Navigation – Plan du site
Essai périodique et modernité

‘The lines I have chosen for my motto…’ : les fonctions des épigraphes dans les essais périodiques de Fielding, des anciens au moderne

Guyonne Leduc
p. 279-299

Texte intégral

1« Aux lisières du texte se situent des lieux de grande importance stratégique, qui sont ce par quoi le texte cherche à trouver sa place dans un système, à légitimer son insertion dans un discours qui ne l'a pas attendu » (« Joseph Addison et la création littéraire » 1.41). On pourrait appliquer aux épigraphes cette phrase d'Alain Bony qui renvoie aux dédicaces, aux préfaces ainsi qu'aux prologues et aux épilogues au théâtre. Fielding emprunte la pratique de l'épigraphe et le masque d'une persona au Spectator (The Champion 1er mars 1739-40, 8 :211) et l'utilise dans les quatre périodiques dont il fut rédacteur en chef. The Champion (Ch) (1739-40) est un journal de combat contre deux adversaires, l'un, littéraire, Colley Cibber, l'autre, politique, Robert Walpole, sous la houlette de Hercules Vinegar. La persona du rédacteur en chef n'est, en revanche, pas individualisée dans son périodique suivant, The True Patriot (TP) (1745-46), œuvre de circonstance à l'encontre des Stuarts et de leurs partisans, usant du ridicule et de la parodie. À visée tout aussi politique, The Jacobite's Journal (JJ) (1747-48), dirigé par John Trott-Plaid, sert le gouvernement et ridiculise les Jacobites dont il raille les idées. Enfin, par l'entremise du Covent-Garden Journal (CGJ), Alexander Drawcansir dirige, en 1752, l'instrument d'une réforme morale engagée par le magistrat Fielding qui lutte, à la même période, contre la criminalité londonienne.

  • 1  Voir l'étude de Nancy A. Mace, qui envisage toutes les références gréco-latines dans les éditoriau (...)

2Chaque numéro de ces périodiques s'ouvre sur un éditorial, précédé d'une épigraphe en italiques, accompagnée (ou non) du nom de l'auteur. En exergue, « en avant-poste », ces « citation[s] inaugurale[s] » (Compagnon 337, 34) allogènes, issues, dans la quasi-totalité des cas, d'œuvres gréco-latines,1 constituent une « bibliothèque virtuelle » (Bony, Joseph Addison 44). Elles peuvent être accompagnées de leur source, d'une paraphrase ou d'une traduction anglaise, parfois déformées par erreur ou par adaptation didactique. Les épigraphes peuvent être non seulement « liminaires » mais aussi « terminales » (Genette 152), d'après la volonté de l'épigrapheur-persona du rédacteur en chef. Sous couvert de ses masques éditoriaux successifs, c'est Fielding qui choisit l'épigraphe, qui est donc l'épigrapheur, celui qui parle avec les mots d'un autre ; c'est un Moderne qui parle avec les mots des Anciens. Est-il en quête d'une caution intellectuelle ? Il est peu vraisemblable qu'il ait besoin de recourir à tel argument d'autorité.

3Cette étude a pour but d'ébaucher une typologie des épigraphes, d'analyser leurs fonctions par rapport aux éditoriaux ainsi introduits et d'examiner si leur utilisation varie selon la nature du périodique, centré soit sur les mœurs (The Champion et The Covent-Garden Jour­nal) soit sur la politique (The True Patriot et The Jacobite's Journal).

*

  • 2  « I like your Method of placing a Motto from the Classics at the Head of every Paper. It must give (...)

4Fielding (sous couvert de ses rédacteurs en chef) nomme « Motto » les expressions ou les phrases (plus ou moins longues) qu'il choisit de placer en exergue de la plupart des numéros de ses périodiques. On peut penser qu'il en revendique le choix, à l'image de sa persona, Trottplaid, dans le n° 33 : « The Lines I have chosen for my Motto [...] » (JJ 3 : 339) mais il ne livre aucun commentaire sur cette pratique délibérée. Seule une lettre adressée par le pasteur de Joseph Andrews, Abraham Adams, au TP n° 7, l'évoque, en se focalisant sur les citations issues de l'Antiquité,2 dans une pique directe visant les écrivaillons de l'époque.

5À une seule reprise Fielding ne choisit pas lui-même l'épigraphe : lorsque Trottplaid décide de reproduire, dans le n° 36, un « excellent » éditorial du Freeholder d'Addison, relatif aux leçons bénéfiques à tirer des difficultés rencontrées aux plans privé et public (JJ 3 : 359). En l'occurrence, l'article emprunté n'est pas précédé d'une épigraphe supplémentaire mais deux vers des Métamorphoses d'Ovide, retenus par Addison, introduisent le thème de l'article. De même, dans le CGJ n° 35, où l'éditorial est constitué d'une lettre de Misargurus, c'est ce prétendu lecteur qui s'affiche comme l'épigrapheur : « as the Greek Poet [Anacreon] says in my Motto » (7 : 211), affirme-t-il.

6Utiliser une épigraphe est une pratique qui devient quasi systé­matique au fil des périodiques : si dix-sept des cent cinq numéros du Ch ne s'ouvrent pas sur une épigraphe, leur nombre se ré­duit à trois sur les trente-trois numéros du TP, à deux sur les quarante-neuf numéros du JJ et à un seul sur les soixante-douze numéros du CGJ. En tout, sur deux cent cinquante-neuf numéros, deux cent trente-six s'ouvrent sur une épigraphe. L'épigraphe est absente des sept derniers numéros du Ch où les éditoriaux sont remplacés par une lettre « To the Electors of Great Britain » et, auparavant, d'un numéro où se tient un Conseil de famille (8 : 385) ; elle manque dans six des dix numéros de l'été qui rapportent, chacun, un épisode des « Voyages de Job Vinegar » et dans trois numéros de fin août-début septembre, qui se composent de lettres de (prétendus) lecteurs. On relève donc une cohérence dans ces absences. C'est aussi le cas du TP. Dans deux des trois numéros dépourvus d'épigraphes, l'éditorial consiste en une lettre, émanant soit d'Abraham Adams (n° 7) (consacrée au jeûne national destiné à expier les péchés du pays), soit d'un dénommé Torricelli sur « The Weather Glass of Wit » (n° 22). Enfin, la troisième exception concerne le n° 33 où le rédacteur en chef prend congé de ses lecteurs. La même observation s'applique au JJ. L'épigraphe est absente de deux numéros : l'un (n° 32) consiste en une lettre d'Abraham Adams, à nouveau, ici sur l'étymologie (fantaisiste) du terme jacobite, l'autre (n° 49) est le dernier numéro où le rédacteur en chef salue ses lecteurs. Dans le CGJ n° 63, le seul concerné, l'éditorial est constitué de deux lettres dont l'une, sur le mensonge, est attribuée à John Fielding.

  • 3  Dans le numéro du 4 mars 1739-1740 (8 : 217), il attribue une citation des Satires de Juvénal (sur (...)

7La question de l'identification des épigraphes est résolue, pour le lecteur de l'édition Wesley, grâce au travail systématique de l'editor de chaque périodique, puisque Fielding indique le nom de l'auteur à défaut du titre de l'œuvre. Dans deux cas seulement, dans le Ch, Fielding se trompe d'attribution.3 Il avait donc une excellente mémoire ou bien il travaillait avec ses classiques à portée de main.

8Quelques tableaux permettent de visualiser les sources du corpus des épigraphes.

9Hormis quelques auteurs anglais – Shakespeare (CGJ 7 : 171), Milton (JJ 3 : 339, CGJ 7 : 1644), Matthew Prior (Ch 8 : 400) et Pope (CGJ 7 : 60 et 149) –, et quelques proverbes et maximes, les sources sont principalement des œuvres d'auteurs classiques ici classés, dans ce premier tableau, par ordre alphabétique, d'Anacréon à Virgile (Fig.1) :

Fig.1 : Nombre de références par auteur dans chaque périodique

Fig.1 : Nombre de références par auteur dans chaque périodique

© Guyonne Leduc

10Le tableau figurant les colonnes cumulatives du nombre d'occurrences, avec les quatre périodique additionnés et identifiables par des couleurs distinctes, permet de noter que les auteurs les plus fréquemment cités sont, par ordre décroissant, Horace, Virgile, Ovide, Juvénal et Cicéron, donc des auteurs latins. Viennent ensuite : Martial, Homère, Silius Italicus, Plaute, Lucrèce, Euripide, Ménan­dre, Lucain, etc.

11On se concentrera sur les cinq auteurs les plus fréquemment cités. Dans ce premier tableau, où chaque périodique est figuré par une couleur, la colonne correspondant à chaque auteur permet de voir dans quel périodique cet auteur est le plus fréquemment cité : par exemple Horace dans Ch, puis dans CGJ, dans JJ enfin dans TP : donc tant au début qu'à la fin de la carrière journalistique de Fielding, et davantage dans les périodiques à dominante morale que dans ceux focalisés sur la cause politique du jacobitisme. Il en va de même pour Virgile, dans Ch, puis dans CGJ, TP et JJ. Pour Ovide, le plus grand nombre d'occurrences est encore dans le Ch, puis, changement dans JJ (où le réacteur en chef tombe le masque dans le 17e des 49 numéros), dans CGJ et, enfin, dans TP. Pour Juvénal, la progression est parallèle à celle de l'autre grand satiriste, Horace : Ch, CGJ, JJ et TP.

12Le deuxième tableau réunit les cinq auteurs le plus fréquemment cités, par ordre alphabétique (Fig.2) :

Fig.2 : Répartition des principaux auteurs dans les périodiques

Fig.2 : Répartition des principaux auteurs dans les périodiques

© Guyonne Leduc

13Les deux satiristes, Horace et Juvénal, dominent dans le premier et dans le dernier des périodiques. Pour Ovide et Virgile, leur part est importante dans CGJ. Pour Horace et Virgile, le schéma est quasi identique, ce qui signifie une présence parallèle dans les quatre périodiques avec un rapport inversé entre les deux périodiques politiques, TP et JJ. Ovide est le plus présent dans JJ.

*

14Le troisième tableau reprend les mêmes éléments et les figure non par auteur mais par périodique : on visualise bien la part prépondérante d'Horace (Fig.3) :

Fig.3 : Part des cinq auteurs principaux dans chaque périodique

Fig.3 : Part des cinq auteurs principaux dans chaque périodique

© Guyonne Leduc

15Une fois déterminée et étudiée la présence proportionnelle de chacun des cinq auteurs préférés de Fielding dans les quatre périodiques, il est intéressant de voir quelles œuvres il choisit. Un schéma récapi­tulatif est ainsi consacré à chacun des auteurs pris dans l'ordre alphabétique (Fig.4).

16Pour Cicéron, on visualise le titre de chaque œuvre citée et dans quel périodique (grâce à la couleur de la colonne) ; on voit aussi que CGJ ne cite qu'une seule œuvre, De Officiis.

17Pour Horace, tous périodiques confondus, les Satires (28 fois en tout) sont les plus souvent citées et, en particulier, dans Ch (13 fois), puis dans le CGJ et dans le JJ (6 fois), dans le TP (4 fois).

Fig.4a : Cicéron

Fig.4a : Cicéron

© Guyonne Leduc

Fig.4b : Horace

Fig.4b : Horace

© Guyonne Leduc

Pour Ovide, ce sont les Métamorphoses (6 fois) :

Fig.4c : Ovide

Fig.4c : Ovide

© Guyonne Leduc

Pour Virgile, l'Énéide est citée 22 fois, dont 12 dans Ch. On notera que des Métamorphoses lui sont attribuées, erreur peut-être due à l’imprimeur :

Fig. 4d : Virgile

Fig. 4d : Virgile

© Guyonne Leduc

On n'a pas consacré de schéma à Juvénal, puisqu'une seule œuvre en est citée, celle qui nous est parvenue, les Satires : 24 fois (9 dans Ch, 7 dans CGJ, 5 dans JJ et 4 dans TP).

18Le tableau suivant permet de visualiser la présence des cinq principaux auteurs par périodique : on retrouve la prédominance d'Horace, puis Virgile, Ovide, Juvénal, Cicéron dont la fréquence d'apparition décroît au fil des périodiques ; la présence de Juvénal est la plus continue (24 fois) : 9 dans Ch, 7 dans CGJ, 5 dans JJ et 4 dans TP (Fig.5).

Fig.5 : Principaux auteurs

Fig.5 : Principaux auteurs

© Guyonne Leduc

19Un tableau récapitulatif de la langue utilisée dans les épigraphes (Fig. 6) atteste que Fielding s'adressait à un lectorat lettré, féru de latin sinon de grec. Ainsi Vinegar mentionne « the learned Reader » (Ch 8 347). Une évolution apparaît entre le premier et les trois autres périodiques. Le CGJ témoigne d'un effort didactique certain, puisque la quasi-totalité des citations y sont traduites en anglais.

Fig.6 : Langue de l’épigraphe

Fig.6 : Langue de l’épigraphe

© Guyonne Leduc

20L'épigraphe participe plus ou moins du texte de l'éditorial où, par ordre croissant d'implication, il y est fait référence ou mention ; l'intégration de l'épigraphe est totale quand elle y est traduite (cas examiné plus loin).

Fig.7 : Épigraphes et références dans l’éditorial

Fig.7 : Épigraphes et références dans l’éditorial

© Guyonne Leduc

21Les deux références, qui renvoient le lecteur à l'épigraphe, figurent dans TP. D'une part, dans le n° 3, où le rédacteur réfère à Silius Italicus (auteur de l'épigraphe) sans mentionner cette dernière, par analogie avec une description qu'il fait, dans un rêve, d'un massacre commis par les Jacobites : « Of such a Scene my learned Reader may see a fine Picture drawn by Silius Italicus, in his second Book, where he describes the sacking the brave Ci­ty of Saguntum by a less savage Army » [par Hannibal] (3 : 133). D'autre part, dans le n° 8, les deux vers de l'épigraphe, issus des Métamorphoses d'Ovide et décrivant Phaeton, sans le nommer, trouvent un écho dans l'avant-dernier paragraphe de l'article : « These are the two principal Qualifications of a Statesman, without which it is a Phae­tonic Rashness and Folly in any Person to aspire to that Office » (3 : 163).

  • 4  3 cas dans Ch sur des objets moraux : « as Horace observes in the Motto of this Paper » (8, 219) ((...)

22Dans six cas, également répartis entre Ch et JJ, l'éditorial fait mention de l'épigraphe et la désigne comme « Motto » ; il s'appuie sur elle comme sur une introduction du propos comprise a priori par le lecteur.4 Ces épigraphes, en latin, n’étant ni traduites, ni en exergue, ni dans l'éditorial, le journaliste a recours à divers procédés (références, mentions…) pour les relier à son propos. Dans ces deux cas de figure, le CGJ n'est pas concerné puisqu'il comporte une traduction quasi systématique de l'épigraphe. Quand l'épigraphe est intégrée sous forme de traduction ou bien d'un commentaire dans le texte de l'éditorial, elle n'est pas dissociée de celui-ci ; elle fait partie intégrante de l'article, leur lien est très étroit. Se pose alors la question de la fonction de l'épigraphe.

*

23Dans le cas des épigraphes traduites, deux paramètres sont à prendre en compte : l'endroit de la traduction dans l'éditorial et son exactitude. Concernant le premier point, la traduction peut se trouver juste après l'épigraphe (cas le plus fréquent et quasi systématique dans le CGJ) et être introduite de diverses manières par les rédacteurs en chef. La traduction peut être annoncée par le terme « Anglicé », donc elle est apparemment exacte dans le JJ n° 6,

« Lo! Bacchanals with tresses streaming behind them, lo!* wanton Satyrs, the god's forerunning band » (Ovid, Art of Love 1.541-42).

« * Anglicé, Highlanders, or wild Men in their Dresses » (JJ n° 6, 121)

24Tel n'est pas le cas ici où l'éditorial évoque les mystères « exotériques » des Jacobites dont il fait remonter l'étymologie du nom à Bacchus. Le même procédé est utilisé dans le CGJ n° 1 :

« Yield ye, bards » (Propertius, Elegies 2.34)

Anglicé,

By your Leave, Gentlemen (CGJ n° 1, 7: 13)

25avant un éditorial sur la multitude des journaux, qui explique néanmoins la création d'un nouveau périodique, ou dans le CGJ n° 11 :

« If you know sth better than these precepts, pass it on, my good fellow » (Horace, Epistles 1.6.67-68).

Anglicé.

If you know a better Way of providing for the Poor,

Be pleased to tell it us. (CGJ n° 11, 7 : 79)

26éditorial qui mentionne la Modest Proposal de Swift. Dans un seul cas l’expression « anglicé » est remplacée par « In English ». Dans ce cas unique, la traduction pourrait être ambiguë en raison d'une élision :

—Redeunt Saturnia regna

[« the reign of Saturn returns »]

(Virgil, Eclo­gues 4.6)

In English,

Old Sat—n himself is come to

Town (CGJ n° 2, 7: 19)

27Saturne ou Satan ? Dans un éditorial sur la décadence de l'époque l'épigraphe est donc en décalage ironique. L'épigraphe peut aussi être suivie du participe passé « paraphrased ». C'est le cas dans le CGJ n° 5 où la guerre en question sévit à... Grub-Street :

« And the war our feuds had lengthened, now has ended » (Horace, Odes 3.3.29-30)

Paraphrased

The War, I thank Fortune, is now at an End, / Since I scarce could distinguish my Foe from my Friend (CGJ n° 5, 7: 41)

28Enfin, dans certains cas, le participe passé « modernized » annonce et qualifie la traduction. Dans le CGJ n° 10, 3 vers de Art of Poetry d'Horace sont suivis de « Modernized » et de deux vers :

« Yet your forefathers, you say, praised both the measure and wit of Plautus. Too tolerant, not to say foolish, was their admiration of both » (Horace, Art of Poetry 270-72)

In former Times this tasteless, silly Town /Too fondly prais'd Tom d'Urfey and Tom Brown (CGJ n° 10, 7: 72)

29Pour ouvrir cet éditorial consacré à l'esprit et à l'humour, Fielding adapte, naturalise Plaute et nomme plutôt deux écrivassiers qu'il raille ailleurs dans ses œuvres.

30Si la traduction de l'épigraphe n'est pas immédiate en exergue, elle peut être annoncée. Ainsi, dans CGJ n° 26 juste après l'épigraphe empruntée à Horace (Odes 2.19.1-4), figure, en hors texte, « See the Translation at the End » (7 : 166), avant un éditorial consacré à la diffi­culté d'avoir un bon auditoire. La traduction est donnée, en italiques, au début de l'avant-dernier paragraphe : « Let us mark the Audience, described by Horace, in the Motto to this paper [...] » (171). Le cas se répète dans CGJ n° 35 avec une variante : juste après l'épigraphe extraite d'Ana­créon (Anacreontea), est indiqué « See the Translation afterwards » (211), même si la traduction est repoussée au septième paragraphe de la lettre de Misargurus, qui constitue l'éditorial sur le pouvoir destructeur de l'argent.

31Sans annonce de ce genre, l'épigraphe peut être traduite dès la première phrase de l'éditorial et, donc, entretenir un lien étroit avec le corps de l'éditorial, que ce soit dans Ch – « Nothwithstanding the Opinion of Cicero (Tusculan Disputationes 1.3.6), in my Motto [...] » (8: 293) – ou dans CGJ n° 39 (7: 226) – « Nothing, says the great Cicero, in my Motto (De officiis) [...] ». Puis, plus bas, Drawcansir/ Fielding cite une partie ultérieure de cet ouvrage qu'il a donc sous les yeux.

32Fielding recourt aussi à une autre technique : la référence avant la citation. Dans la phrase d'ouverture de l'éditorial du JJ n° 35, le rédacteur fait référence à l'épigraphe (Horace, Odes) : « There are few Passages in any of the antient Authors that have more puzzled the generality of readers than those two Words which I have placed at the Head of this Paper » (3 : 355), puis il se livre à une digression sur la traduction avant de traduire l'épigraphe ou, plutôt, avant d'en insérer la traduction de Milton dans la première phrase du deuxième paragraphe : « Milton renders Simplex Munditiis by, Plain in thy Neatness. An Expression, perhaps less happy than that of Horace, who hath in two words drawn us the Picture [...] » (335).

33Dans un numéro du Ch consacré à l'autorité, le lecteur trouve, sans recours au suspense, cette fois, la traduction de deux lignes de Cicéron (Pro Lege Manilia 15.43) dans la seconde partie du premier paragraphe. Vinegar la fait précéder des cinq lignes antérieures, fournissant ainsi le contexte : « I shall give my reader a literal translation of one sentence. ‘Since Authority (says he) hath so much Weight in he Administration of War and military Discipline [...]’«  (8 : 126).

34Dans un numéro ultérieur, Vinegar compte d'abord sur une conni­vence avec le lecteur, peut-être inexistante s'il n'entend pas le latin de l'épigraphe (Horace, Satires) qu'il mentionne aux deux tiers du premier paragraphe avant d'en livrer une traduction libre à la fin de ce paragraphe d'ouverture :

So the learned Reader will perhaps expect from my Motto, a serious Essay on the Freaks of Fortune, who confers not only Riches but Power and even Honours with the same caprice, and on as sorry Sticks of Wood as the Artificer above, where Horace introduces the Statue of Priapus giving the following Account of himself: I was formerly the Trunk of an old Fig-tree, a very sorry Stick of Wood; the Artificer a long Time doubted whether he should make a Joint-Stool of me, or Priapus, 'till at last my good Fortune determined him to convert me into a Deity. (8, 347-48)

35La traduction de l'épigraphe est différée davantage dans deux cas. D'une part, dans le JJ n° 38, c'est dans l'avant-dernier paragraphe de l'éditorial que figure la traduction exacte de sept lignes d'une lettre de Pline, traduction empruntée à William Melmoth, indique le rédacteur : « Now as few Gentlemen in Plaid Waistcoats understand Latin, I will conclude my Paper with the translation of my Motto, as I find it excellently rendered by Mr Melmoth, the late ingenious translator of Pliny » (374). L'épigraphe est donc à la fois « liminaire » (en latin) et « terminale » (en anglais ; Genette 152). D'autre part, c'est aussi le cas dans le dernier paragraphe de l'éditorial du JJ n° 46 où une paraphrase plus qu'une traduction de trois vers des Satires (2.7.69-71) d'Horace est introduite par « as Horace says in my Motto » (3 : 413). Dans un autre sens également, l'épigraphe pourrait être qualifiée de liminaire et de terminale : pour clore l'éditorial sur l'étude dans le Ch (8 : 90), Vinegar complète le vers de l'Ars Poetica (409-10) d'Ovide, qu'il a cité en épigraphe (8 : 83).

36La plupart du temps, la traduction est fidèle. Il est intéressant de voir quand elle ne l'est pas et pour quelles raisons. La traduction est exacte quand elle est empruntée à une autre plume et qu'elle n'est donc pas susceptible d'avoir été retravaillée par Fielding. Il insère, alors, la traduction anglaise qu'en donne un autre, par exemple Pope, avec quelques vers de l'Iliade dans le CGJ n° 23 (149). Il a déjà utilisé cette pratique dans le TP n° 38 pour une lettre de Pline – « Now as few Gentlemen in Plaid Waistcoats understand Latin, I will conclude my Paper with the translation of my Motto, as I find it excellently rendered by Mr Melmoth, the late ingenious translator of Pliny » (374) – ou encore dans le JJ n° 35 où il confie à Milton le soin de traduire une expression de la cinquième des Odes d'Horace : « Milton renders Simplex Munditiis by, Plain in thy Neatness » (355). Ou bien Fielding traduit lui-même, ou tout au moins n'indique-t-il pas d'autre source de traduction.

  • 5  « Condenses the original considerably » (44, n. 3).

37Parfois, notent les spécialistes de l'édition érudite, la citation de l'épigraphe est légèrement différente de celle fournie par l'édition de référence Loeb, qu'ils utilisent. Dans un cas l'editor note que Fielding « condense beaucoup », sans points d'ellipse, une phrase de Pline (Naturalis Historia) (Ch 8 : 44).5 Dans un autre, Drawcansir change le latin « Vera » (« true blessings ») en « Vina » (7 : 121) en amont, pour donner la traduction anglaise en accord avec l'éditorial où il indique une autre sub­sti­tu­tion : « I shall chiefly make use of the Words Champagne and Perry, instead of Wit and Dulness » (126) :

In all the lands that stretch from Gades to the Ganges and the Morn, there are but few who can distinguish true blessings from their opposites

(Juvénal, Satires 10.1-3)

From where Cornubia's hundred Boroughs and, / To where the Caledonian Shores extend,

How few are found with Taste to ascertain / The vilest Perry, and the best Champagne (CGJ n° 18, 7: 124)

38Fielding effectue les substitutions non dans le latin originel mais dans sa traduction ; ainsi traduit-il, dans CGJ n° 53, « fanfaron » (« boaster » dans Art of Poetry d'Horace) par « Gascoon » (7 : 289), introduisant donc mieux l'éditorial qui se livre à une satire des fanfarons français par le biais de la lettre d'Antigallicus, relative à une publicité dans The Daily Advertiser sur l'enseignement de la « French philosophy », c'est-à-dire, précise-t-il, la danse et le vol à la tire (290) :

What will this boaster produce in keeping with such mouthing? (Horace, Art of Poetry)

What will this Gascoon be able to perform after this Puff (7: 289)

39On note d'autres cas d'adaptation dans un but tout aussi satirique. La transformation s'effectue par un ajout dans CGJ n° 30 : Fielding part de Protée dans une épître d'Horace et l'adapte aux femmes en en faisant un adjectif antéposé pour introduire un éditorial sur les femmes et la mode :

With what knot can I hold this face-changing Proteus (Horace, Epistles)

Say, with what Ties of Reasoning shall I bind,

The Proteus Nature of the female Mind? (7 : 187)

40On trouve également des ajouts, tel celui de l'adjectif « modern », dans une citation extraite de Ménandre, The Caring Wailing-Woman, dans CGJ n° 48, pour introduire un éditorial sur l'impudence :

O thou who now art chief amongst the gods, O Effrontery (Menander, The Caring Wail­ing-Wo­man)

O thou greatest of all the Deities,

Modern Impudence (7 : 264)

41Drawcansir choisit d'insérer une parenthèse (« against adultery ») dans une citation des Satires de Juvénal, afin de lancer l'éditorial sur l'adultère dans le CGJ n° 68 :

At placet Urfidio Lex Julia.— (Juvenal, Satires)

The Julian Law (against Adultery) pleases Urfidius ( 7: 358)

42La fonction satirique est donc avérée.

*

43Le lien entre paratexte et texte peut être de diverses natures. L'épigraphe, destinée à attirer l'attention du lecteur, relève de la fonction phatique, qui est parfois très claire : « Now hear what I, and with me the public, expect » (8 : 170), vers emprunté à Horace (Ars Poetica 153) pour un éditorial du Ch, militant pour que la calomnie jetée sur un individu n'atteigne pas toute la profession. Le lien thématique entre épigraphe et éditorial, par une reprise lexicale ou par un synonyme, est de loin le cas le plus fréquent, dans les deux premiers périodiques surtout ; l'introduction du thème est alors directe et la fonction de l'épigraphe, illustrative. Le lien peut être plus élaboré, par antiphrase, notamment, par rapport au contenu de l'éditorial. C'est le cas dans le n° 2 du CGJ où l'épigraphe, extraite des Eclogues de Virgile, évoque le retour de l'Âge d'or – « the reign of Saturn returns » (7 : 19) – alors que l'éditorial décrit la décadence du monde contemporain.

44Au lecteur d'établir le lien entre l'épigraphe qui décrit un phénomène au sens propre et l'éditorial qui le reprend au sens figuré : Vinegar emprunte aux Punica de Silius Italicus la description d'un pêcheur qui prépare son piège, pour déclarer, dans son éditorial, « The Art of Politics is not unlike the Art of Fishing » (8 : 71) et de comparer le politicien à un pêcheur. De même, dans un numéro ultérieur (8 : 230), l'art de la rôtisserie pour un repas, issu d'un vers de l'Énéide (Virgile, Aeneid 1.179 : « they prepare to roast » [« describing the Aeneadae as they attempt their first meal after the great storm »]) sert à introduire le divertissement appelé « Roasting » dans l'éditorial (« a certain Diversion called Roasting »). Toujours dans Ch, l'exemple de la difformité physique, incarnée par Polyphème (emprunté à l'Énéide 3.658), sert à introduire la difformité morale traitée dans l'article (8 : 393).

45L'épigraphe peut, dans divers cas, se comprendre par analogie. Quand Vinegar inaugure son article par « carpenters handle carpenters' tools » (Horace, Epistles 2.1.116) (8 : 175), il avertit ensuite les lecteurs qu'il ne veut plus recevoir certaines catégories de lettres ; à chacun son métier. C'est aussi par analogie que peut s'entendre un vers d'Ovide, « a wanton throng comes pressing about me » (Ovid, Heroides 1.88) (JJ n° 5, 3 : 116), avant un éditorial qui accepte beaucoup de passagers (c'est-à-dire, ici, de lettres de lecteurs) telle une diligence publique. De même, « a task full of dangerous hazard » (Horace, Odes 2.1.6) (JJ n° 47, 3 : 413) peut qualifier la gestion des affaires publiques, objet de l'article, tout comme la fonction du rédacteur en chef, qui soutient le gouvernement et qui s'y trouve mentionnée.

46La fonction de l'épigraphe peut être allusive ou analogique quand elle évoque, commente – directement ou indirectement – la méthode utilisée dans l'éditorial. L'épigraphe du Ch du 26 janvier (8 : 142), extraite des Satires d'Horace, « [If] I speak too jestingly, this bit of liberty you will indulgently grant me » (Horace, Satires), introduit une lettre anonyme contre la vertu, qui forme l'éditorial, en réponse à l'éditorial de Vinegar dans le numéro précédent (8 : 138), lettre qui est à prendre à contrepied. L'épigraphe fournit un commentaire antéposé direct, qu'il s'agisse de « Such Matters are beyond a Jest », traduit par Drawcansir d'un vers d'Horace (Odes 3.3.69) pour introduire l'éditorial du CGJ n° 19 sur l'humour (7 : 129), ou de « Hear the Defendant », épigraphe du CGJ n° 41 (7 : 234) qui énonce le principe utilisé dans l'éditorial : en effet, une lettre de Nobody apporte son soutien à la croisade morale de Drawcansir après une missive d'Every Body contre Nobody dans le n° 36 (7 : 214-17) ; ou bien encore de l'épigraphe du CGJ n° 45 (7 : 251) signifiant que les contraires se mettent en valeur afin d'ouvrir un éditorial qui présente, via deux lettres, les règles d'admission, les unes à St. Luke's Hospital for Lunatics, les autres, en contrepoint, dans « an Hospital for the Reception of the Widows of poor Clergymen ».

  • 6  « We call some one's dwarf an 'Atlas,' his blackamoor 'a swan'; an ill-favoured misshapen girl we (...)

47L'épigraphe (Juvénal, Satires) du n° 4 du CGJ (7 : 33) commente un thème qui ne fournit la matière que d’un seul éditorial, à savoir l'usage ironique des mots.6 Très logiquement cet éditorial s'ouvre sur Locke et sur l'abus des mots, avant de livrer, en illustration, le célèbre « Modern Glossary » exposant la distorsion du langage : « a short Glossary of such Terms as are at present greatly in Use » (7 : 35). C'est le principe utilisé dans tout le journal qu'énonce l'épigraphe du numéro inaugural du JJ (90). Se plaçant sous l'égide de la plaisanterie, le périodique sera à prendre avec ironie ; l'épigraphe joue le rôle d'une sorte de « discours de la méthode » qui donne le ton de l'ensemble : « Jesting cuts hard knots more forcefully and effectively than gravity » (Horace, Satires 1.10.14-15). De même, l'épigraphe du JJ n° 17 (3 : 210), issue des Satires d'Horace (« jesting aside, let us turn to serious thoughts ») est une parfaite introduction à l'éditorial, où, dès la deuxième phrase, Trottplaid retire son masque de jacobite : « In Plain Fact I am weary of personating a Character for which I have so solemn a Contempt » (3 : 210) ; ce qui sera valable dans toute la suite du journal.

48L'épigraphe commente le principe de construction de l'éditorial, lorsqu'il consiste en une juxtaposition de lettres de prétendus lecteurs. Elle qualifie alors la stratégie, la tactique ou plutôt son absence (apparente), à savoir le désordre, la diversité, que ce soit dans Ch (8 : 247) – « the discordant elements of things » [« describing the chaos before the creation »] (Ovide, Metamorphoses) dont l'éditorial se compose de cinq lettres tous azimuts, à la fois sur les mœurs et sur la politique – ou du CGJ n° 13 (7 : 94) – « They fly in Clusters » [« from the 'simile of the bees' »] (Homer, Iliad) dont l'éditorial est formé de quatre lettres sur les mœurs, ou bien encore du CGJ n° 32 (7 : 196) (Ovid, Metamorphoses) qui regroupe trois lettres sur trois sujets ayant trait aux mœurs.

  • 7  N°8 : les Satires d'Horace et la Dunciad de Pope dans un numéro sur la religion des Robinhoodians (...)
  • 8  Champion 57.11, « you don't know the supercilious­ness of Mistress Fame; believe me, the crowd of (...)
  • 9  TP n°4 : « The flute-girls' guilds, the drug-quacks, beggars, actresses, buffoons, and all that br (...)
  • 10  Silius Italicus (Punica 9.636) dans Ch 01.03.1739-40 et dans CGJ n°47 sur ce qui est méprisable ; (...)

49L'épigraphe du JJ n° 13 (3 : 172) – « the picture must be veiled » (Juvénal, Satires 6.340) – est cryptée : elle s'applique au déplacement du frontispice en raison des contresens effectués auparavant sur la gravure. De ces divers exemples, il ressort que le lien entre épigraphe et texte présente un degré d'élaboration un peu plus complexe dans le CGJ que dans les journaux antérieurs. L'épigraphe y est double dans trois numéros, juxtaposant une œuvre gréco-latine et une œuvre anglaise.7 Certaines épigraphes semblent si appropriées que Fielding les utilise plusieurs fois : soit dans le même périodique (ainsi les Odes d'Horace fournissent un doublon au JJ et deux au CGJ), soit d'un périodique à l'autre. Tel est le cas d'une épigramme de Martial (Epigrammata 1.2.3-6) qui ouvre trois éditoriaux contre les critiques ignares8 et de deux vers d'une Satire d'Horace (1.2.1-3) au début de trois éditoriaux consacrés à la libre-pensée et à la licence.9 Dans huit cas, Fielding emploie la même citation dans deux journaux selon cinq combinaisons.10

*

50L'utilisation d'épigraphes pose des questions d'intention, d'effet et de forme. Authentique ou adaptée, mais jamais décorative, l'épigraphe joue le rôle de « lapidaire préface », selon Genette 156Le corpus épigraphique renseigne sur les orientations esthétiques de Fielding qui « choisit » ainsi « ses pairs » par un « effet de caution indirecte » (Genette 163, 161). Le réseau intertextuel prouve sa prédilection pour la culture classique et pour l'entremise de la satire comme principal outil de réforme. L'interprétation, oblique ou non, de ces textes anciens antéposés est à la charge du lecteur moderne.

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires 

Fielding, Henry. The Wesleyan Edition of the Works of Henry Fielding. 14 vols. Oxford: Clarendon, 1967-2011.

-Vol. 3: The Jacobite's Journal [1745] and Related Writings [A Dialogue between a Gentleman of London, Agent for Two Court Candidatures, and an Honest Alderman of the Country Party (1747), A Proper Answer to a Late Scurrilous Libel (1747)]. Ed. William B. Coley. 1974.

-Vol. 5: The True Patriot and Related Writings [A Serious Address to the People of Great Britain, The History of the Present Rebellion in Scotland, A Dialogue between the Devil, the Pope, and the Pretender]. 1745. Ed. William B. Coley. 1987.

-Vol. 7: The Covent-Garden Journal [1752] and A Plan of the Universal Register-Office. 1752. Ed. Bertrand A. Goldgar. 1988.

-Vol. 8: Contributions to The Champion and Related Writings. Ed. William B. Coley. 2003.

­ 

Sources secondaires 

Bony, Alain. « Joseph Addison et la création littéraire. Essai périodique et modernité ». 2 vols. Lille : ANRT, 1984.

Bony, Alain. Joseph Addison. Richard Steele. The Spectator et l'essai périodique. Paris : Didier Érudition, 1999.

Compagnon, Antoine. La Seconde main ou le travail de la citation. Paris: Seuil, 1979.

Genette, Gérard. Seuils. Paris: Seuil, 1987.

Mace, Nancy A. Henry Fielding's Novels and the Classical Tradition. Newark : UP of Delaware, 1996.

Haut de page

Notes

1  Voir l'étude de Nancy A. Mace, qui envisage toutes les références gréco-latines dans les éditoriaux des quatre périodiques (50-54).

2  « I like your Method of placing a Motto from the Classics at the Head of every Paper. It must give some Encouragement to your Readers, that the Author understand (at least) one Line of Latin, which is perhaps more than can be safely predicated of every Writer in this Age » (5 : 152).

3  Dans le numéro du 4 mars 1739-1740 (8 : 217), il attribue une citation des Satires de Juvénal (sur la tromperie des apparences) à Horace (Satires) et dans celui du 9 septembre 1740 (8 : 454), il impute une épigraphe sur l'envie, issue des Amores d'Ovide, à Tibulle (Ex Ponte).

4  3 cas dans Ch sur des objets moraux : « as Horace observes in the Motto of this Paper » (8, 219) (Satires) sur la finesse de la frontière entre les apparences du vice et de la vertu ; « as appears in the Motto of this paper » (8, 251) Cicéron (De Legibus) sur la bonne nature; « Envy, according to my Motto [...] » (8, 449) Ovides (Amores) puis paraphrase sur l'envie. 3 cas dans le JJ : « If the Opinion of Horace in my Motto [...] » (Satires) sur l'efficacité de la plaisanterie ; épigraphe programmatique (1, 97); 7 vers de Paradise Lost (1.105-11): « The Lines I have chosen for my Motto, are part of Satan's Speech to the fallen Angels after their final Overthrow and Exclusion from heaven » : analogie avec les rebelles jacobites (33, 339) ; « as Horace says in my Motto » (Satires) : sur le goût de l'homme pour l'esclavage (46, 413).

5  « Condenses the original considerably » (44, n. 3).

6  « We call some one's dwarf an 'Atlas,' his blackamoor 'a swan'; an ill-favoured misshapen girl we call 'Europa'; lazy hounds that are bald with chronic mange, and who lick the edges of a dry lamp, will bear the names of 'Pard', 'Tiger', 'Lion', or of any other animal in the world that roars more fiercely ».

7  N°8 : les Satires d'Horace et la Dunciad de Pope dans un numéro sur la religion des Robinhoodians où Drawcansir moque les apparences ; n° 22 : les Satires de Juvénal et Samson Agonistes de Milton dont chacun des extraits raille les femmes avant un éditorial consacré à leur infidélité ; n°27 : les Metamorphoses d'Ovide et Hamlet sur la fausseté des termes.

8  Champion 57.11, « you don't know the supercilious­ness of Mistress Fame; believe me, the crowd of Mars is too clever for you. Nowhere are heard louder sneers; young men and old, even boys, have noses tilted like a rhinoceros » ; TP n°18 et CGJ n°3.

9  TP n°4 : « The flute-girls' guilds, the drug-quacks, beggars, actresses, buffoons, and all that breed are in grief and mourning. » ; JJ n°29 : « The flute-girls guilds. » ; GJ n°8 : « the flute-girls' guilds, the drugs-quacks, beggars, actresses, buffoons, and all that breed. »

10  Silius Italicus (Punica 9.636) dans Ch 01.03.1739-40 et dans CGJ n°47 sur ce qui est méprisable ; Horace (Satires 14.109) dans Ch 04.03.1739-40 et dans TP n°2 sur les apparences ; Ovid (Amores 1.15.39-40) dans Ch 06.09.1740 et dans TP n°32 sur l'envie ; Horace (Odes 1.3.38) dans TP n°17 et dans CGJ n°70 sur la sottise ; Cicero (Tusculan Disputations 5.36.104) dans TP n°19 et dans JJ n°10 sur le goût ; Horace (Satires 2.3.120-21) dans TP n°23 et dans CGJ n°69 sur la folie / vraie sagesse ; Horace (Satires 10.1-3) dans JJ n°7 et dans CGJ n°18 sur les apparences ;Ovide (Metamorphoses 1.8-9) dans JJ n°9 et CGJ n°32 sur la méthode de construction de l'article.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig.1 : Nombre de références par auteur dans chaque périodique
Crédits © Guyonne Leduc
URL http://journals.openedition.org/1718/docannexe/image/695/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig.2 : Répartition des principaux auteurs dans les périodiques
Crédits © Guyonne Leduc
URL http://journals.openedition.org/1718/docannexe/image/695/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Fig.3 : Part des cinq auteurs principaux dans chaque périodique
Crédits © Guyonne Leduc
URL http://journals.openedition.org/1718/docannexe/image/695/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Fig.4a : Cicéron
Crédits © Guyonne Leduc
URL http://journals.openedition.org/1718/docannexe/image/695/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig.4b : Horace
Crédits © Guyonne Leduc
URL http://journals.openedition.org/1718/docannexe/image/695/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Fig.4c : Ovide
Crédits © Guyonne Leduc
URL http://journals.openedition.org/1718/docannexe/image/695/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 4d : Virgile
Crédits © Guyonne Leduc
URL http://journals.openedition.org/1718/docannexe/image/695/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig.5 : Principaux auteurs
Crédits © Guyonne Leduc
URL http://journals.openedition.org/1718/docannexe/image/695/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig.6 : Langue de l’épigraphe
Crédits © Guyonne Leduc
URL http://journals.openedition.org/1718/docannexe/image/695/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig.7 : Épigraphes et références dans l’éditorial
Crédits © Guyonne Leduc
URL http://journals.openedition.org/1718/docannexe/image/695/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guyonne Leduc, « ‘The lines I have chosen for my motto…’ : les fonctions des épigraphes dans les essais périodiques de Fielding, des anciens au moderne », XVII-XVIII, HS3 | 2013, 279-299.

Référence électronique

Guyonne Leduc, « ‘The lines I have chosen for my motto…’ : les fonctions des épigraphes dans les essais périodiques de Fielding, des anciens au moderne », XVII-XVIII [En ligne], HS3 | 2013, mis en ligne le 15 juillet 2016, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/1718/695 ; DOI : 10.4000/1718.695

Haut de page

Auteur

Guyonne Leduc

Guyonne Leduc, ancienne élève de l’École normale supérieure (Sèvres), agrégée d’anglais, licenciée d’histoire, est Professeure de littérature et d’histoire des idées et des mentalités (XVIIe - XVIIIe siècles) à l’Université Charles de Gaulle - Lille 3. Elle est responsable de la composante « Voix et voies de femmes : Études sur les femmes, le sexe et le genre » au sein de l’EA 4074 CÉCILLE (Centre d’Études « Civilisations, Langues et Lettres Étrangères »), directrice de la collection « Des idées et des femmes » (L'Harmattan) et Présidente de la Société d’Études Anglo-Américaines des XVIIe et XVIIIe siècles. Elle est l’auteur de Morale et religion dans les essais et dans les Mélanges de Henry Fielding (1990), de L’Éducation des Anglaises au XVIIIe siècle : La Conception de Henry Fielding (1999) et de Réécritures anglaises de l’Égalité des deux sexes (1673) de François Poulain de la Barre : du politique au polémique (2010). Elle a dirigé plusieurs ouvrages collectifs et publié de nombreux articles.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals