Navigation – Plan du site
Modernes et 'antimodernes'

De la Bassette au Whist : les jeux d’argent comme modèle de transfert culturel entre la France et l’Angleterre au XVIIIe siècle

Denis Reynaud
p. 211-225

Texte intégral

  • 1  Rappelons les plus significatifs : Béat Louis de Muralt, Lettres sur les Anglais et les Français e (...)

1L’abbé Jean-Bernard Le Blanc publia les trois volumes de ses Lettres d’un Français sur les Anglais en 1745. Il s’agit d’une collection de 92 lettres écrites à diverses célébrités du temps (Buffon, Montesquieu, Crébillon, Maupertuis…) par un bon connaisseur de la langue et du pays : traducteur de Hume, l’abbé avait séjourné en Angleterre entre 1737 et 1739. Dans le genre alors assez florissant des essais comparant les institutions, les mœurs et les productions culturelles anglaises et françaises,1 les Lettres de Le Blanc connurent un certain succès qui leur valut d’être plusieurs fois rééditées. La cinquième et dernière édition, assez largement augmentée, parut en 1758, à Lyon. L’ouvrage avait semblé assez important à Alain Bony pour qu’il me propose que nous collaborions à une première édition moderne ; projet qui fut interrompu par la maladie.

2À partir de trois lettres de Le Blanc, notre propos est ici d’explorer la question des transferts culturels entre la France et l’Angleterre au xviiie siècle. Ces lettres traitent d’un domaine – les jeux d’argent – dont nous essaierons de montrer qu’il est sinon tout à fait central, du moins représentatif d’un système d’échanges beaucoup plus large.

*

3La lettre 77, adressée à l’abbé Sallier, est consacrée au théâtre anglais. Elle fait partie de celles qui furent considérablement déve­loppées dans l’édition de 1758, jusqu’à constituer une « Critique du théâtre anglais » de 110 pages. Sur un ton sarcastique, Le Blanc donne les recettes qui font le succès des pièces dans le genre anglais :

Une déclaration d’amour aux échecs est peut-être ce qu’on peut imaginer de plus heureux et de plus théâtral (a). Si le mari les surprend, la scène n’en devient que plus intéressante ; en continuant à se parler à double sens, on se dira les plus jolies choses du monde, sans qu’il y comprenne rien, et il applaudira lui-même à toutes les agaceries que l’on fera à sa femme. À ce jeu encore, l’écolier sera le maître.

Le cas peut arriver aussi, que votre esprit soit tellement épuisé, que vous ne sachiez plus que faire dire à vos acteurs, et que cependant vous ayez besoin d’eux pour ce qui doit suivre, alors ayant disposé la scène, comme je l’ai proposée, vous êtes maître d’arranger entre eux différentes parties de Whisk (b).

  • 2  John Fletcher, The Spanish Curate, 1622.

(a) Le Vicaire espagnol,2 acte iii, scène 4.
(b) Sorte de jeu de cartes qui se joue en Angleterre. (Lettre 77)

4Le passage est remarquable à deux titres au moins : d’abord parce que 1758 est précisément l’année du Père de famille de Diderot, drame qui, commençant par une scène de jeu (une partie de trictrac en l’occurrence), est coupable des facilités anglaises que Le Blanc déplore. Ensuite parce que nous sommes en présence d’une des premières mentions en français d’un jeu alors presque inconnu – le whist –, quelques années avant la publication de l’Almanach du whisk, traduction du traité d’Edmond Hoyle, qui marquera, en 1764, le début de la mode de ce jeu en France.

*

5La lettre 81 est adressée à Buffon, depuis Newmarket, ville célèbre pour ses courses de chevaux. Elle s’intitule : « Sur la passion qu’ont les Anglais pour les jeux de hazard, sur les inconvénients du jeu examinés dans son principe. Sur l’esprit de calcul familier aux Anglais, et l’habitude qu’ils ont de l’étendre à tout » :

Les Anglais se ruinent tous les jours aux jeux de hasard, dont ils font leur principale étude. Ils sont accoutumés à calculer les probabilités dans les événements dépendants de la politique et du commerce, parce qu’ils se regardent comme ayant part aux affaires publiques […]. L’esprit de combinaison, qui est nécessaire pour cette espèce de calcul, est plus commun chez les Anglais que chez leurs voisins, parce que les premiers sont plus portés à la réflexion. La vivacité naturelle des Français les empêche souvent de réfléchir assez sur ce qui les intéresse le plus. Il arrive souvent parmi nous, que le seul hasard décide de nos actions les plus importantes ; les Anglais, qui pensent davantage, veulent soumettre le sort même à la décision de leurs calculs […], aussi le jeu est plutôt chez eux comme une étude, qu’un amusement de société. (Lettre 81)

6Utilitarisme vs insouciance : Le Blanc donne à cette ethnologie comparée de comptoir un ton qui mêle admiration et critique, étonnement et commisération, et qui caractérise l’ensemble des Lettres. Chez lui, les piques contre l’Angleterre sous toujours accompagnées de reproches symétriques visant la France. Ainsi dans la lettre 46 :

  • 3  Nous citons l’édition de 1758. Dans celle de 1745, Le Blanc écrit : « sur un sopha ».
  • 4  1745 : « Cavaniole ». D’origine italienne, le cavagnole, variante du biribi, est une sorte de loto (...)

Tout violent qu’est l’exercice de la chasse, les femmes en Angleterre paraissent l’aimer presque autant que les hommes […]. On nous reproche, et ce n’est pas sans fondement, d’avoir porté en France la mollesse jusqu’à l’excès. […] Parmi nous, à la campagne même, une femme de condition passe la matinée dans son lit, l’après-dîné sur sa chaise longue,3 et le soir autour d’une table de Cavagnole.4

7Élargissons maintenant notre corpus pour tenter une petite histoire des rapports entre la France et l’Angleterre sous l’angle des jeux d’argent. Il convient de distinguer quatre moments.

Influence française

8La première vague d’influence se manifesta à la fin du xviie siècle, notamment avec la bassette, introduite à la cour de Charles II en 1682 par un dénommé Morin ou Maurin. La bassette, vieux jeu italien, n’était arrivée à Paris qu’en 1678 dans les bagages de l’ambassadeur de Venise ; mais en Angleterre, elle fut d’emblée ressentie comme un pur produit français :

Basset, a French game. This game among all those on the cards, is accounted to be the most courtly, being properly, by the understanders of it, thought only fit for Kings and Queens, great Princes, Noblemen, etc. (Cotton 30)

A fine lady goes to church for fashion’s sake, and to the basset-table with devotion. […] The persecution of Basset in Paris furnished us with that refugée. (Farquhar 4.1 & 4.2)

  • 5  « Au reste, les grands joueurs de ce pays-ci, qui d’ordinaire ne sont pas grands géomètres, sont d (...)

9En 1701, le terme de « refugée » est bien sûr une allusion ironique à la révocation de l’édit de Nantes, qui avait conduit à Londres nombre de protestants français (dont le mathématicien Abraham de Moivre, auteur en 1718 d’une Doctrine of chances, oracle des parieurs anglais) ;5 mais il désigne, en l’occurrence, une autre classe plus ancienne d’émigrés politiques, tel Saint-Evremond et la petite cour de la duchesse de Mazarin, entourée de divers parasites et joueurs professionnels.

  • 6  La liste serait trop longue des expressions françaises relatives au jeu adoptées par l’anglais. Po (...)

10La bassette s’acclimata si bien en Angleterre qu’elle y fut jouée jusqu’au milieu du xviiie siècle, après qu’elle eut disparu de France et du reste de l’Europe. Elle fit ensuite place au faro (pharaon) puis au rouge et noir, variante purement anglaise (malgré son nom) du trente et quarante. Mais le français demeura la langue des jeux de hasard : « The French language is always used in playing this game. Votre jeu est-il fait ? Is your game made ? or Votre jeu est-il prêt ? Is your game ready ? or Le jeu est prêt, messieurs » (Faro 65-66).6

  • 7   En effet, tout comme l’hombre (el renegado), le piquet, ce symbole d’identité culturelle, censé i (...)

11Au début du siècle, les jeux de cartes français, ou supposés tels,7 firent rage dans la bonne société, où ils supplantèrent les jeux de cartes autochtones (all fours, brag, cribbage, crimp, gleek, loo, post, put…). Le provincial qui débarquait à Londres était immédiatement soumis aux influences étrangères: « The first thing they’ll do will be to strip ’em of they country customs, and instead of the aukward games of Whisk and Lue teach ’em the more agreeable ones of Piquet, Basset, and Ombre » (Burnaby 3).

  • 8  On appelait alors ainsi : « un petit jeu qui ne doit ni ruiner ni troubler ; un jeu où la politess (...)
  • 9  Lettre de Thomas Gray à Swift, Londres, 22 octobre 1726.

12Un autre jeu occupa longtemps une grande place dans la vie culturelle anglaise : le quadrille. Cette variante à quatre joueurs de l’hombre espagnol, inventée sous la Régence, n’est pas un jeu de hasard comme la bassette, mais un jeu « de commerce »,8 qui connut une grande mode dans les années 1720, de part et d’autre de la Manche : « I cannot find amusement without Quadrille, which here is the universal employment of life ».9

  • 10  Pride and Prejudice fut rédigé pour grande partie en 1796-97. En 1822, on publiait encore un Quadr (...)

13En France, le quadrille disparut vers 1760, remplacé, nous le verrons, par le whist. Mais dans la littérature anglaise, il demeura jusqu’à la fin du siècle un des jeux représentatifs de la vie des salons ; peut-être parce que, à la différence du whist, il autorise et même encourage la conversation. De Fielding (« Since the ladies have divided their time between cards and reading, a man, to be agreeable to them, must understand something of books, as well as Quadrille » 5) à Austen (« She had sent for him the Saturday before, to make up her pool of quadrille in the evening » 1.14),10 c’est une sorte de version féminine et légèrement vieillote du whist, occupation de mâles taciturnes.

Réaction anti-française

  • 11  The Monthly Review, juillet 1768, 67. Depuis le début du xviie siècle on appelait « académies de j (...)

14En matière de jeux, comme plus généralement de mœurs, la frivole France est tenue pour la source du mal, la cause de la décadence des vertus anglo-saxonnes. Elle joue, vis-à-vis de l’Angle-terre, le même rôle symbolique que l’Italie vis-à-vis de la France: « It is the honour of Paris to take the lead in all the useless arts, but the toleration of such fatal public academies, is a refinement which we hope they will preserve the exclusive privilege of enjoying. »11

15Le pays est donc prêt pour une campagne de reconquête des valeurs ancestrales perdues, qui s’appuie d’abord sur le whist, « the only genuine English game » (The Humours of Whist, Prologue). En mai 1743, au début de la guerre de Succession d’Autriche, paraît un pamphlet anonyme qui résume bien cet état d’esprit de risorgimento :

As long as Quadrille and Ombre were the games in vogue, we certainly were under French influence. Whereas now Whist is come in fashion, you see our politics are improv’d upon us. […]

  • 12   Lord Carteret avait succédé à Robert Walpole en 1742.

I think the spirit of the new ministry12 may be fairly ascribed to this turn of taste in favour of Whist. […] Now Whist, my Lord, is the only genuine old English game, which shews the genius of the nation as to its understanding […]. Our solidity is shewn in the gravity observed in playing the game: our judgement is shewn in playing it well: and the choice we make of partners affords a fine lesson to our statesmen, never to go to war without good allies. (The Humours of Whist 17-18, 29)

16Le whist n’est donc pas seulement une métaphore politique, l’image d’une nouvelle fierté anglaise : il donne une « leçon » ; il est l’instru-ment même du redressement.

There’s Ombre and Quadrille; they are light and superficial, partaking of the humour of their airy inventors, the French. […]

  • 13   Une des caractéristiques du piquet est qu’on peut en effet écarter les cartes que l’on a d’abord (...)

I would recommend it [Piquet] as a perfect emblem of French faith, which sacrifices everything to its interest, by adhering to, or departing from treaties, as they happen to clash, or coincide with her present views; and this I think is plainly exemplify’d in keeping or discarding, such cards as suit or do not suit, with your purpose. (The Humours of Whist, 32-33)13

17Il faut bien sûr faire la part de l’humour dans cette attaque contre l’ennemi héréditaire, puisque le pamphlet est aussi, simultanément, une satire des travers anglais et une critique de l’extraordinaire succès du traité d’Edmond Hoyle, A Short Treatise on the Game of Whist, qui, publié l’année précédente, avait fait d’un vieux jeu populaire (whisk and swabbers) l’occupation principale des classes aisées. L’humour semble en revanche absent d’un éloge versifié du whist qui correspond à une nouvelle poussée de chauvinisme, au moment de la Révolution française :

Let nice Piquette the boast of France remain,
And studious Ombre be the pride of Spain;
Invention’s praise shall England yield to none,
While she can call delightful Whist her own;
[…]

That random strokes disgrace our play no more,
But skill presides, where all was chance before.
(Thomson 2.64-67, 1.125-26)

18Les jeux français, superficiels, admettent l’arbitraire et encouragent la fausseté ; tandis que le whist promeut la fermeté et la collaboration.

Influence anglaise

19À ces diverses influences françaises sur l’Angleterre, avait répondu, dès les premières années du siècle, un flux inverse. Plus souterrain, celui-ci était néanmoins perceptible dans la pratique des paris, ressentie en France comme une importation déplorable :

L’amour des folles gageures est un autre goût national, que les plus sages lois de l’Angleterre n’ont encore pu abolir. […] La façon d’affirmer une chose en anglais, est de dire, dix contre un que cela est vrai. (Delaporte, t. xvii 456-58)

L’usage des paris est devenu si à la mode en France depuis quelques années, qu’il n’est plus possible d’avancer un fait publiquement, sans que dix personnes ne vous offrent aussitôt de parier contre ce que vous dites. C’est une manière de donner un démenti qui ne s’accorde guères avec la politesse française, et que nous n’aurions jamais dû imiter de nos voisins. (Duplessis t.iv 233-34, note)

  • 14  L’expression est de Saint-Simon : « Je proposai à Cani, que j’interrompis, de parier quatre pistol (...)

20« Soutenir à l’anglaise »,14 c’est renoncer à persuader par la parole, à construire un argument. Le chevalier de Jaucourt fut un des rares, dans l’Encyclopédie, à considérer la pratique des paris comme un symptôme politique favorable : « En Angleterre, où le gouvernement est libre, on y fait sans cesse des gageures sur toutes sortes d’événements contingents ».

  • 15  Almanach du Whisk ou Traité du jeu du Whisk, […] par Edmond Hoyle, 1765. Une édition revue, corrig (...)
  • 16  « Mes voisins et mes voisines jouent après dîner un jeu anglais que j’ai beaucoup de peine à prono (...)
  • 17  Il est significatif qu’Alexandre Dumas, reprenant cet épisode dans une nouvelle intitulée Le Testa (...)

21Mais l’influence anglaise ne se fit pas nettement sentir avant 1763. En février de cette année-là, le Traité de Paris marqua la fin de la guerre de Sept ans en affirmant la position de la Grande-Bretagne comme première puissance mondiale. Ce n’est pas une coïncidence si l’année suivante vit la publication de la première traduction française du Short Treatise de Hoyle.15 Dès lors, sous le nom de visk, whisk, whiste, wisch, wischt, wisck, wishk, wisk, wisth, wistk ou witchs,16 le jeu envahit le continent. Il eut tôt fait de gagner Versailles. Le marquis de Chauvelin tombe mort après avoir joué une partie avec le vieux Louis xv (Mémoires secrets, 24 novembre 1773).17 Soixante ans plus tard, dans une scène racontée par Chateaubriand, c’est encore le whist qui absorbe Charles x tandis que la Révolution de juillet fait rage.

22L’abbé Coyer établit clairement le lien entre la suprématie militaire et une domination culturelle protéiforme : « Depuis que ces gens-ci nous ont dépouillés dans les deux Indes et en Afrique, nous avons pris d’eux beaucoup de choses, leurs jardins, leur Vauxhall, leur Ranelagh, leurs drames bien noirs, leur wisk, leur punch, leurs courses de chevaux et leurs gageures » (66).

23Dès 1765, l’Encyclopédie avait proposé, toujours sous la plume de l’anglophile et protestant Jaucourt, un double éloge de la Grande-Bretagne triomphante et de son jeu emblématique.

Whisk ou Whist, jeu de cartes, mi-parti de hasard et de science. Il a été inventé par les Anglais, et continue depuis longtemps d’être en vogue dans la Grande-Bretagne. C’est de tous les jeux de cartes, le plus judicieux dans ses principes, le plus convenable à la société, le plus difficile, le plus intéressant, le plus piquant et celui qui est combiné avec le plus d’art.

  • 18  Les mots du whist se répandirent également, au premier rang desquels celui de partner, partener, p (...)

24Au whist et aux qualités morales et intellectuelles qu’il requiert et développe,18 Jaucourt oppose point par point le reversi, jeu littéralement pervers, dont il fait une sorte de concentré des tares de la monarchie française :

  • 19  Spadille : as de pique, atout dominant dans les jeux de la famille de l’hombre. Quinola : valet de (...)

Il [le whisk] est infiniment plus judicieux dans ses principes que le reversi, et plus convenable à la société, parce qu’on sait d’avance ce qu’on peut perdre dans une partie ; et qu’on ne vous immole point à chaque coup, en vous faisant des compliments que dicte le mensonge. On n’y donne point de prérogative despotique à une seule carte, et l’on n’y connaît point de dictateur perpétuel, comme est le redoutable spadille ou le maudit quinola.19

25Le whisk est bien éloigné de tendre à aiguiser méchamment l’ima-gination, comme fait le reversi, par une allure contraire au bon sens.

*

26Peu de temps après le whist, apparut en France un jeu qui remit à la mode les jeux de dés, quelque peu tombés en désuétude depuis le xviie siècle : le craps.

Le comte d’Artois et beaucoup d’autres gros joueurs étaient depuis deux heures à une grosse partie de creps, lorsque le prince s’aperçut, pendant que M. de Chalabre, qui avait gagné, tenait les dés, qu’il y en avait un ou deux marqués. On arrêta sur-le-champ le coup que M. de Chalabre avait gagné. Celui-ci, dont la probité passe pour intacte et à l’abri de tout soupçon, prétendit que comme on avait joué toute la soirée avec les mêmes dés, son coup devait être aussi bon que ceux qui avaient précédé. La galerie prétendit le contraire, mais personne n’osa juger positivement le coup. On a consulté les Anglais qui se trouvent à Paris : aucun n’a voulu prononcer. Le comte d’Artois a pris le parti d’envoyer un courrier en Angleterre. On attend la décision qu’il apportera. (Correspondance secrète inédite, 4 novembre 1780)

  • 20  On écrivait aussi crabs, craps, creps, cresp, krabs, kraps ou kreps.
  • 21  Si le jeu s’appelle aujourd’hui craps dans les casinos du monde entier, c’est après un détour par (...)

27On a là un bel exemple de snobisme anglophile à la cour du frère du roi, puisque le craps20 n’est guère qu’une variante du très vieux jeu français de la chance, lequel s’était développé en Angleterre non pas sous le nom de craps mais sous celui de hazard.21

28Outre ces jeux particuliers, l’influence anglaise sur les mœurs parisiennes se manifesta plus profondément par une nouvelle forme de sociabilité : le club.

Prononcez clob. Nom qu’on donne, en Angleterre, à des sociétés qui se forment dans différentes vues, et quelquefois pour le simple amusement. Elles joignent à ce nom divers titres qui les distinguent. Elles ont des lieux d’assemblée, et des lois, qu’elles s’imposent selon leur objet. (Prévost)

  • 22  Le mot club prendra un sens exclusivement politique sous la Révolution, avant d’être progressiveme (...)

29En 1736, la création de White’s, à Londres, avait marqué la naissance du gentleman’s club, élitiste et codifié. Mais les clubs qui s’ouvrirent à Paris, un demi-siècle plus tard, sous l’apparence de sociétés masculines prétendument choisies, furent avant tout de véritables temples du jeu : version chic des académies de jeu. Il s’agit donc d’une institution anglaise détournée de sa fonction première,22 et bientôt dans le collimateur de la justice et des moralistes :

C’est par une ordonnance de police affichée en gros caractères sur les murs de chaque appartement du Salon des Arcades, de la Société Olympique et des autres clubs du Palais-Royal que tous les jeux y sont interdits. […] Le Club de la comédie italienne appelé éminemment le Sallon, renommé pour les pertes énormes qui s’y font, pour les acteurs presque tous joueurs effrénés, continue d’offrir ce spectacle scandaleux. (Mémoires secrets, 10 mars 1785).

Réaction anti-anglaise

30L’enthousiasme pour toutes choses venues de Londres suscita évidemment chez certains une réaction de rejet proportionnée. Les manies anglaises n’étaient-elles pas en train de détruire le vieux savoir-vivre français ? Un lecteur du Journal de Paris s’alarme de voir une nouvelle ségrégation des sexes menacer la galanterie, telle qu’elle s’était épanouie dans les salons et les conversations :

Je blâme les Clubs, mais je blâme bien davantage les femmes […]. J’en appelle aux femmes : les hommes ont-ils tort ? N’est-il pas tout simple qu’ils préfèrent s’assembler entre eux que d’aller se faire écrire à des portes ? Voulez-vous, Mesdames, faire tomber tous les Clubs, rendre les hommes galants, polis, attentifs ? vous pouvez le faire à peu de frais : sachez toutes entretenir la conversation ; apprenez les jeux de société. (Journal de Paris, 1er avril 1785)

31Cette nostalgie d’un âge d’or ou, pour parler comme Talleyrand, d’une « douceur de vivre », fut donc sensible dès avant 1789 ; mais elle fut bien sûr accentuée par la Révolution française. Madame de Genlis fait du piquet la synecdoque d’un Ancien Régime définiti­vement révolu : « Le vénérable piquet est seul resté intact et dans sa pureté primitive : aussi a-t-il fort peu de vogue aujourd’hui » (« Jeux »). Or, tout autant que les sans-culottes, les responsables de ce suicide culturel sont les Anglais :

Il faut exécrer les jeux anglais : ou bien ce ne sont pas des jeux, comme le whist ; ou bien ce sont des exercices d’arithmétique, comme le cribbage, qui a en Angleterre la réputation d’être utile aux jeunes gens qui font des études commerciales. (Boiteau d’Ambly 307)

32On retrouve là le même topos que chez Le Blanc un siècle plus tôt : l’Anglais est un calculateur qui ne sait pas s’amuser ; mais la critique est désormais plus violente, car débarrassée de sa dimension d’étonnement admiratif. Le salut de la France demandait donc que l’on organisât une riposte. Faute de s’attaquer aux causes de la décadence, on s’en prend à ses signes, tel le whist :

Marquise, ferons-nous un whisk ? Non, madame, dit-elle avec un peu de colère ; je suis lasse des rubans à la grecque, des chenilles à l’anglaise, et de votre whisk éternel. […] Il y a de la différence de ce jeu-là au piquet et au reversi, comme d’une tragédie de Corneille à une parade. (Durey de Sauvoy 5-6)

  • 23  Le Cressendo, jeu de cartes inventé par M. de B***, ingénieur des Ponts et Chaussées, n’eut pas pl (...)

33On inventa alors des jeux de cartes, tel le francion, qui réaffirmait notamment la suprématie du roi, ou le zinzolin : « Nous osons espérer que le Zinzolin aura la gloire de proscrire le triste Wisk, dont les langueurs sont venues mettre le comble aux ennuis de notre oisiveté » (Luneau de Boisjermaint t 6, 64-72).23

34On n’hésita pas à faire appel à des forces étrangères, en important tardivement un jeu italien du xviie siècle qui se jouait également entre quatre joueurs et ressemblait un peu au désormais caduc quadrille :

35Les trois Sept ou Trisette est le dernier des grands jeux de commerce que nous ayons naturalisé en France ; il est originaire de Naples, et il commence déjà à faire grand tort au Wisch, et à obtenir la préférence dans la plupart des sociétés : effectivement il est moins appliquant, moins rigoureux ; il inspire cependant autant d’intérêt, et l’on peut y faire d’aussi grands coups. (Contant d’Orville, 392).

  • 24  On écrivait aussi tre-sette, tre-sept, tresete, tresette, tresset, tricet, tricette, trisept, tris (...)

36Le tressette24 connut un certain succès en France et en Europe dans les années 1770-80, sans toutefois détrôner le whist. Mais au même moment, c’est-à-dire pendant la guerre d’Indépendance amé-ricaine, apparut un nouveau jeu de cartes :

  • 25  L’entrée est datée de 1776, ce qui est douteux, dans la mesure où on ne trouve pas d’autre référen (...)

L’insurrection américaine prit partout comme une mode ; le savant jeu anglais, le wisk, se vit tout à coup remplacé dans les salons par un jeu non moins grave qu’on nomme le « boston ». (Ségur i, 77)25

Le Boston est devenu le nom d’un nouveau jeu ; et si cet enthousiasme dure, on s’habillera à la Washington, on se frisera à l’indépendante, on aura des boucles et tabatières et des cannes à la Franklin. C’est ainsi que les grands événements marquent leur passage. (Journal helvétique, novembre 1782, 32)

37Le boston était promis à un plus bel avenir que les jeux précités ; on y joue encore chez Balzac, Dumas et Flaubert. Tout au long du xixe siècle, il fut un rival français du whist et sa mode ne cessa vraiment qu’à l’avènement du bridge. En 1886, le Daily Telegraph saluait encore le boston, « The French national game of Boston, which was invented in honour of a certain transatlantic infusion » (10 juin 1886).

  • 26  Le compas de proportion avait été perfectionné par Galilée ; le second exemple est quelque peu par (...)

38Le cas du boston offre une situation assez inédite, puisque les Français affublèrent d’un nom étranger un jeu d’invention très probablement française. Cet étonnant renversement (historiquement, on avait considéré comme français des jeux d’origine étrangère, tels la bassette, l’hombre, le piquet ou le reversi) est une manière de renoncement à l’hégémonie culturelle. Voltaire dit bien ce dégonflement de l’ego national, cette déprime collective qui suivit la guerre de Sept ans : « Toute industrie en France n’a-t-elle pas été très tardive ? Et depuis le jeu des cartes, reconnu originaire d’Espagne par les noms de spadilles, de manilles, de codilles, jusqu’au compas de proportion et à la machine pneumatique26, y a-t-il un seul art qui ne lui soit étranger ? » (Supplément à l’Essai sur les mœurs, XXI, 8).

  • 27  Un siècle plus tôt, Jacques Perrache avait dit à peu près la même chose en vers : « Toutes les nat (...)

39La France ne se voit plus désormais comme le lieu d’où tout rayonne, mais comme celui où tout conflue et s’acclimate. Mais l’apparent déclinisme de Voltaire renoue en fait avec une vieille conception de la nature de la culture française, qu’un siècle de triomphalisme avait quelque peu occultée et qu’exprimait joliment un manuel de jeux de 1685 : « Les Français, qui pour l’ordinaire ne s’attachent pas trop à inventer, se servent heureusement des inventions étrangères ; et dans des choses qui regardent l’utilité et le plaisir, il me semble qu’ils enchérissent presque toujours sur les inventeurs » (Le Royal Jeu de l’Hombre et du Piquet 5).27

*

40Les jeux auxquels une nation joue ne sont jamais indifférents ; ils sont le reflet de l’image qu’elle a d’elle-même et qu’elle entend donner au monde. Leur mode est liée à la situation politique internationale, et ils sont la manifestation d’influences plus larges et plus profondes : de même que la Renaissance italienne et le Siècle d’or espagnol avaient promu la prime (primiera) et l’hombre, respectivement, comme les grands jeux de cartes européens des xvie et xviie siècles, de même l’avènement du whist a accompagné une domination intellectuelle de l’Angleterre sensible au même moment dans la littérature et les sciences. À ce titre, l’étude des transferts culturels ne devrait pas négliger les jeux. C’est une des leçons que l’on peut retenir de la lecture de Le Blanc.

Haut de page

Bibliographie

Anonyme. Faro and Rouge et Noir; the Mode of playing, and Explanation of the terms used at both games […]. London: Debrett, 1793.

Anonyme. The Humours of Whist. A Dramatic Satire, As Acted Every Day at White’s and Other Coffee-Houses and Assemblies. London : Roberts, 1743 ; repub. en 1753 sous le titre The Polite Gamester ; or, Humours of Whist.

Anonyme. Le Royal Jeu de l’Hombre et du Piquet (1685). Édition augmentée, La Haye : Jacob van Ellinckhuysen, 1712.

Austen, Jane. Pride and Prejudice. London : Egerton, 1813.

Boiteau d’Ambly, Paul. Les Cartes à jouer. Paris: Hachette, 1854.

Burnaby, William. The Ladies Visiting-Day. A Comedy. London : Buck, 1701.

Contant d’Orville, André-Guillaume. Mélanges tirés d’une grande bibliothèque. Paris: Moutard, 1779.

Cotton, Charles. The Compleat Gamester, or, Instructions how to play at billiards, trucks, bowls, and chess together with all manner of usual and most gentile games either on cards or dice (1674). London : Brome, 1709.

Coyer, Gabriel-François. Nouvelles Observations sur l’Angleterre. Paris : Duchesne, 1779.

D’Urfey, Thomas. A Fool’s Preferment. London : Purcell, 1688.

Delaporte, Joseph. Le Voyageur français. Paris : Cellot, 1773.

Dumas, Alexandre. Le Testament de M. de Chauvelin. Paris : Arpin, 1849.

Duplessis, Pierre. Mémoires de Sir George Wollap. Londres : Hookham, 1788.

[Durey de Sauvoy, Joseph, marquis du Terrail], Francion, l’anti-whisk. Paris: Musier, 1765

Farquhar, George. Sir Harry Wildair. London: Knapton,1701.

Fielding, Henry. Love in several Masques, a Comedy. London : Watts, 1728.

Genlis, Mme de. Dictionnaire critique et raisonné des étiquettes de la cour. Paris: Mongie, 1818.

Gray, Thomas. Works. London: Harding, 1825.

Hoyle, Edmond. A Short Treatise on the Game of Whist. Containing the Laws of the Game […]. By a Gentleman. Bath, 1742.

Hoyle, Edmond. Almanach du Whisk ou Traité du jeu du Whisk, […] par Edmond Hoyle. Amsterdam : Prault, 1765.

Le Blanc, Jean-Bernard. Lettres d’un Français sur les Anglais. Paris, 1745, 3 vols. ; 5e éd. augmentée, Lyon, 1758.

Luneau de Boisjermain, Pierre-Joseph-François (Ch.-Fr. Toustain, marquis de Lumesy). Le Zinzolin, jeu frivole et moral. Amsterdam, 1769.

Muralt, Béat Louis de. Lettres sur les Anglais et les Français et sur les voyages. 3 vol. (Sans lieu.) : 1725-26.

Orozco, Sebastian de Cobarruvias. Tesoro de la Lengua Castellana o Española. Madrid,1611.

Perrache, Jacques. Le Triomphe du Berlan, où sont deduites plusieurs des tromperies du jeu […] par le capitaine I. Perrache, gentilhomme provençal. Paris : Guillemot, 1585.

PrÉvost, Antoine-François. Manuel lexique (1750). Paris : Didot, 1755. Éd. augm. par C. Duboille, Paris, 1788.

Quanti, Q. (pseud.). Quadrille Elucidated. Being a Historical, Critical and Practical Treatise on that Admired Game. Cheltenham : Williams, 1822.

Saint-Simon, Louis de Rouvroy, duc de. Mémoires. Éd. Chéruel, 1856, tomes 1 (1691) à 20 (1723).

SÉgur, Louis-Philippe, comte de. Mémoires. Paris : Eymery, 1824-1826.

Thomson, Alexander. Whist: A Poem In Twelve Cantos. London : Bell, 1791.

Voltaire. Histoire du siècle de Louis XIV. La Haye : J. Neaulme,1752

Voltaire. Remarques pour servir de supplément à l’Essai sur les mœurs. Genève, Cramer : 1763.

Voltaire. L’Homme aux quarante écus. Genève, 1768.

Haut de page

Notes

1  Rappelons les plus significatifs : Béat Louis de Muralt, Lettres sur les Anglais et les Français et sur les voyages, 1726 ; Voltaire, Lettres anglaises, 1733 ; Antoine-François Prévost, Le Pour et le contre, 1733-1740 ; Joseph Delaporte, Le Voyageur français, t. xvii: 1773 ; Pierre-Jean Grosley, Londres, 1770 (New Observations on England and its Inhabitants, 1772) ; Gabriel-François Coyer, Nouvelles Observations sur l’Angleterre, 1779.

2  John Fletcher, The Spanish Curate, 1622.

3  Nous citons l’édition de 1758. Dans celle de 1745, Le Blanc écrit : « sur un sopha ».

4  1745 : « Cavaniole ». D’origine italienne, le cavagnole, variante du biribi, est une sorte de loto qui fut à la mode à la cour de Louis XV de 1737 jusque dans les années 1750.

5  « Au reste, les grands joueurs de ce pays-ci, qui d’ordinaire ne sont pas grands géomètres, sont dans l’habitude de consulter sur les rapports des hasards, ceux qui ont le plus de réputation en ce genre. M. de Moyvre donne tous les jours de ces consultations au café de Slaughter, comme quelques médecins en donnent sur des maladies dans différents cafés de Londres » (Le Blanc, 1758 lettre 81).

6  La liste serait trop longue des expressions françaises relatives au jeu adoptées par l’anglais. Pour la seule Bassette : « ’Tis the most courtly, the most grand, the most graceful game. And has the finest terms in’t that e’er were heard : As thus now ! First, there’s the Fasse, then the Alpieu, or Paroli, the Sept & le va, Quinze & le va, Trent & le va, Sonicà, nay sometimes the Soisant & le va » (D’Urfey 1.1).

7   En effet, tout comme l’hombre (el renegado), le piquet, ce symbole d’identité culturelle, censé incarner l’idéal de sociabilité française, vient… d’Espagne où il était connu sous le nom de ciento, ou cientos : « juego ingenioso y muy usado en España » (Orozco).

8  On appelait alors ainsi : « un petit jeu qui ne doit ni ruiner ni troubler ; un jeu où la politesse et l’esprit aient lieu » (Muralt 273). Muralt soutient que « l’enjouement » caractérise la façon française de jouer.

9  Lettre de Thomas Gray à Swift, Londres, 22 octobre 1726.

10  Pride and Prejudice fut rédigé pour grande partie en 1796-97. En 1822, on publiait encore un Quadrille Elucidated. Being a Historical, Critical and Practical Treatise on that Admired Game.

11  The Monthly Review, juillet 1768, 67. Depuis le début du xviie siècle on appelait « académies de jeu » des lieux publics tolérés par la police où l’on jouait des jeux d’argent. On en comptait environ 200 à Paris en 1720.

12   Lord Carteret avait succédé à Robert Walpole en 1742.

13   Une des caractéristiques du piquet est qu’on peut en effet écarter les cartes que l’on a d’abord reçues, pour en prendre d’autres, ce que ne permet pas le whist.

14  L’expression est de Saint-Simon : « Je proposai à Cani, que j’interrompis, de parier quatre pistoles qu’il n’y aurait point de combat, et que Lille serait pris et point secouru. […] Je leur dis qu’en deux mots je ne changeais point d’avis, et que je le soutenais à l’anglaise » (t. 4, ch. vi). Un autre épisode des Mémoires montrant le vieux Louis XIV découvrant dans les gazettes étrangères que l’on parie à Londres sur la date de sa mort (t. 12, ch. iii) est repris par Voltaire : « Le comte de Stair, ambassadeur d’Angleterre, paria, selon le génie de sa nation, que le roi ne passerait pas le mois de septembre » (Siècle de Louis XIV, ch. xxviii).

15  Almanach du Whisk ou Traité du jeu du Whisk, […] par Edmond Hoyle, 1765. Une édition revue, corrigée et augmentée parut en 1767.

16  « Mes voisins et mes voisines jouent après dîner un jeu anglais que j’ai beaucoup de peine à prononcer, car on l’appelle Wisk », Voltaire, L’Homme aux quarante écus 70.

17  Il est significatif qu’Alexandre Dumas, reprenant cet épisode dans une nouvelle intitulée Le Testament de M. de Chauvelin (1849), juge bon de remplacer le whist par l’hombre. Au nom d’une certaine conception de la vraisemblance ou du pittoresque, il a recours à un jeu qui n’était plus joué à la cour depuis plus de trente ans.

18  Les mots du whist se répandirent également, au premier rang desquels celui de partner, partener, parthénaire ou partenaire, employé par Diderot dès 1767, dans son sens technique aussi bien que figuré.

19  Spadille : as de pique, atout dominant dans les jeux de la famille de l’hombre. Quinola : valet de cœur, tout à la fois la carte la plus forte et celle dont il faut se débarrasser, au reversi. Venu d’Espagne (gana pierde), le reversi fut joué en France d’Henri iv à Napoléon : « Il est en effet le contraire de tous les autres jeux, et en cela l’emblème de la vie des grands, dont le jour se passe à faire tout le contraire de ce que fait le public qui travaille, et qui a des heures réglées » (Prévost).

20  On écrivait aussi crabs, craps, creps, cresp, krabs, kraps ou kreps.

21  Si le jeu s’appelle aujourd’hui craps dans les casinos du monde entier, c’est après un détour par la Nouvelle Orléans où les princes en exil l’avaient peut-être introduit en 1798.

22  Le mot club prendra un sens exclusivement politique sous la Révolution, avant d’être progressivement réservé, à partir du xixe siècle, aux activités sportives.

23  Le Cressendo, jeu de cartes inventé par M. de B***, ingénieur des Ponts et Chaussées, n’eut pas plus de succès, comme l’avait prédit la Correspondance littéraire (octobre 1774).

24  On écrivait aussi tre-sette, tre-sept, tresete, tresette, tresset, tricet, tricette, trisept, trisette, trissept, trisset, trissette ou trois sept. L’orthographe a décidément toujours constitué un mode de naturalisation des produits d’importation.

25  L’entrée est datée de 1776, ce qui est douteux, dans la mesure où on ne trouve pas d’autre référence au boston avant 1782.

26  Le compas de proportion avait été perfectionné par Galilée ; le second exemple est quelque peu paradoxal, puisqu’on a coutume d’attribuer à Denis Papin l’invention de la machine pneumatique ; mais il est vrai que ce protestant avait quitté la France assez jeune.

27  Un siècle plus tôt, Jacques Perrache avait dit à peu près la même chose en vers : « Toutes les nations quelques jeux s’approprient, Excepté les François qui de tous s’estudient » (strophe 46).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Reynaud, « De la Bassette au Whist : les jeux d’argent comme modèle de transfert culturel entre la France et l’Angleterre au XVIIIe siècle », XVII-XVIII, HS3 | 2013, 211-225.

Référence électronique

Denis Reynaud, « De la Bassette au Whist : les jeux d’argent comme modèle de transfert culturel entre la France et l’Angleterre au XVIIIe siècle », XVII-XVIII [En ligne], HS3 | 2013, mis en ligne le 15 juillet 2016, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/1718/688 ; DOI : 10.4000/1718.688

Haut de page

Auteur

Denis Reynaud

Denis Reynaud est Professeur de littérature du XVIIIe siècle à l’Université Lumière-Lyon 2. Il avait auparavant enseigné au lycée Paul-Langevin de Beauvais (France) et, pendant neuf ans, à Cambridge, Berkeley, Eugene et Nagoya. Son activité de recherche officielle est principalement liée aux activités de l’UMR LIRE (CNRS-Lyon2), sur la presse périodique et l’information avant et pendant la Révolution ; mais il s’intéresse surtout aux machines à images et aux jeux sous l’Ancien Régime.

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals