4Dans son ouvrage Des Romans-géographes, Marc Brosseau s’intéresse à l’espace et aux lieux dans le roman. La description physique et le détail spatial sont constitutifs de la forme du « (nouveau) roman anglais » au xviiie siècle,1 dont un rapide survol permet de se rendre compte du caractère très spatial de l’écriture, tant dans l’abondance de toponymes que dans le recours à la forme du récit de voyage, du récit d’exploration, ou des très nombreuses descriptions de paysages. Les premières lignes des textes de Defoe ou de Swift accumulent les noms de lieux, comme dans ce premier extrait, l’incipit de Robinson Crusoe, dans lequel on peut remarquer la répétition du toponyme « York » ainsi que de l’expression « that country » qui par l’utilisation du déictique « that » annonce de manière proleptique la distance qui va séparer le personnage de son lieu d’appartenance :

I was born in the year 1632, in the city of York, of a good family, though not of that country, my father being a foreigner of Bremen, who settled first at Hull. He got a good estate by merchandise, and leaving off his trade, lived afterwards at York, from whence he had married my mother, whose relations were named Robinson, a very good family in that country, and from whom I was called Robinson Kreutznaer; but, by the usual corruption of words in England, we are now called—nay we call ourselves and write our name—Crusoe; and so my companions always called me. I had two elder brothers, one of whom was lieutenant-colonel to an English regiment of foot in Flanders, formerly commanded by the famous Colonel Lockhart, and was killed at the battle near Dunkirk against the Spaniards. (Robinson Crusoe 3)

5De la même manière, Defoe sature l’incipit de Moll Flanders – dont le personnage éponyme est d’emblée défini par la géographie, Flanders renvoyant à une région française – de références à des lieux qui auront une symbolique très importante au sein du récit : la prison de Newgate, les plantations en Amérique où le personnage sera déporté, ou encore l’absence de lieu d’appar-tenance en dehors de Newgate, comme en témoigne la négation dans « I had no parish » :

My true name is so well known in the records or registers at Newgate, and in the Old Bailey, and there are some things of such consequence still depending there, relating to my particular conduct, that it is not be expected I should set my name or the account of my family to this work; […]. However it was, this they all agree in, that my mother pleaded her belly, and being found quick with child, she was respited for about seven months; in which time having brought me into the world, and being about again, she was called down, as they term it, to her former judgment, but obtained the favour of being transported to the plantations, and left me about half a year old; and in bad hands, you may be sure. This is too near the first hours of my life for me to relate anything of myself but by hearsay; it is enough to mention, that as I was born in such an unhappy place, I had no parish to have recourse to for my nourishment in my infancy; […] It was at Colchester, in Essex, that [the Gypsies] left me. (Moll Flanders 7)

6L’adresse de l’éditeur de Gulliver’s Travels au lecteur met également lourdement l’accent sur l’ancrage géographique du personnage éponyme dans un référentiel connu qui est, tout comme pour l’incipit de Robinson Crusoe, souligné par un jeu de répétitions : Redriff est répété deux fois en quelques lignes, ainsi que Nottinghamshire, offrant ainsi à ce début de récit de voyage un effet de réel assuré :

The author of these travels, Mr. Lemuel Gulliver, is my ancient and intimate friend; there is likewise some relation between us on the mother's side. About three years ago, Mr. Gulliver, growing weary of the concourse of curious people coming to him at his house in Redriff, made a small purchase of land, with a convenient house, near Newark, in Notting­hamshire, his native county, where he now lives retired, yet in good esteem among his neighbors. Although Mr. Gulliver was born in Nottinghamshire, where his father dwelt, yet I have heard him say his family came from Oxfordshire; to confirm which, I have observed in the churchyard at Banbury, in that county, several tombs and monuments of the Gullivers. Before he quitted Redriff he left the custody of the following papers in my hands, with the liberty to dispose of them as I should think fit. (Gulliver’s Travels 11)

7A Journal of the Plague Year dont le premier paragraphe contient pas moins de neuf toponymes, propose également une carte de l’épidémie de peste à Londres en 1665 à travers une conception de la géographie comme nomenclature, ce qui correspond à l’approche classique de la géographie :

It was about the beginning of September, 1664, that I, among the rest of my neighbours, heard in ordinary discourse that the plague was returned again in Holland; for it had been very violent there, and particularly at Amsterdam and Rotterdam, in the year 1663, whither, they say, it was brought, some said from Italy, others from the Levant, among some goods which were brought home by their Turkey fleet; others said it was brought from Candia; others from Cyprus. It mattered not from whence it came; but all agreed it was come into Holland again. (Journal of the Plague Year 1)

8À une époque d’explorations et d’expansion au-delà des frontières, mais également de systématisation et de consolidation des connaissances topographiques en Grande-Bretagne, les romanciers et auteurs de récits de voyage du xviiie siècle utilisaient la géographie comme discipline et comme langage pour représenter les lieux qui étaient connus (ou supposés connus) et pour imaginer ou projeter ce qui n’était pas pleinement connu, ou ce qui était complètement inconnu, la terra incognita faisant l’objet de tous les fantasmes. Par exemple, les statistiques qui abondent dans les tables de mortalité du Journal of the Plague Year permettent à Defoe de tenter de représenter la peste de 1665, là où l’horreur du spectacle d’une telle épidémie est trop immense pour être décrite par les mots. De même, la cartographie permet d’apporter un éclairage ou un ancrage supplémentaires dans le réel, et apporte surtout une forme de rigueur scientifique aux écrits, comme le souligne Defoe dans cette citation du Tour Through the Whole Island of Great-Britain, dans laquelle il dit à son lecteur qu'il tente par la narration d'être aussi précis et fidèle à la réalité que possible, mais qu'il ne peut pas y être aussi précis que s'il dessinait un plan ou une carte :

I have, as near as I could, caused a Measure to be taken of this mighty, I cannot say uniform, Body; and for the Satisfaction of the Curious, I have here given as accurate a Description of it, as I can do in so narrow a Compass, as this of a Letter, or as I could do without drawing a Plan, or Map of the Places (Tour, 2.66).

9La formule binaire qui structure cette citation (« as I can do / as I could do ») vise à opposer la narration de Defoe à la technique cartographique. Cependant, il arrive parfois que Defoe insère un plan ou une carte dans son récit, comme par exemple à la page 233 du premier volume, où il dessine le plan d'une ferme qui est précédé d'une légende (Fig.1).

10L’écriture de Defoe dans le Tour peut tout à fait s'apparenter à la confection d'une carte, et il a recours aux techniques du cartographe pour rendre l'histoire qu'il écrit plus visuelle, voire palpable, puisque la carte est avant tout un objet à la surface chatoyante, aux formes et contours ajustés. La cartographie, comme son nom l'indique, est écriture, et il existe un lien entre les représentations verbale et graphique. Lorsque la description verbale n’est pas suffisante, Defoe insère des schémas ou cartes pour fournir une représentation visuelle et esthétique de ses idées, comme dans le Tour où il insère une carte du siège de Colchester (Fig. 2).

Figure 1 : Tour, 1.233.

Figure 1 : Tour, 1.233.

Figure 2 : Plan de Colchester (Tour 1.68-69).

Figure 2 : Plan de Colchester (Tour 1.68-69).
  • 2  Dans l’ordre, voyage à Lilliput, voyage à Brobdingnag, voyage à Laputa et voyage chez les Houyhnhn (...)

11Dans Gulliver’s Travels, Swift commence chaque nouveau voyage par l’insertion d’une carte d’Herman Moll2 illustrant celui qu’il va accomplir :

Figure 3 : Cartes et détails de chacun des quatre Voyages de Gulliver

Figure 3 : Cartes et détails de chacun des quatre Voyages de Gulliver

12Cette multiplication de cartes vise à renforcer l’illusion référentielle, car même si ces lieux sont purement fictifs, Laputa étant par exemple une île volante, la présence sur la carte de lieux réels (« North America », « New Albion » sur la carte de Brobdingnag par exemple) permet d’ancrer son récit de lieux imaginaires dans des lieux connus et cartographiés, et par un cartographe de renom, Herman Moll. La cartographie est un facteur de modernité selon Jess Edwards, qui souligne ce point dans son ouvrage Writing, Geometry and Space in Seventeenth-Century England and America: Circles in the Sand (2004): « For many cultural historians the cartographic mathematization of experience is a crucial marker of modernity » (Edwards 1). Plus globalement, la géographie au xviiie siècle contribue à la construction de la modernité initiée aux siècles précédents, comme le souligne Derek Gregory dans Geographical Imaginations: « Livingstone has presented a compelling case for the importance of geography to the construction of modernity during the sixteenth and seventeenth centuries » (Gregory 16). Est-ce dans ce caractère spatial de l’écriture, dans l’alliance de la rigueur de la géographie et de la beauté de la littérature que se joue la nouveauté du « (nouveau) roman anglais » ?

13La géographie offre un langage à la fois visuel et extrêmement métaphorique. Lorsqu’Alain Bony analyse l’espace du texte dans Discours et vérité dans Les Voyages du Gulliver, il envisage le texte lui-même comme lieu du voyage, notamment à travers les digressions. Au xviiie siècle, le voyageur-écrivain a peur du vide, d’où l’abondance de digressions, tout comme le cartographe remplit les blancs dans ses cartes avec des bateaux ou des bêtes géantes, comme le remarque Swift dans les vers suivants :

So geographers in Afric-maps
With savage-pictures fill their gaps
and o’er uninhabitable downs
Place elephants for want of towns.
(On Poetry : A Rhapsody, 1733)

14Ce langage visuel propre à la géographie se retrouve dans le récit sous la forme de la description. Selon Brosseau, « la description joue le rôle d’un organisateur de récit. […] On a eu souvent tendance à prendre le roman comme un riche réservoir de belles ‘descriptions’ géographiques » (86). Pour Riffaterre, la description est ce qui permet au lecteur de voir quelque chose ; elle donne au texte une dimension visuelle (91). Ce qui est en jeu dans ces descriptions, c’est le réalisme géographique du novel. Quel est le lien entre les nombreuses références géographiques des récits et leur vraisemblance ? L’intrusion du référentiel au cœur du texte de fiction permet-elle de « référentialiser » le texte, ou au contraire, comme l’écrit Genette dans Fiction et diction, fictionnalise-t-elle les références (36) ? Alain Bony analyse dans son ouvrage sur Gulliver le lien entre la représentation de l’espace et le discours de vérité, la vraisemblance.

15Pour les écrivains du xviiie siècle, le réalisme en littérature est un idéal, « celui de la représentation fidèle du réel, celui du discours véridique » (Barthes 7). Dans The Rise of the Novel, Ian Watt propose la définition suivante du réalisme formel, qui met l'accent sur la façon de présenter le contenu, plus que sur le contenu lui-même des récits : « the novel’s realism does not reside in the kind of life it presents, but in the way it presents it » (11). L'accent est mis sur la caractérisation des personnages et la peinture détaillée de l'univers dans lequel ils évoluent :

Formal realism, in fact, is the narrative embodiment of a premise that Defoe and Richardson accepted very literally, but which is implicit in the novel form in general: the premise, or primary convention, that the novel is a full and authentic report of human experience, and is therefore under an obligation to satisfy its reader with such details of the story as the individuality of the actors concerned, the particulars of the times and places of their actions, details which are presented through a more largely referential use of language than is common in other literary forms. (Watt 32).

16Le réalisme de Defoe se lit tout d'abord dans les thèmes abordés (réalités économiques, problèmes sociaux, pauvreté, vols, prostitution), mais aussi, dans l'abondance de toponymes, de détails, de dates, souvent présentés sous forme de listes ou d'inventaires. Robinson énumère des outils de géographe qu’il récupère sur l’épave : « three or four Compasses, some mathe-matical Instruments, Dials, Perspectives, Charts and Books of Navigation » (Robinson Crusoe 64). Ainsi équipé, son récit va multiplier les détails géographiques et topographiques pour donner une impression de réalité accrue.

17On le voit dans cette section sur la contribution de la géo­graphie à la production littéraire du xviiie siècle : les discours fictionnels et géographiques sont intimement liés. Le discours géographique sert de modèle aux récits fictionnels, qui à leur tour permettent une « mise en scène » de l’espace dans le texte pour reprendre une expression de Paul Ricœur dans Temps et récit I (289). Cependant nous pouvons nous interroger sur ce que le roman peut nous apprendre de nouveau ou de différent sur l’écriture des lieux. Y a-t-il un sens à parler, inversement, de la contribution du discours romanesque ou littéraire à la géographie au xviiie siècle ?

Contribution du discours romanesque ou littéraire à la géographie

18Marc Brosseau parle de « valeur documentaire des sources littéraires » et ajoute que « dans la masse des documents écrits sur lesquels se penche la géographie, la littérature occupe désormais une place honorable comme champ d’investigation » (17), alors que la littérature est souvent considérée comme peu fiable et peu susceptible de servir de base solide à une géographie scientifique rigoureuse, surtout au xviiie siècle où la fiction est décriée et dissimulée. Selon Yann Calbérac,

La géographie est l’héritière de deux courants distincts : la périégèse et la cosmographie. D’un côté les voyageurs dont les récits ont alimenté à la fois les connaissances et l’imaginaire des géographes : Hérodote, Strabon… Et de l’autre, les géographes de cabinet qui cherchent à cartographier le monde sans pour autant chercher à le parcourir : Ptolémée, Mercator ou les géographes du xviiie siècle. (Calbérac 42).

19Similairement on peut donc distinguer deux types de récits lorsqu’on analyse la contribution du discours romanesque ou fictif : les récits des voyageurs-écrivains (les explorateurs de terrain qui sont souvent convoqués comme modèles du géographe) d’une part, et les géographes de cabinet d’autre part, dont l’activité est communément désignée par l’expression « armchair travelling ». C’est le cas de Defoe qui n’a quasiment pas voyagé en dehors de la Grande Bretagne mais qui a écrit des récits dont l’action se situe aux quatre coins du monde. Cependant, les deux chapitres généraux qui préfacent The Storm témoignent de son large savoir géographique. Quelle peut alors être la valeur de sa contribution à la géographie ? Peut-on considérer Defoe comme un géographe ? Quelle est la nature de la géographie de Defoe ?

20Concernant tout d’abord les voyageurs-écrivains, les natu­ralistes, les navigateurs, selon la thèse de Yann Calbérac, ils s’approchent de la définition du géographe, puisque « la géographie, ça se fait d’abord sur le terrain » (134). Les travaux de James Cook (1728-79) par exemple ont énormément contribué à l'évolution de la cartographie au xviiie siècle, et principalement le fait qu'il ait démontré qu'il n'y avait pas de continent austral comme tout le monde le pensait à l'époque. Les descriptions des paysages, notamment par Sydney Parkinson, lors du premier voyage (1768-71) ont également été précieuses pour les botanistes et les géographes. On y trouve énormément de descriptions des côtes, des paysages, de la faune et de la flore, de la température qu'il faisait, etc. (sans parler de ses croquis).

  • 3  A Tour Thro' the Whole Island of Great Britain, Divided into Circuits or Journies. Giving a Partic (...)

21La Royal Society publiait dans ses Philosophical Transactions des directives afin d'acquérir des savoirs par des investigations expérimentales. Des méthodes de recherche correspondant aux dernières avancées épistémologiques y étaient présentées, dont des conseils aux explorateurs. Cette démarche et ce type de récit de voyage sont illustrés chez Defoe dans le Tour, où nous pouvons lire par exemple : « [t]here is Matter of new Observation every Day presented to the Traveller's Eye » (Tour, I.47, préface), ou encore, « [n]ew Matter offers to new Observation. » (I.48). La préface regorge de références visuelles, et Defoe y utilise largement le champ lexical de la vue : « view », « look », « eye », « observation ». Ce nom « observation » est d'ailleurs répété deux fois au sein du titre complet du Tour.3 C'est dire l'importance que l'auteur accorde à la restitution des faits vus, observés directement, dans son épistémologie. Lorsque nous parcourons les pages du Tour, nos yeux s'arrêtent à chaque page sur les abondants toponymes, qui permettent au relateur de dissoudre l'espace en simples coordonnées référentielles. Le titre est un indicateur du genre : « a Tour through the Whole Island » ; il met l’accent sur l’entité géographique, et les treize circuits rapportés dans les treize lettres apportent une somme colossale d’infor-mations sur la géographie de la Grande Bretagne au xviiie siècle. Pat Rogers souligne l’apport de ce texte à la géographie, tout en ne le considérant pas comme un ouvrage de géographie pure : « Defoe’s Tour stands out as one of the first guidebooks in English with an enduring literary interest. It occupies a place in travel literature between the popular autobiographic narratives of travelers and straight geographic descriptions » (Rogers 62).

  • 4  Lors de la première tempête, la latitude donnée par Defoe figure de manière très precise dans cet (...)

22Le jeu de Defoe avec la géographie est véritablement mis en œuvre à l’intérieur de ses novels, dans lesquels on trouve un mélange curieux de données précises et justes, comme lorsqu’il donne les latitudes des occurrences de tempêtes,4 ou lorsqu’il décrit avec exactitude la géographie de l’Afrique occidentale ou du Brésil, et de données complètement fausses, comme sa reloca­lisation de l’expérience d’Alexander Selkirk dans un espace maritime entre Trinidad et le delta de l’Orénoque. Selkirk resta seul, abandonné durant plus de quatre ans sur une des îles de l’archipel Juan Fernandez. Son témoignage fut publié par le capitaine Woodes Rogers dans A Cruising Voyage around the World (1712). Cet archipel n’est pas dans la Mer des Caraïbes où Defoe situe son roman mais dans l’Océan Pacifique, à 650 km environ au large du Chili, entre l’île de Pâques et le port de Valparaiso. Cette manipulation et prise de distance avec le référentiel géographique est motivée par le rêve impérial de Defoe de rivaliser avec la puissance espagnole et de construire une colonie en Guyane. Comme le soulignait dans un article de 1931 J. N. L. Baker, Defoe n’écrivait pas pour enseigner la géographie à ses lecteurs ; il l’utilisait comme un outil dans son écriture romanesque : « Defoe did not set out to teach his readers geography. On the contrary he used geography for his own ends, and took nearly as much liberty with it as he did with other matters when the necessities of the story so demanded » (257). Il serait naïf de réduire les fausses données géographiques présentes chez Defoe à des erreurs dues au fait qu’il n’est pas allé dans toutes les contrées qu’il décrit. Son goût pour la manipulation des données est bien connu, et les détails qu’il accumule dans ses textes ne font pas que décrire l’espace, ils le créent, ce qui m’amène à un autre trait de la modernité du « (nouveau) roman anglais » et du récit de voyage au temps de Defoe : la modernité de la production de l’espace.

23Les textes ont la capacité de reproduire le référent (mimesis) ou de le créer (poiesis), et l’expression littéraire participe de la production de l’espace, en ce sens que la topographie – de par son étymologie – signifie la description rhétorique des lieux et des paysages. Comme je l’ai montré dans un chapitre sur la cartographie narrative de Defoe dans le Tour (Peraldo 104), le discours de Defoe ne fait pas que reproduire le réel, il le trans-forme : c’est ce que Christopher Parkes appelle la cartographie thématique (« thematic cartography ») qui permet à Defoe de transformer par son imagination géographique le paysage et la nature (« transform physically and psychologically the landscape of Britain into a blueprint for economic development » (Parkes 395). Defoe, mandaté par Robert Harley, écrivait une géographie engagée, destinée à souligner les atouts ou les inconvénients de telle ou telle région, notamment de l’Écosse puisqu’il devait promouvoir l’Union anglo-écossaise.

24Le recours au « (nouveau) roman » et au récit de voyage dans le cadre d’une réflexion géographique sur les lieux au xviiie siècle repose sur une reconnaissance du caractère distinct de ces modes d’expressions mélangeant lieux réels et lieux imaginaires. « L’asymétrie du réel et de l’imaginaire – de la géographie et de la littérature » dont parle Franco Moretti dans son Atlas du roman européen (26), n’est pas seulement présente à l’intérieur de ces récits ou dans leur nature, mais elle se retrouve également dans une nouvelle façon de lire ces textes du xviiie siècle avec une grille de lecture spatiale, géocritique, moderne.

La modernité de l’approche spatiale et de l’approche géo-critique des textes

25Nous avons vu que la géographie était facteur de modernité au xviiie siècle, tout comme le « (nouveau) roman », ou novel, qui – comme son nom l’indique – est caractérisé par la nouveauté, la rupture avec l’ancien, la modernité. Michael McKeon, parmi de très nombreux critiques sur la question, souligne ce point lorsqu’il écrit : « the novel is the quintessentially modern genre, is deeply intertwined with the historicity of the modern period, of modernity itself » (cite dans Mander, 23). Au xviiie siècle, géographie et production littéraire évoluent toutes deux vers la modernité : aux xvie et xviie siècles, la géographie, comme d’autres formes de savoir, était impliquée dans la magie et le mythe, et au xviiie siècle, elle évolue vers les explorations et la découverte de nouvelles contrées, en dehors de l’Europe. Parallèlement, dans la production littéraire, le novel se caractérise par sa nouveauté dans le domaine de l'écriture fictionnelle, par une évolution, sinon une césure radicale, avec l'ancien récit en prose, aussi appelé romance. Le romance est une œuvre en prose n'ayant que peu de rapports avec la vie réelle, alors que le novel relate des récits ancrés par des personnages et des événements vraisemblables dans le monde contemporain : « [t]he Romance is an heroic fable, which treats of fabulous persons and things. The Novel is a picture of real life and manners, and of the times in which it is written. the romance is in lofty and elevated language, describes what never happened nor is likely to happen. The novel gives a familiar relation of such things », écrit Clara Reeve dans The Progress of Romance (111). Alain Bony s’est intéressé à cette évolution des formes fictionnelles en Angleterre au milieu du xviiie siècle, évolution qu’il associe, avec William B. Warner, aux progrès que connaît l’Angleterre, à la « supériorité idéologique de l’Angleterre sur le Continent » (Bony, Leonora 167). Selon Alain Bony, « c’est ainsi qu’à partir du début des années 50 se systématise une distinction très chargée idéologiquement qui rejette romance comme l’ancien au profit de novel comme le nouveau, et c’est à Richardson et (ou ?) à Fielding que l’Angleterre se déclare redevable de cette substitution qui fait entrer le roman dans la modernité » (167). Il ajoute que romance s’oppose à novel « comme l’archaïsme à la modernité, et l’exotisme (spatial ou temporel) au contemporain » (168) : En effet, le romance est écrit dans un style élevé pour décrire des événements peu probables, alors que le style du novel, beaucoup plus simple et dépourvu de fioritures, est plus proche de la réalité de la vie de tous les jours. C’est donc dans un mouvement vers le réel et le référentiel que se dirigent conjointement géographie et écriture fictionnelle. De plus, l’objet du roman européen au xviiie siècle est très souvent un environnement non-européen, correspondant à l’évolution de la géographie vers l’exploration des terres inconnues. Dans la nature même du langage et des méthodes utilisés, le novel se nourrit d’éléments très hétérogènes comme l’histoire, la géographie et la littérature, comme le souligne Orla Smyth : « The early modern novel is treated as a phenomenon of print culture, actively engaging with, and drawing from, a mass of heterogeneous, and very often non-literary, print production » (Smyth & Hopes 49). Les novels et les récits de voyage du xviiie siècle intègrent des concepts géographiques et jouent avec eux, comme par exemple avec le concept de frontière, en jouant avec les limites entre l’espace cartographié et l’espace non-cartographié, inventé. C’est le cas pour Gulliver’s Travels, qui juxtapose des lieux réels et des îles inventées, comme nous l’avons vu dans la première partie, et dans lequel les incessants changements de taille, comme dans Alice au pays des merveilles, emblématisent la multitude des points de vue que le géographe doit instruire et prendre en compte. C’est un constant échange de procédés qui se joue entre ces deux disciplines.

  • 5  Pour une introduction à ces questions voir par exemple Westphal.
  • 6  Diana de Armas Wilson, dans l’ouvrage de Mander, revient sur la conception géographique de l’essor (...)

26Face à un objet d’étude aussi moderne que le novel ou le récit de voyage au xviiie siècle, le discours critique a dû s’adapter. En effet, le nombre d’études historiques sur le genre du novel est très élevé. Jenny Mander dit qu’il a atteint sa « saturation », et Lennard Davis a intitulé un article « Reconsidering Origins : How Novel Are Theories of the Novel ? » Le discours critique a évolué ces dernières années, et géographie et spatialité – très présentes dans l’étude de Gulliver’s Travels d’Alain Bony – se trouvent au cœur du discours sur le novel, notamment dans des approches comme la géocritique5 ou la cartographie littéraire. Dans les titres des récents ouvrages sur ce mode d’expression, l’influence de la géographie est très présente : Franco Moretti publie en 1997 son Atlas du roman européen 1800-1900 dans lequel il explore la fictionnalisation de la géographie (l’espace en littérature) et la géographie de la fiction (la littérature dans l’espace). Il crée la polémique en suggérant que les critiques littéraires devraient arrêter de lire les livres et devraient à la place se mettre à compter, à faire des graphiques et des cartes, en insistant sur la nécessité de moderniser l’étude de cette discipline. Jenny Mander publie quant à elle en 2007 un ouvrage qui entend réévaluer des thèses comme celle d’Ian Watt sur l’essor du roman et elle l’intitule : Remapping the Rise of the European Novel.6 La cartographie (« atlas », « remapping »), très présente dans les titres de ces études modernes sur le roman et qui semble être un outil très important pour analyser le fonctionnement géographique ou chorographique des récits, est également utilisée au sens propre dans le projet MappingWriting, qui propose de cartographier les récits et novels.

27MappingWriting est un site créé par Robert Clark (de East Anglia University) et développé conjointement avec The Literary Encyclopedia. Comme on peut le lire sur la page d’accueil du site, il s’agit d’utiliser GoogleMap afin de repérer sur une carte les lieux où se passent des récits, les voyages réalisés par les personnages ou explorateurs :

  • 7  <http://www.mappingwriting.com/about.php>. 02 Juin 2012.

The extraordinary facility and ubiquity of GPS systems, notably as applied in Google Maps, is enriching basic geographical awareness beyond all measure. MappingWriting is a scholarly website which enables students and researchers to create maps of cultural topographies in particular works, mapping the places represented, the journeys taken, and the geo-cultural references within works, and to correlate them with the places inhabited and visited by their authors.7

28Des récits comme ceux de Defoe qui revendiquent le statut d’histoire vraie (« true history ») ont un fonctionnement très spatial. Pouvoir cartographier les voyages de Robinson ou de Roxana comme le fait Robert Clark dans Mappingwriting.com donne un sens accru de la réalité des voyages du personnage. Que pouvons-nous apprendre de notre période en la cartographiant, en traduisant ce que nous lisons sous forme textuelle en termes cartographiques ? Comment pouvons-nous tirer profit des nouvelles technologies géospatiales pour voir et explorer le terrain des études dix-huitièmistes, ou pour y sensibiliser les étudiants ? C’est ce genre de questionnement auxquels on peut se confronter lorsqu’on décide de cartographier un texte.

29La première partie de ce travail consiste à relever toutes les étapes géographiques et chronologiques du récit avant de les représenter sur la carte par une épingle accompagnée d’un extrait du passage concerné, de la date. Une application permet de dire si le lieu repéré est réel, réel mais sous un nom fictif ou purement fictif. GoogleMap permet de situer les latitudes précises données par les textes, ce qui permet bien sûr de vérifier la véracité des données (Fig.4).

Figure 4 : Voyages successifs de Robinson Crusoe (Mappingwriting.com)

Figure 4 : Voyages successifs de Robinson Crusoe (Mappingwriting.com)

30Cette technique cartographique me semble intéressante à exploiter pour analyser les intersections entre la cartographie et l’écriture au xviiie siècle, pour voir comment les textes et les cartes contribuent chacun à leur façon aux conceptions de l’espace et des lieux particuliers à cette époque. Cet outil peut également se révéler utile pour saisir les relations entre le référentiel et le fictionnel : s’il est difficile de cartographier les voyages imaginaires de Gulliver, il est cependant possible de noter ce qu’Alain Bony écrivait dans l’introduction de son ouvrage sur Gulliver : « les artifices géographiques et météorologiques qui rendent floues et indiscernables les limites entre le monde connu des marins et celui dans lequel Gulliver en vient à naviguer » (Discours et vérité 15).

31S’interroger sur la nature de l’écriture géographique au xviiie siècle revient à analyser des aspects littéraires de la géographie et des aspects géographiques de la littérature, et de trouver une méthode dialogique pour faire communiquer ces deux entités. Le résultat souligne certes l’hybridité de « l’imagination géogra-phique » (Gregory), mais cette interrogation nous permet aussi de réfléchir sur les contours du novel, ainsi que sur ce qui a fait la modernité de ce « (nouveau) roman anglais », en même temps que celle de la géographie. Le lien se fait aussi dans la distribution et l’expansion de ce genre nouveau qui se répand dans toute l’Europe des Lumières. Et la conclusion revient à Moll Flanders qui souligne mieux que quiconque l’entrelacement entre l’écriture et la géographie, entre la connaissance et la géographie et entre l’individu et l’espace – le tout scellant la modernité d’un texte comme celui dont elle est le personnage éponyme :

Haut de page

Bibliographie

My husband was a perfect stranger to the country and had not yet so much as a geographical knowledge of the situation of the several places; and I, that till I wrote this, I didn’t know what the word geographical signified, had only a general knowledge from long conversation with people that came from or went to several places; but this I knew, that Maryland, Pennsylvania, East and West Jersey, New York, and New England lay all north of Virginia, and that they were consequently all colder climates, to which for that very reason, I had an aversion. (Moll Flanders, 326-27).

Sources primaires

Defoe Daniel. The Storm. 1704. In The Novels and Miscellaneous Works, vol. 5. London: Bell, 1896.

Defoe Daniel. Robinson Crusoe. Ed. J Donald Crowley. Oxford: OUP, 1972.

Defoe Daniel. A Journal of the Plague Year. Ed. Louis Landa. Oxford: OUP, 1990.

Defoe Daniel. The Fortunes and Misfortunes of the Famous Moll Flanders. Ed. G. A. Starr. Oxford: OUP, 1971.

Defoe Daniel. A Tour thro' the Whole Island of Great Britain. Writings on Travel, Discovery and History by Daniel Defoe. Ed. W. R. Owens and P. N. Furnbank. Vols. 1, 2, and 3. London: Pickering & Chatto, 2001.

Reeve, Clara. The Progress of Romance. 2 Volumes. 1785. Introduction par Suzy Halimi. Plan de La Tour : Éditions d'aujourd'hui, 1980.

Swift, Jonathan. Gulliver’s Travels. Ed. Claude Rawson & Ian Higgins. Oxford: OUP, 2005.

Swift, Jonathan. On Poetry: A Rhapsody.1733.
<http://www.online-literature.com/ swift/3515/>. 2 juin 2012.

­ 

Sources secondaires

Baker, J. N. L. « The Geography of Daniel Defoe ». The Scottish Geographical Magazine 47 (1931): 257-69.

Barthes, Roland. Littérature et Réalité. Paris : Seuil, 1982.

Bony, Alain. Discours et vérité dans Les Voyages de Gulliver. Lyon : PU de Lyon, 2002.

Bony, Alain. Leonora, Lydia et les autres : Étude sur le (nouveau) roman anglais au xviiie siècle. Lyon : PU de Lyon, 2004.

Brosseau, Marc. Des Romans-géographes. Paris : L’Harmattan, 1996.

Calberac, Yann. Terrains de géographes, géographes de terrain. Communauté et imaginaire disciplinaires au miroir des pratiques de terrain des géographes français du xxie siècle. Thèse de doctorat, Lyon 2, décembre 2010.

Davis, Lennard. « Reconsidering Origins: How Novel Are Theories of the Novel? » Eighteenth-Century Fiction 12.1 (2000): 479-99.

De Certeau, Michel. L’Invention du quotidien. 1. Arts de faire. Paris : Gallimard, 1990.

Edwards, Jess. Writing, Geometry and Space in Seventeenth-Century England and America: Circles in the Sand. London: Routledge, 2004.

Genette, Gérard. Fiction et diction. Paris: Seuil, 1991,

Gregory, Derek. Geographical Imaginations. Cambridge MA & Oxford UK: Blackwell, 1994.

Mander, Jenny ed. Remapping the Rise of the European Novel. Oxford: Voltaire Foundation (2007) rep. 2011.

Mapping Writing.
< http://www.mappingwriting.com >, 2/06/ 2012.

Moretti, Franco. 1997. Atlas du roman européen. 1800-1900. Traduit de l’italien par Jérôme Nicolas. Paris: Seuil, 2000.

Parkes, Christopher. « 'A True Survey of the Ground': Defoe's Tour and the Rise of Thematic Cartography ». Philological Quarterly 74 (1995): 395-414.

Peraldo, Emmanuelle. « Narrative Cartography in the Eighteenth Century: Defoe's Exploration of Great-Britain in the Tour ». In Narratives of Travel and Tourism. Ed. Tijana Rakic & Jacky Tivers. London : Ashgate, 2012. 97-108.

Ricœur, Paul. Temps et récit. 1. L’intrigue et le récit historique. Paris : Seuil, 1983.

Riffaterre, Michael. « L’Illusion référentielle ». Littérature et réalité. Paris : Seuil, 1982. 91-118.

Rogers, Pat. « Embedding and Embodying the Nation: Textual practices and Form in A Tour ». Positioning Daniel Defoe’s Non-Fiction: Form, Function, Genre. Ed. Aino Mäkikalli & Andreas K. E. Mueller. Newcastle upon Tyne: Cambridge Scholars Publishing, 2011. 61-80.

Smyth, Orla & Jeffrey Hopes, eds. Discours critique sur le roman 1670-1850. Mont-Saint-Aignan : PU de Rouen et du Havre, 2010.

Varey, Simon. Space and the Eighteenth-Century English Novel. Cambridge: CUP, 1990.

Wall, Cynthia. « Details of Space: Narrative Description in Early Eighteenth-Century Novels », Eighteenth-Century Fiction 10.4 (1998): 387-405.

Watt, Ian. The Rise of the Novel; Studies in Defoe, Richardson and Fielding. 1957. London: The Hogarth Press, 1987.

Westphall, Bertrand. La Géocritique. Réel, fiction, espace. Paris: Minuit, 2007.

Haut de page

Notes

1  Le motif de l’espace dans le roman britannique du xviiie siècle a été étudié par Cynthia Wall (387-405), ou encore par Simon Varey.

2  Dans l’ordre, voyage à Lilliput, voyage à Brobdingnag, voyage à Laputa et voyage chez les Houyhnhnms.

3  A Tour Thro' the Whole Island of Great Britain, Divided into Circuits or Journies. Giving a Particular and Diverting ACCOUNT of Whatever is CURIOUS, and worth OBSERVATION […] With Useful Observations upon the Whole. (C'est moi qui souligne. Notons au passage la mise en relief de ce mot « observation » qui apparaît la première fois en majuscules et la deuxième fois en minuscules).

4  Lors de la première tempête, la latitude donnée par Defoe figure de manière très precise dans cet extrait : « In this course we passed the line in about twelve days’ time, and were, by our last observation, in seven degrees twenty-two minutes northern latitude, when a violent tornado, or hurricane, took us quite out of our knowledge [...] » (la longitude de ce point de première tempête en 1659 n’est pas précisée). Les coordonnées de la deuxième tempête sont également données : « With this design we changed our course, and steered away N.W. by W., in order to reach some of our English islands, where I hoped for relief. But our voyage was otherwise determined; for, being in the latitude of twelve degrees eighteen minutes, a second storm came upon us, which carried us away with the same impetuosity westward, and drove us so out of the way of all human commerce, that, had all our lives been saved as to the sea, we were rather in danger of being devoured by savages than ever returning to our own country » (40, 42).

5  Pour une introduction à ces questions voir par exemple Westphal.

6  Diana de Armas Wilson, dans l’ouvrage de Mander, revient sur la conception géographique de l’essor du roman chez Moretti : « Although Moretti believes that the novel rises with modernity, his elegant Atlas provides more generative models for mapping earlier rises through the analytical unit of three Europes : a core, a semi-periphery and a periphery » (Mander, 52).

7  <http://www.mappingwriting.com/about.php>. 02 Juin 2012.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Tour, 1.233.
URL http://journals.openedition.org/1718/docannexe/image/678/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 2 : Plan de Colchester (Tour 1.68-69).
URL http://journals.openedition.org/1718/docannexe/image/678/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Figure 3 : Cartes et détails de chacun des quatre Voyages de Gulliver
URL http://journals.openedition.org/1718/docannexe/image/678/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 4 : Voyages successifs de Robinson Crusoe (Mappingwriting.com)
URL http://journals.openedition.org/1718/docannexe/image/678/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Peraldo, « « Gulliver, Robinson et les autres… » : espace du texte et textualisation de l’espace auXVIIIe siècle », XVII-XVIII, HS3 | 2013, 91-111.

Référence électronique

Emmanuelle Peraldo, « « Gulliver, Robinson et les autres… » : espace du texte et textualisation de l’espace auXVIIIe siècle », XVII-XVIII [En ligne], HS3 | 2013, mis en ligne le 15 juillet 2016, consulté le 24 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/1718/678 ; DOI : 10.4000/1718.678

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Peraldo

Maître de conférences en histoire des idées et littérature britannique du XVIIIe siècle à l’Université Jean Moulin – Lyon 3 et membre de l’IETT (EA 4186). Spécialiste de Defoe, elle a publié un ouvrage issu de sa thèse sur Daniel Defoe et l’écriture de l’Histoire (H. Champion, 2010). Ses recherches actuelles restent inscrites dans une perspective inter-disciplinaire et portent sur l’articulation entre littérature et géographie, entre espace et fiction, au XVIIIe siècle ; elles mobilisent notamment les théories écocritiques, géocritiques, ainsi que la psychogéographie.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals