Navigation – Plan du site
Modernes et 'antimodernes'

L’Essay on Woman dans la carrière de John Wilkes : le basculement de l’œuvre ouverte au lecteur vers le discours médiatique

Madeleine Descargues-Grant
p. 193-209

Texte intégral

1Plusieurs publications récentes apportent un éclairage nouveau sur la figure paradoxale d’un des plus célèbres mauvais garçons de la politique et de la littérature britannique au dix-huitième siècle, John Wilkes (1727-97). « [A] political maverick of witty and wicked reputation », sous-estimé à ce titre par les historiens, résume en 1996 Peter D. G. Thomas dans sa biographie, John Wilkes : A Friend to Liberty ; « The Scandalous Father of Civil Liberty », propose quant à lui Arthur Cash dans le volume qu’il consacre à Wilkes en 2006 ; un homme complexe, libertin aux vies multiples, résume à son tour par son titre au pluriel la biographie de John Sainsbury, la même année, John Wilkes : The Lives of a Libertine.

2Scandaleux, turbulent, efficace, courageux, contradictoire : tous ces attributs – et quelques autres – se superposent pour évoquer l’homme dont le nom est associé dès 1763 au slogan d’un mouvement populaire de soutien à sa personne, « Wilkes and liberty », mais encore et surtout à une avancée notable des droits civiques en Angleterre ; un homme pourtant dont la pensée politique paraît loin d’avoir été systématique. Roy Porter, par exemple, rappelant les positions plutôt réactionnaires de Wilkes dans les années 1780 au sujet des Gordon Riots comme de la Révolution française, résume ainsi sa carrière : « The Wilkite movement was a spectacle of stage thunder and lightning, a gala performance for the greater glory of John Wilkes himself. With its preoccupation with the defence of individual legal rights, but indifference to social change, the movement left an ambiguous legacy » (347).

3Epiphénomène – Porter l’appelle encore « this gadfly in the Establishment ointment » (74) – ou signe des temps révélateur, Wilkes est un problème à plusieurs entrées. C’est tout d’abord à caractériser son legs politique et son radicalisme que se sont attachés ses biographes. Cash voit en lui un grand réformateur : « a man who played a major role in the establishment of our civil and political liberties » (Essay, vii), un homme dont le nom fut sali à dessein, la victime d’un complot, pour tout dire. Sainsbury voit plutôt dans la publicité scandaleuse attachée au nom de Wilkes une des clefs du soutien populaire dont il bénéficia et la source d’un succès non dépourvu d’opportunisme.

4J’essaierai donc en premier lieu de présenter certaines des performances politiques ou littéraires contestées de Wilkes, en m’interrogeant sur leur modernité réelle ou supposée, à la lumière des analyses d’Alain Bony, plus particulièrement sur l’ouverture formelle de l’essai périodique addisonien, par opposition aux cris­pations swiftiennes. Je reviendrai ensuite sur le texte par lequel le scandale arriva, The Essay on Woman (1763), pour m’efforcer de présenter quelques traits remarquables de la guerre des discours à la faveur de laquelle la liberté d’expression prit un nouvel essor en Angleterre dans le dernier tiers du dix-huitième siècle.

Moderne malgré lui ?

  • 1  Parmi les multiples mots d’esprit de Wilkes, Cash cite sa réponse à un ami qui lui demandait comme (...)

5Ce flamboyant personnage, qui n’avait peur de rien, « that devil, Wilkes » (George iii, Essay 1), cet homme véritablement laid, affligé d’un strabisme et d’un prognathisme marqués – ce qui ne l’empêchait pas d’être un séducteur –,1 mauvais mari, bon père, sut certainement se créer une image médiatique qui transcendait ce qui aurait pu mériter le nom de handicap :

Wilkes’s facial deformity […] as much as his class origins, was a social liability that he was continually obliged to overcome until such time as his features, especially his squint, became embedded in the consciousness of his well-wishers as idiosyncratic emblems of liberty and patriotism. (Sainsbury, John Wilkes 42)

  • 2  « John Wilkes’s ambitions were encouraged early by his classical education and by the generosity o (...)
  • 3  Les détracteurs de Wilkes, tels que Gibbon, lui reprochent ce choix de carrière politique, qu’ils (...)

6Fils d’artisans prospères et cultivés, doté d’une solide éducation classique,2 Wilkes accède par son mariage (arrangé) aux couches inférieures de la gentry, ce qui pourrait lui faciliter l’entrée, vénale bien sûr, dans la politique où il aspire à faire carrière : il achète les voix des électeurs d’Aylesbury, dont il devient député en 1757, avec une petite partie de la fortune de sa femme. Quand il se sépare d’elle et perd de ce fait les moyens de jouer les gentlemen politiciens, il ne lui reste plus qu’à trouver le moyen de vivre de la politique, la fonction parlementaire n’étant à l’époque pas rétribuée.3

  • 4  Richard Grenville, Earl Temple, beau-frère de William Pitt à qui sa carrière politique est liée, e (...)
  • 5  Cela n’empêchera pas Wilkes et Boswell d’être amis par la suite (Boswell 359).

7C’est d’abord en tant que protégé de Lord Temple,4 le riche beau-frère de William Pitt (l’aîné) qu’il met sa plume au service de ce dernier, en attaquant de manière virulente et diffamatoire le Premier ministre que s’est donné George iii, Lord Bute. Ce dernier, qui ne semble pas avoir été un grand homme d’état (pour rester dans la litote, figure assurément peu pratiquée par Wilkes), a tous les torts, y compris celui d’être Écossais,5 et surtout d’occuper la place qui devrait revenir au grand William Pitt, l’esprit stratégique qui conçoit et construit la supériorité décisive de l’Angleterre en Europe et sa puissance dans le monde à l’occasion de la guerre de sept ans (1756-63). Pour obtenir un poste en remerciement des services rendus à Pitt, il faut d’abord obtenir le départ de Bute. Wilkes fait donc de Bute sa cible. Mais Pitt ne tardera pas à prendre ses distances, le soutien de Wilkes étant difficile à canaliser.

  • 6  Auteur de The Rosciad (1761), satire du monde du théâtre.
  • 7  Critiquant l’esprit de concorde et d’obéissance prôné par George iii, Wilkes n’avait pas craint d’ (...)

8En effet le journaliste du North Briton, créé en réponse au journal de Smollett, The Briton, et écrit avec le concours du poète satirique Charles Churchill,6 a tôt fait de se mettre dans la tourmente : après plusieurs numéros hauts en couleur, le n° 45 (16 avril 1763) est si hardi qu’il encourt l’accusation double de diffamation à l’encontre de la personne royale et de sédition. Seront arrêtées rapidement après sa parution 46 personnes (Cash, Essay 48), accusées d’avoir aidé Wilkes à publier son journal, ceci par l’effet d’un mandat d’arrêt général, donnant les droits les plus arbitraires à ses porteurs. L’arrestation de Wilkes, le 30 avril 1763, un grand moment de théâtre, donne alors lieu à la première rencontre entre le défenseur intrépide de l’esprit de liberté,7 et un attroupement de Londoniens qui l’acclament, soit encore une des incarnations de la populace multiforme – the mob – qui hante les cauchemars de tous les possédants, redoutable qu’elle est par sa violence ou simplement par son audace.

  • 8  « Parliamentary privilege could be breached only for accusations of treason, felony, or breach of (...)
  • 9  « The term aristocracy has a flexible meaning. In its narrowest definition, the British aristocrac (...)

9L’emprisonnement puis la relaxe de Wilkes, une semaine après son arrestation, pourraient à ce moment n’être que la défense du droit d’expression d’un parlementaire proche de l’oligarchie whig.8 « John Wilkes’ genius in attracting popular support for his causes », rappelle Sainsbury, « should not obscure the fact that it was as a protege of aristocracy that he first sought to fulfil his social and political ambitions. Even after he became a ‘man of the people’ and a City politician, he retained a lingering attachment to aristocratic society » (John Wilkes 41).9 En effet Wilkes est bien motivé au départ par le désir de faire une carrière politique au service de grands aristocrates incarnant les valeurs des anciens Whigs. Mais cela ne l’empêche pas de devenir, en tant que champion de la lutte contre les mandats d’arrêt arbitraires, le défenseur des intérêts d’une middle class respectable, ainsi que le répondant de l’expression revendicative spontanée de la foule londonienne et le porteur d’une revendication pré-démocratique.

10C’est bien sûr ce dernier trait qui condense la différence radicale de posture de Swift à Wilkes, pour proposer ici quelques points de repère. Swift se pose en recours du ministère de Harley sous la reine Anne, au nom d’un journalisme politique éclairé, qui conçoit la propagande – celle, bien délimitée, de l’Examiner de Swift (1710-11) – du haut vers le bas et n’entend se laisser influencer ni par les pressions ni par les circonstances. Cinquante ans plus tard, l’évolution de l’expression médiatique et de la conception de la circulation comme du rôle d’un périodique s’incarnent dans l’aptitude de Wilkes à se laisser emporter par les voix anonymes de la foule et à leur faire écho. Wilkes ne fait pas que payer de sa personne pour faire sa publicité et devenir un héros pour l’homme de la rue, ­artisan respectable de la City londonienne ou tout venant ; en consentant volontiers à amalgamer sa propre défense et une aspiration populaire, il prend acte d’une évolution décisive qui lie profondément son parcours complexe à notre modernité médiatique contemporaine.

11Comment analyser ce phénomène d’amalgame – est-ce la City qui soutient Wilkes ou Wilkes qui soutient la City ? –, qui nous intéresse ici du point de vue du discours de Wilkes plus que d’un point de vue strictement politique ? D’un statut de satiriste politicien – traditionnel – au service de représentants de la grande noblesse, Wilkes passe à un autre statut dont les contours sont beaucoup plus flous et dont l’aventurisme opportuniste n’est pas l’unique explication, malgré telle remarque (malheureuse ou malicieuse) de Sainsbury : « […] Wilkes always combined an unwavering belief in his own political rectitude with an eye for the main chance » (John Wilkes 59). Le mouvement wilkite est une entité nouvelle qui résulte de la capacité de Wilkes à discerner l’état d’esprit des gens, à être, comme nous disons au xxie siècle et à l’âge des réseaux sociaux, en phase avec la population, et à soumettre l’autorité de sa voix propre aux innombrables voix anonymes qui la rejoignent et la transforment. L’affaire du North Briton apparaît alors comme le révélateur de la véritable force discursive acquise par l’opinion publique, qui porte le radicalisme inattendu d’un Wilkes: « The liberty of all peers and gentlemen, and what touches me more sensibly, that of all the middling and inferior set of people, who stand most in need of protection, is in my case this day to be finally decided upon » (The London Magazine 263; cité dans Cash, Essay 54), déclare-t-il devant le tribunal qui le juge.

12L’identification spontanée puis délibérée de son droit propre de parlementaire à l’aspiration des simples citoyens constitue en soi une nouveauté politique, et donc une prise de position « moderne » au premier degré : Wilkes est dans l’air du temps et n’essaie pas de bloquer le cours des choses, contrairement à Swift. Même si l’apport de Wilkes se cantonne à la sphère du droit légal des personnes, il s’agit bien d’une radicalisation de la notion de sujet libre, qui prend acte d’un pouvoir de la rue et lui propose une expression, et qui aurait ulcéré le conservateur Swift. Relaxé, car les parlementaires ne peuvent être emprisonnés que pour des actes graves, tels que la trahison, il rend grâce à la foule qui a fait de lui son héros. Mais Wilkes fait-il pour autant de la modernité un choix idéologique conséquent, associé à l’attention et à la préférence pour les formes d’expression nouvelles d’une époque donnée ?

La modernité sans forme

13On se rappelle que l’un des traits les plus remarquables de l’entreprise d’Addison et des périodiques de l’époque augustéenne était pour Alain Bony de faire « descendre le débat esthétique et la critique littéraire des bibliothèques et des cabinets des experts autoproclamés […] pour en faire le thème de discussions autour de la table à thé et dans les cafés » (Joseph Addison 28), ce déplacement de l’autorité n’étant plus dès lors une perte, mais la marque d’une modernité revendiquée comme gain de valeur ou renouvellement des valeurs. L’entreprise s’accompagnait d’une moralisation de la satire, permettant d’inclure et de mettre en confiance un nombre grandissant d’interlocuteurs.

14Cinquante ans après le modèle addisonien, Wilkes est loin de mettre en pratique dans son style journalistique les recommandations du moderne Spectator, visant à policer la société. Sarcasmes, attaques ad hominem, provocations en tout genre lui valent des animosités compréhensibles et même des duels (Cash, Essay 41). Même si les positions de Wilkes sont parfois compatibles avec le moderne, au sens idéologique, il n’y a chez lui aucun« modernisme » au sens formel de recherche de formes nouvelles – si l’on veut bien accepter l’emploi anachronique du terme modernisme, entendu ici comme expression formelle de la modernité, celle-ci étant investie d’un sens qui se veut porteur de renouveau et d’avenir. Cependant, en tant qu’auteur du North Briton, Wilkes fait plus que reprendre les procédés partiaux de la satire politique juvénalienne. Il fait fond sur la tradition carnavalesque populaire, partageant avec ses partisans le goût des plaisanteries salaces, très souvent aux dépens de l’impopulaire Lord Bute. Ainsi, quand il fonde le succès du cinquième numéro du North Briton sur l’évocation de l’intrigue amoureuse entre Roger de Mortimer et Isabelle, mère du futur Edouard iii, partant en guerre contre Edouard ii au xive siècle pour s’emparer de la couronne anglaise (25-28), chacun comprend que sont visés Lord Bute et la mère du jeune George iii, the Dowager Princesse of Wales (Cash, Essay 40). La rumeur populaire leur attribue en effet une liaison et le désir de mettre l’Angleterre sous leur coupe, à grand renfort de placards et de chansons : « These plebeian media hilariously represented Bute as ‘the boot’, a multifarious emblem suggestive, among other things, of sexual virility, especially when placed aside ‘the petticoat’, the invariable symbol for the Princess Dowager » (Sainsbury, John Wilkes 65). La rhétorique de Wilkes caresse ainsi son public dans le sens du poil.

  • 10  Imlac conseille ainsi Nekayah dans Rasselas : « Do not suffer life to stagnate ; it will grow mudd (...)

15Dans ses incartades, Wilkes tend à déborder de la propagande journalistique, à rechercher la confrontation personnelle, à utiliser la provocation aux limites de la déstabilisation. Testant la réaction de la cour, il a pour objectif de passer les bornes de l’inacceptable, jusqu’à créer une situation qui excède ses propres visées et intérêts. L’auteur du North Briton « s’abandonne au cours du monde »,10 ou plutôt au courant de l’opinion, dans un sens plus risqué et plus provocateur que ne l’entendait Johnson ; il devient alors l’auteur d’un texte collaboratif (au sens large de tissu d’idées, de figures et de mots), lié aux rituels d’expression de la foule et aux formes d’expression imagées de ceux-ci. Ainsi c’est le débordement du dialogue avec la foule qui lui inspire sa ligne de conduite et l’amène à autoriser au sens plein le slogan « Wilkes and liberty », c’est-à-dire à lui donner autorité, à en devenir l’auteur, alors que par ailleurs l’affaire du North Briton échappe à son contrôle d’auteur. « Wilkes et la liberté » : Wilkes n’est pas l’auteur de la juxtaposition des deux termes, qui ne prend de sens, comme tout slogan, que par la répétition orale et collective. La situation d’autorité partagée ou différée mise en scène par le Spectator d’Addison, « œuvre inachevée par excellence, perpétuellement déplacée, décentrée hors de son origine : un projet que l’interruption lectoriale ne cesse de garantir contre les visées totalitaires de l’intention », pour citer ici Alain Bony (Joseph Addison 340), trouve avec Wilkes un prolongement aussi imprévisible qu’impoli.

An Essay on Woman: A Tale of a Text

16Que dire maintenant du rôle central joué par un texte périphérique à la saga du North Briton, et néanmoins enchâssé dans l’affaire Wilkes, en l’occurrence An Essay on Woman ? Parodie pornographique du célèbre poème de Pope, cet écrit est collaboratif une fois encore puisque les deux auteurs en sont, pour l’Essay lui-même, William Potter (1718-1859), ami défunt de Wilkes et son compère au sein du scandaleux Hell-Fire Club (aux côtés de Lord Sandwich, entre autres honorables membres) et, pour l’imitation blasphématoire de deux poèmes plus courts de Pope et sans doute aussi pour une partie des notes, Wilkes lui-même.

17Après la victoire de Wilkes, du moins pour la première manche, le gouvernement est attaqué en justice et désavoué dans une série de procès qui consolident les acquis du combat contre les arrestations arbitraires. Que fait Wilkes?

Successful in the courts and adored by the public, Wilkes decided there was a market for his own writing. He would publish a second edition of the North Briton, this one in octavo volumes. Easier said than done: he could not find a printer daring enough to undertake the project. […] So Wilkes decided to print the edition himself. He began to convert the parlor of his house […] into a printing shop. (Cash, Essay 56).

18Parallèlement, en mai-juin 1763, il fait commencer l’impression en treize exemplaires de l’Essay on Woman, resté jusqu’alors sous forme manuscrite (et dont l’existence était connue par ailleurs, depuis les perquisitions occasionnées par l’affaire du North Briton) : douze exemplaires pour les très exclusifs membres du Hell-Fire Club et le treizième, suggère Cash, pour la bibliothèque du club ; l’impression est interrompue au vers 94 (hormis les dernières pages, dues à Wilkes lui-même, qu’il s’est donné la satisfaction de faire imprimer), la seconde édition du North Briton lui étant prioritaire. Elle ne sera jamais reprise ; manquent à ce jour – et peut-être à tout jamais – les vers 95 à 1304. Puis Wilkes part à Paris en Juillet 1763, pour rentrer en septembre en Angleterre. Le temps d’un duel en novembre, alors que débute la session parlementaire (le 15 novembre 1763), il repart en France, blessé, en décembre 1763.

  • 11  Wilkes sera également accusé de diffamation pour l’impression du North Briton dans la Chambre des (...)
  • 12  Le nom de Warburton (1698-1779) est familier aux spécialistes de Sterne, qui avait écrit à l’évêqu (...)

19L’impression de l’Essay on Woman est – du point de vue de Wilkes – un acte privé. Mais le gouvernement, qui n’a pas dit son dernier mot, tient là son prétexte pour l’accuser de diffamation à l’encontre de Warburton, dans la Chambre des Lords.11 En effet, le célèbre évêque et critique littéraire, exécuteur testamentaire de Pope et éditeur de l’Essay on Man, est la cible privilégiée des notes, pour son pédantisme disert et sa suffisance érudite.12

20Là où Pope avait écrit: « The latent tracts, the giddy heights, explore / Of all who blindly creep, or sightless soar », vers suivis d’un docte commentaire de Warburton, l’Essay on Woman propose, avec robustesse: « The latent tracts, the pleasing Depths explore, / And my Prick clapp’d where thousands were before. » La note attribuée à Warburton, soulignant s’il en était besoin la polysémie de « clapp’d, » est ainsi rédigée :

  • 13  Traduction proposée par Cash : « To seek the glorious crown for my head / There where [the muses] (...)

21Variations. VERSE 12. The first Edition has it, And my Prick crown’d, which I take to be the true reading. It means the Corona Veneris, the Glory of the Goddess Venus around the Head of the Beloved; and the Passage seems a Parody of Lucretius, Insignemque meo Capiti petere inde Coronam, Unde prius nulli, etc. (Cash, Essay 101)13

22La seconde manche et la campagne de presse, côté gouver­nemental, s’organisent rapidement. Un imprimeur du nom de Curry se laisse soudoyer pour écrire le récit de l’impression de l’Essay on Woman (Cash, Essay 61). Après une série de fuites, Kidgell, un homme d’église douteux, se procure une épreuve qui circule de main en main et transmet celle-ci à Philip Carteret Webb, qui remplit l’office de procureur et incite Kidgell à proposer son propre récit au public : A Genuine and Succinct Narrative of a Scandalous, Obscene, and Exceedingly Profane Libel, Entitled, An Essay on Woman, as also, of Other Poetical Pieces Containing the Most Atrocious Blasphemies, Submitted to the Candour of the Public, by the Rev. Mr. Kidgell.

23Ce qui importe bien sûr, ce n’est pas le texte lui-même de l’Essay on Woman, qui se rattache, en tant que poésie obscène, aux traditions littéraires de la Restauration. C’est le fait qu’il soit possible d’accuser Wilkes d’avoir publié un texte pornographique et « blasphématoire ». La preuve est fabriquée, le gouvernement se chargeant de faire imprimer à partir des épreuves dérobées les 94 vers annotés parodiant ligne à ligne An Essay on Man, ainsi que les poèmes « The Universal Prayer », « The Dying Lover to His Prick » (parodies de Pope toujours) et « Veni Creator ; or, The Maid’s Prayer ». Le manuscrit des 1210 vers restants, sans doute emporté par Wilkes en France, ne fera plus jamais surface.

24Ce n’est bien sûr pas un des moindres paradoxes, comme le relève Arthur Cash, que l’on doive la survivance d’une partie au moins de l’Essay on Woman original à l’empressement mis par les ministres à confondre Wilkes :

Days before the opening of parliament, the ministers had a printer produce a handful of copies of the Essay on Woman. These they gave to noblemen who would help them to convict John Wilkes. […] The thirteen copies that Wilkes printed in his house are gone. The manuscript is gone. Ironically, the very ministry which self-righteously announced that it was going to suppress the Essay on Woman was the preserver of this ‘abominable work’. (Essay 61-62)

25« [S]elf-righteously »… pour le moins, puisque après l’intervention de l’évêque Warburton lui-même, s’élevant contre l’usage de son nom dans un poème « blasphématoire » – d’où l’accusation de diffamation –c’est Lord Sandwich qui donne imperturbablement lecture du texte dans une séance parlementaire dont on peut imaginer l’ambiance : il était de notoriété publique que Sandwich avait été un des compagnons libertins de Wilkes au sein du Hell-Fire Club, que la narrataire de l’Essay on Woman, Fanny Murray, avait été sa maîtresse, et que Potter, l’auteur premier de l’Essay, avait été l’amant de madame Warburton :

Awake, my Fanny, leave all meaner things,
This morn shall prove what raptures swiving brings.
Let us (since life can little more supply
Than just a few good fucks, and then we die)
Expatiate free o’er that lov’d scene of man;
A mighty maze! for mighty pricks to scan.
(Essay 62)

26Sommé de se présenter devant le parlement, Wilkes demeure absent, blessé lors du duel qui vient de l’opposer au secrétaire du Trésor, Samuel Martin. En son absence, la chambre des communes le condamne pour avoir imprimé, non pour avoir écrit, le North Briton n° 45 – au motif de diffamation à l’encontre de la couronne – et lui retire son siège ; la chambre des Lords pour avoir imprimé, non pour avoir écrit l’Essay on Woman – au motif de diffamation à l’encontre de l’évêque Warburton. Wilkes perd donc la seconde manche, à ceci près que sa popularité se renforce encore car personne n’est dupe des manœuvres du gouvernement.

27L’Essay on Woman, texte manquant, engendre une profusion de relations transtextuelles d’une grande diversité et d’une grande richesse. Il n’est pas possible ici de s’attarder sur les textes intitulés An Essay on Woman qui paraissent dès 1763 et 1764, érotiques ou non, et dont l’un offre même une traduction française en vis-à-vis. Prétextes à défendre Wilkes, ou à satisfaire un marché mis en appétit, ils paraissent souvent plus misogynes que les 94 vers reconstruits par Cash. Mais au-delà de ces hypertextes (de l’hypertexte qu’est lui-même l’Essay on Woman de Potter et Wilkes par rapport à l’hypotexte qu’est l’Essay on Man de Pope), le déchaînement est aussi métatextuel que médiatique.

28Quelques exemples… Kidgell s’acquitte avec balourdise de son travail de dénonciateur: « As the said Proof-Sheet contained a Specimen of the most horrid Impiety and Profaneness that had ever disgraced our Religion, our Language, or our Laws, I had the Curiosity to desire to know the Origin of so daring an Instance of the Abuse of both the Liberty of the Press, and the Protection of the Government » (6). Et de citer quelques-uns des termes plutôt verts employés dans l’Essay, pour terminer par une hypothèse surprenante: « Would a serious or a good Man permit an Hour’s Perusal of this execrable Essay to his children? » (14).

  • 14  Il cite à ce propos l’observation de Dryden à propos de Short View of the Immorality and Profanene (...)

29Les répliques fusent. L’auteur d’An Expostulatory Letter to the Reverend Mr. Kidgell a beau jeu de comparer ce dernier à Collier, pourfendeur de l’immoralité du théâtre,14 d’interroger ses motifs – « Is it to excite the curiosity of the public, and make people desirous of perusing so extraordinary a performance? » (5) – et de lui demander si un homme d’église n’a pas mieux à faire, tout en avançant un argumentaire de bon sens pour défendre Wilkes: « Whoever may be the author of this work, there were but twelve copies of it printed; a demonstration that it was never intended for the inspection of the public » (6).

  • 15  « […] the Essay on Woman was not written by one person only : […] some of the greatest personages (...)

30A Full and Candid Answer to a Pamplet Called A Genuine and Succinct Narrative est encore plus percutant dans sa défense de Wilkes, avançant la thèse d’une écriture de l’Essay à plusieurs mains,15 et relativisant la responsabilité de l’auteur: « A pamphlet is written, by a society of men, mad with wine, and wanton with desire; designing, no doubt, to create a laugh among themselves. One, more hardy than the rest, ventures to print a dozen copies […] and that with the utmost precaution possible; even to the seeing them struck off himself, in order to prevent the evil from spreading » (8).

31Le texte de Kidgell a même les honneurs de la parodie, contribuant à donner un aspect jubilatoire à ces actes littéraires en série, dans The Priest in Rhyme, a Doggrell Versification of Kidgell’s Narrative: « Lord help his Rev’rence! – why he’s mad; / ‘Submitted to the public Candor,’ / Was ever such a sweet-tongued pander? » (3). La joyeuse cacophonie se fait aussi entendre dans les salles de théâtre, par exemple à l’occasion d’une représentation du Beggar’s Opera. Au troisième acte, Macheath, bandit de grand chemin et bourreau des cœurs, s’exclame : « That Jeremy Twitcher should ’peach me, I own surprised me », ce qui met la foule de spectateurs en joie ; « they saw mirrored there Lord Sandwich, betraying his former companion-in-rakery, John Wilkes » (Porter 244). Le surnom « Jemmy Twitcher » restera à tout jamais attaché à la personne de Sandwich. Il est clair pour tout un chacun que Wilkes se fait punir pour ce que d’autres commettent en toute impunité, qu’une confusion est ici volontairement organisée entre ce qui est d’ordre privé, exploité à des fins politiques, et ce qui est public.

*

  • 16  « […] en termes swiftiens, la modernité n’est que l’appellation euphémisante et cosmétique de la c (...)

32Pour mettre en perspective la créativité médiatique et la guerre des discours qu’engendre l’Essay on Woman, au cœur de la carrière de John Wilkes, il est tentant de retourner, suivant toujours l’exemple d’Alain Bony, aux textes prémonitoires de l’homme qui détestait les modernes et qui avait su mieux que tout autre leur donner vie dans A Tale of a Tub.16 Si l’on peut voir en Gulliver un double parodique et prémonitoire « du lecteur moderne en gestation dans les périodiques » (Bony, Leonora 55), il me semble par analogie possible de lire dans le texte de Swift une fable anticipée, non pas de l’affaire Wilkes en particulier, mais de l’instabilité des discours médiatiques en général.

33Au cœur du dispositif complexe de la machine satirique infernale qui met en scène les prises de parole d’une série de personae (auteur supposé, libraire, hack) avant l’ouverture d’un conte troué de digressions « in the Modern Kind » (Swift 123), figurent la parodie et l’usurpation carnavalesque d’identité, que l’on vient de voir à l’œuvre dans le contexte de l’Essay on Woman. L’auteur de l’Apologie met en garde le lecteur:

There is one Thing which the judicious reader cannot but have observed, that some of those Passages in this Discourse, which appear most liable to Objection are what they call Parodies, where the Author personates the Style and Manner of other Writers, whom he has a mind to expose. (Swift 7)

34« [T]he author » (à distinguer de l’auteur moderne, alias le hack) pourrait paraître se donner ainsi les moyens de définir et de préserver sa responsabilité et son autorité sur son texte, à ceci près qu’il conclut son Apologie par un avertissement mensonger qui remet en cause une bonne part du crédit qui pourrait lui être accordé :

The Author is informed, that the Bookseller has prevailed on several Gentlemen, to write some explanatory Notes, for the goodness of which he is not to answer, having never seen any of them, nor intends it, till they appear in Print, when it is not unlikely he may have the Pleasure to find twenty Meanings, whih never enter’d his Imagination. (Swift 20).

35Ce faisant, l’auteur Swift se prend en quelque sorte à son propre piège, comme le soulignent les éditeurs: « There is no room for doubt that Swift had a hand in the unsigned notes, if he did not write them all » (xxiii).

36A Tale of a Tub met en abyme de manière vertigineuse les questions d’autorité et de contrôle du discours, une fois celui-ci mis entre les mains de ses lecteurs. Ce conte est le cauchemar comique de l’instabilité du texte en général dans tout système de diffusion autre que manuscrit et confidentiel, et tout particulièrement dans le système médiatique où les discours se contredisent, s’empruntent, se parodient et s’interpénètrent plus vite que les auteurs ne peuvent les revendiquer. Le hack s’indigne vertueusement dans la préface des effets de la satire généralisée: « ’Tis but a Ball bandied to and fro, and every Man carries a racket about Him to strike it from himself among the rest of the Company » (52). Quant aux interprétations du sens des textes et des propos, elles sont vouées à la contradiction: « I shall venture to affirm, that whatever Difference may be found in [the deepest Scholars’s] several Conjectures, they will be all, without the least Distortion, manifestly deduceable from the Text » (185).

  • 17  Au sujet des contradictions et complexités swiftiennes, on peut lire et relire l’article d’Alain B (...)

37Ce que Swift hait dans l’idéologie moderne du hack – qui est néanmoins un de ses visages –, ce n’est pas seulement qu’elle débouche sur une révolution formelle qui se prend au sérieux et qui veut construire du sens, c’est aussi qu’elle engendre à terme l’irrésolution post-moderne, le relativisme que Swift ne comprend que trop bien, mais qu’il s’interdit d’avouer, pour des raisons civiques et morales.17 Au contraire, John Wilkes est un relativiste en acte qui, lui, ne s’interdit d’avouer aucune de ses positions. Par sa capacité à stimuler d’autres discours et à les fondre dans le sien, qui s’en fait ainsi le porteur avant de s’en séparer, il entre dans la catégorie swiftienne de la modernité. Loin de se défier de l’opinion publique, il la glorifie à l’occasion de ses combats parlementaires :

‘I have, Sir, a real pleasure in finding out, and following the opinion of the people. I will through life be faithful to their cause, I firmly and sincerely believe the voice of the People to be the voice of God. I wish always to hear it clear and distinct. When I do, I will obey it, as a divine call, with spirit and alacrity, fearless of every consequence, and dutifully submitting my own private opinion.’ (Wilkes, Controversial Letters 7-8)

38Ce panthéisme inattendu pourrait alors contribuer à expliquer le fonctionnement et les penchants démagogiques d’un discours construit à un moment significatif pour les libertés en Grande-Bretagne, dans l’interaction permise par la structure dialogique de l’essai périodique, et qui déjà nous renvoie le modèle postmoderne du déferlement des commentaires sur la toile et dans nos nuages virtuels, au sein d’un univers médiatique en expansion et de plus en plus tourbillonnant.

Haut de page

Bibliographie

Sources Primaires

Anon. An Expostulatory Letter to the Reverend Mr. Kidgell, Occasioned by His late extraordinary Publication of the Genuine Narrative of a scandalous, obscene, and exceeding [sic] prophane [sic] Libel, intituled [sic], An Essay on Woman. The Third Edition. With very Material Alterations. London: printed for J . Burd […], 1763.

Anon. A Full and Candid Answer to a Pamphlet Called A Genuine and Succinct Narrative of A Scandalous, Obscene, and exceedingly profane Libel, entitled, an Essay on Woman. By a Friend to Truth. London: printed and sold by William Griffin […], 1763.

Anon. The Priest in Rhyme, a Doggrell Versification of Kidgell’s Narrative, Relative to the Essay on Woman. By a Member of Parliament, a Friend to Mr. Wilkes, and to Liberty. London: n.p., n.d.

The Gentleman’s Magazine, and Historical Chronicle. Volume 40. For the Year 1770. London: printed at St. John’s Gate […], [1770] n.d.

Boswell, James. Life of Johnson. 1791. Revised edition, with a new introduction by Pat Rogers. Oxford: OUP, 1980.

Johnson, Samuel. The History of Rasselas, Prince of Abyssinia. In Johnson: Prose and Poetry. Selected by Mona Wilson. London: Rupert Hart-Davis, 1963.

Kidgell, John. A Genuine and Succinct Narrative of a scandalous, obscene, and exceedingly profane Libel, Entitled, An Essay on Woman, As Also, of Other Poetical Pieces Containing The most atrocious Blasphemies. Submitted to the Candour of the Public, by the Rev. Mr. Kidgell, A. M. London: printed for James Robson […], [1763] no date.

The London Magazine: Or, Gentleman's Monthly Intelligencer. For January, 1763. London, printed for R. Baldwin, at the Rose, in Pater-noster Row. Original from the University of Michigan. Hathi Trust Digital Library. 4/11/2012.
<http://babel.hathitrust.org/cgi/pt?id=mdp.39015021269322;seq=11;view=1up>

Sterne, Laurence. The Life and Opinions of Tristram Shandy, Gentleman. 1759-67. Ed Melvyn and Joan New. Volumes I-II. The Works of Laurence Sterne. Gainesville: UP of Florida, 1978.

Swift, Jonathan. A Tale of a Tub. 1704. Ed. A. C. Guthkelch et D. Nichol Smith. 2nd edition. Oxford: OUP, 1958.

Wilkes, John. The North Briton, from N° I to N° XLVI. inclusive. With several Useful and Explanatory Notes, Not printed in any former Edition. To which is added, A copious Index to every Name and Article. Corrected and Revised by A Friend to Civil and Religious Liberty. No place, [1763] no date. Digitized by the University of Toronto Libraries. 1/11/2012.
<
http://archive.org/details/thenorthbriton00unknuoft>

Wilkes, John. The Controversial Letters of John Wilkes, Esq., the Rev. John Horne and Their Principal Adherents; with a Supplement, Containng Material Anonymous Pieces, &c., &c., &c. Londres: printed by T. Sherlock, for J. Williams, 1771. Digitized by the University of Michigan. 4/11/2012.
<http://archive.org/details/controversialle00dinogoog>

­ 

Sources secondaires

Bony, Alain. Joseph Addison et la création littéraire : essai périodique et modernité. Lille : ANRT, Lille 3, 1985.

Bony, Alain. éd. Introduction. Joseph Addison : Essais de critique et d’esthétique. Pau : PU de Pau, 2004.

Bony, Alain. « Swift et la ‘philosophie’« . XVII-XVIII 58 (2004) : 235-57.

Bony, Alain. Leonora, Lydia et les autres : Étude sur le (nouveau) roman anglais du xviiie siècle. Lyon: PU de Lyon, 2004.

Cash, Arthur H. An Essay on Woman by John Wilkes and Thomas Potter: A Reconstruction of a Lost Book with a Historical Essay on the Writing, Printing, and Suppressing of this “Blasphemous and Obscene” Work. New York: AMS, 2000.

Cash, Arthur John Wilkes: The Scandalous Father of Civil Liberty. New Haven: Yale UP, 2006.

Curtis, Lewis Perry, ed. Letters of Laurence Sterne. Oxford: Clarendon, 1935.

Porter, Roy. English Society in the Eighteenth Century. Revised edition. Harmondsworth: Penguin, 1990.

Porter, Roy. John Wilkes: The Lives of a Libertine. Farnham: Ashgate, 2006.

Thomas, Peter D. G. John Wilkes‬: A Friend to Liberty‬. Oxford: OUP, 1996.

Haut de page

Notes

1  Parmi les multiples mots d’esprit de Wilkes, Cash cite sa réponse à un ami qui lui demandait comment expliquer ses succès féminins malgré son physique ingrat : « Give me but half an hour to talk away my face » (Essay 13).

2  « John Wilkes’s ambitions were encouraged early by his classical education and by the generosity of his parents in giving him the means to fashion himself as a gentleman » (Sainsbury, John Wilkes 42).

3  Les détracteurs de Wilkes, tels que Gibbon, lui reprochent ce choix de carrière politique, qu’ils jugent arriviste (Cash, Essay 9).

4  Richard Grenville, Earl Temple, beau-frère de William Pitt à qui sa carrière politique est liée, et frère aîné de George Grenville qui devient premier ministre en 1763 pour démissionner en 1765.

5  Cela n’empêchera pas Wilkes et Boswell d’être amis par la suite (Boswell 359).

6  Auteur de The Rosciad (1761), satire du monde du théâtre.

7  Critiquant l’esprit de concorde et d’obéissance prôné par George iii, Wilkes n’avait pas craint d’écrire dans le North Briton 45 du 23 avril 1763 : « A nation as sensible as the English, will see that a spirit of concord, when they are oppressed, means a tame submission to injury, and that a spirit of liberty ought then to arise, and I am sure ever will, in proportion to the weight of the grievance they feel. Every legal attempt of a contrary tendency to the spirit of concord will be deemed a justifiable resistance, warranted by the spirit of the English constitution » (North Briton 304).

8  « Parliamentary privilege could be breached only for accusations of treason, felony, or breach of the peace ; but Wilkes had committed none of these » (Cash, Essay 52). L’acte d’Habeas Corpus voté au xviie siècle (1679) par le parlement anglais, qui s’inscrit dans la tradition médiévale du writ of habeas corpus, renforce la protection contre l’arbitraire en demandant une justification judiciaire de la détention et en permettant au détenu de comparaître immédiatement. La nouveauté historique dans le cas qui nous intéresse réside dans l’extension pratique et non théorique de ce droit aux simples citoyens, arrêtés en même temps que Wilkes.

9  « The term aristocracy has a flexible meaning. In its narrowest definition, the British aristocracy meant the peers of the realm – those individuals with the right to sit in the House of Lords. Wilkes’s early ambitions were grandiose, but not unlimited: there is no evidence that he aspired to join the exclusive caste of the titled peerage, though he did seek an easy familiarity with its members, access to some of its prerogatives, and a sense of identification with its political power » (Sainsbury, John Wilkes 41).

10  Imlac conseille ainsi Nekayah dans Rasselas : « Do not suffer life to stagnate ; it will grow muddy for want of motion : commit yourself again to the current of the world » (Johnson 454).

11  Wilkes sera également accusé de diffamation pour l’impression du North Briton dans la Chambre des Communes.

12  Le nom de Warburton (1698-1779) est familier aux spécialistes de Sterne, qui avait écrit à l’évêque de Gloucester en 1760, en réponse à ses conseils de modération : « I may find it very hard, in writing such a book as ‘Tristram Shandy’, to mutilate everything in it down to the prudish humour of every particular. I will, however, do my best ; though laugh, my lord, I will, and as loud as I can too » (Curtis 115). Voir également Tristram Shandy : « But your horse throws dirt ; see you’ve splash’d a bishop » (4.20, 357). Warburton est un des points de rencontre entre Sterne et Wilkes, qui eurent par ailleurs l’occasion de se croiser en France.

13  Traduction proposée par Cash : « To seek the glorious crown for my head / There where [the muses] have not before [crowned anyone’s temples]. » De Rerum Natura I, 928-30 et IV, 3-5 (Cash Essay, 131). Par une autre forme de polysémie, l’expression « Essay on Woman » désignait également dans la correspondance entre Wilkes et Potter l’ « essai » de la vertu de l’épouse de Warburton qu’avait réalisé Potter, essai heureux pour Potter et Gertrude Warburton, et malheureux pour l’évêque, semble-t-il.

14  Il cite à ce propos l’observation de Dryden à propos de Short View of the Immorality and Profaneness of the English Stage (1698) : « that a Clergyman might be much better employed, than in rummaging plays for bawdy and blasphemy » (3).

15  « […] the Essay on Woman was not written by one person only : […] some of the greatest personages in this kingdom, not only knew that there was such a work in being six or seven years ago, but […] they themselves assisted in putting it together » (7).

16  « […] en termes swiftiens, la modernité n’est que l’appellation euphémisante et cosmétique de la corruption et de la dégénérescence. La nouveauté […], le changement pour le changement, l’innovation systématique et dans tous les domaines de l’existence morale et sociale aussi bien qu’esthétique et spirituelle de l’homme, tout cela représente pour Swift la non-valeur par excellence, celle de l’irrémédiable négativité » (Bony, Leonora 55).

17  Au sujet des contradictions et complexités swiftiennes, on peut lire et relire l’article d’Alain Bony, « Swift et la ‘philosophie’ ». 

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Madeleine Descargues-Grant, « L’Essay on Woman dans la carrière de John Wilkes : le basculement de l’œuvre ouverte au lecteur vers le discours médiatique », XVII-XVIII, HS3 | 2013, 193-209.

Référence électronique

Madeleine Descargues-Grant, « L’Essay on Woman dans la carrière de John Wilkes : le basculement de l’œuvre ouverte au lecteur vers le discours médiatique », XVII-XVIII [En ligne], HS3 | 2013, mis en ligne le 15 juillet 2016, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/1718/687 ; DOI : 10.4000/1718.687

Haut de page

Auteur

Madeleine Descargues-Grant

Madeleine Descargues-Grant est Professeur de littérature anglaise à l’Université de Valenciennes (Lille Nord de France, UVHC). Depuis son premier ouvrage, Correspondances (1994), étude littéraire des lettres de Sterne, elle a publié Prédicateurs et journalistes (2004), consacré à la littérature périodique et religieuse chez Swift, Addison, Fielding et Sterne, ainsi que Tristram Shandy: Laurence Sterne (avec Anne Bandry-Scubbi, 2006). Elle a édité deux ouvrages sur l’Encyclopédie, Les Sources anglaises de l’Encyclopédie et Récit de voyage et Encyclopédie (2005, 2011), à côté de nombreux articles dans des revues françaises et internationales sur les traces de l’empreinte culturelle des Lumières britanniques dans notre modernité. Elle poursuit parallèlement une activité de traduction.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals